CLIMAX (CHICAGO) BLUES BAND (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

CLIMAX (CHICAGO) BLUES BAND (Bio)

Messagepar alcat01 » 05 Fév 2013, 22:11

Image
Image

The Climax Chicago Blues Band, originaire de Stafford, en Angleterre a été formé à la fin de 1968. Les membres originaux étaient les guitaristes Derek Holt et Peter Haycock, le claviériste Arthur Wood, le bassiste Richard Jones, le batteur George Ewart Newsome et le chanteur saxophoniste Colin 'Francis Richard' Cooper (né à Stafford le 7 Octobre 1939, mort d'un cancer le 3 Juillet 2008).

Le groupe a publié dix-huit albums et eu quelques hits au Top 40 en 1976 au Royaume-Uni avec "Couldn't Get It Right", atteignit le numéro 3 au Hot 100 en 1977 et en 1981 aux Etats-Unis avec "I Love You". qui parvint au numéro 12 .

Colin Cooper a été connu pendant près de quarante ans sur la scène Blues comme étant le leader de Climax (Chicago) Blues Band. Puissant et talentueux chanteur multi-instrumentiste, il a formé le groupe en 1968, au moment du déclin du "Blues Boom" Britannique qui a également produit des excellents groupes tels que Fleetwood Mac,.Ten Years After et Chicken Shack.

Bien que le line-up du groupe change radicalement au fil des ans, Cooper en est resté une présence constante, et le groupe était encore actif au moment de sa mort.

Image

Colin Cooper a commencé sa carrière professionnelle quand il a formé le combo de R & B 'Hipster Image' en 1964, en prenant le chant et en jouant de la guitare et du saxophone. Après s'être construit un puissant public local, le groupe s'est transféré à Londres en 1965 pour prendre la place du Spencer Davis Group comme groupe résident au Flamingo Club, à Soho, une légendaire maison de R & B Britannique où Zoot Money, Georgie Fame et Graham Bond se faisaient aussi les dents.

Alexis Korner et Cyril Davies, en 1955 déjà, avaient ouvert à Soho le London Blues And Barrelhouse Club qui accueillait des bluesmen noirs inconnus en Europe à l'époque. Leur groupe Blues Incorporated a ouvert la voie.

Ils ont obtenu un contrat d'enregistrement avec Decca en 1966, mais leur simple, "Can’t Let Her Go", n'a pas réussi à grimper dans les Charts, malgré la production de Alan Price des Animals. Pour la petite histoire, la face B de ce 45 tours "Make her Mine" sera, suite à une pub pour Levi's, un hit gigantesque au Japon trente cinq ans plus tard!

Quand le groupe s'est séparé, Cooper est revenu à the Potteries où il a formé un nouveau groupe 'The Gospel Truth'.

Toutefois, inspiré par l'apparition d'une deuxième vague Britannique de Blues tels que Jethro Tull et Fleetwood Mac, Cooper et le guitariste Peter Haycock bientôt refont entièrement leur groupe qu'ils décident d'appeller 'Climax Chicago Blues Band', et pour cela, recrutent le bassiste Richard Jones, le batteur George Newsome, Arthur Wood aux les claviers et le deuxième guitariste Derek Holt.

Formé à la fin de la vague Blues Anglaise, en 1968, le Climax Chicago Blues Band est donc composé du chanteur Colin Cooper, Peter Haycock, alors âgé de seize ans à la guitare, Arthur Wood aux claviers, le bassiste Derek Holt et le batteur George Newsome.

Le groupe signe chez EMI en 1969 et ses deux premiers albums, sur Parlophone Records, filiale de EMI, ont été d'impressionnants exercices dans le style hardcore 12-bar blues forgé par les grands groupes de Chicago qui ont soutenu Muddy Waters et autres Howlin 'Wolf, bien que Cooper utilise des instruments à vent de temps en temps qui les amène en territoire plus jazzy.

Le groupe a connu des changements de personnel fréquents. Quelques grands noms sont passés dans le line-up : John Edwards ou Jeff Rich de Status Quo, Nicky Hopkins a joué des claviers sur deux albums. Peter Haycock, membre original, joua avec Electric Light Orchestra pendant trois ans...

Image

Ils enregistrent dès 1968 leur premier album “Climax Chicago Blues Band”, effort rappelant quelque peu les travaux de John Mayall.
Ce premier album a été enregistré sur deux jours en deux mois d'interval. Climax était alors certainement meilleur que la plupart des groupes de British Blues, car doté d'excellents musiciens en la personne du guitariste Peter Haycock et du claviériste Arthur Wood.

La sélection des morceaux joués vont du Chicago Blues ("Mean Old World", "Insurance", "Wee Baby Blues", "Don't Start Me to Talkin'") à des originaux du groupe comme "And Lonely", "Looking for My Baby", "Going Down This Road" et "You've Been Drinking". Pour peu que l'on aime la voix élevée de Colin Cooper, le disque est à posséder absolument!

Image

Avant la sortie de "Plays On" de 1969, Jones a quitté le groupe, incitant Holt à passer à la basse.

Prolongeant leur style hard blues dans leur deuxième album, "Plays On" emmène le Climax Chicago Blues Band quelque peu dans une sorte de transition, avec un certain nombre d'essais de différents styles musicaux, mais sans jamais vraiment aller tout au fond des choses.

Certes, ce qui caractérisera petit à petit leur travail est la multitude d'idées à foison attendant d'être explorées, pendant que le groupe tâtonne entre les influences jazzy du morceau d'ouverture "Flight", la teinte psychédélique de "Hey Baby, Everything's Gonna Be Alright Yeh Yeh Yeh", la semi-fusion style Santana "Cubano Chant", et le blues heavy de"So Many Roads". "Mum's the Word", une séquence de Moog dynamique, s'appuie sur le thème de 2001 en se terminant définitivement en un véritable space rock.

Cet album est une trouvaille, certes imprévue, mais surtout un merveilleux trésor, et "Plays On" s'élève fièrement parmi les plus accomplis des albums de Climax Chicago Blues Band , et il mérite votre attention sans réserve.

On retrouve sur tous ces disques de très bonnes reprises de standards du blues.

En 1970, EMI déplace le groupe sur son nouveau label 'progressiste' Harvest Records, et avec la popularité du Blues Boom en plein déclin, Cooper et le groupe commence à mettre l'accent sur des éléments de leur style plus Rock sur leurs albums suivants comme "Tightly Knit" (1971 ), "Rich Man" (1972), mais surtout "A Lot Of Bottle" (1970).

Image

L'album commence de façon prometteuse par un morceau calme et acoustique, "Country Hat," avant que l'électricité ne donne sa pleine mesure.

Le groupe joue de façon plus hard, un morceau "Reap What I've Sowed" avec un merveilleux solo de Peter Haycock, envoûtant et une partie envoutante de Derek Holt à la basse), qui n'est pas sans rappeler le "Mississippi Queen" de Mountain. Retour ensuite vers le saxe sur "Brief Case" joué presque négligeamment par Colin Cooper. "Alright Blue?" donne la partie belle à l'harmonica. Viennent ensuite deux superbes reprises "Seventh Son" de Willie Dixon et "Louisiana Blues" de Muddy Waters, et l'album finit par un joli petit blues du cru "Cut You Loose".

Ils ont aussi commencé par se concentrer sur le lucratif marché Américain, tournant en première partie de groupes tels que Canned Heat et le Steve Miller Band. L'orchestre est surtout renommé pour ses prestations scéniques, un groupe de jam style Grateful Dead.

Image

Au moment de la sortie de "Tightly Knit" en 1971, Newsome les quitte, remplacé par John Cuffley, et c'est Wood qui part à son tour dès la sortie de "Rich Man" en 1972, le groupe décide alors de poursuivre en tant que quatuor, et également de supprimer le mot 'Chicago' de leur nom afin d'éviter la confusion avec le groupe Américain du même nom.
Vers 1973, le groupe s’oriente vers la pop music et signe le hit “Rich Man” tiré de cet album.

Image

Le Climax blues band, sans changer véritablement de nom, ce qui pourrait désorienter les amateurs de blues, s’installe aux USA et enregistre une serie de disques Pop (FM) en suivant un peu l’exemple de Fleetwood Mac.

Image

Après la défection de EMI pour Polydor, le groupe fait un triomphe en 1973 grâce à "FM / Live", un show enregistré à New York qui a également été diffusé en direct à la radio. Avec Richard Gottehrer à la production et Jim Price aux manettes, l'enregistrement capture lucidement leur spectacle puissant et a été leur plus grosse vente d'album à ce jour, les catapultant de première partie en tête d'affiche..

Image

Du sextet de départ, le groupe est réduit à un quatuor pour l'enregistrement de "Sense Of Direction" sorti en 1974.
Outre Haycock, Cooper et Holt, rescapés de la première heure, Climax compte également John Cuffley à la batterie. "Sense Of Direction" comprend quelques bons morceaux comme le titre d'ouverture "Amerita/Sense Of Direction", un excellent Jazz Blues sur lequel la guitare déchirante de Haycock révèle une belle virtuosité.
Si de belles guitares s'invitent tout au long du disque, le travail de la slide sur "Losin' The Humbles" est de très haut vol.
Les brillants morceaux que sont "Nogales", "Reaching Out", "Shopping Bag People" et "Right Now" sont le résultat d'une fusion bien maîtrisée.
Cet album inventif et chaleureux a tout pour lui et c'est un beau plaidoyer pour le Blues.

Image

L'album de 1975, intitulé "Stamp" a démontré leur percée au niveau commerciale, et "Gold Plated", de 1976 fait encore mieux, stimulé par le succès du Hit "Couldn't Get It Right" qui fait numéro 3 dans les Charts U.S. et rentre dans le Top 10 au Royaume-Uni Top. Miles Copeland (frère de Stewart, le batteur de Police) est leur manager à ce moment-là.

Image

Passé chez Warner, le groupe continue d'enregistrer de manière prolifique.
Ils atteignent le Top 20 pour la deuxième fois en 1981 avec "I Love You", écrit par Holt, qui quitte le groupe l'année suivante pour former 'Grand Alliance'.

Toutefois, l'avènement de la Punk Music stoppe effectivement le groupe dans ses morceaux, mais il continue d'enregistrer prolifiquement bien dans les années 1980.

Image

"Shine On", paru en 1978 marque un changement notable pour le groupe.
L'album s'ouvre avec " Makin' Love", un Soft Rock qui semble n'avoir plus grand chose à voir avec le Climax original. Toutefois, "Mistress Moonshine" continue dans un style beaucoup plus familier, comme une version plus décontractée et élégante de "Couldn't Get It Right".
Tandis que la reprise de "The Gospel Singer" de Tony Joe White est une performance étonnamment terne et un mauvais choix pour l'album.
Heureusement, "Whatcha Feel" est une géniale chanson Jazz Rock assez groovy et même un peu progressive.
Ce n'est pas un grand LP, mais il s'écoute sans déplaisir!

Image

"Real To Reel", paru en 1979, a été enregistré à Montserrat dans les Caraïbes et le LP légèrement jazzy reflète son environnement dans un cadre agréable, une ambiance facile à vivre pour la musique de fond.
Les chansons sont de bonne qualité, mais aucune n'est réellement accrocheuse.

Image

Avec "Flying The Flag" sorti en 1980, nous pénêtrons directement dans le son année 80.
Climax avait commencé sa carrière comme un groupe de Blues Rock, s'était transformé en une formation décente de Pop Rock, mais par ce LP, il ressemble à un groupe de 'one-hit wonder' essayant de placer un single dans le Top 40.
Ils l'ont trouvé avec "I Love You", une chanson qui sonne un peu comme Air Supply, mais avec un meilleur guitariste.
Le reste est bien réalisé mais c'est juste de la Pop.

Image

Enregistré aux Sound City Studios de Los Angeles, l'album "Lucky For Some" de 1981 est un disque fait par un groupe heureux de vivre comme des 'Rock Stars'.
Mais, franchement, où est passé notre bon vieux Climax Chicago Blues Band?

Image

"Sample And Hold", sorti en 1983 est un de ces nombreux disques parus dans les années 80 qui ne sont pas réellement insipides, mais qui n'ont pas grand chose à faire valoir!

À la fin de ces années-là, la popularité du groupe sur le circuit des États-Unis se met à décliner, et ils commencent à passer plus de temps à rejouer sur la scène Blues Européenne.

Image

Après un dernier et désastreux "Drastic Steps" paru en 1988, Climax Blues Band reste muet pendant pas mal d'années, mais le groupe refait surface en 1994 avec "Blues From the Attic".

Mais le temps passe et en 1989, le groupe joue à "The Tramshed" dans Woolwich, et en 1993 à "The Half Moon" dans Putney, et c'est alors leur grand retour sur le circuit du Royaume-Uni.

Image

En 1994, le live album "Blues From The Attic" est la preuve qu'ils ont encore de beaux restes.

Souffrant d'un cancer, Cooper a continué à jouer avec le groupe jusqu'à quelques semaines de sa mort.
Les funérailles ont eu lieu le jour de la fête nationale du petit Nicolas à Stafford, St Mary's Church.

Peter Haycock est un grand spécialiste de la slide il est malheureusement un peu oublié aujourd’hui.

Discographie

The Climax Chicago Blues Band (1969)
Plays On (1969)
A Lot Of Bottle (1970)
Tightly Knit (1971)
Rich Man (1972)
FM Live (1974)
Sense Of Direction (1974)
Stamp Album (1975)
Gold Plated (1976)
Shine On (1978)
Real To Reel (1979)
Flying The Flag (1980)
Lucky For Some (1981)
Sample And Hold (1983)
Drastic Steps (1988)
Blues From The Attic (1993)

sources: Jason Ankeny, Alan Clayson et wikipedia
Dernière édition par alcat01 le 02 Mar 2014, 12:57, édité 4 fois.
Dans la vie, ce qui est grave, c'est pas tellement d'être con, c'est de le rester

mes Bios:
viewtopic.php?f=18&t=1559
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4912
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: CLIMAX (CHICAGO) BLUES BAND (Bio)

Messagepar alcat01 » 02 Mar 2014, 11:34

Mise à jour effectuée!
Dans la vie, ce qui est grave, c'est pas tellement d'être con, c'est de le rester

mes Bios:
viewtopic.php?f=18&t=1559
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4912
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot], Yahoo [Bot] et 2 invités