GRACIOUS (!) (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

GRACIOUS (!) (Bio)

Messagepar alcat01 » 11 Mai 2016, 21:02

Image

Gracious! fut un groupe de Rock Progressif Britannique qui a eu une première période d'activité entre les années 1967-1971, quand il enregistra deux albums, "Gracious!" en 1970, et "This Is ... " en 1972, et une seconde dans les années 1990, quand le groupe (incomplet) en a enregistré un troisième intitulé "Echo" en 1996.

Mais, la formation la plus connue du groupe (celle des deux premiers disques) était composée de Paul "Sandy" Davis, au chant et à la guitare 12 cordes, d'Alan Cowderoy, à la guitare, de Martin Kitcat, aux Mellotron, orgue, et autres claviers, de Tim Wheatley, à la basse et de Robert Lipson, à la batterie.
Pendant le temps qu'ils furent opérationnels, les membres de Gracious ont apparemment développé la réputation d'être d'excellents interprètes en live.

Kitcat et Davis étaient les compositeurs du groupe, et Kitcat notamment prêta au groupe son son distinctif. Il jouait du Mellotron comme instrument principal, un peu comme un orgue de Blues, c'est-à dire avec des notes simples percussives, plutôt que les accords grandioses favorisés par les groupes qui l'utilisèrent en toile de fond de faux-orchestre.
Il y avait beaucoup de bons morceaux de mellotron, tout se faisait avec beaucoup de goût.
Les valeurs de production étaient en général assez bonnes compte tenu de l'époque concernée.

Les origines du groupe viennent de la longue amitié entre le chanteur Paul 'Sandy' Davis et le guitariste Alan Cowderoy, qui s'étaient rencontrés à l'école à Esher, dans le Surrey, entre 1959 et 1965.
C'était une école catholique, et quand ils décidèrent de former un groupe ensemble, ils choisirent le nom le plus controversé que deux garçons de douze ans pouvaient choisir, Satan's Disciples.
Inévitablement, en jouant des concerts à l'école, ils dûrent changer leur nom en The Disciples.
Davis était le batteur et le chanteur, et Cowderoy jouait de la guitare; deux autres camarades de classe jouaient de la basse et de la guitare rythmique.

En 1968, Martin Kitcat, au piano électrique et Mark Laird, à la basse Hohner rejoignirent le groupe.
A l'époque, Davis était encore le batteur et le chanteur, mais Robert Lipson, qui avait joué dans un groupe rival, Esher, accepta de rejoindre le groupe, permettant à Davis d'occuper le devant de la scène pour la toute première fois.
Leur son initial avait été influencé par Cream et le mouvement du Blues Britannique, et l'un de leurs premiers enregistrements professionnels fut une reprise d'une chanson de John Mayall.
A noter qu'un jour, le groupe répétait dans un bâtiment en dessous de l'appartement de Clapton à Londres, et Eric leur fit une petite visite au cours d'une répétition et il finit par faire une jam session avec eux.

Plus important encore, cependant, fut l'intérêt de Pete Townshend pour eux.
Ils ouvrirent, en effet, pour The Who en tournée en 1968, époque à laquelle ils avaient évolué loin de leurs racines Blues et avaient développé une identité plus aromatisée 'Pop', arrivant finalement à décrocher un contrat pour enregistrer un album sous la direction du producteur Norrie Paramor, connu pour une série de Hits dans les années 1960 avec Cliff Richard and The Shadows.

Kitcat - Davis, les seuls auteurs du groupe, avaient écrit une pièce conceptuelle ambitieuse sur les saisons de l'année, et cela avaient intéressé le célèbre Norrie Paramor, producteur de Cliff Richard and The Shadows, qui avait financé l'enregistrement d'un album qui reste inédit à ce jour.
Cette "suite" avait changé leur direction musicale de façon spectaculaire, passant d'un long chemin de chansons pop de trois minutes à un territoire plus complexe et ambitieux, alors que Lipson sentait que le travail sur scène avec d'autres jeunes groupes à l'affiche était tout aussi cathartique: "...Nous avons joué en double tête d'affiche avec King Crimson, c'était leur troisième concert sous ce nom, et cela a changé nos vies - Martin avait obtenu ce mellotron et nous sommes partis..."!
Kitcat en effet commence à utiliser un mellotron, ce qui était parfait pour la nouvelle direction musicale, et c'est l'une des raisons pour lesquelles on se souvient d ce groupe.
Ils firent écouter le long morceau "Four Seasons" à Norrie Paramor et plusieurs autres dans un cinéma privé dans Wardour Street, mais comme Lipson le rappelle, le grand producteur était un peu refroidi: "...C'était un vrai bijou...", dit-il,"...Ecoutez, les gars, c'est bon, mais pas pour moi...". "...Tim Rice travaillait pour lui à ce moment-là, et il produisit la chose que nous avions faite pour Norrie, qui, je le rappelle, avait été faite dans un petit studio à Tin Pan Alley, Denmark Street, qui n'existe plus. Il a collé quelques violons dessus, et un single a été publié sur Polydor, "Beautiful", avec "Oh What a Lovely Rain" de l'autre côté. Ensuite, cela a pris fin et Brian Shepherd de Vertigo a été impliqué...".

Les droits de production réels furent donc tout naturellement assignés à Rice(qui collabora plus tard avec l'écrivain Andrew Lloyd Webber), qui travailla alors pour Paramor.

Les sessions en studio dans Denmark Street produisent dix pistes, un mélange de matériel excentrique et éclectique qui reprennent des influences de Vanilla Fudge dans des compositions originales écrites par Davis et Kitcat qui sonnaient comme une combinaison de The Moody Blues avec The Beatles.
Dans cette session, deux chansons sont apparues sur un single sorti par Polydor contenant les chansons "Beautiful" et "Oh What A Lovely Rain", mais aucune des autres chansons n'ont été entendues jusqu'en 1994, lorsque quatre autres chansons sont apparues dans une compilation "Buried Treasures" éditée par le label Renaissance Records.
Même leurs morceaux les plus courts s'étalaient souvent sur près de 10 minutes de longueur quand ils étaient joué en public.

A cette époque, ils avaient changé leur nom en Gracious, suivant l'idée de son premier manager, David Booth (plus tard remplacé par Peter Abbey).
Ce nom avait deux significations: "Gracious!" comme une exclamation de surprise, ou "gracious", comme les bonnes manières, poli, etc.
Le point d'exclamation (!) a, dans les faits, été ajouté lorsque la couverture du premier album a été préparée.

Cowderoy s'en rappelle: "...Je pense qu'il a imaginé le nom et l'a vendu à quelques gars dans le groupe, qui aimait le double sens - c'était soit une exclamation ou un adjectif. Je le détestais, et j'en suis gêné à ce jour, mais il est resté, et j'ai été mis en minorité par la majorité - les gens ont dit que si je ne l'aimais pas, je devais penser à quelque chose de mieux, et je ne pouvais pas...". C'était, pour Wheatley, "...tout à fait un bon nom, un nom à connotation hippy, bien qu'à ce stade, nous étions encore très un groupe de pop faisant des chansons pop de trois minutes...".

Lors du troisième show du groupe sous leur nouveau nom, ils partagèrent l'affiche avec King Crimson, le 11 Juillet 1969, au Mistrale Club de Beckenham. "...Ce qui allait changer nos vies...", Lipson l'avoua plus tard, "...Martin a obtenu un Mellotron et nous sommes partis!...".

En 1968, alors récemment rebaptisé Gracious!, ils tournent en Allemagne pendant six semaines, mais, comme Laird ne suit pas le reste du groupe musicalement, Wheatley est testé et il obtient le poste, jouant dans des endroits comme le légendaire Star-Club à Hambourg.
Wheatley, à l'époque encore roadie, rappelle: "...Nous sommes allés là-bas pendant six semaines, et nous étions si verts, nous ne savions rien, seulement des adolescents. Hambourg, The Star Club, le Reeperbahn - nous ne pouvions pas croire ce qui se passait...".
Gracious avait enregistré avant de faire leurs deux albums, bien que les résultats apparaissaient à peine à l'époque.
En plus de la formation mentionnée ci-dessus, ils incorporent un musicien pour chanter les choeurs nommé Keith Ireland.
Et quand Ireland les quitte, le reste du groupe continue, seul, à faire les chœurs.

A son retour d'Allemagne, Gracious! fait un circuit de représentations au Royaume-Uni et Brian Shepherd, alors patron de Vertigo, vient les voir et leur offre un petit contrat d'enregistrement.

Image

https://mega.nz/#!clJixIBL!NDtLdjh57t7E ... 5AFH1NkOxY
muro

L'album Vertigo fut l'une des premières sorties sur ce label, et il a été l'un de la célèbre série avec le tourbillon hypnotique dans le centre du disque - les LP vinyles originaux valent une petite fortune aujourd'hui.
Il a été enregistré dans les studios de Philips à Stanhope Place, Marble Arch (par la suite connu comme les Solid Bond Studios, qui étaient propriété de Paul Weller) et produit par Hugh Murphy.

Ce premier opus est paru en 1970; avec ses harmonies riches, une sensation de Heavy Prog, et les thèmes religieux qui provenaient de leurs racines scolaires catholiques, le groupe était un digne contemporain de groupes Progressifs comme King Crimson et The Zombies.
"...Quand nous sommes entrés en studio pour enregistrer pour la première fois "The Dream", nous nous attendions vraiment à l'enregistrer en petits segments...", se souvient Cowderoy. "...Cependant, notre producteur Hugh Muphy [qui plus tard est devenu célèbre en tant que producteur du succès des ventes "Baker Street" de Gerry Rafferty] a insisté pour que nous le faisions en une seule prise dans le studio, et nous avons fait quelques overdubs plus tard...".

Ce premier album, bien moins mature que le second, a plus de direction et il est plus concentré - bien que "Fugue in D Minor" a toujours été une 'bizarrerie'. L'album a attiré beaucoup d'attention et Kid Jensen, un DJ populaire sur Radio Luxembourg à l'époque, a consacré à plusieurs reprises la quasi-totalité de son programme d'une heure à Gracious!.
Il fait penser à un croisement entre The Moody Blues, King Crimson (à ses débuts) et Barclay James Harvest.
Un groupe mélodique de musique rafraîchissante: Rock, Jazz et Classique, le tout en un.
"Fugue in D Minor", "Heaven", "Hell" sont trois des meilleures pistes sur ce superbe album! Toutes mélodiques et certaines d'entre elles avec une teinte de Classique et de Jazz.

Gracious mélange des rythmes Hard avec des mélodies douces pour produire un album qui devrait se trouver dans la collection de tous les amoureux de rock progressif. Alors que les paroles ne sont pas inoubliables, l'instrumentation, elle, est exceptionnelle. De belles harmonies, un peu de bonne guitare, et un jeu absolument merveilleux de Mellotron.
En effet, les travaux de mellotron sont tout simplement fantastiques et montrent les influences de groupes comme King Crimson et The Moody Blues.
Ces gars-là sont de grands musiciens: la guitare électrique est sauvage et le travail de l'organe déformé, un peu comme Mike Ratledge avec Soft Machine. Les vocaux fonctionnent parfaitement bien et cela ne sonne pas trop daté.
La musique contient beaucoup d'instrumentation: Clavecins, sonnette d'alarme, guitare heavy, et des tas de mellotron. Le mellotron est particulièrement souligné, mais pas pour orchestrer à la façon dont The Moody Blues ou King Crimson, au début, utilisent cet instrument.

Bien que "Gracious!" comporte quelques belles mélodies, de grandes harmonies vocales, et des moments doux-amer au mellotron qui confèrent à la musique un toucher plus douce, l''album contient certaines passages un peu 'niais' sur les pistes "Hell" et "The Dream" qui peuvent peut-être un peu rebuter certains auditeurs, et il y a quelques passages Heavy excellents.
Il y a aussi quelques excellents passages expérimentaux très créatifs. L'adaptation de "Toccata" et "Fugue in D minor" de Bach est assez cool et à l'exception de la basse électrique, jouée sur des instruments acoustiques en fonction de la période. Ce morceau présente un joli contraste avec le reste de l'album.

En raison de l'éducation scolaire catholique du groupe, cela n'est pas une surprise que la première moitié de l'album a des thèmes religieux. La musique est un genre de prog vraiment complexe.

Dans l'ensemble, c'est un excellent album de Prog:
L'album commence par le morceau le moins complexe de l'album, "Introduction", avec un excellent solo de guitare et de douces harmonies vocales style Gentle Giant.
La chanson suivante, "Heaven", commence avec un peu de Mellotron, avant de pénétrer dans un mode Gracious beaucoup plus typique.
Quant à "Hell", c'est un morceau plus dissonant, remininscent de ce que King Crimson faisait également. Le groupe devient quand même un peu ridicule en jouant du "Can-Can" et du honky-tonk piano, des trucs d'Offenbach qui sonnent comme s'ils sortaient d'un film de Charlie Chaplin.
Il y a ensuite un morceau à consonance très baroque avec des guitares acoustiques et du clavecin appelé "Fugue in D Minor" très bien joué. C'est fondamentalement un morceau influencé par le classique joué sur clavecin et basse.
Cependant, le clou de l'album est la suite "The Dream" avec un grand travail d'ensemble et des arrangements intéressants. Ce morceau épique dure environ 16 minutes. La pièce commence avec Kitcat jouant "Moonlight Sonata" de Beethoven, puis elle passe par de nombreux passages bizarres et tordus.
Ils arrivent même à se moquer 'pendant quelques brèves secondes' de "Hey Jude" des Beatles.
Un truc quelque peu incroyable à écouter.

Bien que l'on ne puisse pas nier que le groupe est maintenant semi-légendaire, leur premier LP n'a pas battu tout les records de vente du premier coup, et bien qu'ils avaient une suite fidèle, il y avait trop peu de fans pour que l'album ne grimpe dans les Charts et le groupe se trouva rapidement à cours d'argent.
Analysant ce qui était arrivé, les membres de Gracious! sentirent que l'énergie de leurs spectacles n'avait pas été capturée de manière adéquate dans cet album, qui avait été enregistré dans les studios Londoniens de Philips Records près de Marble Arch (plus tard connu sous le nom de Solid Bond après avoir été acheté par Paul Weller).

Le groupe avait aussi écrit plusieurs longs morceaux, en commençant par un opéra écrit par Davis / Kitcat appelé "Opus 41", sur la base des "Four Seasons", qui n'a jamais été enregistré (ils sont venus pour montrer la pièce à Paramor, mais leur principal producteur, apparemment, n'était pas intéressé).

Les tensions ont ensuite éclaté, précipitant les départs de Lipson et ensuite de Kitcat en 1971.
Les musiciens restant tournèrent en Allemagne, mais ils avaient, alors, clairement atteint la fin de la route.

Image

http://www12.zippyshare.com/v/29820816/file.html
muro

Ils ont enregistré un deuxième album Vertigo que ce label a mis de côté et il n'est sorti qu'après la séparation du groupe.
Selon Wheatley: "...Il a été enregistré avec l'intention de venir sur Vertigo, mais il est devenu un peu d'un coup; ils l'avaient dans la boîte, et ils le sortirent sur un label de prix moyen. Sur le dos de la pochette du LP, il y avait des publicités pour disques dans la même série par Val Doonican et The Band Of The royal Scots Guards...".
Selon Cowderoy, Lipson et Wheatley, ce ne fut pas le rejet de l'album qui a forcé le groupe à se séparer, mais ils ne gagnaient tout simplement pas assez pour survivre:
Pour Cowderoy: "...Franchement, les disques ne se vendaient pas et quand Vertigo refusa de mettre en vente le deuxième album immédiatement, cela rendit la tournée plus difficile, parce que vous avez besoin d'un album pour vous aider avec les tournées. Il était très difficile d'obtenir des concerts en ce temps-là et nous ne faisions pas beaucoup d'argent, et les gens commencèrent à quitter le groupe..".
Ce deuxième album sortit donc de façon posthume en demi-teinte deux ans plus tard; il ne sera pas publié avant 1972 par Philips, alors que Gracious n'existait plus.

La couverture a été réalisée par Roger Dean, mais l'œuvre d'art ressemble très peu à quoi que ce soit d'un album de Yes. Certaines personnes considèrent que cet album est de qualité supérieure par rapport au premier opus, et voilà pourquoi: la musique y est plus accessible et moins complexe. Elle semble couler plus facilement, il y a moins de sensation classique, et moins de cette dissonance à la King Crimson.
Martin Kitcat utilise beaucoup plus le Mellotron au détriment du piano et du clavecin électrique qui semblent avoir disparu.

Ce CD présente globalement une sensation plus sombre et affiche une complexité un peu plus musicale.
Il offre plus de Rock Progressif intéressant, même s'il est un peu plus accessible que le premier.
La pièce maîtresse de ce disque, enregistrée au début de 1971 aux Olympic Studios, est une suite de 25 minutes en plusieurs parties appelée "Supernova", inspirée par la plus courte histoire de fantôme jamais écrite, "le dernier homme vivant sur la terre était assis à la maison quand tout à coup un coup a été donné à la fenêtre".
Cowderoy se rappelle que "...Ce fut la mode, de nombreux groupes de l'époque enregistrèrent de longues pièces musicales. Apparemment Pete Townshend trouva cette idée géniale!
La seconde face de l'album avait une approche différente - Tim, Robert et moi avons eu plus à faire avec elle. La seule chanson qui n'a pas fonctionné a été 'Hold Me Down', qui a été écrite juste pour remplir la dernière partie de l'album...".
Malgré cet avis, cette chanson est également appréciée par les admirateurs du groupe.

L'album débute donc avec la longue suite "Super Nova". Elle commence par ressembler à certains groupes de Krautrock de cette époque comme Amon Düül II ou le Tangerine Dream du début de l'ère Ohr Records pour les premières minutes, avant d'entrer sur le territoire plus typique du Prog Britannique.
Les deux premiers mouvements semblent être les meilleurs, tout simplement incroyables, le groupe pénètre ensuite dans une ambiance plus ballade pour les deux derniers mouvements qui ne correspondent pas vraiment à la première moitié.
Dans les faits, "Super Nova" est tout simplement fantastique; elle passe par un certain nombre de changements, et c'est généralement un morceau de musique très intéressant - cette suite propose également des excursions instrumentales psychédéliques qui auraient pu trouver une place sur le "Saucerful Of Secrets" de Pink Floyd de 1968.
Encore une fois, le travail de mellotron est fantastique et Martin utilise différents paramètres et des effets de bande pour obtenir une gamme de couleurs de tonalité de l'instrument.
"What's Come to Be" est un morceau plus calme et obsédant qui comporte un très bon jeu de mellotron et d'excellents arrangements vocaux. L'utilisation de deux mélodies et des arrangements simples sont un peu plus visibles sur cet album par rapport au premier. Toutefois, cela ne, diminue pas l'expérience d'écoute un seul instant.
Il était censé être une autre partie de la suite "Super Nova", mais en raison de contraintes de temps du LP, il fut placé sur la face deux, juste après "CBS" . Peu importe, c'est, de loin, la meilleure ballade de cet album.
Le reste de l'album est composé de grandes jams avec une approche un peu plus directe que leurs débuts.
A noter que "C.B.S." est un beau morceau avec riff Heavy et légèrement jazzy qui comprend un bon jeu de basse Heavy et de grandes jams.

A l'écoute de ce disque, c'est une honte que ces gars-là ne soient jamais arrivés à être mieux connus; ils auraient pu être énormes.

Quand il a été édité, il fut intitulé "This Is ...", mais à l'origine, il devait s'appeler "Supernova".
Cependant, Cowderoy explique que "...Vertigo a estimé ne pas avoir beaucoup de succès avec des groupes progressistes, et il n'a pas été jugé assez commercial pour être édité. Il a ensuite été publié par le label international de Philips dans le cadre de la série à bas prix sous le titre 'This Is. ..".
Le jeu sur ce second album est bien meilleur, mais comme il a été édité après la séparation du groupe, il n'y avait aucune sorte de publicité, et donc pas l'attention des médias...".

A propos de la disparition du groupe, Cowderoy raconte: "...Robert est parti le premier. Nous avons continué avec un nouveau batteur [Chris Brayne], mais la magie et la camaraderie avaient disparu. Martin fut le suivant à nous quitter ...".

Wheatley rajoute: "...Nous ne faisions pas de progrès en travaillant en live, ce qui est ce que nous voulions faire, c'était d'où venait le groupe. L'enregistrement était une corvée nécessaire pour nous, nous nous installions dans le studio comme si nous étions en train de jouer un concert. Nous détestions les studios. C'était une autre partie de moi le problème, le matériel étant exclusivement écrit par seulement deux des cinq membres du groupe?..."
Pour Lipson: "...Nous n'avons été nulle part, mais le matériel aurait pu être un facteur. Nous n'avons pas pris de prisonniers et fait ce que nous voulions. Je pense que nous étions arrivés au point où il était temps d'être la tête d'affiche d'une tournée, parce que nous avions un peu de disciples à certains endroits, et si le management et le label s'étaient unis, nous aurions au moins découvert ce que nous aurions pu faire ou non. Nous jouions beaucoup de notre propre genre de musique, et des gens aimaient vraiment - Kid Jensen l'adorait absolument et la jouait tout le temps. Il y avait The Moody Blues, King Crimson et nous qui utilisaient un mellotron, mais nous étions issus de milieux qui nous donnaient la pression, et nous n'avons pas eu de management qui aurait pu nous permettre de travailler tout simplement sans se soucier de l'argent. J'en ai eu marre - c 'était très bien quand je jouais, mais il y avait trop d'autres choses, et je pense que nous trois et Martin et Sandy, on était très divisés. Nous sommes même allés à des concerts séparément, et nous ne nous rencontrions que sur scène. Je pensais que si nous en nous étions là à ce moment-là, qu'arriverait-il plus tard?...".
Cowderoy accuse la pression sub-consciente pour mettre tout le monde dans le groupe en soutien, et Wheatley confirme: "...Cétait un groupe très argumentatif, et quand je suis arrivé, je ne pouvais pas le croire, mais d'une certaine manière cette friction faisait partie de la créativité, il n'y a aucune question à ce sujet...".

Le quatuor restant tourne en Allemagne pendant l'Eté 1971, avec Davis prenant le Mellotron, cumulé avec la fonction de chanteur. "...Tim et moi sommes allés dans un autre groupe pendant un certain temps, mais on n'a jamais trouvé quelqu'un qui pensait comme nous...".

Ce ne fut pas le rejet de l'album qui força le groupe à se séparer, mais juste le fait qu'ils ne se faisaient pas assez d'argent pour survivre.
Il y avait, bien sûr, aussi des différents personnels et musicaux au sein du groupe. Lipson révèle: "...Je pense que trois d'entre nous et Martin et Sandy étaient très partagés. Nous allions même aux spectacles séparément - nous venions nous retrouver sur scène...". Wheatley confirme: "...Je ne peux pas croire à quel point était la confrontation du groupe, mais d'une manière que la dissidence faisait partie de la créativité, il n'y a aucun doute à ce sujet...".
Après la séparation, d'après Lipson, "...je n'ai pas rejoint un autre groupe, je suis retourné à l'entreprise familiale, me suis marié, et j'a fait toutes ces choses sous pression, cela me manquait désespérément...
...Nous avons fait une réunion environ un an plus tard au Marquee... [6 Avril 1972], et ça a fait mal vraiment de rentrer à la maison après le spectacle...".
Il ne fallut pas longtemps après son départ pour que le groupe ne se plie complètement.
D'après Wheatley: "...Après le départ de Robert, nous avons eu quelques dates en Allemagne, puis Martin a décidé qu'il ne voulait pas y aller et qu'il se retirait, et nous avons obtenu Chris Brayne à la batterie. Martin a dit qu'il n'allait pas en Allemagne, mais nous y sommes allés de toute façon, et Sandy joua du mellotron et chanta aussi, mais la chose était cassée. C'était à l'Eté 1971...".

Les différents membres du groupe sont par la suite partis dans des directions différentes après des tentatives brèves et infructueuses de maintenir le groupe ensemble.

Cowderoy a renoncé à jouer professionnellement, mais il est resté impliqué avec l'industrie du disque: "...Je suis allé travailler pour Decca, sur le côté légal. Martin, le claviériste, avait obtenu un emploi comme organisateur avec Burlington Music, et quand il a obtenu un autre emploi avec Capitol, alors qu'il était en train de déménager, il m'a suggéré de postuler pour son ancien emploi, je l'ai fait et je l'ai obtenu. C'était vers 1972, et l'ironie fut que le prochain travail que j'ai obtenu a été chez Vertigo pendant trois ans...".

Plus tard, il a travaillé pour Stiff Records, A & M et a eu plusieurs autres postes de direction dans le monde de la musique - il est maintenant un partenaire dans une société qui gère Del Amitri et un certain nombre de producteurs de disques à succès -, mais Kitcat, qui avait aidé à lancer sa carrière dans le côté business de la musique, a renoncé à être musicien et après avoir travaillé pour Decca et Capitol, il a fini par déménager en Amérique.
Selon Lipson, "...Il n'a pas touché un clavier depuis, et il a vendu son équipement. Son mellotron personnalisé a récemment changé de mains pour plusieurs milliers de dollars...".
Wheatley, entre autres entreprises, est allé à certaines auditions, et il a rappelé avec un sourire: "...J'étais déterminé à continuer à jouer, et j'ai auditionné pour Supertramp, et une de leurs pires erreurs a été de ne pas me demander de me joindre à eux...".
Il a ensuite rejoint un groupe nommé Taggett. "...Oui, un gars nommé Colin Horton-Jennings, qui avait été dans un groupe appelé The Greatest Show On Earth, cherchait à monter un autre groupe, et je suis allé à une audition. Il était avec un batteur appelé Terry Fogg qui avait été dans Sounds Incorporated, et ils m'ont demandé de me joindre à eux, et le line-up a finalement inclus Pete Arnesen aux claviers (qui jouera plus tard des claviers pour The Rubettes). Nous avons fait un album pour EMI (produit par Tony Hicks de The Hollies) qui a été publié en Grande-Bretagne, mais il ne s'est pas vendu trop bien. Beaucoup plus tard, il a été édité sous la même forme par United Artists aux États Unis, alors que le groupe n'a pas joué ensemble pendant longtemps. Un américain d'A & R est entré en contact, a dit qu'il aimait l'album et demandé ce qui se passait, et il a été dit que nous répétions - mais nous ne nous étions même pas vus depuis environ deux ans. Nous avons eu un contrat merveilleux, mais nous n'avons jamais en fait enregistré une piste pour United Artists. C'était un groupe d'enregistrement, et nous avons rarement, sinon jamais, joué en live, aussi cela n'a pas duré longtemps, et après ça, j'ai commencé mon propre studio d'enregistrement, Chestnut, dans le Hampshire, en 1977, et j'ai également travaillé dans plusieurs groupes locaux depuis...".
Plus tard, il créa son propre studio.
Sandy Davis a fait deux albums solo dans les années 1970, avec Cowderoy - jouant de la guitare sur l'un d'eux. Wheatley se rappelle: "...J'ai entendu qu'à la fin de l'un de ses albums, il a décidé d'ouvrir une bouteille de champagne dans un studio et il la vida sur le bureau, ce qui provoqua une certaine consternation. Il a chanté sur "Jesus Christ Superstar", et Tim Rice l'a impliqué comme un 'session man'. Après cela, il n'a pas fait beaucoup pendant un certain temps, mais il a joué dans un duo de pub avec Mike Read, le disc-jockey, avant que Mike Read n'abandonne. Puis Sandy se recadra sur la scène de Guildford avec un groupe appelé Headwaiter qui avait deux batteurs et il était de retour derrière ses tambours (l'autre s'appelant Greg Terry-Short)! Les deux avaient remplacé le batteur original Dave Bidwell anciennement de Chicken Shack. Le groupe a également inclus Tony Leach (piano), Sev Lewkowicz (claviers) et James MacMillan Kean (chant et flûte).
Ils ont eu quelques pistes sur le LP de Guildford, ""Who Invited Them?", Doug Ferguson, qui avait été dans Camel, était également dans ce groupe. Je me suis impliqué avec Sandy à nouveau un peu de temps, et nous avons fait quelques songwritings. Nous avons eu un single sorti sur Pacific records - Rob Dickins nous avait signé un contrat d'édition avec Warner Bros pour quelques unes de nos chansons, et un single fut publié sous le nom de Sandy. Nous avons enregistré quatre ou cinq pistes avec Rob Townsend de Family à la batterie, un joueur de clavier appelé Billy Livsey qui avait joué avec Gallagher & Lyle, et la section de cuivres de The Rumour.
Les quelques derniers spectacles de Headwaiter eurent lieu sans Sandy Davis, avec qui Sev Lewkowicz avait refusé de tourner.
Puis Sandy a manqué de gens avec qui travailler en Grande-Bretagne, et il est allé en Allemagne, où il est depuis...".

Voila ce qui est arrivé aux membres principaux de Gracious après la séparation du groupe - mais il y a eu un autre album fait plus récemment qui comprend Wheatley et Lipson en tant que musiciens, et avec Cowderoy périphériquement impliqué. Il note: "Nous avons été approchés par une maison de disques japonaise pour enregistrer un album qui sonne comme si nous l'avions enregistré dans les années soixante-dix, et il y a un nouvel album qui est presque terminé avec Tim et Robert dessus, plus un claviériste de Guildford appelé Sev Lewkowicz et un guitariste appelé Stewart Turner".

Dans les années 1990, le label Allemand Repertoire Records réédita le premier album, et Renaissance Records relança "This Is ...", qui rétablit l'ordre pour les parties de la suite "Supernova" ("What's Come To Be" avait été enlevé et placé hors contexte sur la face B comme une chanson séparée).
Elle comprenait également le bonus track "Once On A Windy Day": "...Cela a été écrit comme un single, et publié en tant que tel, mais n'a jamais été réellement passée à la radio. En public, il évolue en une grande épopée, théâtral avec un solo de piano jazzy au milieu et un long solo de guitare à la fin. Ce fut probablement nos morceaux musicaux préférés en direct...".

Certaines séances de pré-production pour la sortie du CD de "This Is ... " sur le label Renaissance ont été supervisées par le chanteur-compositeur-interprète Kevin Gilbert dans son studio à Pasadena, en Californie.

Pendant ce temps, le 'mellotron Gracious' sur mesure détenu par Martin Kitcat était apporté à l'atelier de Gilbert et finalement sera acheté par le claviériste Damon Fox de Bigelf, qui a dit: "...Kitcat était la première personne à poser des sons 'lead' sur les deux côtés [de bande]... [de ses touches de Mellotron]. La plupart des groupes avaient le Mk II [et] l'avaient utilisé comme ils ont été vendus: le rythme des sons d'un côté, puis les flûtes, les cordes, les cors - les sons lead - sur le côté droit. Mais Martin a été le premier homme à communiquer avec les frères Bradley [fabricants de Mellotron basés au Royaume-Uni] et à avoir un son fait sur mesure, avec le son lead sur les deux côtés...".

Image

Quatre pistes (trois compositions originales signées Davis / Kitcat et une reprise de "I Put A Spell On You" de Screamin' Jay Hawkins) de session d'enregistrement mises au rebut de 1968 (avec la présence du bassiste Mark Laird) ont été incluses dans une compilation lancé par Renaissance Records appelé "Buried Treasures" en 1994, ainsi que le matériel inédit de deus autres groupes, Touch et de Stray Dog.

Image

http://www56.zippyshare.com/v/25637998/file.html
muro

Un net regain d'intérêt pour le groupe a inspiré quelques anciens membres, et en 1995, Tim Wheatley et Robert Lipson ont commencé à travailler sur un nouvel album de Gracious!, après avoir reçu une proposition d'un label Japonais, avec la participation spéciale de Alan Cowderoy et quelques invités.
Selon Lipson: "...Nous voulions plus impliqué Alan, mais il ne voulait pas le faire. Néanmoins, la première piste de l'album l'invoque comme un écrivain et guitariste. Toutes les autres chansons du nouvel album ont été co-écrit par Tim, Sev et moi". Mais sans les chansons de Kitcat et Davis, il peut sembler un peu différent ... Oui, mais c'est un nouveau groupe appelé Gracious, avec deux membres de l'ancien Gracious...".
Ils ont alors sorti un CD intitulé "Echo" en 1996, avec Sev Lewkowicz (claviers, chant et guitare), Stuart Turner (guitare) et Richard Ashworth (paroles).
Les chansons ont été écrites par Lewkowicz, Wheatley, Lipson et Ashworth, et l'album a été produit par Lewkowicz et Wheatley. Il a été publié par Centaur Discs.

"Echo" est un album un peu spécial écrit, réalisé et produit par des musiciens rôdés, combinant toute leur expérience dans la création d'un album puissant...
C'est un brillant exemple du genre 'progressiste' à son meilleur - merveilleusement mélodique à un moment, terriblement puissant au suivant, et atteignant même parfois des sommets - Une expérience totalement palpitante du début à la fin!

L'album comporte tout un courant d'influences et de styles qui vont de similitudes du Gracious! original, à d'autres se rapprochant plus de Pink Floyd, King Crimson du début, Genesis, Strawbs ou encore Eloy.
Il y a une abondance d'influences dans les fondations de "Echo", mais c'est vraiment du pur Rock mélodique semi-instrumental avec un certain son des années 1990, où les guitares et les claviers se fondent ensemble dans un mode tout à fait spectaculaire.
Bien que n'étant pas un mauvais album, il n'est pas vraiment pas à la hauteur du groupe original; il ne faut pas s'attendre à quelque chose de réellement ressemblant au groupe original.

Quant au line-up - Deux des membres originaux restent: Robert Lipson (batterie) et Tim Wheatley (guitares), mais un autre d'origine; Alan Cowderoy apparait comme guitariste invité sur l'album). Le nouveau membre est le multi-instrumentiste Sev Lewcowicz, manipulant des claviers, jouant des guitares et faisant quelques vocaux.

Sur "Echo", le groupe possède une maturité du son, ce qui n'est pas vraiment surprenant quand on considère que la plupart des musiciens jouaient ensemble 30 ans auparavant!
Ce disque respire une musicalité élégante toute en finesse à tous les niveaux, avec une fusion de grande classe des claviers et des guitares partageant la charge de travail sur les passages instrumentaux et aussi servant de toile de fond parfaite pour une quantité limitée de parties vocales.
Le son du Mellotron joue encore un rôle vital dans leur son, en particulier lors de quelques-uns des passages instrumentaux magnifiquement lisse où les claviers produisent des foules de chœurs célestes, des accords d'orgues profonds et des sons de cordes pour accompagner de superbes pistes de guitare Gilmourienne.
Certains de ces passages et thèmes prennent des proportions épiques, provocant parfois des conclusions énormes et profondément explosives, dont l'une a même le potentiel de causer des dommages structurels à vos haut-parleurs.

"Echo" est l'un de ces albums qui progresse à chaque nouvelle piste; Il commence assez bien, mais finit par construire quelque chose d'absolument magnifique au moment où il atteint sa conclusion dramatique.
Pour son retour, ce nouveau groupe démontre qu'il peut être aussi bon que l'original, avec de la musique qui devrait attirer un public Rock Progressif dans son sillage.

L'album s'ouvre sur des éclairs lointains de chaos industriels avec des vagues de Mellotron à travers le mixage, puis un enchainement permet de construire un inquiétant "Oil Pressure", un morceau dur et descriptif qui peint une image sombre qui passe par plusieurs changements d'humeur et qui révèle sans aucun doute la voix de Sev Lewcowicz la plus menaçante; dans le bon vieux style de King Crimson il comprend une autre piste interne appelée "Orphans Of The Crocodile".
La piste suivante est un interlude au piano électrique appelé "Spring" qui se transforme lentement pour devenir "Faith", une chanson qui montre une grande performance vocale et des chœurs adéquats. Un thème du clavier dramatique est entraîné vers son paroxysme avant de retomber sur le thème principal d'origine pendant un certain temps, puis repart de l'avant dans un thème final formidable où un énorme passage d'accumulation de claviers et de batterie toujours en progression sont rejoints par des échantillons des vieux discours de guerre d'Adolph Hitler et Winston Churchill.
L'interlude 'Summer' précède alors une magnifique nappe instrumentale intitulée "Mangroove" qui est introduite par une foule de voix chorales célestes, puis dans un passage attirant où une ligne de basse entraînante et une batterie puissante jouent vraiment 'synchro' avant d'être rejoint par un barrage de synthés joue des cuivres et d'autres effets de chœur.
l y a une curiosité futuriste "funky" ressentie dans cette partie, surtout quand un duo guitare / synthé démarre farouchement, chacun se battant pour la suprématie dans un superbe style, puis tout s'efface doucement avec l'apparition d'un peu plus de chœurs joué par le Mellotron.
"Autumn" est un autre interlude où une basse fretless de style Richard Sinclair forme une mélodie aux côtés des claviers de Lewkowicz et conduisent à l'entrée étonnante d'une superproduction totale!
Cynic’s Gate' est tout simplement incroyable, commençant par une intro tourbillonnante de synthé qui se transforme en un passage vocal brillant de la part de Sev et évolue dans un passage lyrique qui rappelle vivement la scène rock des années 70. Cela conduit à une superbe envolée guitaristique de style Gilmour (avec l'apparition d'un autre guitariste invité, Stuart Turner) qui à son tour se transforme en une section étonnante de choeur féminin style Eloy / Floyd où le groupe passe à la vitesse supérieure avec un travail de production incroyable qui souffle au loin presque tous les autres Prog des années 90.
Ensuite vient le puissant instrumental "Homecoming", où des tonnes de claviers construisent le thème en un morceau aux proportions épiques avec une excellente section rythmique fournissant une base solide au thème principal. Le tout met en avant une guitare électrique de style FLOYD planant au-dessus de la masse de claviers incluant des samples de foule, et cela ajoute un plus à l'effet "épique" créé.
Tout se calme alors pour un autre interlude, "Winter", qui est une autre courte pièce de liaison où le thème du clavier majestueux annonce l'arrivée du morceau principal, la chanson titre en clôture de l'album.
Il y a une piste épique de plus de treize minutes intitulée "Echo" en clôture de l'album; une magnifique effusion de l'émotion brute et une musicalité de grande classe avec un grand travail du clavier symphonique qui intègre les chœurs, les cordes et les cuivres, plus un lien fantastique avec le chant et le jeu de la guitare électrique.
"Echo" est un superbe morceau de Progressive / Symphonic Rock où toutes les influences du groupe semblent réunies, ce qui crée un magnifique élan d'énergie émotionnelle et une musicalité de grande classe.
La piste s'ouvre avec une guitare électrique jouant sur une mer de choeurs et de cordes jouée par les synthés avec des samples de Mellotron, puis Sev entre en action avec ses vocaux à nouveau sur certaines des plus chauds travaux au claviers entendu sur un album progressif.
Ce morceau a littéralement tout ce qu'un fan de Prog pourrait souhaiter dans une pièce épique de Rock Music (avec deux autres pistes internes appelées 'Comics' et 'A Cancer Called Rupert'), en passant par plusieurs changements de climats et d'accords.
Les thèmes instrumentaux multicouches sont totalement attirants, changeant tout le temps et menant la piste à sa conclusion ultime avec des guitares électriques hurlantes et toutes sortes de sons de claviers.
Une toile de fond monumentale du son mène la piste vers un énorme point culminant, permettant à la guitare de prendre le relais avec un thème puissamment évocateur de the Strawbs et cela ferme l'album sur le plus haut niveau d'euphorie de Rock Progressif.

En conclusion, Gracious! n'a pas certainement pas révolutionné le Rock Progressif mais il a largement contribué à rendre plus populaire le Mellotron, et en cela, bien des groupes plus récents peuvent les remercier!...

Discographie:

Gracious! (1970)
This is...Gracious!! (1972)
Echo (1996)

Sources: wikipedia, cd-services.com
Dernière édition par alcat01 le 10 Aoû 2016, 19:41, édité 32 fois.
Dans la vie, ce qui est grave, c'est pas tellement d'être con, c'est de le rester

mes Bios:
viewtopic.php?f=18&t=1559
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4962
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: GRACIOUS (!) (Bio)

Messagepar olivier » 22 Mai 2016, 17:15

D'ailleurs, l'ancien Mellotron Mark II Sound effect console de Martin Kitkat, Mellotron originalement destiné aux bruiteurs de la BBC (plusieurs effets spéciaux de la célèbre télésérie Dr. Who sont produit avec ce Mellotron) est aujourd'hui en la possession de Damon Fox, de la formation Bigelf. On le voit bien d'ailleurs sur la pochette du premier album du groupe. C'est le gris avec les boutons blancs au centre de la pochette, un des Mellotrons les plus rares! Cette pochette est digne de celle d'Ummagumma du Floyd!


Image

En voici d'ailleurs en photo agrandie de ce modèle rare:

Image
Avatar de l’utilisateur
olivier
♪♪♪♪
 
Messages: 561
Inscription: 04 Fév 2013, 05:48

Re: GRACIOUS (!) (Bio)

Messagepar Monsieur-Hulot » 22 Mai 2016, 17:31

et ils ont été filmés à" Isle of Wight" ! voui voui !
Vidéo cachée: Afficher
[video]https://www.youtube.com/watch?v=sbf_5kV73I8[/video]
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS !
Avatar de l’utilisateur
Monsieur-Hulot
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5304
Inscription: 03 Fév 2013, 19:14
Localisation: Third Stone From The Sun of Marseille

Re: GRACIOUS (!) (Bio)

Messagepar astu » 20 Oct 2017, 18:28

Deux beaux albums.
A noter que le groupe italien PANNA FREDDA a plagié un passage de "heaven" dans son album "uno" (1971)
Avatar de l’utilisateur
astu
 
Messages: 32
Inscription: 20 Oct 2017, 15:30


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité