TONTON MACOUTE (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

TONTON MACOUTE (Bio)

Messagepar alcat01 » 14 Oct 2017, 01:46

Image

Il est devenu évident pour les amateurs du genre que la scène du début des années 1970 au Royaume-Uni était pleinement Prog.
Beaucoup de groupes avaient expérimenté la musique Rock à tous les niveaux afin d'obtenir le résultat parfait grâce à une différence toute particulière.
L'un de ces groupes s'appelait Tonton Macoute.
Le fait que leur nom provienne de la force paramilitaire Haïtienne ou d'une créature quasi mythologique est peu pertinent.
Ce qui l'est réellement, par contre, c'est la façon dont ces quatre personnes ont utilisé leurs compétences musicales pour créer un résultat épique.
De plus, si ce nom est original, il en est de même avec leur seul album sorti sur le label rare, Neon Record (on y trouve également Spring et Indian Summer).

Tonton Macoute fut formé en 1970 dans le comté de Berkshire, en Angleterre.
Il était alors composé de Paul French aux claviers, au vibraphone et au chant, de Chris Gavin à la basse et aux guitares, de Dave Knowles aux saxophones Alto et Tenor, à la flûte, à la clarinette et au chant, et de Nigel Reveler à la batteries et aux percussions.

Ce groupe trouve ses racines en 1968 lorsque le batteur Nigel Reveler et le claviériste Paul French avaient répondu à une annonce parue sur Melody Maker par the Dick Scott Company, un groupe de reprises Pop qui comprenait Dick Scott, le bassiste-guitariste Chris Gavin et le flûtiste Dave Knowles.
Entre 1969 et 1970, cette formation avait enregistré trois singles et elle avait joué en Allemagne sous le nom de Windmill, jusqu'à ce que, en Mai 1970, Dick Scott ne meurt dans un accident de voiture en Allemagne de l'Est.

En 1970, Reveler, French, Gavin et Knowles optent finalement pour un style plus progressif, très en vogue à cette époque.
Ils décident alors de s'appeler 'Tonton Macoute'.

Tonton Macoute est, à l'origine, une figure fantastique Haïtienne qui sert à discipliner les enfants: l'oncle rassemble les enfants indisciplinés pendant la nuit, les met dans sa macoute (une sorte de grand sac ou de besace) et les enlève.
Mais ce fut, surtout, le nom familier de la force militaire privée de François Duvalier, dit Papa Doc, en Haïti, la Milice de Volontaires de la Sécurité Nationale fidèle à son règne. Cette police secrète a amené un règne de terreur qui a paralysé l'état de l'île avec sa violence systématique.
Avec cette entité aussi menaçante, on pourrait supposer que Tonton Macoute est un sinistre groupe de Heavy Rock, mais ce n'est vraiment pas le cas. Bien au contraire...

Après plusieurs changements de labels, le quatuor a décroché un contrat d'enregistrement avec Neon Records, un sous-label de RCA, dans lequel le Rock Progressif devait être mis.
Leur unique album est, en fait, une aventure proto-progressive Jazz Rock, semblable à celle d'autres artistes Britanniques du moment comme, par exemple, Raw Material et Diabolus, mais bien que plus instrumental qu'eux.

La pochette du LP du groupe est une couverture surréaliste et mystérieuse: Conçu par Keef, qui a également conçu la pochette du premier LP de Black Sabbath, il montre un lac avec un bâtiment mort dans un environnement rocheux; et un robinet d'eau, à partir duquel l'eau ne cesse de couler. Une cigogne et un lit d'enfant du 19ème siècle complètent le paysage désert.

Image

http://mp3zv.me/music/tonton%20macoute

L'album de Tonton Macoute est paru en 1971 et il est resté le seul enregistrement du groupe.

Ce quatuor anglais sans prétention fait un travail charmant et il monte un sentiment sérieux pour la musique.
L'enregistrement est composé de Prog Rock inspiré du Jazz avec une longue interaction instrumentale dans les plus longues pistes.
Par ailleurs, beaucoup de morceaux sont longs et complexes, mais tous sont différents les uns des autres.
Et il y a des morceaux comme 'You Make My Jelly Roll" qui ne feront qu'attirer les fans de Jazz, mais cet album est l'un des oeuvres les plus légères en prog et devrait être apprécié comme tel...

Chaud, bruyant mais toujours jazzy, cet album se transforme en territoire Proto-Prog à des moments qui ne sont peut-être pas si surprenants depuis sa sortie en 1971. Il y a du sax, de la clarinette, de la flûte, de l'orgue et un bon vibraphone en plus des instruments habituels et on y trouve des connaissances comme Brubeck, Van Morrison, et Blood, Sweat & Tears.
Cette agréable musique est très loin de la grande complexité des autres interprètes du genre, avec d'autres influences stylistiques: leur style rappelle d'autres groupes comme Affinity, Raw Material, Traffic, Caravan, mais même le Camel période "Rain Dances".
"Tonton Macoute" est un effort parfois éblouissant et palpitant dans la veine de Traffic. En effet, comme pour émuler Steve Winwood et Chris Wood, les instruments principaux sont le piano électrique de Paul French et la flûte et le saxophone de Dave Knowles.

C'est une musique qui fait parfois intervenir l'improvisation. Les voix sont inspirées et tous les musiciens ont une bonne maitrise de leurs instruments respectifs, en particulier Knowles avec ses instruments à vents.
La chose la plus remarquable, cependant, est la délicatesse dans la façon de jouer le Jazz, loin de la 'rugosité' des groupes comme Catapilla, Mahavishnu Orchestra ou même Colosseum.

Il serait vraiment difficile de croire que la plupart des fans de Prog ne puissent pas vraiment aimer ce disque car c'est un album mélodique avec d'excellentes chansons. Leur musique plait à tout le monde, même aux auditeurs qui se méfient de la musique teintée de Jazz, car ce n'est que leur inspiration.
Elle est fortement influencée par le Jazz, de sorte que le groupe peut être considéré à la fois comme un groupe de Rock Progressif et comme un groupe de Jazz Rock.
Dans les parties d'improvisation, les compositions du groupe rappellent la musique de Caravan, notamment grâce aux longs solos de flûte.
En revanche, le chant est fréquemment aliéné par les effets de phasing et souligne ainsi le rock psychédélique qui était déjà au stade historique en 1971.

Le morceau d'ouverture "Just like Stone", qui met en scène une flûte sereine et le son dominé par l'orgue définissant l'ambiance de l'album tout entier, frappe d'entrée avec des harmonies presque de Southern Rock qui rappellent The Band et The Allman Brothers.
Son introduction instrumentale est délicate, proche du style de Caravan. Après une section chantée par de nombreuses voix, il y a une partie centrale instrumentale avec un changement soudain de rythme et plusieurs solos de flûte.
Des notes bucoliques pour un très beau numéro vocal du claviériste Paul French et du flûtiste Dave Knowles.
Des claviers mélodiques et une flûte folky sont donc les principaux éléments qui mènent ce morceau le long des lignes progressives, ce qui rend l'auditeur anxieux de ce qui va se passer ensuite.
Le reste de l'album continue toujours avec une interaction très intéressante entre les instruments à vent, les claviers, les guitares et la basse avec un bon jeu de vibraphone à l'occasion: De grands riffs, d'excellentes mélodies et des solos toujours brûlants.
"Just Like Stone" était plutôt bon, mais le morceau qui suit, "Don't Make Me Cry", peut-être le meilleur titre sur l'album, a vraiment tout pour plaire: Une longue introduction de saxo solo éloquent et impétueux domine son ouverture, alors que l'album se tourne résolument vers les chemins du Jazz, avant que des voix éthérées et fortement distordues ne prennent le dessus, un délicat solo de flûte de Knowles domine avant que French ne revienne et porte le coup final avec un solo de piano acoustique de tout premier ordre.
"Don't Make Me Cry" révèle à l'auditeur quelques surprises en neuf minutes car ces gars-là savent jouer et, encore une fois, les forces motrices sont des claviers captivants dans une plus grande mesure, avec un orgue qui rappelle Sugarloaf, et la flute dans une moindre qui élève ce morceau à un tout autre niveau.
Comme chacun sait, une chanson instrumentale est une des parties essentielles d'une vraie version classique de Prog et elle se trouve dans ''Flying South In Winter'', un titre assez controversé puisqu'il se déroule de façon si exotique qui donne l'impression de voyager à travers les passages orientaux du temps; quelque chose que Camel maîtrisera quelques années plus tard.
Ce morceau s'ouvre avec des sons clairsemés complexes avec des carillons orientaux qui vont et viennent, et la flûte qui rappelle un orchestre s'entrainant avant un concert. Cela débouche sur une flute qui groove un maximum. La basse et la batterie aussi.
L'atmosphère exotique ressemble clairement à un morceau d'East of Eden purifié de toute sorte de rugosité, avec de beaux entrelacs de saxo, de flûte et avec de fortes saveurs à la Bo Hansson de l'orgue merveilleusement poussiéreux de French.
La mélodie d'ouverture séduisante et les notes de claviers de ''Dreams'' (qui voit un changement d'instrumentation avec le bassiste Chris Gavin jouant de la guitare et French au vibraphone) aident la batterie à entrer en scène 'presque' de façon inaperçue en arrière-plan.
Au moment où cela devient évident, une guitare prolifique intervient 'presque' par surprise.
En ajoutant des paroles pessimistes à cela, le résultat est quasiment exceptionnel.
L'ambiance est Proto-Prog, en particulier avec les harmonies.
La chanson possède un son de rêve pour commencer, même si les vocaux sonnent lointains. L'obscurité surprenante est opportune pour secouer l'auditeur de toute apathie rampante.
La piste controversée qui dure près de huit minutes, ''You Make My Jelly Roll'', combine tous les éléments essentiels, d'un saxophone stylistique à un jeu de piano élégant afin de composer une sorte de monstre de Jazz extraordinaire qui sonne un peu comme un Hit des années 50.
La légèreté des passages instrumentaux est vraiment incroyable; le chant est aussi sublime et très accrocheur. C'est jazzy et ça respire la bonne humeur avec un accent prononcé sur les vocaux et le piano.
Enfin, le voyage magnifique et imaginatif dans l'album se termine par le morceau le plus expérimental de l'album, une chanson divisée en deux parties appelée "Natural High": c'est esthétique, agréable et même énorme.
C'est un spectacle magistral d'un Free Jazz Rock Progressif le plus authentique.
"Natural High" voit le passage de French à l'orgue, et Knowles et lui font vraiment un tour de force qui évoque certains des meilleurs moments de Colosseum... Ecoutez l'énorme morceau de piano classique pris à un compositeur légendaire!
Dans la première partie, après un chant très mélodique, les variations rythmiques continues conduisent à une finale plus symphonique...
Alors que la deuxième partie est une improvisation complexe de Jazz sur un thème construit avec vocalise, piano et instruments à vent.

Ce disque est hautement recommandé, non seulement pour les amateurs de Jazz Rock, mais aussi pour tous les fans de Rock Progressif et autres amateurs de Prog qui cherchent à approfondir leur connaissance du Rock Prog des années 70 et qui recherche de gemmes inconnues comme celles-ci.

Étonnamment, ni le groupe ni les musiciens pris individuellement n'ont laissé d'autres traces dans la musique Rock de Grande-Bretagne.
Une des raisons peut en être, pour l'essentiel, le sort malheureux du label, car avec Neon, seulement quelques dizaines d'enregistrements ont été édités, puis la marque a disparu du marché.

Et seul Nigel Reveler réussira plus tard en tant que producteur de Cure quelques années plus tard...

Sources: Antonius, Hugues Chantraine, Sean Trane, lor68, Trotsky, Atavachron, Dark Nazgul, siLLy puPPy, Mellotron Storm, roxikon
Dernière édition par alcat01 le 17 Oct 2017, 20:56, édité 4 fois.
Dans la vie, ce qui est grave, c'est pas tellement d'être con, c'est de le rester

mes Bios:
viewtopic.php?f=18&t=1559
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4961
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: TONTON MACOUTE (Bio)

Messagepar RRRouliane » 14 Oct 2017, 08:36

Merci pour cette belle présentation, j'ai ce disque à la maison, je le réécoute de temps à autres, l'appréciant sans parvenir à en saisir pleinement l'essence. Il me fait toujours un peu l'effet d'une prod de seconde zone, et chaque réécoute me rappelle qu'il a tout de même bien davantage de valeur que ça.

Mon exemplaire, c'est une rééd CD de chez Akarma, très belle pochette.
Les paroles s'envolent, les aigris restent. (Francis BLANCHE)
Avatar de l’utilisateur
RRRouliane
♪♪♪♪
 
Messages: 945
Inscription: 04 Mar 2013, 22:43

Re: TONTON MACOUTE (Bio)

Messagepar astu » 20 Oct 2017, 17:52

RRRouliane a écrit:Merci pour cette belle présentation, j'ai ce disque à la maison, je le réécoute de temps à autres, l'appréciant sans parvenir à en saisir pleinement l'essence. Il me fait toujours un peu l'effet d'une prod de seconde zone, et chaque réécoute me rappelle qu'il a tout de même bien davantage de valeur que ça.

Mon exemplaire, c'est une rééd CD de chez Akarma, très belle pochette.

Idem .
mon édition cd est de 1993 avec une pochette différente...je ne sais plus qui m'a vendu ce cd parce qu'elle n'est pas officielle :
https://www.discogs.com/fr/Tonton-Macou ... se/3430542
Avatar de l’utilisateur
astu
 
Messages: 32
Inscription: 20 Oct 2017, 15:30


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron