RAMASES (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

RAMASES (Bio)

Messagepar alcat01 » 08 Juin 2017, 20:00

Image

Si jamais il devait y avoir une liste des musiciens / groupes de Rock les plus éclectiques, alors Ramases en ferait absolument partie.
On sait cependant très peu de chose sur cette personne énigmatique, et il a, finalement, produit très peu de musique.
Mais ses deux seuls albums, et en particulier le premier, ont construit une forme de culte dans les cercles de Rock Progressif.

Image

Né à la fin des années trente, à Sheffield, en Angleterre, Kimberley Barrington Frost a travaillé comme instructeur d'éducation physique dans l'armée après avoir servi pendant sa période de conscription et après cela, il a commencé une activité lucrative en tant que vendeur de chauffage central en Écosse.(Attention, cependant, beaucoup de sources ont déclarée à tort que le nom réel de Ramases était Martin Raphael, qui n'était en fait que le sitariste jouant sur l'album "Space Hymns").
Un jour, dans sa voiture, il a prétendu avoir eu une vision du pharaon dieu Egyptien Ramases (Ramses), qui l'a informé qu'il était en fait la réincarnation de cette divinité et que son devoir sur la terre était d'informer le monde de la vérité sur l'univers... (Cela a été corroboré par diverses personnes telles que l'artiste Roger Dean et le musicien Eric Stewart entre autres).

Image

L'étape suivante, pour Barrington Frost, fut alors de changer son nom en celui de son "original", Ramases et d'essayer de lui procurer un contrat d'enregistrement afin qu'il puisse prêcher ses vues par le monde musical.Incroyablement, il réussit à obtenir un contrat d'enregistrement avec CBS et publia un single en 1968 avec sa femme Dorothy sous le nom de Ramases And Selket.

Image

Les morceaux présentés étaient "Crazy One" / "Mind's Eye".
Le titre original devait être "Quaser One", mais il y avait eu un malentendu avec l'opérateur de la compagnie d'enregistrement avec le single résultant ayant un titre différent!
Ce single a également été mis à disposition sur le volume 3 des nouvelles 'Rubble Series', qui ont été publié récemment par Voiceprint Records. Ce single est le matériel le plus rare de Ramases évalué à 70 British Sterling par 'Record Collector Magazine'.

Le single suivant, cette fois sous le nom de Ramases And Seleka, est sorti sur un label beaucoup plus petit, Major Minor, avec les titres "Love You" / "Gold Is The Ring", en 1968.

Image
Image
Image

Certaines sources citent un single publié en Allemagne en même temps avec le titre "Screw You", bien que ce soit probablement le même single que "Love You", et le nom avait été mal écrit ou mal entendu.
Apparemment, ces pistes apparaissent également sur l'album de compilation "Exploding Plastic Inevitable Volume 2".

Ce qui est un fait certain, c'est qu'en 1970, Ramases a signé un accord avec Vertigo, qui était la branche progressive de Phillips.
Les enregistrements pour un album ont eu lieu aux Strawberry Studios à Stockport possédés par les futurs membres du 10CC, c'est ce qui a probablement donné à cet album le statut 'culte' qu'il possède actuellement.
Quatre membres de ce groupe (qui ne sera formé qu'en 1972) ont joué un rôle essentiel dans l'entrée musicale de l'album.
C'étaient Eric Stewart, Lol Creme, Kevin Godley et Graham Gouldman.
L'album a une pochette somptueuse, qui se plie dans une grande affiche en carton, conçue par Roger Dean.

Image

Deux singles ont été tirés de cet album en 1971:
Tout d'abord, "Ballroom" / "Muddy Water"; encore une fois, il y avait probablement encore une erreur de frappe car il semble que Ramases n'a jamais écrit une chanson intitulée "Ballroom", mais il y en avait une qui s'appelait "Balloon" qui finira par apparaître sur "Space Hymns".
Le single suivant avait deux pistes qui trouveront aussi leurs chemin jusqu'à l'album, "Jesus Come Back" et "Hello Mister".

Image

Image

https://mega.co.nz/#!O1QCjKIS!dtuL7ArNs ... fJyuMUpj4Y

"Space Hymns" a été publié sur le label Vertigo en 1971 et c'est un album qui sonne plutôt étrangement pour ce label puisqu'il ne possède aucun des traits musicaux normaux habituellement caractéristiques de Vertigo.
Musicalement parlant, il sonne follement comme ayant une forte sensation de communauté hippy, très différente des groupes de Jazz ou de Heavy / Hard rock qui ont marqué ce label.
L'album a créé une certaine quantité de battage médiatique dans certains cercles de Rock, en particulier avec ceux qui étaient fans du style de Rock Progressif plus Psychédélique.
Les principaux domaines de popularité étaient l'Angleterre et l'Allemagne où il y avait toujours une certaine affinité pour les groupes de Rock qui ont essayé de fusionner leur musique avec certains cultes, en particulier les religions du Moyen-Orient (un exemple classique sera le groupe Quintessence).

Notes de l'album qui pourraient être considérées comme une synthèse de la croyance de Ramases:

...L'album est dédié aux peuples de la terre qui sont inhabituels parce qu'ils ont commencé à s'arrêter, à regarder en arrière, et à se demander d'où ils sont venus et pourquoi, et où ils vont?
La terre est une chose vivante comme nous tous et elle a une âme comme nous.
Vous regardez le ciel à travers un télescope. Inverser le télescope et vous avez un microscope à travers lequel (si assez puissant), vous verrez presque la même vue. (Les électrons en orbite autour de leurs étoiles.) "Dans la maison de mes pères, il y a beaucoup de manoirs". (La Bible)
Nous existons très probablement sur une molécule dans le matériel de, peut-être, une chose vivante de taille supérieure.
La forme des vaisseaux fusée d'une église remonte probablement à la visite de Moïse pour parler à Dieu sur la montagne et ce qu'il a vu là-bas...

Toutes les chansons ont été composées par Ramases à l'exception de "And The Whole World" et "You're The Only One", composé par sa femme Sel, et "Jesus Come Back", composé par Ramses et Sel.
Cet album est surtout particulièrement intéressant pour ceux qui sont également des fans du groupe 10CC, car cet album a été enregistré avec quatre membres de ce groupe, avant que celui-ci ne soit formé.

La chanson d'ouverture, "Life Child", est peut-être la meilleure piste de l'album et elle induit l'auditeur à penser que l'album entier sera basé sur ces lignes. Le son a une teinte psychédélique bien définie avec le groupe au complet impliqué dans la chanson qui possède un bon jeu de guitare accompagné d'une bande acoustique.
"Oh Mister" est un contraste net avec le stimulant musicalement "Life Child".
Cependant, c'est aussi le support musical principal que Ramases semble vouloir utiliser pour pouvoir transmettre son message.
Avec une belle toile de fond de percussion, la piste comporte un chant répétitif utilisant les mêmes mots encore et encore, de la même manière que les religions du Moyen-Orient et de l'Asie utilisent des chants tantriques.
"And The Whole World" est la première des deux chansons écrites par Sel et la piste commence en sonnant presque comme un chant de Joan Baez.
Le soutien orchestral est totalement acoustique et c'est une chose que l'on pourrait s'attendre à entendre dans l'une des nombreuses communautés Hippy tellement populaires dans les années soixante.
"Quaser One", le single tiré de cet album est également une affaire détendue avec une introduction de synthétiseurs donnant cette légère touche psychédélique à la piste.
La chanson suivante, "You're The Only One", clôture la première face de l'album: C'est le cas classique d'une personne à qui on a lavé le cerveau. La ligne "You're The Only One Joe, The Only One" est répétée à l'infini façon arpège avec une progression de la piste en mouvement le long d'une partition Blues.
La répétitivité obsessionnelle devient quasiment ennuyeuse, mais en même temps, elle reste accrocheuse et finit par s'insinuer et vous trotter dans la tête!
Il a été suggéré que le repère de cette piste a été tiré du film "Midnight Cowboy" avec Dustin Hoffman et John Voight (qui jouait le rôle de Joe). Dans une scène particulière, Joe fait un rêve dans lequel sa copine apparaît et répète encore et encore la même ligne "You're The Only One Joe, The Only One", qui est la ligne que Sel répète encore et encore!
La face deux s'ouvre avec "Earth People", où les chants continuent avec des alternances de Ramases demandant 'What Can I Speak To The Earth People and What Can I Say To the Earth People' (que puis-je parler aux gens de la terre et qu'est-ce que je peux dire aux gens de la terre).
Pour le moins "Molecular Delusions" montre une certaine quantité de diversion musicale avec les voix ressemblant à un muezzin faisant son appel à la prière pendant que les choeurs conservent les chants.
Dans cette piste, Ramases pose d'autres questions sur son origine et sur l'endroit où il est sur le point d'aller.
Cest sur cette chanson que le fameux Martin Raphael qui a longtemps été confondu avec Ramases joue du sitar qui occupe une place importante sur cette piste.
"Balloon" est un moment rare sur l'album où l'ensemble du groupe (qui deviendrait plus tard 10CC) est impliqué avec la génération d'une certaine quantité de rythme.
Cependant, encore une fois, il y a peu de matériel innovant ici avec la piste qui rappelle la scène hippy des années soixante.
Le morceau court "Dying Swan Year" est chanté par Sel pratiquement acappella.
"Jesus Come Back" est une piste acoustique des années soixante qui pourrait facilement s'accorder sur un de ces albums de 'Born Again Christian' car il y a une inclusion religieuse évidente (le titre dit tout!) qui pourrait irriter certains auditeurs.
"Journey To The Inside" est probablement la piste musicale la plus aventureuse sur l'album avec Ramases chantant "What Are You Gonna Do With Me" sur un drone d'effets sonores qui semblent être une boucle de la bande jouée en arrière.
Au fur et à mesure que la musique se meure, l'album se termine avec Ramases parlant de sa croyance en la théorie selon laquelle l'univers n'est qu'un nombre d'atomes qui forment un corps plus vaste.
Alors même qu'il parle, il est brusquement coupé, un peu comme le monde musical le fait à sa musique...

Comme le titre l'indique, cet album est extrêmement spacieux et influencé par les années soixante. D'un point de vue purement musical, il n'y a absolument aucun matériel révolutionnaire, mais d'autre part, ce n'est qu'un autre musicien occidental essayant d'intégrer les sons de l'Est dans le monde du Rock.

Après la sortie de "Space Hymns", Ramases et sa femme ont déménagé à Stanley Road, Felixstowe à Suffolk, où il a vécu dans une maison avec sa mère.

On a très peu entendu parler de lui jusqu'en 1975, quand il a sorti son deuxième album qui est bien différent de "Space Hymns".

Image

https://www.youtube.com/watch?v=c8EBpzgmraE

Selon son ami et voisin, Paul Hollyer, Ramases était très déçu par la pochette de ce nouvel opus intitulé "Glass Top Coffin".
L'intention originelle était d'avoir une découpe montrant un homme qui descendait dans l'espace dans la Nébuleuse de la Tête de cheval. Lorsque la couverture 'gatefold' était ouverte, cela devait révéler un oiseau.
Cependant, la maison de disques ne changera pas l'illustration car cela était déjà fait, mais il a réussi à obtenir la permission de modifier les lithographies et de créer une impression que l'homme tombant en arrière portait une combinaison spatiale avec un casque.

Musiciens: Jo Romero (guitares acoustiques et électriques, tablas), Pete Kingsman (basse), Roger Harrison (batterie et percussions), Barry Kirsch (piano, synthétiseur), Bob Bertles (saxophone), Colin Thurston (basse sur "Long Long Time"), Kay Garner, Sue Glover, Sunny Leslie et the Eddie Lester Chorale (choeurs), Rob Young (arrangements d'orchestre avec des membres du Royal Philharmonic et du London Symphony Orchestra.
Toutes les chansons ont été écrites par Ramases et Sel.

...The dreamer dreamed the dust rose up and walked; But when the dreamer woke did anyone tell the dust -and I fell- and stars like dust covered me"... (Ramases)

L'échec assez important de "Space Hymns" et l'écoulement de trois ans avant la sortie de "Glass Top Coffin" semblent avoir porté leurs fruits sur la musicalité de Ramases.
Envolés les signes religieux évidents dans la musique ainsi que les chants tantriques qui avaient caractérisé le premier album.
Au lieu de cela, la musique présentée est totalement incontrôlable et n'a pratiquement aucun lien musical avec "Space Hymns".
En fait, on pense que pendant cette période, qui était une période particulièrement longue en termes musicaux pendant les années soixante-dix, lorsque les groupes arrivaient à produire même deux albums par an, Ramases a mûri musicalement.
La mise en page globale de cet album implique un son orchestral riche couplé à des pistes plus faciles à l'écoute, sonnant presque comme une musique d'occasion, mais dans l'ensemble, c'est un album vraiment agréable à écouter.

"Golden Landing" ouvre l'album et ce titre, au moins, montre que Ramases avait encore un penchant pour les extraterrestres et la religion.
Le son initial implique des violons aigus, presque comme pour un scénario d'un film d'horreur. Fait intéressant, les vocaux semblent être faits par Sel et on est immédiatement impressionné par les changements musicaux entre cet album et son prédécesseur.
Le réglage aurait facilement pu être fait pour une chanson des années cinquante écrite par Judy Garland ou Frances Faye!
La voix de Ramases entre à mi-chemin de la chanson, lisse et cristalline, mais son entrée n'encourage même pas un soupçon de musique Rock.
"Long Long Time" voit l'inclusion d'instruments Rock, et on peut sentir l'influence de groupes tels que The Moody Blues quand on entend l'inclusion et l'incorporation dans ce cadre d'un orchestre.
D'une manière ou d'une autre, il y a un sentiment de mélancolie sous-jacent, un sentiment de déception de Ramases, et ce sentiment semble être profond et prédominant tout au long de l'album.
Musicalement, l'orchestre maintient ce côté sur l'instrumentation Rock, bien que cette maturité musicale se manifeste de nouveau à mesure que les sections instrumentales de cette piste démontrent une grande capacité.
Ramases revient en tant que chanteur principal sur "Now Mona Lisa" dans lequel il analyse les pensées de la Mona Lisa alors qu'elle regarde son portrait exposé au monde.
Finalement, Sel entre dans la mêlée en prenant la partie de Mona Lisa en créant un bon duo vocal, bien que musicalement il y ait peu de différence par rapport à la piste précédente avec un mélange d'orchestre et de groupe.
Le premier lien vers "Space Hymns" apparaît relativement tard dans l'album. Sur "God Voice", avec Ramases dont la voix ressemble tellement au début à celle de Chris de Burgh, il y a une touche de ce style de mantra qui avait éclaboussé dans le premier album.
Cette fois, les chants sont tout simplement relégués au chœurs tandis que Ramases se dit être un dieu (ou un élu) et comment il doit être vénéré par tous. Les vocaux secondaires sont utilisés à bon escient. Un point intéressant est que deux des chanteuses de soutien (Sue Glover et Sunny Leslie) faisaient partie de Brotherhood Of Man.
"God Voice" se noie dans "Mind Island" qui est aussi la première piste qui ne comporte pas l'orchestre. On peut entendre Bon Bertles (Nucleus) avec l'un de ses solos caractéristiques au son d'un gong qui crée cet effet spatial avec un support acoustique.
Il s'agit d'une piste agréable et discrète qui s'intègre parfaitement avec la nature décontractée et mélancolique de l'album.
La première face finit avec "Only The Loneliest Feeling" qui conserve cet effet ressemblant à une vague déferlante pendant que la voix est accompagnée d'un violoncelle et d'une contrebasse.
La seconde face commence avec "Sweet Reason", qui a un côté Marianne Faithful très prononcé, au moins aussi loin que la voix porte!.
La piste utilise toutes les dérivées musicales possibles et imaginables d'une piste des années soixante-dix avec des superbes harmonies vocales auxquelles répond une bonne section de cuivre tandis que le rythme d'accompagnement est presque de style cabaret, mais encore en mesure de maintenir une touche parfaitement religieuse.
L'écoute de cette chanson rappelle un peu "My Sweet Lord" de George Harrisson.
"Stepping Stones" est un morceau mélancolique qui fait davantage penser à du remplissage, étant dépourvu de véritable valeur musicale et extrêmement répétitif.
Malgré cela, il peut servir de musique relaxante avec les doux chuchotements vers la fin, en faisant appel à ceux qui auraient pu être hypnotisés par elle.
Ce morceau sert également d'introduction à ce qui pourrait être considéré comme la piste la plus commerciale sur l'album, "Saler Man". Peut-être qu'elle aurait pu être répertoriée comme un single possible avec la comparaison de Chris de Burgh qui réapparait alors que Ramases chante accompagné d'un orchestre avec la touche occasionnelle d'une guitare acoustique. Bon morceau...
En conservant cette structure basée sur l'orchestre, "Children Of The Earth" agit comme un appel à tous les fidèles à être serein dans le Star Field (champ des étoiles) pour la promesse d'une vie meilleure.
La piste suivante, la chanson titre "Glass Top Coffin" sonne tellement hors de propos que, au lieu des sons orchestrés décontractés, on a affaire à une guitare et un beat Rock, bien que l'orchestre soit toujours présent mais relégué quelque part en arrière plan.
Dans l'ensemble, cela reste une musique intéressante et montre que malgré tout, Ramases avait encore de la place pour de la musique rock! L'intérêt de cette piste est que l'harmonie vocale s'arrête à mi-chemin de la piste, suivie d'un petit soupçon de réflexion sur ce qui aurait pu être une belle section instrumentale (de style progressif!) mais cela ne dure pas car Ramases reprend rapidement ses vocaux.
Le morceau de clôture "Golden Landing II" est une reprise de la piste d'ouverture qui ressemble beaucoup au morceau de fin d'un soundtrack!

Musicalement, "Glass Top Coffin" est, de loin, bien supérieur à "Space Hymns", cependant, cet album comme son prédécesseur s'est effondré au niveau des ventes.
En fait, il permet une écoute très relaxante car l'orchestration ainsi que les parties vocales sont superbes. La monotonie et, contrairement à "Space Hymns", la répétitivité sont presque inexistantes sur cet album alors que les nuances religieuses, lorsqu'elles sont présentes, sont presque négligeables.
"Glass Top Coffin" a ses bons moments et la combinaison du Rock et de l'orchestre est particulièrement bien mise en évidence et il est très intéressant de voir comment un musicien aurait pu progresser à partir de deux corps de musique très différents en si peu de temps.

Finalement, l'album coula sans laisser de trace, tout comme, d'ailleurs, Ramases et son épouse Sel.
D'un point de vue du Rock Prog, ce ne sera pas une grande perte car c'est "Space Hymns" qui fait appel au fan de Rock Progressif.

On ne sait pas plus grand chose sur Ramases à la suite de la sortie de "Glass Top Coffin": Il semble avoir glissé dans l'obscurité, tout en restant à Felixstowe. Les rapports dans les années quatre-vingt-dix citant Ramases comme mort, le suicide étant la cause de la mort...
En fait, Ramases s'est bien suicidé à Felixstowe en 1976.
Sa veuve Selket (de son vrai nom Dorothy) s'est ensuite remariée avec un agriculteur. Pendant 25 ans, elle a dirigé un centre équestre prospère sur la ferme de son mari à Suffolk. Elle a un fils et deux petit-fils.
Dorothy est, depuis, divorcée et habite Suffolk.

Discographie:

Space Hymns 1971
Glass Top Coffin 1975

Source: Nigel Camilleri, Jerry Waller
Dernière édition par alcat01 le 20 Juil 2017, 14:40, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4808
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar Piranha » 16 Juil 2017, 19:05

Space hymns est effectivement un bon album de rock progressif. J'ai la réédition cd.
La mythologie autour du groupe est néanmoins beaucoup plus originale que la musique. Merci en tout cas pour cette bio !
Avatar de l’utilisateur
Piranha
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3611
Inscription: 04 Fév 2013, 02:34

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar Leutte » 16 Juil 2017, 21:20

2eme écoute à distance de la première, lors de la parution du post.
C'est un album touchant. Le psyché, le space et le prog semblent se "noyer" tous les uns dans les autres. On sent beaucoup de naïve(c'est pas péjoratif de ma part) conviction à l'écoute de cet album. Je suis séduit mais pas charmé.
Avatar de l’utilisateur
Leutte
♪♪
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2017, 12:41
Localisation: Toulouse

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar alcat01 » 17 Juil 2017, 13:44

C'est pourtant ce qui fait son charme!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4808
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar 33rpm » 17 Juil 2017, 16:53

Je ne connaissais pas, donc merci pour la découverte.

J'ai écouté (par bribes) Space Hymns. Peut-être un must pour collectionneurs de raretés mais musicalement, c'est, disons ... sympatoche sans plus. A mes oreilles.
Quelques morceaux agréables, d'autres qui sont presque comiques (j'ai pas dit "cosmiques" !) comme Hello Mister. Rien en tout cas qui m'ait ébouriffé. L'impression d'un disque pondu par un illuminé sans vrai talent. Je ne parle même pas de génie.

Il y a tellement de vraies belles choses à écouter que ce pseudo-Ramses me semble tout à fait dispensable :9qva:

Je vais quand même tenter Glass Top Coffin.

P.S. La disco complète est en écoute sur Spotify.

Edit : Le 2° album est plus formaté, moins aventureux, mieux produit (trop ?), presque agréable mais finalement un peu chiant.
Avatar de l’utilisateur
33rpm
♪♪♪♪
 
Messages: 952
Inscription: 08 Sep 2016, 18:50

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar Leutte » 17 Juil 2017, 23:24

alcat01 a écrit:C'est pourtant ce qui fait son charme!


Oui. Je suppose que tu as raison. J'ai reconnu qu'il était touchant. Donc par extension, je lui concède un certain charme. Mais sans avoir un avis aussi tranché(tranchant?) que 33, je serais incapable de dire qu'il a un charme certain. Je suis pas amoureux quoi..(tu m'en veux pas hein? grand manitou aux bios sublimes, comme pour Flairck que je suis incapable d'apprécier, mais j'ai essayé je te jure... :-(( )
Avatar de l’utilisateur
Leutte
♪♪
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2017, 12:41
Localisation: Toulouse

Re: RAMASES (Bio)

Messagepar alcat01 » 18 Juil 2017, 20:10

Chacun en pense ce qu'il veut!
Je me contente de faire connaitre ces groupes ou personnages qui se doivent d'être écoutés!...

Pour moi, le côté naif est assez touchant, mais ce n'est que mon point de vue!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4808
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités