J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Blues traditionnel ou blues blanc, jazz, soul, funk, c'est ici.
Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1868
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par nunu » mer. 19 févr. 2020 20:01

Un album dont les plus anciens doivent se souvenir, je l'avais présenté en ADLS il y a bien des années maintenant, il en avait traumatisé plus d'un :hehe: Certains ne s'en sont jamais remis :hehe:

Image

Paul Rutherford-the gentle Harm of the Bourgeoisie

Album d'impro au trombone solo. Totalement free, totalement barré

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 20 févr. 2020 06:26

nunu a écrit :
mer. 19 févr. 2020 20:01
Un album dont les plus anciens doivent se souvenir, je l'avais présenté en ADLS il y a bien des années maintenant, il en avait traumatisé plus d'un :hehe: Certains ne s'en sont jamais remis :hehe:

Image

Paul Rutherford-the gentle Harm of the Bourgeoisie

Album d'impro au trombone solo. Totalement free, totalement barré
J'ai celui-ci dans mes étagères, un duo trombone/batterie entre Paul Rutherford et Sabu Toyozumi, un album NoBusiness Records basé sur l'improvisation et le travail sur les instruments...

Image


Avatar du membre
Leutte
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 369
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Leutte » jeu. 20 févr. 2020 08:44

Douglas a écrit :
mer. 12 févr. 2020 10:01
Image
Image

Magnifique détournement de l’une des plus célèbres pochettes de la musique de jazz, l’album « Underground » de Monk sorti en 68. Thelonious se voit ligoté sur une chaise à la place de l’officier allemand sur la pochette originale. Cependant la farce ne s’arrête pas là, l’album se nomme « Monk ‘N’Roll » et la pochette n’est que le premier pas d’une vaste et ludique entreprise de détournement musical.

C’est le quartet Tinissima, formé sous la houlette de Francesco Bearzatti (sax ténor et clarinette) qui entreprend de fusionner la musique de Monk avec quelques pièces rock parmi les plus célèbres qui soient, s’essayant avec malice au mariage de la carpe et du lapin. Ainsi les « Misterioso », « Round Midnight », Brilliant Corners », « Blue Monk » ou « Criss Cross » et d’autres encore vont-ils frayer avec « Billie Jean », « Walkin on the moon », « Back in Black », « Immigrant Song » ou « Walk this way » … Chacun s’apercevra que Queen, Led Zeppelin, Police, Pink Floyd ou AC/DC ne sont pas si loin que ça de l’univers de Monk !

En plus de Francesco Bearzatti, Tinissima regroupe d’autres musiciens italiens, Giovanni Falzone à la trompette, Danilo Gallo à la basse et Zeno de Rossi à la batterie et aux percussions. On s’en doute, le jazz ne suffira pas aux musiciens pour faire passer la sauce, il va falloir s’électrifier et utiliser des effets pour réussir les glissements vers la musique rock ou pop, au final mission réussie pour un hommage ludique peu banal !
Ah ouais.. TOP FUN!
Un bon moment. En plus j'ai une grande tendresse pour Monk. A ce sujet.. pas fan du mélange avc MJ, même si c'est très bien fait.. il y a des associations pour lesquels je ne suis pas prêt. Après "Walk on the Wild Side"/"criss cros"s est excellente!
(DSL de ne rebondir que là-dessus, alors que ce doit être un des albums qui te paraissent le plus anecdotique ... Je ne doute pas que j'ai loupé un tas d'excellent disques, mais c'est assez dur de suivre ta cadence et le classique "pas le temps")

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 20 févr. 2020 11:59

Leutte a écrit :
jeu. 20 févr. 2020 08:44

Ah ouais.. TOP FUN!
Un bon moment. En plus j'ai une grande tendresse pour Monk. A ce sujet.. pas fan du mélange avc MJ, même si c'est très bien fait.. il y a des associations pour lesquels je ne suis pas prêt. Après "Walk on the Wild Side"/"criss cros"s est excellente!
(DSL de ne rebondir que là-dessus, alors que ce doit être un des albums qui te paraissent le plus anecdotique ... Je ne doute pas que j'ai loupé un tas d'excellent disques, mais c'est assez dur de suivre ta cadence et le classique "pas le temps")
Le Tinissima 4tet pourrait sembler un groupe "léger" si on ne se fie qu'à cet album (que j'aime énormément) mais il succède à deux suites extraordinaires: Suite For Tina Modotti et X (suite for Malcom ) qui sont carrément engagées. Bien sûr il y a Francesco Bearzatti qui brille, mais Giovanni Falzone, le trompettiste, est également excellent, il faudrait que je vous parle d'un album où il est co-leader, sorti il y a quelques années et qui mérite vraiment le détour...
Pour le reste rien de grave, écoute bea benjamin si tu as un peu de temps, je pense que c'est dans tes goûts (sauf erreur de ma part).

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 20 févr. 2020 20:10

Image

Il y a une actualité concernant Laurent Coulondre qui fait la couverture de Jazzmag du mois de février, il est en effet consacré « musicien de l’année » qui vient de s’écouler, saluant la sortie de son album réinterprétant la musique de Michel Petrucciani, « Michel On My Mind ».

Pour autant, à la faveur d’un visionnage de concert succédant à la sortie de « Gravity Zerø » en 2017, je vais plutôt me plonger sur l’ambiance claviers électriques que sur celle du trio plus classique piano, basse, batterie, qui préside à son dernier album !

A gauche les « keyboards » avec Laurent Coulondre, à droite les « drums » avec Martin Wangermée, André Ceccarelli, Yoann Serra et Cyril Atef, un match en dix rounds, cinq par face ! Il ne faudrait pas croire que tous ces percussionnistes jouent en même temps, bien que ce soit le cas sur « Sticky Brushing », parfois il n’y en a qu’un, parfois ils sont plusieurs, le plus souvent par deux…

Au final le maître des orgues et des claviers bondit d’un style à l’autre avec maestria et légèreté, il passe aisément d’une évocation de Jimmy Smith aux accords jazz rock, en passant par des virages funk ou latino. Créatif, frais et virevoltant, il réagit aux pulsations initiées par ces quelques maîtres du groove hexagonal, pour un résultat qui se manifeste dans le plaisir et la joie de bouger !

Laurent Coulondre Gravity Zero - Sticky Brushing feat A. Ceccareli, C. Atef, M. Wangermée, Y. Serra


LAURENT COULONDRE - GRAVITY ZERO - "NITRO"


GRAVITY ZERO (extract #1) RELEASE PARTY - CAFE DE LA DANSE - Laurent Coulondre / Keys - André Ceccarelli / Drums - Cyril Atef / Drums, Perc & vocal - Martin Wangermée / Drums & electronics

Avatar du membre
Pablitta
Modérateur
Modérateur
Messages : 1227
Enregistré le : jeu. 15 août 2019 10:03

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Pablitta » ven. 21 févr. 2020 15:00

nunu a écrit :
mer. 19 févr. 2020 20:01
Un album dont les plus anciens doivent se souvenir, je l'avais présenté en ADLS il y a bien des années maintenant, il en avait traumatisé plus d'un :hehe: Certains ne s'en sont jamais remis :hehe:
Paul Rutherford-the gentle Harm of the Bourgeoisie

Album d'impro au trombone solo. Totalement free, totalement barré
'tain je m'en souviens ! Ca date de 2012.

Cet ADLS avait généré la consommation d'une quantité considérable de datas :hehe: . Petit florilège :
"oeuvre philosophique plus que musicale", "Rutherford, c’est pas les codes qu’il me brise, c’est les couilles", "Je trouve le concept absolument énorme, et je suis super content d'avoir découvert ça, mais je ne me conçois pas écouter simplement ça, je trouve vraiment chiant à mourir", "concours de pets", "terra incognita", "gag dadaïste".
Bref, un grand moment de forum :hehe:

Avatar du membre
Leutte
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 369
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Leutte » ven. 21 févr. 2020 16:52

Douglas a écrit :
jeu. 20 févr. 2020 11:59
Leutte a écrit :
jeu. 20 févr. 2020 08:44

Ah ouais.. TOP FUN!
Un bon moment. En plus j'ai une grande tendresse pour Monk. A ce sujet.. pas fan du mélange avc MJ, même si c'est très bien fait.. il y a des associations pour lesquels je ne suis pas prêt. Après "Walk on the Wild Side"/"criss cros"s est excellente!
(DSL de ne rebondir que là-dessus, alors que ce doit être un des albums qui te paraissent le plus anecdotique ... Je ne doute pas que j'ai loupé un tas d'excellent disques, mais c'est assez dur de suivre ta cadence et le classique "pas le temps")
Le Tinissima 4tet pourrait sembler un groupe "léger" si on ne se fie qu'à cet album (que j'aime énormément) mais il succède à deux suites extraordinaires: Suite For Tina Modotti et X (suite for Malcom ) qui sont carrément engagées. Bien sûr il y a Francesco Bearzatti qui brille, mais Giovanni Falzone, le trompettiste, est également excellent, il faudrait que je vous parle d'un album où il est co-leader, sorti il y a quelques années et qui mérite vraiment le détour...
Pour le reste rien de grave, écoute bea benjamin si tu as un peu de temps, je pense que c'est dans tes goûts (sauf erreur de ma part).
J'ai un peu mieux écouté l'album.. Et en fait sous son apparente légèreté se trouvent des moments plus..(comment dirais-je?..).. "couillus".. audacieux et recherchés disons(voilà c'est mieux).
Très intéressant ce Bearzatti. Je vais creuser.

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 22 févr. 2020 00:00

Image

Un enregistrement « Hat Hut » parmi les plus précieux, 4 Cds sont issus de ces fameuses séances « Live at Dreher, Paris 1981 ». On peut les trouver sur un coffret de 4 cds, mais aussi dans deux coffrets séparés contenant chacun deux cds (Vol1 et Vol 2) ou encore en vinyle originaux « Snake Out » en 1983, « Herbe De L'oubli » en 1986 et « Let's Call This » en 1986. Les Cds sont les plus complets et les mieux dotés, mais les prix montent. Ici ce sont les vol. 3 et 4 qui sont écoutés, d’une durée de près de deux heures trente de musique.

Avec ces enregistrements une impression s’impose avec force, ici on arrive à l’os, à l’essentiel… Reste à faire encore un pas, rompre l'os et « sucer la substantifique moelle … » Voici le banquet auquel nous sommes invités, peut-être faut-il aussi un peu de fébrilité, ouvrir les écoutilles et s’abandonner au flux du soprano si dru, si personnel et si bien aiguisé. Ici nous avons parmi les meilleurs connaisseurs de Monk, pour Steve Lacy c’est même de l’ordre de l’obsessionnel, Moine en second en quelque sorte (si j’ose). Mal Waldron est l’un des plus grands pianistes du jazz, quelque part entre Monk et Taylor, sans doute cette sorte de timidité qui l’habite l’empêche-t-elle d’accéder à sa véritable place au panthéon du jazz…

Toujours est-il que ces soirs-là, au Dreher, quelque chose s’est passé qui tient de l’essentiel, de l’esprit et du partage, la perfection toute nue, à la fois un aboutissement et une apothéose !

Mal Waldron & Steve Lacy "Herbe de l'oubli"


The Peak


Round Midnight

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 22 févr. 2020 22:04

Image

La série des Live de Masada contient six albums sortis sur Tzadik, on peut en ajouter un autre paru dans la série du 50 ème anniversaire et le « Live in NYC » paru sur Jazz Door, un album pirate. « Live At Tonic 2001 » est la cinquième parution dans l’ordre chronologique de la série, ce sera également le dernier enregistrement effectué au Tonic de New-York qui ne tardera pas à fermer ses portes. Masada est comme toujours formé par John Zorn au saxophone alto, Dave Douglas à la trompette, Greg Cohen à la contrebasse et Joey Baron à la batterie.

Clairement c’est un des meilleurs « live » du groupe Masada, en tout cas pour ce que j’ai écouté, la salle est bondée, surexcitée, répondant au dixième de seconde aux prouesses du groupe, l’interaction et la cohésion entre les musiciens est tout simplement exceptionnelle, ils se jouent avec maestria des complexités et des chausse-trappes cachées dans les compos pour livrer une copie brillante et irréprochable à tous niveaux, comment ne pas être ébloui par la complicité John Zorn – Dave Douglas ? Par la puissance de Joey Baron et la rondeur de Greg Cohen ? Un disque emballant, accessible à tous et bourré d’énergie, à l’écoute duquel, malgré sa longueur, on ne s’ennuie pas une seconde ! Chaudement conseillé.

Masada - Acharei Mot Live at Tonic 2001 [HQ Audio]


Masada / Galshan

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » dim. 23 févr. 2020 18:13

Image

Dès sa sortie en mars 2019 cet album m’a fait de l’œil, pas seulement pour la belle pochette, mais surtout parce que j’en avais écouté des extraits qui m’avaient interpelé. Il y a quelques temps j’ai vu le groupe sur scène à l’occasion du festival « Jazzahead » lors d’une retransmission TV, le violoniste polonais s’est rappelé à mon souvenir de la meilleure des façons…

Pourtant, c’est en recevant l’album que j’ai découvert ce qui se cachait dans cette musique si belle (un manque de culture musicale de ma part probablement), la moitié des compos de l’album sont issues de la musique sacrée, musique médiévale, renaissance et même contemporaine pour un titre. Un mélange habile et parfaitement réussi, il faut dire que les racines jazz sont également bien présentes tout en restant le plus souvent assez éloignées de l’univers d'un Stéphane Grappelli.

Outre son habituel violon, pour certains titres Adam Baldych utilise un violon « renaissance » poussant l’engagement jusque dans le détail, il est (brillamment) accompagné par des compatriotes, Krzysztof Dys au piano, piano droit préparé et piano jouet, Michał Barański à la contrebasse et Dawid Fortuna à la batterie et aux percussions.

Pour l’anecdote, le jeune Adam Baldych s’est fait virer d’une école de musique polonaise parce qu’il improvisait à partir de thèmes classiques, visiblement ça n'a eu comme effet que de l'encourager, tout en faisant de lui un violoniste créatif et virtuose !

ADAM BALDYCH QUARTET - LIVE / BEHIND THE SCENES - "Repetition"


Adam Bałdych - Sacrum Profanum [full album]

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » lun. 24 févr. 2020 07:44

Image

Un petit EP 45 tours de la part de Guillaume Perret, il est sorti en 2013, limité à 500 exemplaires entre deux albums très intéressants, « Guillaume Perret & The Electric Epic » sorti en 2012 sur tzadik, le label de John Zorn et « Open Me » sorti en 2014 chez Kakoum Records.

Les deux pièces du EP, « Doors » et « Shoe Box » figurent également sur « Open me » mais en version un peu différente. Les admirateurs de Guillaume Perret se retrouveront sur le morceau Shoe Box, électrique, sans faille et dynamique comme on aime chez lui, les effets sont présents, efficaces et l’exercice est bien réussi. Doors est plutôt du genre calme, en contraste, presque contemplatif même…

Une curiosité, le clip officiel présent sur le tube s’arrête au milieu de Shoe Box, 3 minutes cinquante-trois à la place des sept minutes et dix-huit secondes attendues… juste de quoi se créer une petite frustration du matin…

Juste un petit mot avant de finir, j’ai vu, il y a environ un an, une retransmission de concert de Guillaume Perret en solo, j’avoue ne pas avoir été convaincu, contrairement au quartet que l’on peut entendre ici.

GUILLAUME PERRET & ELECTRIC EPIC "SHOEBOX" OFFICIAL CLIP by GILDAS BOCLÉ

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » lun. 24 févr. 2020 22:01

Image

Il est arrivé dans la boîte aujourd’hui, comme annoncé, le second album du groupe Wildflowers. On peut lire Love sur le recto et Wildflowers 2 au verso, mais en fait, son nom véritable est Season 2. On retrouve les membres du trio, Idris Rahman au saxophone, à la flûte et à la clarinette, Leon Brichard aux basses acoustiques ou électriques et Tom Skinner à la batterie.

Il avance très cool sur la platine, les morceaux défilent à vive allure : un quart d’heure pour la première face et un petit peu plus pour la seconde… Tom Skinner semble ici le maître à jouer, son jeu riche et dynamique relance et réinvente sans cesse, en contraste avec le jeu de basse souvent répétitif et hypnotique, quant à Idris Rahman, il joue des couleurs en variant les instruments mais semble se camper dans un registre plutôt relaxant, la ballade « Light in the sorrow » avec son joli thème, illustre bien l’atmosphère de l’album.

A mon avis cette parution, malgré ses qualités, n’atteint pas le niveau du premier album qui était superlatif, mais je conçois que l’on puisse penser autrement…

pour écouter:

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mar. 25 févr. 2020 18:20

Image

Encore un tout chaud (sorti hier), le dernier paru sur International Anthem, il nous vient de la part d’Alabaster DePlume, un inconnu pour moi, l’album s’appelle « To Cy & Lee : Instrumentals Vol. 1 ». Surprenant son apparition sur le label de Chicago, son véritable nom est Angus Fairbairn et il est né à Manchester et basé à Londres, c’est un artiste, écrivain et musicien qui possède déjà une petite discographie, il écrit et joue du théâtre également.

S’il se situe loin des Chicagoans par la géographie, c’est un tout proche par l’esprit, son univers et sa façon de faire le rapprochent irrémédiablement de l’esprit bricoleur, inventif et créatif des productions International Anthem, il suffit de déposer le saphir sur la platine pour que ça saute aux oreilles comme une évidence.

L’aspect lo-fi de l’enregistrement renvoie au côté amateur et underground de ce touche à tout, ici confiné dans une démarche musicale instrumentale, ainsi le saxo frôlé par les lèvres, à peine embouché laisse perler des frôlements qui caressent à fleur de peau, ou bien encore avec ce vieux sax usé qui ne joue pas toutes les notes, oblige au contournement et provoque l’émotion avec une force inattendue. On pourrait encore parler de ces mélopées surgies des âges ou des sonorités japonaises ou indiennes, ou encore de ces folks enfouis qui renaissent…

On reconnaît quelques noms parmi les nombreux participants de cet album comme Danalogue, Sarathy Korwar, James Howard ou John Ellis… Le matériel musical sur cet album est souvent une réinterprétation de titres issus d’albums plus anciens, la cohésion de l’ensemble est ici remarquable et se démarque artistiquement de certains de ses travaux précédents.

Pour écouter (ça claque):

Avatar du membre
Leutte
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 369
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Leutte » mar. 25 févr. 2020 20:24

Douglas a écrit :
sam. 22 févr. 2020 22:04
Image

Masada - Acharei Mot Live at Tonic 2001 [HQ Audio]


Masada / Galshan
Je connaissais déjà 3 live de Masada(Middelheim, Séville et Jerusalem).
Mais celui-là est le meilleur ou au moins du niveau de Middelheim.
Top! Merci du conseil.

Avatar du membre
Leutte
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 369
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 07:28

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Leutte » mar. 25 févr. 2020 20:28

Douglas a écrit :
lun. 24 févr. 2020 07:44
Image

Un petit EP 45 tours de la part de Guillaume Perret, il est sorti en 2013, limité à 500 exemplaires entre deux albums très intéressants, « Guillaume Perret & The Electric Epic » sorti en 2012 sur tzadik, le label de John Zorn et « Open Me » sorti en 2014 chez Kakoum Records.
Je connais ces deux albums mais pas l' EP.
Superbe formation!

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mer. 26 févr. 2020 08:08

Leutte a écrit :
mar. 25 févr. 2020 20:24

Je connaissais déjà 3 live de Masada(Middelheim, Séville et Jerusalem).
Mais celui-là est le meilleur ou au moins du niveau de Middelheim.
Top! Merci du conseil.
Pour l'instant j'attends le « Live in NYC » paru sur Jazz Door et interdit à la vente sur discogs, il a bonne réputation et se trouve à pas trop cher.

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » mer. 26 févr. 2020 15:55

Image

Après Adam Baldych sur le passionnant label ACT, un autre album très intéressant, par une formation dont on a peu parlé en France, le quartet Sud-Coréen « Black String » avec l’album Karma, le nom du groupe n’a rien à voir avec de la lingerie, les cordes dont on parle ici, bien qu’elles soient de soie, sont celles du « géomungo » un instrument traditionnel qui ressemble à la cithare et que l’on frotte avec un bambou. D’autres instruments typiques sont utilisés comme le daegeum, flûte en bambou ou le janggu, une sorte de tambour.

Toutefois la musique écoutée est profondément actuelle, on peut y entendre également de l’électro et de la guitare électrique, d’ailleurs Nguyên Lê est invité sur deux titres, on trouve également une interprétation de « Exit Music (For a film) » composée par Radiohead.

Nous baignons dans un monde étrange où se rencontrent les musiques d’Asie et une certaine forme de rock embué et planant, par deux fois des chants traditionnels, dont une psalmodie bouddhiste (Karma), nous transportent vers des lieux éthérés. A d’autres moments nous sommes ballotés par une énergie quasi-rock, transportés par le son du daegeum. Ainsi, jouet du temps et de l’espace, sommes-nous conviés à une expérience spatio-temporelle, un entre-monde où seuls les membres de Black String peuvent nous emmener…

Black String: Sureña, Album: Karma


Black String "Exhale-Puri"


Black String: Karma

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1868
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par nunu » mer. 26 févr. 2020 16:05

Ca fait plusieurs disque sorti chez ACT que tu présente,s j'aime beaucoup ce label meme si j'ai un peu arreté de suivre ce qu'il sortait

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 27 févr. 2020 06:06

nunu a écrit :
mer. 26 févr. 2020 16:05
Ca fait plusieurs disque sorti chez ACT que tu présente,s j'aime beaucoup ce label meme si j'ai un peu arreté de suivre ce qu'il sortait
Oui, je confirme, c'est un excellent label basé en Allemagne mais dont la portée est européenne et même mondiale comme ici avec un groupe Sud Coréen, il signe également la fine fleur du jazz français (Emile Parisien, Vincent Peirani) mais aussi You Sun nah découverte ici, on y trouve aussi Nguyên Lê, Paolo Fresu, Joachim Kühn, E.S.T. mais désormais la liste est très longue... Le format de publication est surtout majoritairement sur Cd et la qualité et le succès font immédiatement penser à ECM !

Avatar du membre
Douglas
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 419
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 27 févr. 2020 13:29

Image

Un album sorti chez « Souffle Continu » qui attend au fond de la pile depuis avril ou mars de l’an dernier (honte à moi) … Un double album qui, pour une fois, n’est pas une réédition mais une compilation sortie à l’occasion du « Record Store Day » 2019, il y a 1500 exemplaires en circulation, il doit sans doute en rester.

Pour situer musicalement c’est du musette « revivaliste » avec un aspect chanson réaliste et un autre jazz manouche. C’est pas pour rien que l’on entend des invités du style Pierre Barouh, Jean-Jacques Milteau, Allain Leprest, Sanseverino ou Olivia Ruiz, il faut dire que le premier album du groupe date de 1986, alors, si on plonge dans les années vingt ou trente, c’est uniquement grâce à un doux glissement régressif, salutaire et bienvenu de mon point de vue, car la démarche est sympathique.

Un très beau livret de vingt pages est parcouru par des dessins de Robert Crumb qui dessina les pochettes des LPs de ces « Primitifs du futur », illustrant les albums avec un côté psyché qui n’a rien d’anachronique, il joue aussi de la mandoline et fait partie du groupe, il y a également Philippe Paringaux qui se rappelle au souvenir des plus anciens en écrivant des textes pour quelques chansons. Un album qui aurait eu sa place dans plusieurs rubriques de ce riche forum.

La valse chinoise


La derniere rumba de Django - Les Primitifs du futur


Les Primitifs du futur - Java viennoise (avec Crumb)

Répondre