J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Blues traditionnel ou blues blanc, jazz, soul, funk, c'est ici.
Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mer. 21 oct. 2020 22:21

Silence a écrit :
mer. 21 oct. 2020 18:29
J'ai toujours adoré les compilations, un excellent moyen de découvrir un domaine que l'on ne connait pas. J'ai écouté les Pebbles et Nuggets en boucle ! puis les compilations du Freak Emporium ... ça donne des envies de creuser, de découvrir, d'apprendre.
Idem, il y a des compiles incontournables qui pèsent leur poids, en voici trois:

- The Black Fire Records Story 1975-1993
- We out here
- Mobilisation Générale

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 22 oct. 2020 04:58

Image

Un album un peu particulier pour plusieurs raisons, je lui trouve quelques défauts mais aussi des qualités ainsi qu’une force évocatrice émouvante. Raymond Boni le signe ainsi que le Fortuna 21 octet. Raymond Boni est un guitariste qui occupera une place importante dans mon parcours jazz, j’ai aimé le suivre pendant une partie de son chemin. Cet album a été enregistré les 16 et 20 juin 2003 à Paris, et le 25 juin 2003 à Marseille.

Le Fortuna 21 octet est formé par Raymond Boni (guitare & direction musicale), Laure Donnat (voix), Joe McPhee (saxophone soprano & trompette de poche), Anna Startseva (violon), Emmanuel Cremer (violoncelle), Bastien Boni (le frère de Raymond) (contrebasse), Rémi Charmasson (guitare) & Jean-Marc Foussat (reportage sonore).

Parlons un peu du projet de cet album atypique, il se veut la bande son d’une journée de Gérard Terronès, figure importante des nuits de jazz parisiennes et fondateur des mythiques labels Futura, puis Marge. Une journée qui commence à la tombée de la nuit et se termine au lever du jour. Ainsi, c’est la vie noctambule qui traverse cet album, le bruit des conversations, l’atmosphère d’une boîte de jazz, peut-être le Gill’s Club qu’il a créé, l’octet qui joue sur la scène, la musique andalouse, les bruits de la rue aussi et la circulation quand il faut rentrer, c’est Jean-Marc Foussat à la manette pour créer cette partie « atmosphérique ».

Commençons par ce qui fâche, qui reste néanmoins l’expression d’un goût personnel et qui, sans doute, plaira à d’autres, et c’est bien ainsi. La voix de la chanteuse Laure Donnat, à certains moments, un peu gouailleuse et théâtrale me sort de ma songerie, du rêve éveillé et de l’atmosphère poétique et évocatrice dans lesquels baignent l’album. Mais cet aspect gêne de façon anecdotique sans gâcher durablement l’écoute, le jeu de Mcfee est magnifique et le quatuor à cordes qui bascule entre musique tsigane et jazz libre est savoureux également.

Un projet et un hommage qui méritent une oreille de la part de ceux à qui ça parle.

Raymond Boni Fortuna 21 octet - Nana Del Amanecer


Raymond Boni Fortuna 21 octet - Tiene Alma el Camino del Tiempo


Raymond Boni Fortuna 21 octet - Fiesta De Bogo En La Calle


Nana Del Amanecer
Modifié en dernier par Douglas le jeu. 22 oct. 2020 20:49, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 22 oct. 2020 12:14

Douglas a écrit :
mer. 21 oct. 2020 22:21
Silence a écrit :
mer. 21 oct. 2020 18:29
J'ai toujours adoré les compilations, un excellent moyen de découvrir un domaine que l'on ne connait pas. J'ai écouté les Pebbles et Nuggets en boucle ! puis les compilations du Freak Emporium ... ça donne des envies de creuser, de découvrir, d'apprendre.
Idem, il y a des compiles incontournables qui pèsent leur poids, en voici trois:

- The Black Fire Records Story 1975-1993
- We out here
- Mobilisation Générale
Je rajoute une quatrième compile qui vaut le détour:
- Various ‎– Freedom Jazz France
https://www.discogs.com/fr/Various-Free ... se/4315392

On pourrait également citer la longue suite de la série des "Spiritual Jazz", mais là il faut un gros budget...

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » ven. 23 oct. 2020 04:13

Image
Immanuel Wilkins ‎– Omega

Là c’est du lourd, ne vous fiez pas à cet air d’étudiant sage et réservé, à l’intérieur ça gronde et ça bout. Immanuel vient de Philadelphie, là où a grandi Coltrane. « Et alors ? » Me direz-vous « Ben, si quand même !» Vous répondrais-je benoîtement. Ce n’est pas un album novateur, du tout, mais Immanuel ne s’interdit rien et ça c’est bien, ne vous attendez pas à une balade tranquille et confortable, vous pourriez être bousculé au détour d’un accord, secoué même…

Il joue du sax, alto, c’est l’un des petits, les touches sont proches, et, si les doigts ne sont pas grands, ça permet de jouer vite, en plus c’est pas trop lourd autour du cou, les graves sont graves mais jamais trop et les aigus envoient, ça oui, ils envoient loin et haut ! Le jeune Immanuel est déjà un maître, quelle prouesse ! Il reste un peu de scolaire dans son jeu, forcément, mais quel cœur, quelle âme, ça vous rouleteboule vite fait les tripes un jeu comme ça !

C’est particulièrement cette suite en quatre parties, ça vous rappelle forcément quelque chose les anciens ? Ça se passe entre le sixième et le neuvième titre, une durée d’environ vingt-six minutes où tout se joue, mais là, ça confine à l’intime, chacun fera son expérience, tout le monde ne grimpe pas aux rideaux pour les mêmes motifs ! Déjà il y avait eu ce chant de révolte « Mary Turner- An American Tradition » qui avait durement attisé les braises, car Immanu s’inscrit clairement dans la lutte de libération du peuple noir, en miroir cet autre titre également, pioché dans l'actualité brûlante, "Ferguson - An American Tradition"…

Il n’est pas seul, épaulé et porté par Micah Thomas au piano, Daryl Johns à la basse et Drums Kweku Sumbry à la batterie, aussi jeunes que lui et il est déjà sur Blue Note, sous l’aile bienveillante d’Ambrose Akinmusire et de Jason Moran qui produit l’album.

A suivre et poursuivre, vivement la suite !

Part 4. Guarded Heart


Mary Turner - An American Tradition


Ferguson - An American Tradition


Immanuel Wilkins - Warriors

Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 571
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Harvest » ven. 23 oct. 2020 12:27

Silence a écrit :
mer. 21 oct. 2020 17:08
Je me suis dit que j'allais l'achter aussi, mais j'ai vu tout à l'heure qu'il était épuisé. D'ailleurs, tu as jeté un coup d'oeil aux sorties du label ? c'est plutôt sympa non ?
https://transversales.bandcamp.com/music
Oui je suis allé voir et il y a quelques disques par lesquels je suis tenté. Mais ça part très vite visiblement.

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 927
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par vox populi » ven. 23 oct. 2020 20:47

Image

Suites à des problèmes de santé Keith Jarret annonce qu'il va très probablement arrêter la scène
A l'écoute de cet album plein de fougue et de mélancolie on comprend bien que c'est un génie qui prends aujourd'hui sa retraite

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » ven. 23 oct. 2020 21:55

vox populi a écrit :
ven. 23 oct. 2020 20:47
Image

Suites à des problèmes de santé Keith Jarret annonce qu'il va très probablement arrêter la scène
A l'écoute de cet album plein de fougue et de mélancolie on comprend bien que c'est un génie qui prends aujourd'hui sa retraite
Oui, j'ai appris ça, la main gauche n'obéit plus...

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 24 oct. 2020 04:43

Image

Voici un album où on ne se pose pas trop de questions, du groove, de la simplicité et de l’efficacité, de l’art brut pourrait-on risquer tant tout ici est direct, spontané, avec comme seul principe : la force de l’évidence. Kahil El zabar le leader est aux percussions, le remplaçant de Malachi Favors qui brilla tant dans l’Art Ensemble se nomme Yosef Ben Israel et tient la basse donc, Ari Brown est au saxophone et l’invité du jour, souvent revenu dans cet environnement amical, est Billy Bang, violoniste qui joue comme personne.

C’est l’enregistrement d’un concert qui se déroula au River East Art Center en décembre 2004. Ce qui fait la force de cet album, outre que l’on se sent aux premières loges, presqu’au milieu de la scène, c’est la limite des musiciens. Je m’explique, ce sont des musiciens de l’âme, il faut tout donner avec générosité et sincérité, qu’importe si Ari Brown n’est pas un virtuose, il fait pleurer son sax comme personne, quelle importance que Ben Israel n’ait pas la technique de Malachi s’il porte la tension jusqu’au point de rupture avec un feeling incroyable !

Et Billy Bang, égal à lui-même, il a su évincer tout classicisme dans son jeu et n’a gardé que l’esprit du blues, des racines, du « bois » presque, tant son jeu respire la matière brute, la sève essentielle. Billy Bang tout comme Leroy Jenkins sont de grands éclaireurs, des créateurs de sons qui ont su donner un nouveau langage à l’instrument.

Je pense aux albums d’A.R. Penck qui tiennent de cette même philosophie, le plaisir de jouer, de créer avant toute chose, c’est pour ces raisons que cet album est si fort et qu’il me plaît tant, sans réserve.

Big M


OOF


Where Do You Want To Go?


Return Of The Lost Tribe

Avatar du membre
Leutte
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 840
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28
Localisation : Toulouse

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Leutte » sam. 24 oct. 2020 06:36

Pas trouvé celui que tu propose( autre que YT). J'écouterais les liens YT.
Car en revanche je suis tombé sur celui-ci:
Image
Kahil El'Zabar's Ritual Trio - Africa N'da Blues (2000)
Et je l'ai adoré! avec Pharoah Sanders en guest.
Je l'ai trouvé très sain, très chaleureux, "régénérant".
Merci pour la découverte!

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3590
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par nunu » sam. 24 oct. 2020 08:29

Image

Je m'attarde enfin sur le dernier Shabaka and The Ancestors, j'avais découvert le bonhomme avec le premier Comet is Coming. Depuis je suis assez régulièrement ce qu'il fait. Il fait partie de cette génération de Jazzman qui m'interesse comme Kamasi Washington (meme si ces albums sont trop longs). La il ne fait pas exception, parfois j'y retrouve un petit coté Sun Ra (si je dis pas de connerie il a joué avec l'Arkestra, dont je vous conseille d'ailleurs le dernier album pour l'isntant il n'y a que quelques morceaux l'album sort la semaine prochaine mais ce que j'en ai écouté m'a l'air tres bon )

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 24 oct. 2020 11:27

Leutte a écrit :
sam. 24 oct. 2020 06:36
Pas trouvé celui que tu propose( autre que YT). J'écouterais les liens YT.
Car en revanche je suis tombé sur celui-ci:
Image
Kahil El'Zabar's Ritual Trio - Africa N'da Blues (2000)
Et je l'ai adoré! avec Pharoah Sanders en guest.
Je l'ai trouvé très sain, très chaleureux, "régénérant".
Merci pour la découverte!
Le Kahil El zabar's Ritual Trio enregistre le plus souvent avec des invités, Billy Bang est souvent convié, il existe deux très bons albums en compagnie de Pharoah Sanders, un autre dont j'avais parlé en page 5 avec Archie Shepp, encore un autre "Follow the Sun" avec Dwight Trible, dans les débuts avec Lester Bowie signalé en page 20, en 2000 il en a sorti un avec David Murray également. Tous ne sont pas au même niveau mais la plupart sont vraiment excellents. On les trouve soit sous le nom du percussionniste ou du Ritual trio accolé à son patronyme ou de l'Ethnic Heritage Ensemble.
nunu a écrit :
sam. 24 oct. 2020 08:29
Image

Je m'attarde enfin sur le dernier Shabaka and The Ancestors, j'avais découvert le bonhomme avec le premier Comet is Coming. Depuis je suis assez régulièrement ce qu'il fait. Il fait partie de cette génération de Jazzman qui m'interesse comme Kamasi Washington (meme si ces albums sont trop longs). La il ne fait pas exception, parfois j'y retrouve un petit coté Sun Ra (si je dis pas de connerie il a joué avec l'Arkestra, dont je vous conseille d'ailleurs le dernier album pour l'isntant il n'y a que quelques morceaux l'album sort la semaine prochaine mais ce que j'en ai écouté m'a l'air tres bon )
Après avoir durablement écouté le dernier Shabaka and the ancestors je lui préfère le premier "Wisdom Of Elders" qui supporte définitivement mieux la durée, enfin, ce n'est qu'une appréciation personnelle, c'est également dans cette formation que je le préfère. Concernant l'Arkestra, je ne sais pas s'il a joué avec, après avoir regardé une retransmission de concert j'ai été assez peu emballé parce que j'ai vu, l'Arkestra sans Sun Ra ça perd de sa magie.
Cependant ce que tu dis à propos du dernier album ravive mon intérêt et j'essaierai d'écouter des extraits au plus vite, il y a encore de fameux solistes dans la formation!
Par contre kamasi, vu en retransmission concert, vraiment excellent, il gomme les défauts entraperçus sur les albums.

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » dim. 25 oct. 2020 03:44

Image

Allons d’un univers à l’autre avec le Collectif La Boutique qui, s’il ne nous basculera pas dans un autre univers, tout du moins nous fera changer de crèmerie. Pour partie ces musiciens viennent de la culture classique, se partageant entre ces mondes, musique savante et musique de boîte, pour être un petit peu caricatural. Seule la rythmique contrebasse, batterie est issue du monde du jazz, mais il faudrait ajouter un invité de choix, Vincent Peirani à l’accordéon, lui qui possède "l'oreille absolue" saura mettre de l’huile dans les rouages.

Des noms ? En voici : Emmanuelle Brunat (clarinette basse), Anaïs Reyes (basson), Vincent Arnoult (hautbois, cor anglais), Clément Duthoit (saxophones), Nicolas Fargeix (clarinette) et Fabrice Martinez (trompette, bugle), Yves Rousseau (contrebasse) et David Pouradier Duteil (batterie). Celui qui organise et dirige c’est Fabrice Martinez qui collabora avec Thomas de Pourquery, Le Sacre du Tympan et Andy Emler. Le compositeur se nomme Jean Rémy Guédon.

Curieusement cet ordonnancement me fait penser de temps à autres à Carla Bley, divine compositrice et experte en arrangement, mais il faudrait ajouter, de temps à autres, le souffle du classique qui s’entend au travers de ces bois. Il n’existe cependant aucun collage entre deux genres, la cohésion est parfaite et l’ensemble forme une belle unité, on pourrait penser à une musique de film avec des accents de George Russell ou de Gil Evans.

Les climats sont variés, les atmosphères changeantes, de ce côté c’est très réussi, la ligne directrice de l’album semble suivre une écriture assez précise. L’orchestration ne semble pas laisser une grande part à l’improvisation et les effets sont maîtrisés, mais quelques solos bienvenus agitent tout de même ce petit monde ordré.

Un album qui semble le fruit d’un gros « travail », il pourrait être une pierre importante de ce fameux « third stream » souvent évoqué par Ran Blake, John Lewis ou Gunther Schuller.

La nature universelle


Spaciba


Avis aux vieux


Darkniet

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » lun. 26 oct. 2020 05:50

Image

Voici l’édition du cinquantième anniversaire sous forme d’une réédition réalisée par le label canadien « We Are Busy Bodies ». Un album que j’ai découvert ici grâce à The Lad qui l’avait classé dans sa liste 71, l’année de la sortie de l’album en France, au jeu des « meilleurs albums », concernant la rareté des albums originaux il aurait sans doute quelques éléments à nous apporter… Le groupe d’origine Sud-Af c’est « The Heshoo Beshoo Group » et l’album ‎ « Armitage Road », le nom de la rue où habitait le guitariste, à Orlando.

La pochette est sublime, vous ajoutez un passage pour piétons et vous verrez à qui ils ont pensé lors de la prise de vue. A l’époque l’apartheid était bien présent et on peut penser que le choix de ce cliché n’est pas anodin, soulignant la pauvreté et la misère dans laquelle vivait le peuple comparé à l’aisance européenne.

Le second dans son fauteuil roulant c’est Cyril Magubane, le guitariste, atteint par la polio, il est aussi auteur compositeur de quatre des cinq titres. Celui qui est le plus branché jazz moderne, Henry Sithole, est saxophoniste alto, il a alors vingt-huit ans, c’est lui qui a composé « Wait and see ». Il est accompagné par son jeune frère Stanley au ténor, vingt-quatre ans. Ernest Mothle est le bassiste, il habite à « Golden City » depuis 1964 mais est originaire de Prétoria, quant à Nelson Mugwaza il est là depuis 1969, dernier arrivé mais élément essentiel du groupe.

La musique est un élégant mélange de jazz et de musique plus folk, d’inspiration locale. Les rythmes essentiellement solides, assez traditionnels et très marqués, sont dus au jeu de Nelson à la batterie, un véritable métronome. La basse est presque chantante, du coup, une assise au jeu de guitare de Cyrile Magubane qui assure le rythme mais également des riffs, la mélodie et des soli fleuris et passionnés. Les deux saxophonistes sont doués et inspirés, Henry Sithole n’hésite pas à incorporer quelques éléments free, hérités de Trane ou de Shepp, donnant à la formation ce côté épicé qui la distingue d’un simple groupe néo-bop. Si on ajoute le côté brut et sans artifice de la prise de son, on retrouve la sincérité du « son » un peu râpeux des bluesmen historiques, un côté "roots" qui le fait bien.

Je ne sais pas à combien d’exemplaires a été réédité l’album, il vient juste de paraître, mais sans doute vaut mieux-t-il ne pas trop attendre si l’envie se fait.

The Heshoo Beshoo Group - Emakhaya


The Heshoo Beshoo Group - Armitage Road


The Heshoo Beshoo Group - Lazy Bones


The Heshoo Beshoo Group - Amabutho

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mar. 27 oct. 2020 06:22

Image
Susie Ibarra Trio ‎– Songbird Suite

Susie Ibarra, après avoir tenu la batterie dans le groupe du David S. Ware Quartet dans un registre plutôt free jazz, a enregistré en 2002 cet album sur Tzadik, le label de John Zorn, à qui elle dédie d’ailleurs le titre « Flower after flower ». Le trio qu’elle a formé pour cet enregistrement est constitué par Craig Taborn au piano et Jennifer Foi au violon, Susie compose et joue de la batterie. Ikue Mori intervient en tant qu’invitée sur trois morceaux de l’album avec son ordinateur, ajoutant une touche électro.

L’album est très écrit, à certains égards on se sent assez souvent en compagnie d’un groupe de musique contemporaine plutôt qu’à l’écoute d’un album de jazz. L’apport du violon dans un registre assez classique renforce cette impression. Un mot sur Craig Taborn, pianiste fin et léger, subtil et délicat, mais aussi puissant et énergique quand il le faut, qui saura se faire un nom également hors de la sphère de Zorn, il élargira l’éventail de ses possibilités en incorporant des sons électros, comme entendus ici.

L’album se consacre beaucoup aux notions d’espace, de timbres, de textures, la pulsation rythmique est parfois même abandonnée au profit d’un jeu sur les couleurs, les intensités et les silences, du coup l’ambiance est parfois un brin austère...

Susie Ibarra Trio - Azul


Songbird Suite - Susie Ibarra Trio

coltan
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 313
Enregistré le : ven. 2 août 2019 10:07

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par coltan » mar. 27 oct. 2020 19:00

Toujours un grand plaisir de lire quotidiennement tes chroniques ! Pas grand chose que j'ai à la maison, mais si je croise certains de ces albums, il y a de forte risque que je craque un peu.

Pierrick Pédron ‎: Cheerleaders (2011)

Image

Certainement pas le meilleur album pour revenir sur ce topic vu que peu de morceaux arrivent à me faire tendre l'oreille. Pourtant je suis assez rarement déçu avec le label "ACT".

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mer. 28 oct. 2020 07:20

coltan a écrit :
mar. 27 oct. 2020 19:00
Toujours un grand plaisir de lire quotidiennement tes chroniques ! Pas grand chose que j'ai à la maison, mais si je croise certains de ces albums, il y a de forte risque que je craque un peu.

Pierrick Pédron ‎: Cheerleaders (2011)

Image

Certainement pas le meilleur album pour revenir sur ce topic vu que peu de morceaux arrivent à me faire tendre l'oreille. Pourtant je suis assez rarement déçu avec le label "ACT".
Pierrick Pédron un bon saxophoniste alto mais je n'ai aucun album de lui.
Merci pour la visite ça permet de "tenir"...

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mer. 28 oct. 2020 08:00

Image

Plusieurs fois que je l’écoute ce « Ramasse-Miettes Nucléaire », une impression mélangée entre un côté amateur et un énoOorme sentiment de sympathie et d’attachement qui se tisse malgré moi. Sans l’insert ce serait moins bien, les paroles, les messages, toute une époque qui revient.

« Techniquement cet enregistrement est rudimentaire : un magnéto 4 pistes, quelques micros de qualité moyenne, une console de scène un peu transformée. Nous entendons démontrer par là qu’il est possible de produire des disques audibles en échappant au pouvoir de ceux qui ont le fric. »

« Nous invitons à en faire autant tous les musiciens qui veulent résister au froid business, à son contrôle sur les moyens d’expression et à l’idéologie qu’il diffuse. »


Cette réédition provient du « Souffle Continu » mais ce n’est pas du jazz, bien qu’il y ait deux morceaux d’improvisation collective. Malgré l’économie des moyens techniques cet album de soixante-dix-sept est bien branché côtés synthés, il sonne bricolo-moderne d’une façon qui résonne encore très bien aujourd’hui, n’ayant rien cédé côté fraîcheur et modernité.

S’il subsiste un côté un chouya rétro, c’est finalement ce que j’aime le plus de cet album, un peu comme si toute la fin des années soixante-dix s’était réfugiée dans la galette. Concernant Philippe Doray et Les Asociaux Associés je dois admettre que je suis complètement passé à côté et que je découvre uniquement maintenant, ce qui ne m’arrive pas très souvent et qui me procure une joie immense, merci donc au Souffle, qu’il Continue !

Philippe Doray, Les Asociaux Associés - D'ici à là (1977)


Philippe Doray & Les Associaux Associés - Fin de semaine dans un parc d'attraction (1978)


Philippe Doray - Secoue Le Flipeur (1977)


Philippe Doray - La Capitale De L'Ennemi (1977)
Modifié en dernier par Douglas le ven. 30 oct. 2020 04:25, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 29 oct. 2020 06:45

Je voulais poster ça suite au post d'Algernom avec son squelette magnifique sur "De similitude en similitude", mais je suis arrivé un peu tard... Du coup je viens par ici, bien que ce ne soit pas très jazz mais plutôt métalleux, joint le mot de l'auteur expliquant sa démarche, l'album est tout de même assez unique, ça pourrait en intéresser quelques-uns.

Image

« Toute la bande son de Murmuüre est basée sur un enregistrement d’une heure d’improvisation à la guitare datant de Novembre 2006.
Des séquences ont été sélectionnées et éditées pour avoir une structure rythmique, puis couplées à d’autres calques sonores. Ce processus de mixage et de réécriture sans fin pris 3 ans avant son aboutissement.
Les percussions sont un mélange de batterie programmée lors de l’enregistrement original, et quelques percussions live extrêmement ré-éditées.
La voix a été capturée avec un enregistreur mini-disc lors d’une transe cathartique dans un endroit sacré au milieu de la forêt. Étant presque inaudible, elle est purement symbolique et sa seule vocation est de véhiculer cette intention.

Cet enregistrement de 30 minutes pourrait être le premier et dernier album de Murmuüre.
J’y ai mis tellement de moi qu’il serait difficile de l’égaler.
»

Murmuüre - Murmuüre [2010][Full Album]


0:00 Primo Vere
4:58 Reincarnate
10:25 Torch Bearer
14:45 Amethyst
19:50 L'Adieu au Soleil
26:17 Disincarnate

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1128
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » ven. 30 oct. 2020 04:45

Image

Peut-être se souvient- on de Pierre Bastien et de son album « Mecanoïd » présenté page quarante-quatre, on y avait rencontré un joyeux drille s’amusant avec ses jouets d’enfance pour bâtir un univers musical étonnant. Le célèbre jeu « Mécano » servait de base à la création de machines sonores incroyables et inattendues dont l’agencement précis et millimétré ordonnait des sons, des rythmes qui se juxtaposaient jusqu’à créer un édifice sonore riche et varié.

Sur l’album « Pop » sorti en 2005, toujours sur le label « Rephlex » créé par Aphex Twin, Pierre Bastien prolonge et approfondit son aventure sonore liée au Mécano. Le jouet est plus spécifiquement utilisé pour émettre des sons répétitifs à fonctions rythmiques, couplés avec des « boucles » de synthés ou des instruments de musique traditionnels.

Cette fois-ci le livret est peu prolixe et ne détaille ni les matériaux utilisés, ni les instruments, d’une certaine façon l’album y gagne une certaine poésie puisque chaque nouveau son est une énigme à résoudre ou à oublier, car, en définitive, seule l’explosion finale compte ! Certes l’oreille reconnaît la provenance de certains sons et les instruments, la mémoire auditive, souvent liée aux habitudes d’écoute, joue parfaitement son rôle, mais les effets de surprise restent incessants et attisent la curiosité.

Les structures musicales également obéissent à un canevas mainte fois rencontré, mais chaque pièce possède son originalité, son charme délicat, son évolution propre, sa personnalité, ainsi l’édifice bâti est-il à chaque fois une nouvelle rencontre, une nouvelle découverte et, de morceaux en morceaux, la séduction opère avec une efficacité inébranlable jusqu’à la fin du septième volet où la magie s’arrête, nous laissant orphelin, c’est sûr, maintenant l’heure est venue de ranger … ses jouets !

Pierre Bastien, "POP" (full album - CD edition - 2005)

_ 1 [00:00] - "Eye"
_ 2 [04:49] - "Noon"
_ 3 [11:40] - "Deed"
_ 4 [20:43] - "Tut"
_ 5 [25:58] - "Pep"
_ 6 [34:31] - "Gig"
_ 7 [38:40] - "Eke"


Avatar du membre
Piranha
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 404
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 22:13
Localisation : Angers
Contact :

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Piranha » ven. 30 oct. 2020 13:54

Douglas a écrit :
jeu. 29 oct. 2020 06:45
Je voulais poster ça suite au post d'Algernom avec son squelette magnifique sur "De similitude en similitude", mais je suis arrivé un peu tard... Du coup je viens par ici, bien que ce ne soit pas très jazz mais plutôt métalleux, joint le mot de l'auteur expliquant sa démarche, l'album est tout de même assez unique, ça pourrait en intéresser quelques-uns.

Image

« Toute la bande son de Murmuüre est basée sur un enregistrement d’une heure d’improvisation à la guitare datant de Novembre 2006.
Des séquences ont été sélectionnées et éditées pour avoir une structure rythmique, puis couplées à d’autres calques sonores. Ce processus de mixage et de réécriture sans fin pris 3 ans avant son aboutissement.
Les percussions sont un mélange de batterie programmée lors de l’enregistrement original, et quelques percussions live extrêmement ré-éditées.
La voix a été capturée avec un enregistreur mini-disc lors d’une transe cathartique dans un endroit sacré au milieu de la forêt. Étant presque inaudible, elle est purement symbolique et sa seule vocation est de véhiculer cette intention.

Cet enregistrement de 30 minutes pourrait être le premier et dernier album de Murmuüre.
J’y ai mis tellement de moi qu’il serait difficile de l’égaler.
»

Murmuüre - Murmuüre [2010][Full Album]


0:00 Primo Vere
4:58 Reincarnate
10:25 Torch Bearer
14:45 Amethyst
19:50 L'Adieu au Soleil
26:17 Disincarnate

Je me souviens de ce disque.
Attention il a fait l'objet de rééditions illégales sur un label pourtant "fiable"

Répondre