50 ans, 50 albums

Pour discuter du bon gros rock lourd qui déchire.
Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3915
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » jeu. 14 janv. 2021 15:51

16. Cynic-Focus


Image

Sortie 1993
Pays : Etats Unis
Genre : avant garde progressive death metal


Attention OVNI. Un disque culte pour toute une génération qui a son époque a révolutionné le metal. Ce disque a mis très longtemps à voir le jour. Les deux leaders du groupe ont formé le groupe en 87 mais en 1990 alors que l’enregistrement a commencé ils sont appelés afin de rejoindre Death pour enregistrer un autre album mythique du genre: Human. Paul Masvidal et Sean Reinert mettent donc l'album en pause. En 1992 ils reprennent le chemin des répétitions mais le 22 aout 1992, l'ouragan Andrew dévaste la Floride (c'est le deuxième plus gros ouragan du 20 ° siècle) et détruit la maison de Jason Gobel l'un des deux guitaristes du groupe qui servait de local de répétition au groupe. Trois mois de délai de plus mais le groupe continue et la boum c'est le drame, Paul Masvidal le guitariste-chanteur se fait une extinction de voix. Impossible pour lui d'assurer le chant typé death. Donc il fait appel a Tony Teergarden pour assurer le growl et le clavier en plus. Mais Masvidal va chanté sur ce disque vous allez voir comment.

Ce disque qualifié de Jazz metal en son temps est bien plus que ca, il a ouvert en grand la porte de l'expérimentation ans le metal.

Deja il y a deux chanteurs dont Paul Masvidal qui a passé sa voix au vocoder lui donnant une impression robotique. Ensuite il y a la technique impeccable des musiciens, Sean Reinert (RIP) est un métronome à la batterie il envoie aussi bien des passages purement metal que des choses beaucoup plus complexes X et Sean Malone, à la basse joue fretless (ben oui tant qu'on y est pourquoi se faire chié) ainsi que du chapman stick, le mec est issu du jazz et donne des cours de basse dans une université américaine. Les sons bizarres sont tirés de guitares et non pas de synthés (il y a que du clavier sur lalbum). Et ils envoient même des solos de guitars synth entrecoupé de solos de guitare. La musqiue est très technique, très expérimental pour l'époque piochant autant dans le jazz que dans le metal voire même dans l'electro type Eno (revendiqué comme influence par le groupe). En 35 minutes ces types ont envoyé dans la gueule un des disques les plus indispensables des années 90. Et même si le groupe se séparera juste apres la sortie du disque (avant de se reformer en 2007) il reste chez les fans de metal d'un certain age (moins chez la jeune génération) un groupe mythique.


Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3915
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » jeu. 21 janv. 2021 15:07

17.Mayhem-Live in Leipzig

Image


Sortie : 1993 (enregistré en 1990)
Pays : Norvege
Genre : Black Metal



Mayhem, le groupe de black metal dont tout le monde a entendu parler, plus pour des affaires extramusicales que pour sa musique elle même. Ce Live est sorti en 1993 mais a été enregistré en 1990 et comprend des morceaux de la démo Pure Fucking Armegaddon, du EP Deathcrush et même du premier album du groupe qui ne sortira qu'en 1994. C'est aussi l'un des rares album qui comprend le line up classique du groupe a savoir Dead au chant, Euronymus à la guitare, Necrobutcher à la basse et Hellhammer à la batterie.

Alors ce Live de Mayhem, ben le son est dégueulasse, les morceaux sonnent aussi dégueulasse (j’entends au point de vue son et prod) que sur la démo ou le EP. Et les morceaux qui figureront sur l'album studio après sont pas terribles non plus. Mais c'est le Line Up mythique de Mayhem, avec Dead au chant. On en parle de Dead, quand l'album est sorti il s'était déjà fait sauter la tete depuis 2 ans laissant les fans du groupe orphelin. Mais ya pas quoi fouetter un chat non plus ,son chant est pas mal mais sans plus. Pour un groupe considéré comme aussi malsain je trouve çà personnellement assez gentil, reste Euronymus qui reste l'un des maitres des riffs black metal (avec quelques autres comme Infernus de Gorgoroth, Ihsahn D'emperor et Evil de Marduk) et capable de délivrer d'excellents solos. La batterie de Hellhammer n'est pas en reste et est tres puissante. Ce disque vaut plus pour la présence du Line Up classique du groupe que pour la performance elle même, bonne mais avec un son pourri.


Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3915
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » sam. 23 janv. 2021 11:57

18. Carcass-Heartwork

Image

Sortie : 1993
Pays: Angleterre
Genre : Death metal melodique


En 1993 est sorti Heartwork le 4° album de Carcass sorti en 1993. Le groupe est passé du grindcore des deux premiers albums, puis un album de death metal pour finalement arrivé a ce disque, fondateur du death metal melodique ou melodeath. En fait our faire simple c'est un style qui mélange le coté brutal du death metal avec des mélodies issus du heavy plus traditionnel. Pour certains qui aiment vraiment le bourrin c'est pas du death metal car trop mélodique.

Donc et album de Carcass est le deuxième et dernier album avec le line up classique du groupe : jeff Walker au chant et à la basse, le duo Bill Steer et Michael Amott aux guitares (avant qu'il ne parte fonder Spiritual Beggars et Arch Enemy) et Ken Owen aux guitares. C'est le meilleur line up du groupe.

On va commencer par la pochette, vous avez reconnu son style caractéristique, on la doit en effet a H.R Giger. Pour la musique c'est agressif mais moin rapide que par le passé et les solos sont bien plus mélodique mais ca reste quand même du violent. Jeff Walker chante toutes les chansons cette fois par rapport aux albums d'avant ou Steer et Owen chantait aussi et c'est la la différence, il a une voix et une facon de chanter qui vont très bien avec ce nouveau style du groupe. Les solos fait a deux guitares sont très typés heavy metal des années 80. La batterie est monstrueuse et tape tres fort, seule la base de Walker est un peu noyé dans le mix (mais c'est la plupart du temps la regle dans ce genre de metal). On a moins d'influences du gore dans l'album que ca soit dans les paroles ou dans les visuels du groupe. Avant ca parlait de gens démembrés, d'opérations dégueulasses, la c'est moins le cas.

Devenu aujourd'hui un classique qui avec quelques autres albums de l'époque et venant de Suède (on y reviendra) a ouvert la voix a toute la scene melodeath, pour le meilleur et trop souvent pour le pire aujourd'hui



Répondre