TUCKY BUZZARD (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

TUCKY BUZZARD (Bio)

Messagepar alcat01 » 16 Mai 2017, 15:25

Image

Image

Tucky Buzzard est un groupe Britannique de Hard Rock formé en 1969 et issu des cendres de The End, un groupe dédié au Rock Psychédélique et produit par le bassiste des Rolling Stone, Bill Wyman.
Le groupe passéiste The End s'est donc transformé dans les années 70 en un grand groupe de Hard Rock appelé Tucky Buzzard avec trois de ses anciens membres, à savoir le bassiste Dave Brown, l'organiste Nicky Graham et le guitariste Terry Taylor.
Le line up original se composa alors de ce trio de base augmenté du batteur Paul Francis et du chanteur Jimmy Henderson.

Image the End

Tucky Buzzard a sorti la bagatelle de cinq albums dans les années 70, entre 1969 et 1973 pour être plus exact, et le tout dans la même lignée que Lucifer's Friend, Uriah Heep, Deep Purple et autre Led Zeppelin.

Ils étaient connus pour le son Heavy et clair qu'ils avaient en live, ce qui avait même conduit la production du spectacle Ziggy Stardust de David Bowie à louer leur système sonore.

Excellent et inconnu, même à l'époque, comme il l'avait été quand ils étaient The End. A l'écoute du premier disque de The End jusqu'au dernier Tucky Buzzard, on peut être surpris par la polyvalence des musiciens.

Tucky Buzzard fut, dans les faits, plus célèbre pour avoir été produit par Bill Wyman, le bassiste des Rolling Stones.
L'un des meilleurs moments de groupe a été le morceau "Bo-Bo's Hampton" sur "Buzzard", qui s'adoucit au milieu et qui finit par un excellent travail de guitare. Ailleurs sur le même album, il y a une influence 'Southern USA' sur "Hanging On In There" et quelques bons vieux Rock'N'Roll avec des arrangements de cuivres sur "Super Boy Rock'n'Roller 73".

Image

Le modèle de Rock bluesy du groupe les installe dans la même arène musicale que Free, Grand Funk Railroad ou Creedence Clearwater Revival.

Image

http://www.mediafire.com/?dwvybz5iwbebbt2

Paru en 1971, le premier album, "Tucky Buzzard", contient quelques derniers vestiges de l'existence précédente du groupe.
Bill Wyman qui avait donc déjà servi de mentor pour the End, produisant même l'album "Introspection" en 1969, poursuit ce rôle pour Tucky Buzzard, aidant le groupe à attirer l'attention du label Capitol Records.
À mi-parcours de l'enregistrement de ce premier opus, le batteur Paul Francis a quitté le groupe pour rejoindre Fuzzy Duck.
Il a été rapidement remplacé par un ami de Wyman appelé Chris Johnston. Celui-ci a enregistré les parties de batterie restantes et il est crédité sur la pochette de l'album.

Montrant un matériel largement original, Tucky Buzzard n'a pourtant pas le son le plus original jamais entendu.
Illustré par leur mixages des déplacements de la guitare bluesy de Taylor et des riffs d'orgue de Graham, des pistes comme "Time Will Be Your Doctor" et "Stainless Steel Lady" s'inscrivent tout doucettement dans la veine FM de groupes tels que Deep Purple, Spooky Tooth et Uriah Heep.
Fait intéressant, quel que soit le manque dans l'originalité, cela est compensé par un enthousiasme à toute épreuve.
Henderson possède une grande voix de Hard Rock. Taylor est un guitariste sousestimé, ses performances restreintes étant uniformément impressionnantes - voir son travail de slide sur "Ace of Face" ou le Rock de fermeture "Rolling Cloud".
Cela dit, le véritable héros méconnu du groupe se trouve être le batteur Chris Johnson.

"Time Will Be Your Doctor" était l'une des contributions de batteur Francis avant son départ pour Fuzzy Duck.
La chanson a donc également été enregistré par Fuzzy Duck pour leur premier album paru la même année.
Certes, les deux versions ne sont pas bien différentes, mises côte à côte, il serait difficile de les distinguer. L'ambiance est légèrement jazzy sur cette version
Doté de quelques douces voix, le Rock "Stainless Steel Lady" offre une belle vibration des années 60 qui vacille entre le Hard Rock conventionnel (l'orgue de Graham donnant à la chanson un côté Uriah Heep) et une modeste saveur progressive.
Le groupe ralentit le tempo pour "Sally Shotgun", une jolie ballade avec une petite touche d'influence 'lysergique' dispersée dans l'arrangement. La guitare slide mélodique de Taylor en est le point culminant.
Avec Graham au chant, "Gu Gu Gu" est un rock rêveur avec la lead guitare fuzz de tueur de Taylor. C'est une autre chanson avec une grosse ambiance distinctive des années 60 et probablement la meilleure performance de l'album...Le segment de fin baroque étant quelque peu inattendu.
En ouvrant sur des claviers joués par Graham, "My Friend" commence avec une vibration presque Gospel, avant de se transformer en une ambiance Pop Rock beaucoup plus commerciale.
Le seul morceau non original de l'album, la reprise de "Pisces Apple Lady" de Leon Russell est probablement l'une des meilleures reprises de Russell jamais enregistrées. Écrit par Russell dans le but de célébrer le secrétaire de Apple Records, Chris O'Dell, l'original avait une sensation de Honky Tonk.
La reprise de Tucky Buzzard abandonne le côté Honky Tonk pour un arrangement Rock et c'est mieux comme ça. La chanson a également été éditée en tant que single promotionnel Américain: "Pisces Apple Lady" / "Time Will Be Your Doctor"
Le Boogie Rock "She's Meat" a quelques effets irritants provoqués par les vocaux de Henderson. Par contre, joli duo de lead guitares.
"Ace the Face" est un autre Blues Rock qui dévoile la meilleure partie de guitare slide de l'album.
S'ouvrant avec un bon travail de batterie de la part de Johnson, "Whiskey Eyes" se développe pour inclure les mouvements d'orgue et de guitare fuzz; ce morceau possède certainement la mélodie la plus attrayante de l'album et l'une des meilleures performances vocales de Henderson.
En dépit du duo de cuivres de grande qualité formé avec Bobby Keyes et Jim Price, le Rock de cloture de l'album, "Rolling Cloud", est l'un de ces airs qui trotte dans la tête après l'écoute de l'album.

L'album original ne fournit pas de crédits spécifiques à l'écriture de chansons et, à la place, représente de manière ambiguë toutes les chansons originales comme "écrite par Tucky Buzzard", même si certaines des pistes ont été coécrites par Paul Francis, qui n'était plus membre du groupe.

En soutien de l'album, le groupe a entrepris un vaste programme de tournées en ouvrant pour des dates Américaines et Européennes pour Deep Purple et Johnny Winter. Malheureusement, tout ce travail a peu contribué à une vente plus importante.

1971 aura été une année merveilleuse pour le Hard Rock et Tucky Buzzard n'aura pas sorti moins de trois albums cette année-là...

Image

http://www.mediafire.com/?4821i7fla315k8k

Après un premier album agréable mais pas exceptionnel, le groupe en sort un deuxième d'une autre dimension intitulé "Warm Slash", produit par Wyman avec Glyn Johns aux Olympic Studios, qui expose le modèle du groupe de Rock bluesy, un genre majeur à l'aube des ces années 70.
"Warm Slash" est plus réfléchi au style 'hard rocking' du groupe lorsqu'il a été publié en Juin 1971, influencé par Grand Funk Railroad avec lequel ils ont tourné aux États-Unis.

Leur musique 'brute" est une sorte d'amalgame de Hard Rock, de Boogie et de Blues.
Dans cette veine, "Warm Slash" n'est pas l'album le plus original jamais conçu, mais il décape bien.
Tucky Buzzard offre du Hard Rock extrêmement bien écrit. Cela rappelle parfois les Faces, avec un peu de méchanceté brisée.
En retour, lorsque Heavy Metal signifiait encore Hard Rock, le groupe illustrait parfaitement ce terme.
L'orgue Hammond occasionnel ajoute un peu de variété à la musique, liant très simplement le groupe au son 'Progressif' de l'époque, bien que ce ne soit pas Prog.

Tucky Buzzard fut l'un de ces groupes qui créaient les standards du son Hard Rock.
Il y a quelques morceaux marquants absolus comme "Striker", "Heartbreaker" et "Mistreating Woman", ainsi que des jams ambitieuses et orientées vers le prog, tels que "Sky Balloon" et "Which Way, When For Why". "Burnin'" et "Heartbreaker" sont particulièrement groovy.
Les dernières chansons sont à la fois des jams épiques qui commencent calmement, mais qui se transforment en véritables agressions de Heavy Rock.
Il n'y a pas vraiment de moment ennuyeux et les fans de Led Zeppelin ou de tout autre monstre préhistorique des années 70 devraient en prendre bonne note.

"Warm Splash" est assez impressionnant dès le début, dès les premiers accords de guitare de "Mistreating Woman". Les vocaux viennent aussi avec l'expressivité d'un meilleure Hard Rock. Et des chansons comme "Sky Balloon", "Heartbreaker" ou "What Way, When for Why" apparaissent comme les repères du genre.
Même à notre époque, "Warm Splash" semble encore plutôt frais et les solos sophistiqués de la guitare ne semblent pas banals même après tant d'années.

La chanson d'ouverture, "Mistreating Woman", est un grand moment de Rock avec distorsion de guitare, un excellent Blues Hard Rock avec Jimmy Henderson en lead vocal. Cela donne un groupe fort et en pleine cohésion. La section rythmique Johnston / Brown assure un maximum.
"(She's A) Striker" possède un riff de Hard Rock significatif avec le son de guitare rugueux de Terry Taylor, un Johnston toujours aussi percutant et un Nick Graham qui assure au piano vers la fin.
Un solide riff de Rock ouvre la chanson suivante "Fill You In" avec une rythmique adéquate, Taylor joue la mélodie de base à la guitare, et la ligne mélodique du chant de Henderson et le piano électrique de Graham amortissent les nombreux changements de tempo fréquents. La batterie est jouée dans la brièveté du Rock et elle crée plusieurs breaks avec l'appui de la basse sauvage de Brown. La section rythmique prend une autre dimension par toutes ces transitions nettes pour les percussions...
Sur "Need Your Love", la slide guitare débute un Blues qui semble venir directement du Sud. Le concept de la voix de Henderson n'est pas très loin de celui de Robert Plant et en écoutant d'un peu plus près, le groupe gratifie l'auditeur d'un pur dérivé de Zeppelin somme toute assez réussi, avec l'harmonica en prime. Ce n'est, bien sûr, pas un plagiat, mais peut-être que Tuck Buzzard voulait prouver qu'il pouvait le faire, dans l'esprit du Zeppelin acoustique.
Avec "Which Way, When For Why", l'introduction au piano suivie par les sons d'une guitare électrique défilent comme des images psychédéliques avec des bruissements de cymbales et la progression du morceau nous emmène dans de l'expérimental avec un thème de base, où est lentement réintroduit l'orgue Hammond. Le chant arrive et, avec elle, le passage à une guitare Hard Rock avec des lignes claires et l'accélèration rythme. La voix répond parfaitement aux riffs de guitare qui devient purement Hard. L'orgue et la guitare sont en parfaite symbiose.
La chanson suivante "Burnin'" est un Hard Rock simple. Une fois introduit, arrivent les passages de piano et la piste se transforme en une ballade mid-tempo. La voix d'Henderson relie tous les instruments, où la ligne de basse distinctive a d'excellents liens avec la batterie et les intermèdes de guitare. Tout tourne de façon inattendue, la partie rythmique se charge de modifier en accélèrant le tout en un tempo de Blues rythmé pour le final.
Sur "Heartbreaker", la guitare de Taylor est disséqué par une pédale wah wah et la ligne mélodique de la guitare et le chant sont en droite ligne jusqu'à l'arrivée de la basse et de breaks dûs à la batterie. Tucky Buzzard travaille remarquablement avec des formules éprouvées de Hard Rock, et ils le font bien dans un espace parfaitement ciblé et surtout délicieux. Ensuite, l'harmonica entre en jeu. Certainement l'une des chansons les plus importantes de l'album.
Un son puissant de Hammond ouvre la chanson de l'avant-dernier morceau "Sky Balloon". Entrée des percussions avec une basse vigoureuse et mélodique et la lead guitare. Il se présente ensuite comme un calme significatif au prélude du temple à la messe où la voix pieuse d'Henderson chante avec une certaine humilité et résignation. L'attaque inattendue des instruments de percussion varie plus sévèrement, où, dans une bataille avec ligne mélodique harmonique se déroule sur une courte zone de la lutte pour le contrôle du sujet. Le thème musical est très convaincant et émotionnellement déchaîné. Un morceau qui rappelle un peu Uriah Heep. Excellent morceau!
La guitare séche de Taylor s'insére dans le dernier morceau de l'album intitulé "Ain't Too Soon". La voix d'Henderson reflète une certaine anxiété dans cette jolie composition de Blues. Pas de grande pompe, ni d'apparat, mais l'efficacité est là.

"Warm Splash" n'est pas un album à rater si ce genre de musique vous intéresse; il est même hautement recommandé.

Image

http://www2.zippyshare.com/v/58618865/file.html

A propos de l'album suivant, "Coming On Again", celui-ci a été le premier enregistré après la fin de the End à la fin de 1970, selon les modestes liner notes, pour ne sortir finalement qu'à la fin 1971, alors que Paul Francis était encore à la batterie.
Au moment de la sortie de "Tucky Buzzard", le groupe avait effectivement fait des enregistrements initialement prévus pour un deuxième album avorté de The End, à la fin de 1970, selon les modestes liner notes.
Musicalement, c'est du Prog Rock, ni plus, ni moins, et il ne sonne pas aussi commercial que leurs sorties ultérieures. C'est d'ailleurs le seul disque de Tucky Buzzard qui ressemble beaucoup à The End.

Bill Wyman n'étant pas disponible, le groupe a engagé à la production un certain Rafael Trabucchelli, et les arrangements ont été confiés au chef d'orchestre Waldo De Los Rios et l'Orchestre Philharmonique de Madrid.
Enregistré aux Hispavox Studios pour le label Hispavox Records à Madrid, il sert, en quelque sorte, de transition entre la musique de The End et celle de Tucky Buzzard.
"Coming On Again" est un joli album qui n'a d'ailleurs été publié en LP qu'en Espagne, alors pourquoi cet album n'a-t-il pas eu de version Britannique ou encore moins Américaine?

Il est sorti très peu de temps après la sortie du deuxième album de Tucky Buzzard, le premier aux États-Unis.
C'est un album assez court, une trentaine de minutes, mais chaque chanson est bonne.
Une partie du matériel est un peu Hard et il fait ressortir l'orgue Hammond, la guitare et quelques cuivres.
La musique est un mélange de the Move et même de Badfinger, ce qui est probablement la raison pour laquelle le groupe faisait appel outre-Atlantique alors que ces deux-là avaient réussi beaucoup de succès aux États à cette époque.
Pour ce troisième album dans la discographie du groupe, Tucky Buzzard se tourne vers les harmonies vocales et l'attitude progressive, mais les musiciens ont trouvé assez d'espace pour la poésie, consignant ainsi les ballades "You're All Alone" et "Lady Fair".

La première face est une suite à caractère progressif intitulée "Coming On Again", en droite ligne de la musique de the End. Cette suite est intéressante, mais elle est plutôt inconsistante par moment.
La seconde face s'ouvre avec "You're All Alone" qui est jolie ballade avec guitare séche, claviers, orchestre philharmonique et choeurs d'harmonie, avec changement de tempo pour introduire la guitare électrique. Puis intervention plus importante de l'orchestre. Un bien beau morceau!
Suit "You Never Will" qui est une chanson qui fait penser immanquablement à the Move dans sa conception.
Par contre, le morceau qui suit intitulé "Free Ticket" est le moins accrocheur de l'album... Quelconque!
Enfin, "Lady Fair" est une chouette ballade mélancolique qui conclut cet album de Tucky Buzzard qui est totalement hors cadre, par rapport au reste de leur discographie...

Bref, un disque à plus écouter, surtout par curiosité...

Le groupe attirera Capitol Records aux USA pour les deux albums suivants.

Image

http://www22.zippyshare.com/v/10962255/file.html
muro

Pour leurs quatrième et cinquième albums, le groupe a été signé par le label Purple Records, de Deep Purple.
Wyman a continué son travail dans la chaise du producteur, mais le départ de Nicky Graham a été compensé par l'arrivée d'un deuxième guitariste.

En effet, "All Right On The Night", paru en 1973, fut le début de la relation du groupe avec Deep Purple et son label.
Les membres du groupe comptait Deep Purple parmi leurs héros et cette connexion a été favorisée lorsque le groupe a ouvert pour Purple en tournée aux Etats-Unis.
L'album s'inscrit bien avec son prédécesseur, "Warm Slash"; en général, un excellent Hard Rock / Boogie toujours aussi emballant.
Une fois de plus, le groupe déchire.: La seconde face, en particulier, où il y a de superbes pistes, et cet album dépasse allégrement la plupart des cuivres et le Boogie Blues Rock des opus précédents.
Cependant, la plupart des morceaux finissent par un peu ressembler à d'autres groupes comme Alice Cooper, The Who, Black Sabbath, etc.

Certains affirment que "Allright On The Night" n'est pas aussi bon que les précédents. C'est pourtant toujours du bon Hard Blues Rock avec beaucoup de guitare mais il est peut-être un peu moins inspiré, bien qu'il y ait encore de bons morceaux.
Ceci dit, cet opus nécessite aussi peut-être plusieurs écoutes pour révéler tous ses charmes: Le son très simple du Rock bluesy peut sembler un peu générique à la première écoute.
Malgré cela, c'est encore un disque très solide car, musicalement, ce n'est pas un écart majeur par rapport à leur travail antérieur. Bien sûr, cette fois, il y a quelques ajustements au niveau du son. Les cuivres qui peuplaient certaines des versions antérieures ont largement disparus. Cette fois, le matériel est moins basé sur le blues.

Les meilleurs morceaux sont certainement "Gold Medallions", "Rainbow Rider" et "Pictures".
En fait, les Rocks fournissent les meilleurs moments de l'album: "Rainbow Rider" est simplement l'un de leurs meilleurs Rocks jamais enregistrés et une occasion manquée pour la diffusion à la radio. "Can not Live without It" est presque aussi bon et "Rudie the Movie Star" aussi frais que the Faces.
Terry Taylor n'est peut-être pas le guitariste le plus original du monde, mais son jeu est toujours de bon goût et économique, il ne perd jamais de place avec des solos inutiles.
De même, Jimmy Henderson n'est pas le meilleur chanteur, mais quand il se concentre, l'homme est réellement impressionnant; Voir la jolie ballade "Gold Medallions".
Et puis, il y a toujours le catalyseur négligé du groupe - le batteur Chris Johnson; à l'exception d'un solo inutile à la fin de "Last War", son jeu est tout simplement impeccable.

Les crédits d'écriture de chansons sont fait par BMI records. Les crédits sur l'album lui-même ne font pas la différence entre Terry Taylor et Ron Taylor, et ils donnent également des crédits incohérents pour "Rainbow Rider" (la pochette donne "Taylor / Henderson", mais le label "Taylor / Henderson / Brown").

L'album s'ouvre avec "Can not Live Without It", un morceau de Rock sans fioriture. Propulsé par la puissance de la voix d'Henderson, le côté légèrement déjanté de la chanson rappelle un peu un croisement entre The Stones et The Faces. La botte secrète vient de performance impressionnante du travail de Johnson et sa batterie quasi cataclysmique.
L'ouverture acoustique de "Fast Bluesy Woman" est un peu intéressante, mais la chanson change brusquement pour s'engluer en essayant de sonner bluesy. Il y a effectivement un bon riff enraciné dans la chanson, mais il ne réussit jamais à échapper à une mélodie assez plate et les paroles ne font pas beaucoup pour aider la situation. Le solo de slide de Terry Taylor en est, malgré tout, le point central.
Le morceau qui suit, "Gold Medallions", est l'un des morceaux les plus commerciaux qu'ils aient jamais composé; une mélodie glorieuse avec Henderson manipulant ses vocaux d'une manière assez restreinte. Curieusement, la version Américaine a été coupée de près d'une minute. La chanson est sortie en single promotionnel aux États Unis, la première face en mono et la seconde en version stéréo...
"All I Want Is Your Love" est un morceau séduisant sonnant presque Latin-rock qui est marquée par une chose: la voix bizarre et hautement irritante d'Henderson. Il essait clairement d'obtenir cet effet, mais on peut se demander pourquoi.
Un riche jeu de batterie de Johnson ouvre la chanson suivante intitulée "Rainbow Rider", un grand rock qui est construit sur l'un de ces petits riffs insidieusement accrocheur dont Terry Taylor avait le secret. L'un des meilleurs morceau de l'album et on peut se demander pourquoi il n'a pas été utilisé comme single.
Sur "Rudie Movie Star", le jeu de cordes frappées de Taylor rappelle un peu le style de Keith Richards et ce Rock frais a les mêmes caractéristiques que les meilleurs morceaux des Stones. Un autre bon morceau avec toujours la meilleure prestation aux percussion de la part de Johnson.
Avec un autre rif de Taylor qui se ramifie dans la mémoire et le temps, "Pictures" est une ballade mi-tempo étonnamment subtile et attrayante avec Henderson qui sonne bien, sauf quand il passe la surmultipliée sur le refrain. Le merveilleux solo de Taylor est suffisant pour faire oublier tout le reste.
"Last War" commence à sonner comme un blues-rock banal, et alors que c'est un véritable blues-rock, l'accent se déplace vers le côté rock avec une lead guitare efficace et des paroles apocalyptiques. Sur cette chanson, Johnson se surpasse, mais le solo de batterie de fin de chanson est, bien sûr tout simplement inutile.

A noter que l'illustration de l'album est une image du chanteur Jimmy Henderson assis devant un mur de pub peint.

Image

http://www5.zippyshare.com/v/65945876/file.html
muro

L'album définitif du groupe intitulé "Buzzard", et paru en 1973, les rapproche et les aligne encore plus étroitement des groupes comme The Rolling Stones, The Faces et même Mott the Hoople.

Tucky Buzzard semble ne plus savoir dans quelle direction aller!
A force de tâtonner pour peut-être trouver la bonne formule, le groupe s'est éparpillé musicalement au point de ne plus être vraiment intéressant.
On est bien loin de la qualité de "Warm Slash"...

Pour commencer cet album, "Who Do You Love" est vraiment un morceau des plus simplistes avec un chant style "La Grange" de ZZ Top et une grosse rythmique. Le résultat est bien moyen et laisse l'auditeur sur sa faim.
Suit un "Run in the Morning" plus intéressant avec un tempo rapide et un bon riff répétitif à la clé; la rythmique est toujours et encore parfaite.
"Hanging on in There (Waiting for You to Come)" est un bon morceau à la Faces avec intro guitare séche / piano, puis entrée de la lead guitare avec un côté Mott the Hoople très prononcé.
"Superboy Rock 'N' Roller '73" est un pur Rock'N'Roll de la fin des années cinquante avec sax et guitare.
Quant à "Bo' Bo's Hampton", c'est certainement le meilleur morceau du disque avec une excellente guitare et toujours une grande rythmique. Quelque part, une sorte de croisement entre Mott the Hoople et Wishbone Ash.
La chanson suivante "Wine and Wimmen", commence avec un riff entrainant de Boogie Rock mid tempo, le seul morceau signé Wyman avec encore une superbe guitare. Et, presqu'à la fin, un peu d'harmonica...
"Superfine Lady" a une introduction guitare / batterie pour un boogie slow tempo avec un côté Southern Rock. A noter un bon solo d'orgue.
Le morceau s'accélère brusquement vers la fin.
Suit "Near to Me" qui est une belle ballade à la Faces avec une section rythmique au top et un joli final à la guitare.
Pour clôturer cet album, "Shy Boy" est un morceau avec intro piano et slide sur une longue ballade à la "You Can't Always Get What You Want" des Rolling Stones, qui s'accélère petit à petit avec intervention d orgue et choeur d'harmonie.

Autrement dit, un disque bien moyen, un peu poussif!

Pour aider à la promotion de ce disque, le groupe a été pris en tournée par Deep Purple à la fin de 1973, apparaissant pour quelques dates au Danemark, en Allemagne et en Autriche en ouverture du nouveau line up de Deep Purple avec David Coverdale et Glen Hughes.
Ils ont soutenu encore Purple en Mars 1974, mais cette fois-ci sur leur tournée Américaine.
Tucky Buzzard a ouvert les spectacles à New York et Rhode Island, suivis par Savoy Brown et puis les têtes d'affiche, Deep Purple.
Ils sont allé avec le groupe en Californie et ont joué la dernière date de la tournée Américaine à la Sport Arena de San Diego le 9 avril 1974, trois jours après l'apparition explosive de Deep Purple à la California Jam.
Ce fut la dernière prise en charge de Tucky Buzzard par Purple.

Le groupe a éclaté peu de temps après et Terry Taylor a rejoint the Arrows, un trio qui avait réussi à obtenir sa propre émission de télévision sur le réseau ITV du Royaume-Uni en 1976.
Ce bateau musical particulier avait déjà navigué et était trop bien établi.
En fin de compte, Tucky Buzzard était destiné à devenir une simple note de bas de page, "perdant".

Terry Taylor a travaillé sur un certain nombre de compositions musicales avec Bill Wyman et il a joué avec lui dans plusieurs de ses groupes, Willy and The Poor Boys, Bill Wyman's Rhythm Kings, depuis que celui-ci a quitté The Rolling Stones.

En 2006, Tucky Buzzard a été présenté dans un article intitulé 'Top 6 Classic Rock Bands You Never Knew You Didn't Know" écrit par Dave White.
Fait intéressant, le groupe n'a jamais filtré dans d'autres incarnations après leur scission.
Le claviériste Nicky Graham a ensuite écrit du matériel pour le duo pop, Bros, au début des années 1990.
Quant à lui, Terry Taylor est resté avec Bill Wyman, cette fois-ci dans The Rhythm Kings.

Discographie:

Tucky Buzzard 1971
Warm Slash 1971
Coming on Again 1971? 1972
Allright on the Night 1973
Buzzard 1973

Sources: David Randall, Site de Bill Wyman, Wikipédia, Seres da Noite, Modcult
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4852
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité