Documentaires

Films, DVD, séries, petit ou grand écran... Que ce soit en lien ou non avec la musique.
Avatar du membre
hexbreaker
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 62
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:50

Re: Documentaires

Message par hexbreaker » mer. 9 oct. 2019 11:46

H. Picart ( non Picard ..) de Best est cité dans les échanges, c'est curieux je l'ai toujours trouvé trop élogieux pour le moindre groupe hard ou prog. Comme quoi, les avis critiques sur les critiques ....

andy
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 32
Enregistré le : jeu. 12 sept. 2019 17:15

Re: Documentaires

Message par andy » mer. 9 oct. 2019 12:21

d accord avec toi pour herve picart , ses chroniques ne descendaient jamais un album il trouvait tout bon ! malgré tout j aimais bien sa plume facile

Avatar du membre
dark pink
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 243
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 18:56
Localisation : Zombie Zoo

Re: Documentaires

Message par dark pink » mer. 9 oct. 2019 13:12

Algernon a écrit :
mer. 9 oct. 2019 11:08
Tu les reconaitrais dans la rue avec cet angle de vue, toi ?
Oui Môssieur !
Faut dire que c'était déjà des stars énormes à l'époque, encore plus davantage après WYWH,
et pour des accros comme Bibi, je pouvais les identifier de dos ::d
Au lycée (mid 70's), toute discothèque, même modeste, se devait de comporter :
Un Floyd, un Neil Young, un Santana, et pour les raffinés un Rory, un TYA ou un Yes (et même un Polnareff)

Image Image
J'avais 2 sacs en toile de jute brodés main par ma sœur à partir de dessins que j'avais faits en décalquant le "gatefold" intérieur de la pochette de Meddle. Je prenais l'un ou l'autre selon mon humeur, soit Waters/Gilmour, soit Mason/Wright, j'avais la classe :)
Image
Mais ces mecs n'ont jamais aimé voir leurs trombines exposées. Dans l'interview de Gilmour sur le DVD fourni avec Rattle That Lock, son dernier disque, à propos du clip de The girl in the yellow dress qui est un dessin animé, il dit un truc du genre :" A mon âge j'ai enfin le privilège de ne plus avoir à montrer ma tronche dans les vidéos !"
Modifié en dernier par dark pink le mer. 9 oct. 2019 15:51, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 98
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: Documentaires

Message par Cooltrane » mer. 9 oct. 2019 13:18

Algernon a écrit :
mer. 9 oct. 2019 11:08
Tu les reconaitrais dans la rue avec cet angle de vue, toi ?
Oui Môssieur !
Faut dire que c'était déjà des stars énormes à l'époque, encore plus davantage après WYWH,
et pour des accros comme Bibi, je pouvais les identifier de dos ::d
Au lycée (mid 70's), toute discothèque, même modeste, se devait de comporter :
Un Floyd, un Neil Young, un Santana, et pour les raffinés un Rory, un TYA ou un Yes (et même un Polnareff)

Image Image
et bien, moi, non !!! :/
Surtout Waters et Wright et Mason... sur cette pub malheureuse, Waters à l'air d'être barbu, alors que Wright qui l'était à l'époque ne l'est pas... Et Mason sans sa moustache....

pour la discog (modeste) a casa, oui pour tous sauf Polnareff

Alors oui, les mags montraient des photos en couve, mais ce n'était pas une décision du groupe.

Avatar du membre
Algernon
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 695
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36

Re: Documentaires

Message par Algernon » mer. 9 oct. 2019 15:29

(Pour Dark Pink)
Moi j'avais "simplement" collé les deux auto-collants de Dark Side sur mon carton à dessin
Et sur un mur de ma chambrette :

Image

Le reste des surfaces étant considérablement occupé par des posters et photos pleines pages A4 de Led Zep
Il est parfaitement superflu de connaître les choses dont on parle. Je dirais même que la sincérité en général dénote un certain manque d'imagination.
The Blues Had A Baby And They Called It Rock 'N' Roll

Avatar du membre
dark pink
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 243
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 18:56
Localisation : Zombie Zoo

Re: Documentaires

Message par dark pink » mer. 9 oct. 2019 16:03

J'avais le même :alcool1: plus les pyramides.
Et Lennon avec sa Yoko qui disait que les "USA surpasses all the genocide records" avec les chiffres terrifiants sur les "stripes" du drapeau américain. Et aussi Family en studio, les 2 guitaristes et le bassiste avaient des grattes à double manche. Et des Beatles, et un autre Pink Floyd devant une caravane avec encore des fringues de stars :hehe: J'en avais même au plafond, des posters, pas des araignées, quoique...
Image

Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 44
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Documentaires

Message par The lad » mer. 9 oct. 2019 16:23

Cooltrane a écrit :
mer. 9 oct. 2019 09:26
Maintenant retour à Eudeline: si je n'aime pas ce type, c'est d'abord du à sa présentation et son attitude à l'entendre, il a vécu les premières années de Chuck Berry et a donné son assentiment à Bill Haley et ses Comètes). Et comme un autre membre l'a dit (avant toi), sa fixation sur les fringues montre que c'est d'abord l'attitude et le contenant que la substance et le contenu." Les fringues", c'est pour avoir ton 1/4 de gloire et ta place au soleil sans faire trop d'effort musical et profiter de ton aura (temporaire) pour tomber les nanas.

Mais c'est qqe chose qui vient d'Anglicheterre, car pour un style de musique de connaitre le succès, il doit absolument être accompagné par un déguisement-travestissement pour montrer que tu (le fan) "en fais partie"... cela a commencé avec les Teddy Boys à la fin des 40's, puis les Mods et les Rockeurs, les hippies riches de Londres (assez différents fauchés et crasseux de ceux de Frisco), le glam (surtout), le punk, la new-wave, etc...

Et c'est là que le bas blesse pour le prog: en dehors de Yes (la cape de Wakeman, le blanc-gourrou de Anderson et les tenues de starlettes de Squire), et ELP, la plupart d'entre eux n'en avait rien à branler d'un déguisement: regarde comment Genesis était fringué hors les trucs de scène du Gabe. Sur certaines photos, niveau mode, ils sont à la ramasse (Rutherford a des pantalons trop court pour lui, etc...). Et si Soft Machine avait un Wyatt excentrique (il se peignais une veste sur son torse, par ex), les autres, tu les aurais croisé dans la rue sans le reconnaitre. Idem pour le Floyd, "le groupe sans visage", comme on les as surnommé. Eux, ils mettaient la musique en avant et se cachaient derrière.

bon, je crains d'avoir fait (trop) long encore une fois :hello:
La question de la sape est beaucoup plus intéressante et profonde que tu ne le penses : émancipation, reconnaissance, différence, provocation, etc. Tout le monde sera d'accord pour dire que le style et l'iconographie est partie prenante du rock : que ce soit les pochettes, le Language, les paroles, etc. C'en est de même pour les vêtements et les tribus. Et Eudeline, il en parle mieux que personne en France — c'est le seul truc qui me plaît bien chez lui. Affirmer que chacune des subcultures que tu cites est un outil commerciale pour assurer le succès et vendre plus de disques c'est tout à fait faux. Le business lié à ça est extrêmement tardif et débute sûrement au mitan des années 70. Expliquer l'insuccès (relatif) que tu prêtes au rock progressif comme étant le résultat d'un certain mépris pour les sapes par les musiciens, c'est quand même une thèse bien fumasse. En tout honnêteté, je ne vois pas comment Kevin Ayers, les Fugs, les Floyd ou Twink seraient passés inaperçu dans la rue à leurs époque… La flemme d'écrire un pavé césar parce qu'en vrai je pense que tu t'en branles, mais si tu veux t'enlever la poutre que tu as dans l'œil je te conseille de jeter un œil au livre de Dick Hebdige, "Sous-Cultures : Le sens du style" sorti chez Zones qui en parlent très bien dans son aspect sociologique.
#rampalsound

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 471
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: Documentaires

Message par nunu » mer. 9 oct. 2019 17:34

Surtout que c'est bien connu que l'habit ne fait pas le Mitchell, euh pardon le moine :hehe: :jesors:

Avatar du membre
Algernon
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 695
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36

Re: Documentaires

Message par Algernon » jeu. 10 oct. 2019 08:04

Pour les Gens du Village, un peu quand même. :]
Il est parfaitement superflu de connaître les choses dont on parle. Je dirais même que la sincérité en général dénote un certain manque d'imagination.
The Blues Had A Baby And They Called It Rock 'N' Roll

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 98
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: Documentaires

Message par Cooltrane » jeu. 10 oct. 2019 09:27

The lad a écrit :
mer. 9 oct. 2019 16:23
Cooltrane a écrit :
mer. 9 oct. 2019 09:26
Maintenant retour à Eudeline: si je n'aime pas ce type, c'est d'abord du à sa présentation et son attitude à l'entendre, il a vécu les premières années de Chuck Berry et a donné son assentiment à Bill Haley et ses Comètes). Et comme un autre membre l'a dit (avant toi), sa fixation sur les fringues montre que c'est d'abord l'attitude et le contenant que la substance et le contenu." Les fringues", c'est pour avoir ton 1/4 de gloire et ta place au soleil sans faire trop d'effort musical et profiter de ton aura (temporaire) pour tomber les nanas.

Mais c'est qqe chose qui vient d'Anglicheterre, car pour un style de musique de connaitre le succès, il doit absolument être accompagné par un déguisement-travestissement pour montrer que tu (le fan) "en fais partie"... cela a commencé avec les Teddy Boys à la fin des 40's, puis les Mods et les Rockeurs, les hippies riches de Londres (assez différents fauchés et crasseux de ceux de Frisco), le glam (surtout), le punk, la new-wave, etc...

Et c'est là que le bas blesse pour le prog: en dehors de Yes (la cape de Wakeman, le blanc-gourrou de Anderson et les tenues de starlettes de Squire), et ELP, la plupart d'entre eux n'en avait rien à branler d'un déguisement: regarde comment Genesis était fringué hors les trucs de scène du Gabe. Sur certaines photos, niveau mode, ils sont à la ramasse (Rutherford a des pantalons trop court pour lui, etc...). Et si Soft Machine avait un Wyatt excentrique (il se peignais une veste sur son torse, par ex), les autres, tu les aurais croisé dans la rue sans le reconnaitre. Idem pour le Floyd, "le groupe sans visage", comme on les as surnommé. Eux, ils mettaient la musique en avant et se cachaient derrière.

bon, je crains d'avoir fait (trop) long encore une fois :hello:
La question de la sape est beaucoup plus intéressante et profonde que tu ne le penses : émancipation, reconnaissance, différence, provocation, etc. Tout le monde sera d'accord pour dire que le style et l'iconographie est partie prenante du rock : que ce soit les pochettes, le Language, les paroles, etc. C'en est de même pour les vêtements et les tribus. Et Eudeline, il en parle mieux que personne en France — c'est le seul truc qui me plaît bien chez lui. Affirmer que chacune des subcultures que tu cites est un outil commerciale pour assurer le succès et vendre plus de disques c'est tout à fait faux. Le business lié à ça est extrêmement tardif et débute sûrement au mitan des années 70. Expliquer l'insuccès (relatif) que tu prêtes au rock progressif comme étant le résultat d'un certain mépris pour les sapes par les musiciens, c'est quand même une thèse bien fumasse. En tout honnêteté, je ne vois pas comment Kevin Ayers, les Fugs, les Floyd ou Twink seraient passés inaperçu dans la rue à leurs époque… La flemme d'écrire un pavé césar parce qu'en vrai je pense que tu t'en branles, mais si tu veux t'enlever la poutre que tu as dans l'œil je te conseille de jeter un œil au livre de Dick Hebdige, "Sous-Cultures : Le sens du style" sorti chez Zones qui en parlent très bien dans son aspect sociologique.
je n'ai pas dit le contraire, mais c'est juste que les fringues, c'est tout sauf essentiel pour la musique en tant que telle. Je n'ai pas non plus dit que c'est les firmes de disques qui ont lancés les modes vestimentaires ou en ont vendus eux-mêmes. (Encore que Malclom McLaren lui l'avait compris)

Sinon, t'es désobligeant en parlant de la poutre, alors que je n'ai pas encore mentionné ton séquoia dans le tien :langue1:

Car perso, je lis London Calling de Barry Miles. J'avance assez lentement dans cette brique car pré-60's, c'était pénible, (par manque d'intérêt de ma part) et comme je suis arrivé au début du punk, mon intérêt est en baisse aussi.
http://barrymiles.co.uk/all-books/london-calling/

Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 44
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Documentaires

Message par The lad » jeu. 10 oct. 2019 09:38

Déjà lu en français, pas trop mal traduit chez Rivages rouge.
#rampalsound

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 98
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: Documentaires

Message par Cooltrane » jeu. 10 oct. 2019 14:50

The lad a écrit :
jeu. 10 oct. 2019 09:38
Déjà lu en français, pas trop mal traduit chez Rivages rouge.
J'en ai lu qq'uns chez eux:
Apathy de Nick Kunt (non, c'est pas une coquille)
Hippy Shake de Neville

Par contre, j'aurais dû faire l'impassse sur celui de Sinclair, aussi bien en Fr qu'en En >>illisible

Répondre