Les reprises et leurs originales.

Venez discuter ici de tout ce qui n'entre pas dans les autres catégories et concerne les années 60 et 70, de sujets divers mais musicaux.
Avatar du membre
Echoes
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3501
Enregistré le : mer. 2 oct. 2019 13:16
Localisation : Suisssssse

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Echoes » mer. 31 mars 2021 15:50

Pablitta a écrit :
mer. 31 mars 2021 14:52
Echoes a écrit :
lun. 29 mars 2021 09:36


Toyah & Robert Fripp - Heroes

On sait s'amuser en famille chez les Fripp-Wilcox, pas vraiment une reprise mais je trouve drôle leurs petites videos ::d
Ah ! Un autre amateur ! :ghee: :ghee:
Ils sont quand même géants ces deux-là !
Je n’en doutais pas mais je n’imaginais pas Fripp avec ce sens de l’humour, bon avec les anglais on a toujours des surprises :hehe:
J’adore, j’ai passé une après-midi à regarder leurs petits délires, la pandémie aura tout de même eu quelques petits effets positifs :hehe: :gene:
"Les journalistes de rock sont des gens incapables d'écrire qui interviewent des gens incapables de parler pour des gens incapables de lire." Frank Zappa

Avatar du membre
Romulien
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 596
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 19:50
Localisation : Lévis, Québec

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Romulien » ven. 2 avr. 2021 22:01

James and Bobby Purify-Do your thing.


La version originale par Isaac Hayes

Avatar du membre
juthova
Contributeur
Contributeur
Messages : 130
Enregistré le : sam. 28 sept. 2019 11:04

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par juthova » dim. 4 avr. 2021 09:27

Paroles mystérieuses, voire cryptiques, saxophone incandescent, quelques notes de blues, hommage à Charles Trenet autant qu'à Buddy Holly, autant d'éléments disparates qui participent d'un très grand morceau.
Pour celles et ceux qui furent élevés dans le pieux respect de la chanson à textes, celle qui se devait de raconter quelque chose, une histoire, un message, un engagement..., Gaby oh! Gaby était un délice : on ne comprenait rien aux paroles. Que des images : un requin qui rallume son clope, des sirènes... ce qui n'empêche pas pour autant d'ausculter chaque mot de la chanson.
La genèse de Gaby oh! Gaby est romanesque. On y apprend que la première mouture de la chanson est un blues intitulé Max Amphibie, en référence à Max Amphoux, éditeur des chansons d'Alain Bashung et de son parolier Boris Bergman. Pour les textes, Max Amphibie et Gaby oh Gaby commencent... pareil.
Mais quand Bashung arrive en studio, il change tout. Il pose sa voix pour indiquer les moments forts de la chanson et se met en chanter en "yaourt". Boris Bergman, qui écrit les textes de Bashung, est témoin de cette séance. Lorsqu'il entend Bashung dire "Give it" cela va lui inspirer "Gaby". Plus qu'un prénom, c'est un clin d’œil à l'argot des voyous des années 30 : les gabys, les gabounes, ce sont les homosexuels.
Coté musique, Bashung voulait un sax. C'est le saxophoniste, Alain Atot, qui lance justement le morceau avec un riff qui salue le titre Reminiscing de Buddy Holly. Dans Gaby oh! Gaby, le saxophone est donc un hommage aux 60's et, au delà de ce morceau, un instrument qui deviendra une des signatures sonores de la variété des années 80.
Pour finir, Bashung trouve qu'il manque un couplet. Bergman le lui écrit fissa, entre deux prises. Il griffonne n'importe quoi, pour la blague, deux phrases désuètes et joliment décalés pour faire rire Bashung comme une sorte de rituel entre eux, en étant sûr que le chanteur n'ira pas au bout. Mais une fois de retour au micro Bashung s'amuse à chanter ce texte avec le même sérieux : "Alors à quoi ça sert la frite si t'as pas les moules ? ça sert à quoi l'cochonnet si t'as pas les boules ?"
Une simple private joke devenue un tube intemporel, et qui a surtout permis à Alain Bashung d’accéder à la notoriété et de continuer sa belle et longue carrière. Quelques mois seulement après la sortie de Gaby oh! Gaby, le duo Bergman / Bashung frappera de nouveau un grand coup avec Vertiges de l'amour.



Et en Espagnol, ça donne quoi ???



Et tant que l'on y est, avec un zest de reggae.


Avatar du membre
Echoes
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3501
Enregistré le : mer. 2 oct. 2019 13:16
Localisation : Suisssssse

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Echoes » jeu. 8 avr. 2021 09:11



Arno qui reprend "Je suis sous" du grand Nougaro :]
"Les journalistes de rock sont des gens incapables d'écrire qui interviewent des gens incapables de parler pour des gens incapables de lire." Frank Zappa

Avatar du membre
juthova
Contributeur
Contributeur
Messages : 130
Enregistré le : sam. 28 sept. 2019 11:04

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par juthova » sam. 10 avr. 2021 16:28

Deux étrangers dans la nuit vivent une rencontre spontanée, hors du temps, un amour naît en une nuit comme une évidence. L'histoire est simple et presque cliché mais élégante, à l'image de cette mélodie composée par l'allemand Bert Kaempfert.
Kaempfert est l'homme qui vend "officiellement" une première version de Strangers In The Night sous le titre Beddy Bye (sans le texte donc) pour servir de bande originale à un film d'aventure intitulé A Man Could Get Killed. Le film sort le 25 mars 1966 et Frank Sinatra enregistrait le 11 avril de la même année sa version.
Avec ses cordes, son faux rythme et ses manières à nous faire de l’œil, son scat final, ses "doubidou", cette rengaine est juste irrésistible et à la limite du supportable. D'ailleurs Sinatra détestait cette chanson et répétait à qui voulait l'entendre que c'était "The worst fucking song" qu'il n'ait jamais entendue. Et pourtant il n'a jamais arrêté de la chanter.
Coté anecdote : Le final en "doubidou" de Sinatra donnera l'idée à Fred Silverman, producteur hollywoodien de baptiser le chien héros d'une nouvelle série de dessin animé d'enquête et de mystère : Scooby Doo. Strangers In The Night est donc à l'origine du nom de baptême du chien le plus cool de l'histoire de dessin animé (avec Snoopy).
Coté anecdote 2 : Mais la chanson est revendiquée par un compositeur français, Philippe-Gérard, qui en 1967, fait un recours en justice en arguant que le titre est un odieux plagiat de son propre morceau Magic Tango,
écrit et déposé en 1953. Il faudra attendre 1971 pour que la justice tranche en la défaveur du Français et libère les royalties du single.



Bonus : Quand James Brown nous emmène dans une toute autre dimension.



Sous l'influence de Kratfwerk et de la nouvelle vague électronique allemande.



Version chaleureuse et arrangement transformé.


Avatar du membre
Pablitta
Modérateur
Modérateur
Messages : 2298
Enregistré le : jeu. 15 août 2019 10:03

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Pablitta » sam. 10 avr. 2021 16:56

Très sympa tout ça ! Y compris les anecdotes ; j'adore !

Je suis très étonnée que le compositeur français ait été débouté :confusezzz: . P'têt' une histoire de mafia sous tout ça ? :modo:
Parce que franchement c'est la même mélodie.

La version de Mario Biondi groove à mort. Comme quoi, une bonne chanson c'est bien, mais l'interprète fait parfois tout ...

Avatar du membre
Romulien
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 596
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 19:50
Localisation : Lévis, Québec

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Romulien » sam. 10 avr. 2021 23:09

Version reggae de Everything I own du groupe Bread.

Ken Boothe-Everything I own


Bread-Everything I own

Avatar du membre
Romulien
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 596
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 19:50
Localisation : Lévis, Québec

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Romulien » dim. 11 avr. 2021 01:26

Quel souvenir

Johnny Farrago-1,2,3 chante avec moi


L'original par Dawn-I play and sing

Avatar du membre
juthova
Contributeur
Contributeur
Messages : 130
Enregistré le : sam. 28 sept. 2019 11:04

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par juthova » dim. 11 avr. 2021 16:24

Pablitta a écrit :
sam. 10 avr. 2021 16:56
Très sympa tout ça ! Y compris les anecdotes ; j'adore !

Je suis très étonnée que le compositeur français ait été débouté :confusezzz: . P'têt' une histoire de mafia sous tout ça ? :modo:
Parce que franchement c'est la même mélodie.

La version de Mario Biondi groove à mort. Comme quoi, une bonne chanson c'est bien, mais l'interprète fait parfois tout ...
Plutôt d'accord avec toi concernant la "gestion" du petit plagiat :rollin:

Image

Avatar du membre
Pablitta
Modérateur
Modérateur
Messages : 2298
Enregistré le : jeu. 15 août 2019 10:03

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Pablitta » dim. 11 avr. 2021 16:25

C''est quoi, cette peinture ?
(elle est impressionnante)

Avatar du membre
juthova
Contributeur
Contributeur
Messages : 130
Enregistré le : sam. 28 sept. 2019 11:04

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par juthova » dim. 11 avr. 2021 16:33

En 1961, Brenda, Carolyn , Lillian et Sylvia étaient camarades de classe au lycée du Queens à New-York. A l'époque il y avait un groupe vocal masculin à l'école appelé The Masters, alors les quatre jeunes femmes ont décidé de devenir The Masterettes. Après quelques départs et remplacements au sein du groupe, les Masterettes ont enrôlé l'un des Masters, Herb Rooney. Le nouveau quatuor rencontre alors les auteurs-compositeurs-producteurs à succès Jerry Lieber et Mike Stoller qui vont les prendre sous leurs ailes.
L'une des premières commandes de Lieber et Stoller a été de changer le nom du groupe en The Exciters. Puis ils les feront enregistrer le mythique Tell Him. Le disque sort en octobre 63 et grimpe très rapidement dans les charts pour atteindre la quatrième place.
Par la suite The Exciters a continué à cartonner avec notamment Get Him, Do-Wah-Diddy et He's Got The Power, repris en VF par les Gam,s. Le groupe se séparera en 1974.



Ah oui, pour les plus jeunes (si, si, il y en a sur le forum :hehe: ), The Exciters c'était ça...


Avatar du membre
Romulien
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 596
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 19:50
Localisation : Lévis, Québec

Re: Les reprises et leurs originales.

Message par Romulien » dim. 11 avr. 2021 22:28

Kiss-Kissin' time


La version originale par Bobby Rydell

Répondre