ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasure

Aussi connu sous le diminutif ADLS. Un album sélectionné par un membre chaque semaine à écouter, noter et commenter.

ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasure

Messagepar Dark Pink » 21 Oct 2014, 13:36

Image
C'est parti. Je vous recopie le Wiki sur ce groupe vu que c'est moi qui l'ait écrit ya un moment :red: Un mec a rajouté: "faisant par ailleurs beaucoup penser à Johnny Thunders"... Pourquoi pas...

Les London Cowboys sont un groupe de rock'n'roll qui se fit entendre de 1980 à 1986. Formé par Steve Dior (chanteur) et Barry Jones (guitariste gaucher à la Les Paul junior) le groupe sort son premier album, Animal Pleasure en 1982. Ce titre et la photo de la pochette, tirée du film The Tattered Dress, donnent le ton. Ce sera un disque résolument rock'n'roll où la chanson/titre de l'album mais aussi des morceaux comme Hook Line and Sinker, Reggae Cop ou Wow Wow, Oui Oui illustrent la philosophie du groupe qui trouve son slogan dans l'avant dernier morceau du disque : « It's got to be now or never ! That's my design for living! ». Tony James à la basse et Terry Chimes (batteur de The Clash à leurs débuts et leur fin) composent une section rythmique implacable.

Il n'en est pas de même sur scène puisque le duo Dior/Jones, qui compose tous les titres, restera le noyau dur de la formation et s'entourera de nombreux "remplaçants", allant même jusqu'à embaucher un fan bassiste présent dans la salle lors de la ènième défection du bassiste titulaire d'alors. Bien que Jones change ses cordes devant le public lorsqu'il en casse une car il ne possède qu'une seule guitare et que le groupe soit parfois incapable d'accéder aux requêtes des fans qui réclament un morceau figurant au répertoire (les membres "additionnels" du groupe ne l'ont pas répété ou ne le connaissent tout simplement pas), les concerts des London Cowboys sont un concentré d'énergie et de rock comme on en voit peu et les imperfections sont gommées par l'osmose entre le chanteur et le guitariste et la hargne de l'ensemble. On retrouve cette ambiance sur l'album On Stage sorti en 1986 qui se termine par une reprise de Search and Destroy à faire pâlir Iggy et ses Stooges. Entre ces deux disques, qui marquent peu ou prou le début et la fin de la carrière du groupe, sortira en 1984 un court album de 7 titres intitulé : Tall in the Saddle qui continue de creuser le sillon du rock'n'roll et où on retrouve Glen Matlock, bassiste et compositeur des Sex Pistols, à la basse sur tous les morceaux.

Cette formation laisse une petite discographie (3 albums et 7 45 tours sur le label Underdog) et on peut penser que, sans l'instabilité du line-up qui la caractérisait, elle ait pu prendre une place de choix entre Les Rolling Stones et Aerosmith autant grâce à ses compositions excitantes que par la personnalité, la voix et même le physique du chanteur qui était visiblement tombé dans le même tonneau musical que Mick Jagger et Steven Tyler et quand il était petit, faisant par ailleurs beaucoup penser à Johnny Thunders.

Les albums, sortis en 33 tours à l'origine, ont été réédités en 1992 sous la forme de 2 compilations :
Wow! Wow! Oui!! Oui!! qui reprend l'intégralité du Live et un "best of " des 2 albums en studio
The Underdog Recordings qui reprend les 2 albums en studio

En 2008, sort une compilation, Relapse, de deux disques, l'un étant intitulé : The Best Of et l'autre : Unrealeased. Ce second CD contient 16 morceaux qui n'étaient jamais sortis à l'époque où le groupe était en activité. Le livret raconte la vie du groupe et rend hommage aux musiciens qui l'ont influencé, côtoyé ou qui ont participé aux enregistrements.

Entre temps, Steve Dior raconte dans le mensuel Rock & Folk sa vie mouvementée d'ami et de colocataire de Sid Vicious.


C'est un disque avec plein de guitares électriques et un voix qui va avec. Rien de révolutionnaire, juste un très bon disque de Rock'n'roll qui n'a pas eu le succès qu'il méritait (à mon sens).
Je pense que certains le connaissent déjà et j'espère que les autres se plairont à le découvrir.

Steve Dior: Lead vocals, guitars
Barry Jones: backing vocals, guitars
Terry Chimes: Drums
Tony James: Bass
Rikki Sylvain: Synth
Ron "Norville" Asprey: Sax

Produced by the peculiar Bros
Engeneered by Mark Wallis

"This album is dedicated to the New York Dolls"

La musique ici:
lcap.rar

2 morceaux du disque sur Youtube (ils n'y sont pas tous, sinon, j'aurais mis tous les liens):
Vidéo cachée: Afficher
[video]http://www.youtube.com/watch?v=8xllfLGku88[/video]

Vidéo cachée: Afficher
[video]http://www.youtube.com/watch?v=ILfVAL7hZN4[/video]
Avatar de l’utilisateur
Dark Pink
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3493
Inscription: 12 Mai 2013, 18:44
Localisation: Dans un cube Borg

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar nunu » 21 Oct 2014, 13:52

Steve Dior, c'est le frere de Christian ? :hahaha:
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12334
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar Algernon » 21 Oct 2014, 14:02

2 morceaux du disque sur Youtube (ils n'y sont pas tous, sinon, j'aurais mis tous les liens):

Non, non, non ! On ne propose pas un ADLS avec des liens YT. :-(
Un ou deux pour illustrer, voilà qui est toléré. Mais pas plus.
Keep on schtroumpfing - Il faut survivre avec son temps.
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 20286
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar harvest » 21 Oct 2014, 14:26

Ah tiens j'ai vu le disque sur un vide grenier mais je l'ai pas pris - pourtant pas cher (2 euros). Je vais écouter ça avec curiosité - j'aime bien la pochette, cela dit - déjà un bon point. :)
"Il y a des années où l'on a envie de ne rien faire" P-Barouh
Avatar de l’utilisateur
harvest
Modérateur
 
Messages: 3845
Inscription: 09 Jan 2013, 20:54

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar andy » 21 Oct 2014, 15:16

j ai eu l album en vinyle mais revendu ! pas convaincu a l époque, je vais reecoute ça
andy
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1115
Inscription: 03 Fév 2013, 19:23

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar abuddy » 21 Oct 2014, 15:32

Album chroniqué dans BEST n°176 de mars 1983 et ROCK & FOLK n°194, même mois, même année :

Image
Image
La jeunesse, on en a envie lorsqu'elle est passée (Henri Calet)
Ce qui ne tolère pas la plaisanterie supporte mal la réflexion (Sacha Guitry)
Tout le monde a besoin de croire en quelque chose. Moi, je crois que je vais reprendre une bière (W. C. Fields)
Avatar de l’utilisateur
abuddy
♪♪♪♪
 
Messages: 675
Inscription: 03 Fév 2013, 18:13

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar Dark Pink » 21 Oct 2014, 15:51

Merci abuddy pour les chroniques ! J'ai les revues, mais j'aurais eu du mal à les trouver dans mon souk.

Oui, Harvest, quand je vois ce qui s'écrit ici sur certains disques, j'ai les boules d'avoir laissé des tas de trucs plus que bien quand j'allais dans les foires aux puces...

Algernon, j'ignorais pour les Youtube, je les retire s'il le faut, pas de lézard, c'est pas un disque d'Iggy Pop (ya une astuce, un peu naze il est vrai)

Je crois, Andy, qu'on peut redécouvrir ce disque, en effet. C'est tout le bonheur que je te souhaite.

Nunu, s'il est de la famille du concepteur de fanfreluches, il ne s'habillait pas avec les frusques de son frangin. Je les ai vus plusieurs fois sur scène, Dior était torse-nu quasiment tout le temps, mais qui sait ?
Avatar de l’utilisateur
Dark Pink
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3493
Inscription: 12 Mai 2013, 18:44
Localisation: Dans un cube Borg

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar Muswell » 21 Oct 2014, 21:43

Dark Pink a écrit:C'est un disque avec plein de guitares électriques et un voix qui va avec. Rien de révolutionnaire, juste un très bon disque de Rock'n'roll


de temps en temps, ça fait du bien de revenir aux fondamentaux, y a de la gnaque juste ce qu'il faut, le son me plaît, ça file la banane, what else ?
j'aurais bien mis 8 ou 9 mais comme c'est quand même pas exceptionnel ni très original, je colle un bon 7/10 :chapeau:

edit ; enfin, j'aurais collé mais y a pas de sondage :))
Avatar de l’utilisateur
Muswell
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1573
Inscription: 23 Sep 2013, 13:36
Localisation: on the 13th floor

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar pierrem » 22 Oct 2014, 06:36

Les deux morceaux en écoute sont pas mal, plus de gratte que de synthé, ça sonne pas trop 80's, et puis c'est du rock.

On va voir pour le reste de l'album

Voilà, j'ai vu et mon impression est mitigée. Globalement, c'est sympa, mais sur la longueur ça fait un peu trop toujours pareil. OK, c'est du rock, basique et sans prétention affichée. C'est quelque part "post punk" avec des relents des Dictators voire des New York Dolls. Le côté revivaliste fait un peu too much par endroits (Doris Day ou catcher of the rye par ex). En plus la batterie strictement métronomique me semble une concession un peu trop facile aux canons de l'époque, par contre les guitares bien en avant me plaisent bien.
On pourrait néanmoins comparer avec d'autres groupes comme par exemple les Inmates ou pourquoi pas Nine Below zero et là ce ne serait pas à l'avantage des cows boys. Mais bon, comparaison n'est pas raison, peut être que j'exagère.
J'ai pas fait gaffe aux textes, peut être lors d'une prochaine écoute.
En tout cas pour le moment je mettrai 6.

Merci tout de même pour la découverte. :coucouz:
Avatar de l’utilisateur
pierrem
♪♪
 
Messages: 282
Inscription: 04 Fév 2013, 18:44

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar Dark Pink » 23 Oct 2014, 18:35

Merci pour vos avis, j'ai pas mis de "sondage" parce que je sais pas comment faire et aussi parce que je trouve que vos avis suffisent, les notes me font penser à l'école ou au boulot. Mais si c'est la règle, merci d'avance de me dire comment faire.

Histoire d’animer le sujet, je vous parle un peu du premier concert des London Cowboys auquel j’ai assisté. Peu de temps après la sortie de leur premier album, ils sont annoncés au Gibus à 1 heure du matin, à Paris. On décide donc d’y aller avec mon pote qui habite juste à côté et qui connait bien les habitudes de la boite. Je le convainc de partir pour être bien à l’heure mais il se marre en me disant que lorsqu’un groupe est annoncé, il passe en réalité avec 2 heures 30 de retard. On arrive à une heure pétante et on attend une bonne heure, mal vautrés sur les divans défoncés du lieu, le groupe de première partie, des provinciaux appelés Parachute, si ma mémoire est bonne. Ils délivrent un set sympa et nous remettent dans l’ambiance, on aurait presque pu s’endormir en les attendant si le bruit n’était pas assourdissant, la règle des 100db n’était pas encore sortie. Ensuite, il faut attendre encore que le matos des London Cowboys soit installé. Et à 3h30 pile, Dior, Jones et leur bande fout irruption sur scène. On voit de suite que le boss, c’est le chanteur et que le gratteux est son second, les autres suivent. Le batteur est carré. Le bassiste aussi, mais il vacille tel le roseau de la fable et arbore ce regard que je connais pour l’avoir souvent vu dans les concerts. S’il a fumé le revêtement de sol, ça devait certainement être un tapis afghan. Mon pote me hurle dans les oreilles : « On aura du pot si on le prend pas sur la gueule avant la fin ! » On se place juste devant lui, enfin, au second rang, le premier rang étant accoudé à la scène sans doute pour s’empêcher de tomber, l’alcool ingurgité en attendant le groupe les ayant rendus aussi stables sur leurs pieds que l’est le bassiste. Pas possible de se coller devant le chanteur, les pogoteurs squattent et même si j’ai eu la bonne idée d’amener mon petit frère qui mesure 1,90m, c’est insuffisant pour se frayer un chemin jusqu’au centre.
Dior est étonnant, il a de ces attitudes naturelles qui font penser à Jagger, Tyler, et Iggy Pop réunis. Il ne peut pas parcourir la scène qui fait 4 mètres de large comme le ferait un Jagger dans un stade. Et le peu de hauteur de plafond lui permet de s’appuyer sur une poutre et de propulser son bide de maigre en avant tout en gardant les pieds à plat sur le sol. Il a en plus des illustres autres un regard rapide sur ses 3 musiciens pour s’assurer que tout va bien. On a l’impression qu’il est arrivé torse-nu sans en être certains. Les morceaux s’enchaînent jusqu’à ce que Jones pète une corde. Il le finit avec une corde pendante, comme c’est la règle, et on s’attend à ce qu’un roadie lui tende une autre gratte pour la chanson suivante. Au lieu de ça, après des regards et des échanges d’onomatopées un mec arrive sur scène avec une mallette et cherche dedans s’il n’y aurait pas, par hasard, des cordes dedans. Au bout d’un long moment, une corde est enfin trouvée et l’échange s’effectue. On a eu le temps de détailler le matos et on trouve le groupe doué d’arriver à ce son très correct avec d’aussi frêles guitares, une Les Paul junior à 2 pans coupés pour le gratteux et une basse à la mode à l’époque, une Aria pro II d’entrée de gamme. A la reprise, les mecs autour et moi levons instinctivement les bras en l’air pour amortir la chute du bassiste qui vacille tant… Mais il reste sur ses pieds ! Et ne se rend compte de rien. Il s’en suit un fou-rire parmi notre petit groupe qui ne trouble en rien le bassiste qui nous fixe tel un zombie. C’est vraiment un bon concert, tout le premier album y passe ou presque. Dior a une voix irréprochable et Jones fait tout ce que peut faire un guitariste seul, une rythmique sans bavure et des solos courts et nerveux. Dior lâche des petites phrases en français maladroit. On se dit qu’on pourrait le voir dans des salles bien plus grandes… Et qu’on regretterait l’époque des petites salles à ce moment-là, on n’est jamais contents ! A la fin, un des rituels du chanteur (je l’ai vu faire à un autre concert et on m’a raconté qu’il le faisait à chaque fois) est de dire : « Any request ? » Le public réclame « Wow wow, oui oui » qui n'a pas été joué, sans doute pour qu'on lui demande, et autres « Search and destroy » et le groupe nous les sert sur un plateau.
Quand on sort de la salle, c’est presque le petit matin. Malgré l’heure tardive, la fatigue, les oreilles qui sifflent, la répugnante odeur de tabac et de sueur qui nous enrobe, on est contents.
Avatar de l’utilisateur
Dark Pink
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3493
Inscription: 12 Mai 2013, 18:44
Localisation: Dans un cube Borg

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar andy » 24 Oct 2014, 10:04

sympa de partager ce moment ! je suis allé au gibus qu une fois c était pour mickey jupp , steve dior continue sa carriere a priori un album doit bientôt sortir
andy
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1115
Inscription: 03 Fév 2013, 19:23

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar jr_ewing » 26 Oct 2014, 13:27

Je connaissais pas alors c'est déjà une découverte.
C'est pas trop ma came ce genre de musique mais j'ai bien aimé, je mettrais 6.
Avatar de l’utilisateur
jr_ewing
♪♪♪
 
Messages: 488
Inscription: 03 Fév 2013, 18:18

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar alcat01 » 26 Oct 2014, 15:34

La musique par elle-même passe bien, mais ce que je n'arrive pas à supporter, c'est cette rythmique qui sonne très rock 80!
je trouve que cela gâche tout!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5415
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar Dark Pink » 26 Oct 2014, 17:15

Merci pour vos avis. Evidemment, je suis pas du même avis, je l'aime beaucoup ce disque, donc je ne trouve pas que la rythmique gâche le plaisir, elle est faite avec des vrais fûts, pas de la Linn ou autre Simmons, mais je ne suis pas surpris non plus, il ne s'est pas énormément vendu quand il est sorti, il y a peu de chances qu'il fasse un tabac ici, ni même ailleurs. Et je ne suis jamais choqué, ni même contrarié qu'on ait pas le même avis que moi, au contraire, pour ce disque-là, ça m'explique pourquoi il n'a pas marché. Il n'en reste pas moins qu'il peut plaire encore à certaines et certains qui ne le connaissent pas.
Alors, puisqu'il se trouve qu'il est album de la semaine et qu'on est dimanche, il reste quelques heures avant qu'on plie les gaules, donc n'hésitez pas à écouter le bazar, vous y trouverez peut-être une raison d'avoir la frite avant de reprendre le boulot demain ou toute autre sensation propre à vous faire plaisir. :)
Avatar de l’utilisateur
Dark Pink
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3493
Inscription: 12 Mai 2013, 18:44
Localisation: Dans un cube Borg

Re: ADLS du 20 au 26 Octobre: London Cowboys - Animal Pleasu

Messagepar harvest » 26 Oct 2014, 19:38

C'est un bon disque de rock, pas très audacieux mais bien fait, qui met ses pas dans les traces des aînés fameux, NYD et autres Richard Hell. Ça s'écoute facilement même si sur la durée c'est un peu uniforme. 7/10
"Il y a des années où l'on a envie de ne rien faire" P-Barouh
Avatar de l’utilisateur
harvest
Modérateur
 
Messages: 3845
Inscription: 09 Jan 2013, 20:54

Suivante

Retourner vers L'album de la semaine

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité