ZINGALE (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums ou votre album de la semaine.
Répondre
Avatar du membre
alcat01
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2420
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:51
Localisation : campagne

ZINGALE (Bio)

Message par alcat01 » jeu. 1 avr. 2021 14:16

Image

Zingale (prononcé Tsingaleh) a été un groupe obscur de Prog Rock Israélien créé au début des années soixante-dix et composé de David Bachar (chant, harmonica), Yonathan 'Johnny' Stern (chant, guitare 12 cordes), Ehud 'Udy' Tamir (basse), Efrayim Barak (guitares), David Shanan (batterie), Ady Weiss (claviers), Tony Brower (violon, mandoline), David 'Doody' Rosenthal (synthesizer, percussions & effects).

Les fans de Prog Rock commettent souvent l'erreur de limiter ce genre musical à l'Europe et à l'Amérique. Cependant, ce style musical, comme la plupart des autres d'ailleurs, ne connaît pas de frontières et presque tous les pays peuvent se vanter d'avoir un représentant de leur scène musicale qui a contribué à ce genre particulier. Le Moyen-Orient possède également une scène de Prog Rock et l'un des principaux représentants de cette région géographique dans les années 70 était le groupe Israélien Zingale.

Mais il faut aussi noter que Zingale n'est pas seulement une histoire de musique, c'est aussi une idée des membres du groupe sur la paix dans le monde, écrite en mots et exprimée en musique, d'où le titre en un mot de leur unique album, "Peace". Les paroles ont été écrites pour exprimer le traumatisme de la guerre de 1973, que les musiciens avaient combattue juste un an auparavant, et pour essayer de planter l'idée d'une paix mondiale, et quelle meilleure idée de le faire avec le Rock Progressif qui représente, à l'époque, la liberté, la fusion et les nouvelles idées.

Image

En Israël, le groupe était considéré comme innovant et révolutionnaire, essayant d'apporter la musique Rock Progressive de l'Ouest à l'Israël conservateur.

De nombreux artistes avant eux avaient joué avec l'idée de la musique progressive, mais l'avaient toujours fusionnée avec des éléments Pop et avaient essayé de la faire passer en l'adaptant à un public timide et apprivoisé. Zingale a été innovant parce qu'il a sorti un album qui ne cherchait pas à plaire au public ni à la maison de disques, l'album est à 100% rock progressif plein d'idées, tirant ses influences de groupes comme Yes et Gentle Giant, entre autres.

Certains attribuent le nom du groupe au mot argot pour "joint", bien que le groupe insiste sur le fait qu'il est en fait dérivé du mot sing. Le groupe a été créé par David Bachar et Yonathan "Johnny" Stern, bien que le leader du groupe soit le bassiste Udi Tamir, qui peut être considéré comme la force créatrice du groupe. La formation a été renforcée par l'arrivée du batteur David Shanan, du guitariste Efrayim Barak et, comme mentionné ci-dessus, du bassiste Udi Tamir.

Image Udi Tamir et Tony Brower

Pendant les deux premières années de son histoire, le groupe a répété continuellement pendant que la nouvelle musique était écrite. Ce n'est qu'au bout de deux ans que le groupe s'est senti assez confiant pour essayer de faire une percée en organisant deux concerts et en se trouvant un producteur musical.

Après cela, le groupe est entré au Kolinor Studdios de Tel Aviv dirigé par l'ingénieur du son Dudi Rozenthal, et a commencé à faire ses premiers enregistrements. Au départ, le groupe essayait d'enregistrer de la musique basée sur le style Pop Anglais, mais malgré des critiques positives, le groupe s'est vite rendu compte qu'il n'y avait pas de marché pour ce type de musique en Israël.
Ces titres ont été mis à disposition en bonus sur la réédition CD de l'album et ce sont "Why I Didn't Win The Lottery" et "Everything Will Be OK".

Image

Après avoir réalisé qu'il n'y avait pas de place pour leur musique en Israël, le groupe a décidé de faire demi-tour et de changer de direction musicale. Le résultat est le premier cas de Rock Progressif Israélien dont les principales influences sont des groupes tels que Van Der Graaf Generator et surtout Gentle Giant. Pour ce faire, le groupe a recruté deux nouveaux membres, le claviériste Ady Weiss et le violoniste anglais Tony Brower, qui ont contribué à ce son de Gentle Giant que le groupe allait, petit à petit, perfectionner.

Le groupe se lance donc dans l'enregistrement de son premier album et, à la fin de l'année 1975, il parvient à terminer ses enregistrements. La plupart des inspirations musicales proviennent de la guerre du Kippour de 1974, dont les connotations peuvent être entendues dans la plupart des titres de l'album. En outre, l'avenir du groupe semble prometteur, car le président de Decca Records est un ami personnel du producteur de Zingale, Yaacov Bachar, et grâce à lui, ils parviennent à obtenir le parrainage d'une tournée Européenne ainsi que la possibilité d'un contrat d'enregistrement et de distribution par le biais du label.
Cependant, alors que tout semblait aller pour le mieux, le président de Decca a eu une crise cardiaque et, de facto, tous les plans ont dû être mis au placard.

Image

En 1976 / 1977, le groupe décide à nouveau de suivre une nouvelle direction musicale et commence à travailler sur de nouveaux titres en hébreu, après avoir été signé par le label Hataklit en Israël. Les fruits de leurs enregistrements "hébreux" de 76 / 77 se trouvent également sur la réédition CD sous les noms de "Genesis", "Good To Be Together", "Party Inside" et "Green Scooter On The Way To Asia".

En 1977, le premier album du groupe, intitulé "Peace", est finalement sorti en édition limitée, ce qui en fait l'une des pièces de collection les plus précieuses du Rock Progressif, bien que le groupe se soit séparé peu après la sortie de l'album en raison de divergences sur la direction musicale et les enregistrements et mixages de l'album "Hebrew", qui n'a jamais été terminé.

Image Tony Brower

Qualifier de classique le seul album que Zingale ait jamais sorti serait aller trop loin. Cependant, le groupe a créé un album qui contient une variété de morceaux plus qu'intéressants, surtout pour les fans de Prog Rock qui aiment entendre le violon comme instrument solo au sein d'un ensemble Rock. D'autre part, cet album est d'une immense importance historique car il montre comment les influences des groupes de Prog Rock classiques ont atteint tous les coins de la planète, entraînant la popularisation d'un style et influençant l'appétit musical de tellement de générations de jeunes.

En outre, il semble que le scénario de la guerre et la menace constante du terrorisme dans leur pays d'origine aient été un facteur dominant dans l'écriture de leur musique. Parfois, les titres des morceaux font directement référence à ce sujet particulier, comme c'est le cas sur "Lonely Violin Crying For Peace" et "Soon the War Is Over".

Image

Le principal problème de l'album est la qualité moyenne de l'enregistrement et l'horrible mixage quasi amateur, qui semble avoir été fait par quelqu'un qui ne connaissait pas le projet ou ses objectifs. Cela a sûrement affecté le niveau de l'album car comment faire entrer tous ces instruments dans une seule piste, et faire en sorte que cela sonne bien, c'est réellement quelque chose qui n'avait jamais été fait en Israël auparavant.

Zingale est étiqueté, aujourd'hui, comme un groupe de Fusion mais ce n'est qu'un aspect du groupe, la musique est plus construite, même les parties instrumentales qui semblent suivre une ligne claire. La musique est symphonique, jazzy, rock, éclectique et surtout belle. S'agissant d'un album conceptuel, les chansons sont divisées en parties instrumentales qui reposent sur l'interaction complexe entre tous les membres, et en chansons qui démontrent la bonne qualité d'écriture du groupe, et leur capacité à écrire de véritables chansons.

Le groupe utilise beaucoup d'instruments en plus des instruments standards des groupes de Rock, comme l'harmonica, le violon, les synthés, le piano et les tablas. Les musiciens sont tout simplement exceptionnels et vous avez un réel sentiment d'unité et de solidarité, ils jouent avec beaucoup de passion et de sensibilité, ce qui est particulièrement évident dans les parties instrumentales.

La basse d'Udi Tamir est gigantesque, essayant d'apporter le son de Chris Squire, et il fait un excellent travail. Les claviers sont merveilleux tout au long de l'album, utilisant beaucoup de fender rhodes et sont assez diversifiés dans leur jeu. Le groupe n'essaie pas de produire une suite de "Close To The Edge" ni d'avoir des passages au clavier semblables à ceux d'Emerson, Lake and Palmer, la valeur de l'album réside dans la beauté exceptionnelle de l'écriture, les lignes mémorables et les énergies élevées délivrées par le jeu du groupe.

Une chose dont la musique progressive est parfois coupable, c'est de mettre trop l'accent sur la fantaisie ou la mythologie, ou d'essayer de prouver à quel point elle est intelligente et innovante. Il est donc agréable, de temps en temps, d'écouter quelque chose qui est aussi pertinent et opportun sur le plan social que musicalement attrayant. Zingale a réussi cet exploit avec son album quelque peu obscur du milieu des années 70, "Peace". Bien que les influences de Yes et du son Canterbury soient trop fortes pour être ignorées, le groupe parvient à les mélanger avec une bonne dose de Fusion jazzy et quelques improvisations évidentes en studio pour produire un album tout à fait nouveau.

L'influence de Yes est la plus évidente dans les premiers morceaux, en particulier sur les majestueux "Help this Lonely World" et "Carnival" ; le premier aurait pu aussi passer pour un enregistrement de Klaatu, et le second sonnerait comme une sorte d'extrait instrumental des sessions de studio de "Tales from Topographic Oceans". Malheureusement, le groupe n'a pas bénéficié des avantages techniques du studio d'Anderson and Co. et le son a tendance à être parfois quelque peu brouillé, ce qui donne l'impression que la musique est aussi datée que son copyright. Peu importe, les fans de Prog sérieux sont rarement dissuadés par de vieux enregistrements analogiques, surtout lorsque la musique qu'ils contiennent est arrangée avec un tel souci du détail.

Le chanteur David Bachar réussit un mélange assez décent de Jon Anderson et de Greg Lake lorsqu'il décide de chanter en Anglais, notamment sur l'énergique "Love Song". Le violoniste Tony Brower dégage de l'émotion sur le mélancolique "7 Flowers Street", puis enchaîne avec des accords de cordes méchants sur l'introspectif et acidulé "Lonely Violin Crying". Ce sont les morceaux les plus doux et les plus attachants d'un enregistrement par ailleurs très progressif et aventureux.

Idéal pour les personnes qui aiment les dialogues et les improvisations clavier-violon. Le travail au clavier Fender Rhodes d'Adi Weiss est assez jazz-rocky. Un bon effort de la part d'un pays obscur...

"Heroica" et "Carinal" sont deux superbes instrumentaux qui sonnent comme une grande fête, joyeuse, agréable et très plaisante à écouter. Ils sont basés sur l'interaction rapide de tous les membres, avec un très bon travail au violon, une basse puissante avec parfois de la wah wah, d'excellents claviers et une batterie magistrale.

"Love Song" est l'un des morceaux les plus forts de l'album, avec une belle ballade qui se cache derrière une chanson progy, un beau solo de guitare et un bon chant. Un autre groupe auquel on a tendance à penser en écoutant Zingale, c'est évidemment Gentle Giant. Cela est dû principalement à la forte présence du violon, bien que le groupe n'ait pas tendance à tomber dans la nature excentrique que Gentle Giant aimait inclure dans ses albums. En fait, sans le violon, une autre influence principale du groupe serait plutôt Yes, surtout quand on entend la façon dont le groupe structure ses harmonies vocales.
Des morceaux comme celui-ci renforcent encore cette comparaison, bien qu'il faille ajouter qu'il manque au groupe un musicien virtuose qui pourrait porter sa musique à un niveau différent.
"Love Song" rappelle aussi certains des morceaux de Caravan sur "Cunning Stunts", avec le style typique de Canterbury, ainsi qu'un excellent travail de chant et de violon. La partie lente s'accélère et se transforme en une partie complexe à la Yes, puis revient au rythme lent et aux deux guitares slide, très Pink Floydien en effet.
"Carnival" fait ressortir le côté plus Jazz du groupe, le rythme s'accélérant pour permettre des échanges entre le violon, la guitare et les claviers. Le rythme sous-jacent semble être mené par une basse funky, tandis que les autres instruments se laissent aller à jouer à fond. Cette chanson déchire totalement. C'est comme un Hoedown Psyché Bluegrass avec des échanges de guitare et de violon géniaux et complètement hors normes qui rappellent Mahavishnu Orchesta. Ensuite, un piano Rhodes et une basse wah-wah folle suivis d'une partie avant-gardiste vraiment effrayante qui pourrait servir de musique de fond dans une maison de l'horreur.
Le chant mélodique est agréable à la manière de Yes dans "Help this Lovely Planet" avec du Rhodes et de belles lignes de violon aux multiples doublages pour l'accompagner, avec des guitares psychédéliques entrelacées. Vraiment génial pour tout fan de violon! Cette chanson est vraiment magnifique. Le groupe cimente vraiment sa ressemblance avec Caravan, car le chant est extrêmement doux et plaintif, bien que la musique parvienne toujours à transmettre un sentiment étrange et puissant.
"Heroica" est joué par un groupe de Jazz / Fusion Rock, un peu à la manière de Mahavishnu Orchestra, avec un violon frénétique, une batterie rapide, des lignes de basse Jazz et un bon travail du Rhodes. Un peu de synthé entre en jeu et la basse devient vraiment Rock, ce type sait vraiment comment claquer et frapper! La chanson donne de l'élan à l'album et se termine par une transition vers les morceaux plus symphoniques façon Yes...
On peut remarque surtout l'influence du Canterbury que le groupe possédait. Tout d'abord, il y a ce fort son de violon dominant qui donne vraiment au groupe une touche distinctive, bien qu'ils ne trahissent pas leurs racines Moyen-Orientales car ils ont tendance à avoir une approche Européenne ou Occidentale pour structurer leur musique.
"Lonely violin Crying for Peace" montre un beau violon au début suivi d'une jam session avec le Rhodes au premier plan et quelques lignes de basse fretless.
Les claviers électriques et les rythmes de Fusion abondent lorsque le groupe se lance dans une improvisation sur le trépidant "Stampede", un morceau instrumental exceptionnel et délicieux influencé par le Jazz qui, comme son nom l'indique, avance à un rythme effréné.
Puis Zingale semble s'inspirer de Peter Hammill avec l'hymne anti-guerre sardonique et tendu "Soon The War Is Over", un appel aux armes pour les amoureux de la paix partout dans le monde. Plusieurs membres du groupe ayant servi sous les drapeaux pendant la guerre de Yom Kippor, et ces souvenirs étant encore frais dans leur mémoire, ils savent certainement ce qu'ils chantent, les paroles étant débitées au milieu de guitares gémissantes et de claviers guindés. La fin plutôt abrupte et déstabilisante imite trop bien le manque de fermeture que la guerre a apporté à la région.
Musicalement, "Soon the War Is Over" présente un certain nombre de caractéristiques intéressantes, bien que malheureusement le chant soit quelque peu décevant et tendu. Il rassemble toutes les influences du groupe, de Gentle Giant à Yes en passant par Caravan.
Par moments, le groupe introduit également un certain degré de mélancolie, comme "7 Flowers Street" qui est un morceau Folk vraiment magnifique qui calme la frénésie, réalisé avec deux guitares acoustiques et un violon par Tony Brower, et reprend dans une section jazz/fusion au rythme plus rapide.
Le violon continue de briller tout au long de l'album et il doit être considéré comme l'arme secrète du groupe.
L'expérimentation est également une caractéristique du groupe qui utilise le back tracking sur "One Minute Prayer", un morceau qui sonne comme la première utilisation de la musique traditionnelle Juive, bien que jouée à l'envers. C'est une sorte de prière accélérée et inversée avec une piste de fond, très psychédélique.

Les six autres morceaux de la verssion CD ne figuraient pas sur l'album original que le groupe avait sorti et montrent également le groupe sous un jour musical différent. De plus, les voix sont chantées en Hébreu plutôt qu'en Anglais, comme c'était le cas sur l'album, signe que le groupe avait changé de public cible.
On notera que le groupe vise bien plus bas vers des hymnes plus acceptables, et des chansons moins aventureuses, chantant en Hébreu au lieu de l'Anglais. Le violon magistral qui dominait l'album original a disparu, et les claviers sont également absents, laissant l'album avec un son beaucoup plus simple. Mais étant un bon groupe au départ, le jeu est toujours bon, et certains éléments progressifs sont déjà là, les chansons ne sont pas mauvaises, juste plus simples et elles ne plairont pas à ceux qui n'étaient pas enthousiasmés par l'album.
"Why I Didn't Win The Lottery" et "Everything Will Be OK" sont les premiers morceaux que le groupe a composés avant d'élargir son line-up à celui qui allait enregistrer l'album "Peace". L'absence musicale la plus notable de ces morceaux et de ceux de l'album original est probablement le son du violon de Tony Brower. La musique peut être décrite comme un Pop Rock des années 70 avec des influences de groupes comme les Beatles et d'artistes comme Dave Mason.
Les derniers titres "Genesis", "Good To Be Together", "Party Inside" et "Green Scooter On The Way To Asia" ont été enregistrés après que le groupe ait sorti l'album "Peace". En fait, le groupe avait changé de line-up et s'était mis à chanter en Hébreu, signe qu'il avait une fois de plus changé de public cible. On retrouve occasionnellement des traits du Rock Progressif qui les a tant influencés, bien que cela se soit dilué. De temps en temps, on remarque un changement de signature temporelle ainsi qu'une étrange référence musicale à des artistes tels que Gentle Giant.
Cependant, le groupe semble se concentrer davantage sur la création d'accroches Pop plutôt que de se fier à sa musicalité pour parler. Une autre caractéristique ajoutée qui contraste fortement avec le son que le groupe possédait quelques mois plus tôt est la forte distorsion appliquée à leurs guitares, ce qui n'était jamais le cas sur "Peace". Parmi ces quatre enregistrements, le morceau le plus marquant est "Green Scooter On the Way To Asia", où le groupe joue en acoustique et atteint presque les sommets qu'il avait atteints sur "Peace".

Malheureusement, Zingale n'avait aucune chance, la musique progressait plus rapidement et dans d'autres domaines, jamais explorés auparavant. Si vous ajoutez à cela de meilleurs studios d'enregistrement, une meilleure technologie et des ingénieurs ayant des années d'expérience dans la production de musique complexe et expérimentale, et vous avez un beau projet qui était voué, dès l'origine, à l'échec.
Le fait d'avoir été éclipsé par les grands noms du Prog ne signifie pas que leur seule version du Rock Progressif n'était pas bonne, en fait elle était même excellente.

Le premier et unique album de Zingale qui n'a certainement pas été reconnu à sa juste valeur est en effet une rareté, aussi bien en vinyle qu'en version CD.
Le CD n'est même sorti qu'en édition limitée à 750 exemplaires.

Il existe deux versions vinyles distinctes de l'opus qui ont toutes deux des listes de pistes différentes. La première était une copie promotionnelle et c'est ce format qui a été utilisé pour la réédition du CD.
La version vinyle commercialisée a été réarrangée pour des raisons commerciales sous la forme de deux longues suites. La version promotionnelle comportait également une version plus longue de "Carnival" (d'environ 30 secondes), ce qui a été conservé pour la version CD.

En 1992, le label israélien "Jazz Ba'ozen" a publié une remasterisation de l'album original et a inclus les morceaux en Hébreu comme pistes bonus. Malheureusement, comme ce fut le cas pour l'album, le CD n'est sorti qu'en édition limitée, avec seulement 750 copies pressées. L'album n'a pas été réédité depuis.

Yonathan Stern et EhudTamir ont poursuivi leur chemin dans le judaïsme et sont devenus ultra-orthodoxes.
Efrayim Barak possède un studio d'enregistrement dans le Galil et gère, avec sa femme, une maison d'hôtes.
Tony Brower a déménagé à New York, où il vit depuis bien longtemps, et il fait de la musique comme passe-temps.
David Shanan est devenu apiculteur et David Bachar est décédé dans les années 2000.

Sources: Nigel Camilleri, progarchives
Montrez moi un homme politique honnête et je vous montrerais une prostituée vierge ...!!

Avatar du membre
Leutte
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 953
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28
Localisation : Toulouse

Re: ZINGALE (Bio)

Message par Leutte » jeu. 1 avr. 2021 23:11

chouette post qui m'a donné envie de découvrir ce groupe.

En ligne
Avatar du membre
Monsieur-Hulot
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1955
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 06:40
Localisation : Third Stone From The Sun

Re: ZINGALE (Bio)

Message par Monsieur-Hulot » ven. 2 avr. 2021 07:47

Pareil !!! Merci Alain :chapozzz:
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS.

En ligne
Avatar du membre
Monsieur-Hulot
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1955
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 06:40
Localisation : Third Stone From The Sun

Re: ZINGALE (Bio)

Message par Monsieur-Hulot » ven. 2 avr. 2021 08:07

Je suis en train de l'écouter, et ben dis donc !!!!!! :taré1: :taré1: :taré1: on dirait du YES, c'est vraiment très bon !!!!!
Et il y a une page Facebook ! https://www.facebook.com/Zingale.Band/
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS.

Avatar du membre
Leutte
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 953
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28
Localisation : Toulouse

Re: ZINGALE (Bio)

Message par Leutte » ven. 2 avr. 2021 08:37

Monsieur-Hulot a écrit :
ven. 2 avr. 2021 08:07
Je suis en train de l'écouter, et ben dis donc !!!!!! :taré1: :taré1: :taré1: on dirait du YES, c'est vraiment très bon !!!!!
Et il y a une page Facebook ! https://www.facebook.com/Zingale.Band/
J'ai écouté aussi, et en effet, comme ton(Alain) article le sous entend, l'album reflète bien les différentes orientations prises par le groupe au cours de leur carrière. L'album contient deux trois morceaux exceptionnels( Help This Lovely World :love1: !!!). D'autres et trés bons. Et enfin quelques uns qui me laissent indifférents. Reste une moyenne plus qu'honorable.
Si l'influence des anglais se fait bien entendre, je ne perçois pas qu'il faille la limiter uniquement à Yes.
Et une fois de plus... Merci pour la découverte Alcat01! :chapozzz:

En ligne
Avatar du membre
Monsieur-Hulot
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1955
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 06:40
Localisation : Third Stone From The Sun

Re: ZINGALE (Bio)

Message par Monsieur-Hulot » ven. 2 avr. 2021 09:34

Leutte a écrit :
ven. 2 avr. 2021 08:37

Si l'influence des anglais se fait bien entendre, je ne perçois pas qu'il faille la limiter uniquement à Yes.
Et une fois de plus... Merci pour la découverte Alcat01! :chapozzz:
Tout à fait, il n'y a pas que Yes, mais aussi Canterbury et, effectivement, comme l'a souligné Alain, Gentle Giant. Belle découverte !
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS.

Avatar du membre
alcat01
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2420
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:51
Localisation : campagne

Re: ZINGALE (Bio)

Message par alcat01 » ven. 2 avr. 2021 13:44

Heureux de vous faire découvrir des groupes inconnus, dont celui-ci que je trouve particulièrement bon!
et content que cela vous ait plu...
Montrez moi un homme politique honnête et je vous montrerais une prostituée vierge ...!!

Répondre