La littérature rock

Ce que vous aimez lire, ce que vous conseillez, que ce soit lié à la musique ou pas.

Re: La littérature rock

Messagepar Pablitta » 14 Mai 2018, 13:55

hexbreaker a écrit:Merci pour ce commentaire très détaillé, cela donne envie de s'y plonger :respect:

Et merci pour ton retour.
C'est vrai que, quoi que l'on en dise, c'est toujours agréable de se savoir lu.e. J'ai peut-être un peu trop tartiné ... :mouais: ...mais les infos citées ne représentent que 0,1% du bouquin.
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 3896
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: La littérature rock

Messagepar Maxime » 14 Mai 2018, 23:17

Pablitta a écrit:Phil Spector, le mur de son - Mick Brown - 2010.

Voilà un bouquin qui pourrait m'intéresser !
Un état sans police, c'est comme une soupe sans moustache.
http://www.lefolkfrancaisnexistepas.fr/
Avatar de l’utilisateur
Maxime
♪♪♪♪♪
 
Messages: 2527
Inscription: 03 Fév 2013, 23:09
Localisation: Grenoble

Re: La littérature rock

Messagepar hexbreaker » 21 Mai 2018, 15:57

Pablitta a écrit:
hexbreaker a écrit:Merci pour ce commentaire très détaillé, cela donne envie de s'y plonger :respect:

Et merci pour ton retour.
C'est vrai que, quoi que l'on en dise, c'est toujours agréable de se savoir lu.e. J'ai peut-être un peu trop tartiné ... :mouais: ...mais les infos citées ne représentent que 0,1% du bouquin.


Non, c'est plaisant, et instructif, de découvrir des commentaires détaillés. Merci encore.
Avatar de l’utilisateur
hexbreaker
♪♪♪
 
Messages: 357
Inscription: 03 Fév 2013, 19:03

Re: La littérature rock

Messagepar Pablitta » 24 Mai 2018, 14:31

Image

Paradise – Marc Cerrone – Avril 2018

J’ai pour (mauvaise) habitude de lire les livres que je vais offrir, tant qu’ils ne sont pas sleevés. Cette fois, j’ai préparé un cadeau pour un fan transi de Cerrone.

Moi, Cerrone, c’est beurk. La disco-funk-dance je déteste, et ce mec ne me paraît pas du tout sympathique.

A la moitié du bouquin j’arrive à la conclusion que le type est un mégalo doublé d’un mythomane :

Il fait partie des 5 artistes les plus samplés au monde ; c’est l’inventeur du mot « disco »; Barclay le signe direct après l’avoir vu faire la manche à la batterie à Saint-Tropez ; avec Kongas, il remplit à les en faire exploser les bars et les boîtes de Saint-Tropez, etc.

A à peine 20 ans, il créé le magasin Import Music, dans le plus grand centre commercial d'Europe de l’époque, Belle-Epine (à Thiais en région parisienne), il monte son label et fait presser 5000 albums à Londres, pour les vendre dans son magasin et en porte-à-porte. Il ouvre encore d’autres points de vente et vend à d’autres magasins comme Champs Disques (qui allait devenir Nuggets il me semble).

Puis c’est au tour d’Ahmet Ertegün, le propriétaire d'Atlantic Records de vouloir à tout prix le signer (là je crois rêver) ;
Jimmy Page enregistre avec lui (d'ailleurs, l'incident de la cocaïne - que Page s'enfournait par palettes - est à mourir de rire) ;
Il passe son temps au studio 54 à New-York, fréquentant de très près Warhol, Basquiat, Goude, Grace Jones, Gaultier & Cie ;
L'équipe Monty Python veut absolument tourner un clip avec lui (moment hilarant du bouquin d'ailleurs) ;
Quincy Jones vient l’écouter en douce, dans les coulisses, lors d’un de ses concerts ;
Nile Rodgers se précipite à Paris ou Londres sur simple demande, juste pour gratouiller sa guitare à ses côtés, etc.
Le Dalai Lama veut le rencontrer * (il n’a pas écrit que le Pape de l’époque souhaitait l’inviter au Vatican, ce qui m’a un peu surprise …).

Avec ses disques, il enchaîne carton sur carton. Ca se chiffre par millions d’albums.

Avec ses spectacles musicaux à plus de 600.000 spectateurs (à Hollywood, à l’Arc de Triomphe, au Château de Versailles et j’en passe), il va de triomphe en triomphe.
Ses shows sont à haut risque vue la démesure des projets, mais tout se finit toujours très bien.

Profitant d’un creux de vague dans les années 90, il se met à l’écriture et pond 3 romans. Paf, succès encore, un éditeur adore et le publie. De plus, l’un fera l’objet d’un film avec Alain Delon et Claude Brasseur notamment (et pourquoi pas Brando, tant qu’on y est ? je me dis).

Un jour, une association caritative lui demande de peindre une toile pour une vente aux enchères. Il n’a jamais peint ? Qu’à cela ne tienne, il en tombe une dizaine et tout le monde crie au génie pictural (voir là pour ceux que ça intéresse : http://cerronegallery.com/paintings.php faut aimer mais ce n’est pas absurde ; je trouve que ce sont des toiles très évocatrices de sa musique, en tout cas).

Un autre jour, plus récemment, son fils – DJ – lui dit qu’un DJ très connu veut sampler l’un de ses titres. Le bon Cerrone comprend mal le nom et lui répond « mais je ne le connais pas ton Bob Lascar ! » ; il finira par sortir un disque avec ledit Bob Sinclar. Encore un carton, bien entendu.

A mi-chemin du bouquin, je me dis que le délire mythomane de ce mec est un peu excessif. Bref, je doute fort que tout ceci soit vrai.
Je vérifie tout, et … Tout ce qu’il raconte est rigoureusement exact.
Cerrone est un monument de la musique, de la french touch comme on dit ; il faut bien l’admettre.
J’avoue, je n’en reviens pas.

De plus, à travers ses écrits, on sent un homme heureux de vivre, simple, honnête, fidèle à ce et à ceux qu’il aime, obstiné ; un businessman autodidacte qui s'est construit à la force du poignet. C'est aussi un homme doté d’un optimisme à toute épreuve (ce qui est, je pense, la vraie clé de sa réussite).

Je n’ai pas regretté cette lecture. Si vous tombez dessus dans une médiathèque, lisez-le, c’est pas long et ça vaut le coup.
(et puis ça m'a fait plaisir de voir porté au grand public le talent de Lene Lovitch, grande amie de Cerrone, depuis plus de 40 ans).

En ce moment, Cerrone boucle la boucle en reformant Kongas, son groupe d’origine, qui devrait se produire courant mai 2018 je ne sais où.


* Cerrone est devenu boudhiste dans les années 90, ce qui l’a – dit-il – sauvé des excès du monde de la nuit, notamment de la cocaïne. Il apporte aujourd’hui régulièrement son soutien à la cause tibétaine et, plus globalement, à la préservation de la planète.
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 3896
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: La littérature rock

Messagepar Jo Bolais » 24 Mai 2018, 16:23

En ce moment, Cerrone boucle la boucle en reformant Kongas, son groupe d’origine, qui devrait se produire courant mai 2018 je ne sais où.


Divine surprise ! :)

Un parcours incroyable ! Heureusement qu'il le recul nécessaire et un mental d'acier, car bien d'autres musiciens se sont perdus dans ce tourbillon d'excès et de démesures. Juvet, par exemple, qui est revenu cramé des USA.
http://leboncraignos.blogspot.fr/
Le rendez-vous du microsillon inouï.
Avatar de l’utilisateur
Jo Bolais
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3050
Inscription: 17 Jan 2015, 21:25

Re: La littérature rock

Messagepar Pablitta » 24 Mai 2018, 18:39

Je pense que Marc Cerrone est doté d'une intelligence largement au-dessus de la normale.
Ce qui n'est pas le cas de Patrick Juvet :-((
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 3896
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: La littérature rock

Messagepar Silence » 24 Mai 2018, 20:59

Certes ... mais il a de bien plus beaux cheveux. :uhuh:
"Pour éviter tout débat sur les groupes d'aujourd'hui qui se sont fait piquer leurs idées dans les années 70, il est de rigueur de parler de l'avenir"
Avatar de l’utilisateur
Silence
Modérateur
 
Messages: 3401
Inscription: 04 Fév 2013, 08:19
Localisation: Brest mêm'

Re: La littérature rock

Messagepar Unserious Sam » 24 Mai 2018, 21:59

J'ai acheté celui-ci en vinyle chez Cash Converters, pour 2 euros :

Image

Pochette horrible, mais la musique... :bat:

Quel son !

Supernature 10:20
Sweet Drums 3:30
In The Smoke 4:40
Give Me Love 6:10
Love Is Here 5:20
Love Is The Answer 6:00

Rien à jeter... Faut juste se lever pour changer de face... :) :lovemauve: :lovemauve:

Et le CD ave Bob Sinclar est énorme...

Image
Le présent, c'est du futur qui se transforme en passé.
Avatar de l’utilisateur
Unserious Sam
♪♪♪♪♪
 
Messages: 4585
Inscription: 03 Fév 2013, 22:05
Localisation: A l'ouest

Re: La littérature rock

Messagepar Winsterhand » 24 Mai 2018, 23:20

Les pochettes dégueulasses et Cerrone, c'est une longue histoire d'amour. J'ai retrouvé le 33 tours de Cerrone's Paradise au grenier et je l'ai toujours pas écouté tellement c'est moche à voir. Tellement que j'ai même pas envie de mettre l'image ici, cherchez si vous n'avez pas peur.
Avatar de l’utilisateur
Winsterhand
♪♪♪♪
 
Messages: 670
Inscription: 03 Fév 2013, 19:08
Localisation: Aggliæ

Re: La littérature rock

Messagepar Pablitta » 25 Mai 2018, 09:29

... Et ses clips, d'une manière générale ... :oriez:

Unserious Sam a écrit:Quel son !


Son obsession.
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 3896
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: La littérature rock

Messagepar harvest » 25 Mai 2018, 11:36

Le disco a ruiné musicalement la fin des 70's - grosse marade, quoi ! J'en ai des frissons dans le dos. On va quand même pas réhabiliter ça ? Si ?
"Il y a des années où l'on a envie de ne rien faire" P-Barouh
Avatar de l’utilisateur
harvest
Modérateur
 
Messages: 3698
Inscription: 09 Jan 2013, 20:54

Re: La littérature rock

Messagepar Pablitta » 25 Mai 2018, 13:33

harvest a écrit:Le disco a ruiné musicalement la fin des 70's - grosse marade, quoi ! J'en ai des frissons dans le dos. On va quand même pas réhabiliter ça ? Si ?


Image

Disco Demolition Night - 1979.
Aka Disco Sucks.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Disco_Demolition_Night
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 3896
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: La littérature rock

Messagepar harvest » 26 Mai 2018, 10:20

Merci pour ce lien - j'ignorais tout de cette affaire ! Mais j’aurais pu participer à cette démolition en règle.
"Il y a des années où l'on a envie de ne rien faire" P-Barouh
Avatar de l’utilisateur
harvest
Modérateur
 
Messages: 3698
Inscription: 09 Jan 2013, 20:54

Re: La littérature rock

Messagepar bratislava1 » 26 Mai 2018, 12:18

L'album "supernature" dans une décapotable parcourant la Calabre en 1979, c'était top !
L'ennui en ce monde c'est que les imbéciles sont sûr d'eux et les gens sensés pleins de doutes. B. Russel.
bratislava1
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3549
Inscription: 21 Fév 2013, 17:30

Re: La littérature rock

Messagepar 33rpm » 26 Mai 2018, 12:45

En 74, le rock était souvent chiant, pataud ou grandiloquent. On peut comprendre cet engouement pour le disco, festif et insouciant. Ça m’a bien saoulé mais avec le recul, c’est marrant et il faut reconnaître que Cerrone avait du talent, dans son domaine.
there ain't no alligators in Berkeley California, boys
Avatar de l’utilisateur
33rpm
♪♪♪♪♪
 
Messages: 2188
Inscription: 08 Sep 2016, 18:50

PrécédenteSuivante

Retourner vers Livres / Magazines / BD

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité