ANDROMEDA (Bio) GB

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

ANDROMEDA (Bio) GB

Messagepar alcat01 » 05 Aoû 2017, 00:25

Image

A l'origine, Andromeda fut un groupe Anglais de Psychédélic / Progressive Rock qui a été formé en 1966 par John Du Cann, après la rupture de son groupe de Psychedelic Garage précédent appelé The Attack.
Ce trio prometteur proche du Heavy Metal qui aurait dû réussir s'ils ne s'étaient pas séparés après un album.

Andromeda est souvent appelée 'The British Blue Cheer' car son son est très similaire. Bien que la musique de Blue Cheer soit, cependant, un peu plus crue.
Le chanteur principal, John Du Cann, rappelle même un peu de Dickie Peterson de Blue Cheer, au moins dans certaines de ces chansons.

Image The Attack

Le groupe est devenu, par la force des choses, un power trio de Psychédélic, Progressive, Jazz et Hard Rock qui a duré suffisamment longtemps pour sortir un seul album.

Image

Le trio formé de John Du Cann (également connu sous le nom de John Cann) à la guitare et au chant, de Mick Hawksworth à la basse et de Jack McCulloch (alias Jack Collins) à la batterie, avait enregistré un projet de Rock Psychédélique nommé "The Five Day Week Straw People", un album conceptuel très apprécié par les collectionneurs de nos jours.
Après avoir enregistré ce projet, les trois ont décidé de former un groupe qu'ils baptisèrent Andromeda.
Cette formation a commencé par donner des concerts, enregistrer des demos, du matériel live, etc, mais sans aucun contrat d'enregistrement.

En 1969, ils ont été aidés par John Peel, après avoir enregistré des sessions en live dans le programme Top Gear de la BBC.
Peel leur a aussi organisé l'enregistrement d'un single, "Go Your Way", par RCA, sur le label Dandelion de Peel.

Image

Andromeda a joué dans différents lieux de Londres, y compris Middle Earth et le Marquee Club. La guitare de Du Cann était l'instrument dominant, menant l'auditeur à travers des directions psychédéliques et progressives et des dissonances créatives classiques, contribuant aux sets live impressionnants du trio.
Le trio combinait sa propre écriture originale avec des éléments appropriés à partir de matériel classique familier.

Plus tard, ils ont signé un contrat pour enregistrer un album, auto-intitulé.
Le groupe a ensuite eu des désaccords avec Peel au moment où Collins est parti, étant remplacé par Ian McLane, et ils ont rompu le contrat.

Image

http://www.mediafire.com/file/xblasc9a4 ... enenos.rar

Bien que le groupe ait tourné avec Black Sabbath, enregistré plusieurs spectacles live à la radio et que même Pete Townshend ait montré son intérêt à produire leur album, rien ne s'est avéré comme prévu, mais ils purent conclure un contrat avec RCA chez qui ils sortirent leur album intitulé "Andromeda" en 1969 avec des vocaux d'accompagnement de la part de Eddie Dyche.

Ce disque est livré avec de grandes couleurs psychédéliques (il suffit de regarder la pochette) dans des morceaux comme "And Now The Sun", "The Reason" influencé apparemment par Cream et le folkeux "I Can Stop The Sun".

Cet opus est, dans les faits, Proto Prog avec quelques couleurs Blues Rock et Psychedelic dans des chansons comme l'incroyable morceau d'ouverture "Too Old", dans "Turns To Dust", "Return To Sanity" et même "When To Stop". Le tout est accompagné d'une basse étonnante de Mick Hawksworth (qui a également joué avec Fuzzy Duck), de la batterie sans faille d'Ian McLane et de nombreuses guitares de John Cann et d'excellents vocaux.
Dans certaines pistes, comme "Day Of The Change" et "Return To Sanit"', on croirait presque entendre Black Sabbath. Mais, il ne faut pas oublier que Black Sabbath n'a publié son premier album qu'en 1970.Tony Iommi avoir écouté Andromeda quand Black Sabbath a écrit son premier album.

Andromeda est vraiment un groupe formidable; il y a beaucoup de démarrage / arrêts pour mieux configurer le travail de la guitare et, en conséquence, beaucoup de chansons semblent trop habiles et déguisées, très chargées de la conscience de soi.
Pourtant, l'album n'est certainement pas réellement Heavy, par étalage de toute imagination et les exercices de guitare ne sont pas, par eux-mêmes, d'une 'pesanteur' égale.

La musique de cet album est une sorte de Heavy Psyché / Prog Rock avec un son principalement axé sur la guitare dans certaines pistes. "Return to Sanity" en est un bon exemple, mais en fait, toutes les chansons pourraient faire l'affaire et elles sont, en outre, très bien conçues.
Le son général est très Heavy Psyché, mais il y a aussi de belles pièces douces qui donnent à cet album un bon équilibre et beaucoup plus de diversité que l'on ne pourrait le croire.

C'était indubitablement le groupe de John Du Cann: il a écrit toutes les chansons et a pris la direction vocale, tout en jouant de la lead guitare.
Mais la section rythmique de ce Power Trio fournit un soutien plus que compétent.
Il faut dire que tout ce que Du Cann touche se change en Hard Rock.
Combien de musiciens, au cours de leur carrière, ont fait partie d'au moins trois merveilleux groupes de Hard Rock / Proto-Metal / Heavy Progressive? Certainement pas beaucoup. Mais DuCann, lui, l'a fait.
Et Andromeda a été le premier (après cela, il est parti pour Atomic Rooster, puis pour Hard Stuff).
A noter que Andromeda est sûrement un peu plus Psyché que Atomic Rooster, mais dans l'ensemble, ce sont des groupes sonnant de façon très similaire.

Andromeda est, enfin, un cas de psychédélisme de guitare très puissante et l'album entier éclate tout simplement d'énergie sonore à l'exception d'une seule chanson "I Can Stop the Sun" qui est une sorte d'élégie introspective atténuant la netteté des autres morceaux.

L'album n'a reçu aucun promotion de la part du label, et il est donc involontairement devenu un flop.
Pourtant, cet opus a une bonne pochette et c'est un excellent disque. C'est loin d'être un album parfait mais son écoute est vraiment très agréable.

La lead guitare sur laquelle John Du Cann est au top de son jeu et la basse exceptionnelle sonnent particulièrement en avance sur leur temps. Dans l'ensemble, la qualité sonore est excellente bien que les vocaux soient, somme toute, assez moyens.
La plupart des pistes de cet album suivent le modèle mis en place par la première partie de l'album.
Les paroles sont généralement assez solides, tout comme la guitare et la section rythmique, mais le seul problème est un léger manque de variété.
Le premier morceau, “Too Old” est le meilleur avec une introduction dévastatrice et le trop court "I Can Stop The Sun" avec "When To Stop" sont au contraire les moins achevés, même lorsque ce dernier est sauvé par le passage de la guitare Acoustique tirée du Concerto d'Aranjuez...

L'album commence avec un excellent morceau d'ouverture avec de bonnes paroles intitulé "Too Old", une vision intéressante du vieillissement où Du Cann montre une grande maturité bien au-delà de ses vingt ans d'alors.
Du Cann y joue fantastiquement de la guitare: dès le début, avec les premières notes, la performance de la guitare est magistrale et les solos sont élaborés. Alors que son jeu est plutôt Heavy, il conserve le bon sens de la mélodie, en partie grâce à une section rythmique solide, mais pas indulgente.
"Day of The Change" est une sorte de demi-Doom en grande partie mais il montre cependant un pont inhabituel de la part du soliste.
La chanson suivante, "And Now the Sun Shines", retire le son plus grandiloquent du début pour un son presque acoustique, ce qui passe très bien. Cette chanson qui lorgne sur la Lounge Music est tellement décontractée!...
La première face de l'album se ferme avec "Turns to Dust", la première des trois pièces en 3 parties qui change de tempo et de structure quelques fois pendant la chanson, ce qui s'avère plutôt efficace. Cela rappelle en quelque sorte the Yardbirds mais en plus progressif. Du Cann expérimente librement sa guitare, rassemblant des passages plus qu'intéressants.
La première piste de la deuxième face, "Return to Sanity" qui commence par un puissant boléro dans lequel les guitares s'affolent lentement, puis le rythme est changé cardinalement, se transformant en une ballade modeste progressant graduellement vers un Rock tortueux et complexe, est un autre excellent morceau, également en trois parties et certainement le summum de l'album. Il s'inspire lentement d'une variation de "Mars, Bringer of War" tirée de "The Planets" de Gustav Holst, intitulé "Breakdown".
La deuxième partie, "Hope", présente l'une des meilleures performances de chanteur de la part de Du Cann et un excellent refrain où le groupe est assez sauvage. Une sorte de santé mentale amusante! En tout cas, c'est la pièce la plus progressive et réussie de l'album.
Quant à "The Reason", c'est un retour à un jeu de guitare vraiment Heavy...
Tandis que "I Can Stop the Sun" est calme et contemplatif, presque une ballade folklorique et les chants secondaires semblent plutôt datés. En fait, la piste entière ne semble servir que d'introduction à "When to Stop", la dernière des pièces en trois parties.
Celle-ci s'ouvre d'une manière presque jazzy avant de basculer dans le Rock à mi-section et de se clôturer avec une variation du "Concerto d'Aranjuez".
C'est un bon choix pour fermer cet album étonnamment progressif de Hard Rock.

L'album a été bien acclamé par les critiques, mais n'a pas eu de grand succès auprès du public, alors ils n'ont jamais ressorti un autre matériel.
C'est devenu une sorte de classique méconnu: Les critiques l'ayant plutôt défini comme un Hard Rock assez terne, mais cela était pourtant vraiment unique selon les normes des années 60: Heavy comme l'enfer, et très proto-Metal.

En conclusion, Andromeda est encore un de ces excellent groupes Britanniques obscurs qui seraient totalement restés inconnus s'ils n'étaient pas si bons pour attirer l'attention des réémetteurs, légitimes ou non, qui l'ont porté à l'attention de toute une nouvelle génération d'auditeurs qui apparemment l'apprécie peut-être beaucoup plus que ceux de son temps original!

Image

Si vous ne le savez pas, le LP original de 1969 d'Andromeda est très rare, mais il existe de nombreux CD qui ont des pistes et des sorties différentes, etc.
Leur travail avait été oublié pendant des années, et seulement dans les années 90, Andromeda a pu republier son matériel initial, y compris les extras, le matériel live, les sessions de la BBC.
D'autres enregistrements en live de leurs performances au Middle Earth sont également apparues.
Tout leur matériel peut être trouvé dans une collection publiée sous le nom "The Definitive Collection".
Leur album éponyme a été réédité et remasterisé avec des titres bonus; Il y a beaucoup de variantes et d'autres albums comprennent une partie du matériel de 'The Definitive Collection'.
A noter que les morceaux bonus sur la réédition de 1994 sont très faibles et n'ajoutent vraiment rien à l'original.
Ils sont pour la plupart du temps gaspillé, une chose pour fan: Ils n'étaient pas assez bons pour être sur le disque original et ne sont toujours pas assez bons pour être sur les rééditions.
Il y a cependant deux morceaux, "7 Streets" et "Play the Game" que Du Cann a finalement enregistré avec Atomic Rooster qu'il avait déjà enregistré avec ce groupe, et ils semblent aussi Heavy.

Il est bien dommage que le groupe n'ait pas survécu pour enregistrer un deuxième album.

Le groupe s'est séparé à la fin de l'année et Du Cann a rejoint Vincent Crane et Carl Palmer du Arthur Brown Band chez Atomic Rooster et il a relancé le groupe avec lui à la fin des années 70. Les autres membres essayèrent de continuer avec de nouveaux guitaristes, mais le groupe se sépara rapidement.
Mick Hawksworth joua avec Alvin Lee et il devINt membre de Ten Years After (et de Ten Years Later), et il joua même avec Matthew Fisher.
Il rejoindra plus tard Killing Floor, mais c'est une autre histoire...

Sources: wikipedia, Fernando Raffani, Bruce Eder, Rate your music
Dernière édition par alcat01 le 16 Aoû 2017, 15:38, édité 10 fois.
Dans la vie, ce qui est grave, c'est pas tellement d'être con, c'est de le rester

mes Bios:
viewtopic.php?f=18&t=1559
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4961
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: ANDROMEDA (Bio) GB

Messagepar Leutte » 06 Aoû 2017, 11:59

Sympa à toi, Alain de rendre hommage à ce beau trio. J'ignorais que Five Day Week.. c'était eux!
Avatar de l’utilisateur
Leutte
♪♪♪
 
Messages: 465
Inscription: 09 Avr 2017, 12:41
Localisation: Toulouse


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité