::: S - F :::

Ce que vous aimez lire, ce que vous conseillez, que ce soit lié à la musique ou pas.

Re: ::: S - F :::

Messagepar Punker paname » 26 Mar 2018, 14:10

bernarddes a écrit:Je suis en train ( rapport direct avec les bouquins ) de me faire ( en partie, suivant ceux que j'ai pu trouver) "la Compagnie des glaces"
la fantastique épopée de G J Arnaud
Image


La Compagnie des glaces une des meilleures série feuilleton de la SF Française, j'adore mais cette saga est elle terminée ou pas :)

Bizarre qu'elle n'ait pas inspirée des adaptations en film ou en série Tv.
Archéologue musical spécialiste des bacs de soldes les plus improbables et amasseur de bizarreries musicales depuis 1977. Et comme dirait FL qui n'a bien sur jamais acheté un seul disque neuf de sa vie
Avatar de l’utilisateur
Punker paname
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1843
Inscription: 02 Jan 2016, 09:52

Re: ::: S - F :::

Messagepar bernarddes » 26 Mar 2018, 23:39

Punker paname a écrit:
La Compagnie des glaces une des meilleures série feuilleton de la SF Française, j'adore mais cette saga est elle terminée ou pas :)

Bizarre qu'elle n'ait pas inspirée des adaptations en film ou en série Tv.

Pas loin de 100 volumes !
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Compagnie_des_glaces
On parle aussi d'une série tv,et de bd, mais je ne connais ni l'un ni l'autre. Quand à la série originale, je conseille aux amateurs de SF de tenter (sans a priori )
mais attention c'est vite addictif !
Avatar de l’utilisateur
bernarddes
♪♪
 
Messages: 119
Inscription: 30 Sep 2017, 18:38

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 21 Avr 2018, 01:07

Pas mal de trucs ces derniers temps. Du « vieux » comme du plus récent.

Image Image Image
Nexus, Crux et Apex - Ramez Naam.
Le troisième doit paraître ce mois-ci en poche.

La présentation du premier :
« L'an 2040. Nexus est une nouvelle nano-molécule capable de relier les cerveaux entre eux. Alors que certains veulent l'exploiter, d'autres cherchent à l'anéantir. Kade, un jeune étudiant biologiste, voit dans cette drogue de nouvelles possibilités de communication et un immense progrès pour la société. À l'aide d'une poignée d'amis, il parvient à l'améliorer afin qu'il ne soit plus nécessaire de la consommer régulièrement pour en ressentir les effets. Mais les agences gouvernementales sont à leurs trousses… Sam, une espionne travaillant pour le compte de l'ERD (Emerging Risks Directory), les contraint à coopérer : Kade doit servir d'appât en intégrant l'équipe de Su-Yong Shu, une célèbre et géniale scientifique chinoise soupçonnée par l'ERD de travailler sur une technique lui permettant d'asservir les gens contre leur volonté. Dans un monde où se mêlent scientifiques chinois, moines bouddhistes et agents de la CIA, le jeune homme ne tardera pas à s'apercevoir que les enjeux sont bien plus importants qu'un simple trafic de stupéfiants… »

J'ai eu du mal, mais je vais lire le dernier tout de même.
Le sujet est captivant et l'auteur, à la fin de chaque tome, explique l'origine de ses histoires,
toutes issues des progrès scientifiques récents et qui « justifient » ce qui pourrait paraître
comme délirant. Certes, il pousse un peu. Et, c'est ce qui m'a fait traînasser, ses romans sont visiblement
destinés à taper dans l'œil des scénaristes d'Hollywood. Certaines scènes pourraient être directement prises
dans le texte, au mot près. Je suis resté sur ma faim deux fois (un peu moins sur le second) mais je reste curieux
de connaître la « conclusion ». (Si ça finit bien, je serai déçu.)
Certaines scènes décrivant l'efficacité des logiciels utilisés sont excellentes.
J'ai un faible pour celle où l'application répondant au doux nom de Peter North
se met à bugger en pleine boîte de nuit (c'est au début du premier tome).


Image
Le Livre d'or de la SF - James Tiptree

La présentation :
« La signature de James Tiptree, jr. apparaît en 1968. Quelques années plus tard, alors qu'il était devenu célèbre, on apprit que Tiptree était le pseudonyme d'Alice Sheldon, née en 1915. Un auteur moderne ? Certes ses récits sont d'une grande hardiesse sexuelle. Mais il y a beaucoup plus. Un petit bonhomme qui fait un petit boulot bien gris — mais qui un jour rejette tout et s'embarque pour les étoiles. Un enfant rêveur et solitaire qui vit au-delà de toute limite. Une rencontre avec l'extraterrestre, l'alien, si différent qu'on ne peut ni communiquer avec lui ni même jouir de lui. Une nostalgie du home perdu et une aspiration au retour d'exil impossible à satisfaire. Les rêves se réalisent, mais à quel prix ! Tiptree entre en contact avec cette voix au fond de nous qui se fait entendre au milieu de la nuit, chantant tour à tour le cauchemar, la quête d'un ailleurs immatériel et le repos de l'âme. »

Du rire et de l'horreur.
Une autrice captivante, pouvant passer du registre hilarant à celui de la plus profonde noirceur.
Une femme dont la vie semble avoir été peu simple. Étonnante en tout cas.
(La longue préface la présente.)
Bon, c'est loin d'être une nouveauté (mon exemplaire date de 1986) et je ne crois pas que ce soit disponible facilement (de manière légale tout du moins).
Si vous tombez sur ce truc, il peut vous réjouir comme vous mettre mal à l'aise. Incontournable.
(Comme le sont tous les volumes de cette collection, d'ailleurs.)


Image
Le Chien de ma chienne - Arthur Bradford

La présentation :
« Désopilant : voilà le terme qui convient à ces récits à la fois légers et aberrants, traversés par une thématique animalière des plus déroutantes. Qu'on en juge un peu par cet inventaire : un chien à trois pattes qui s'occupe de chiots mutants, une limace de plusieurs kilos qui menace la stabilité d'un couple, un minuscule homme-chien qui chante des vieux standards américains avant de faire des enfants à une fausse vierge vivant dans un poumon d'acier, et un homme mordu par un molosse découvrant d'étranges pilosités envahir son corps... Dans le monde interlope d'Arthur Bradford, les situations s'emballent et l'absurde, une fois passé à la moulinette d'une naïveté émouvante, devient réalité.
Dans la grande tradition de Mark Twain, Arthur Bradford crée un monde intrigant où freaks et marginaux, hommes et bêtes, conspirent à redonner un sens nouveau à la compassion. A la fois contes enchantés et fables décalées, ces récits arrachent au lecteur un rire résolument jubilatoire. »


Pas SF.
Comme je viens de découvrir cette collection de littérature étrangère (non étiquetée SF, donc)
où l'on peut tout de même trouver Ballard et Borges, entre autres, j'ai attaqué par celui-ci.
Non, à mon sens, ce n'est pas désopilant.
Pour ceux qui ont l'habitude des lectures relevant de l'imaginaire, en tout cas.
Mais c'est suffisamment décalé et ça offre assez de surprises pour que la lecture soit agréable.
Dernière édition par Aldaran le 10 Mai 2018, 12:57, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 08 Mai 2018, 19:40

Comme j'ai repris l'écoute des conférences des Utopiales de l'an passé,
je me suis dit que celle-ci pourrait intéresser quelques uns et unes ici.
Il s'agit plus d'un dialogue entre Richard Pinhas et Norman Spinrad que d'une conférence tentant de présenter le sujet.

Richard Pinhas a écrit:« Pour ma part, je pense que la science-fiction n'existe plus. Pour la bonne raison que [...] la réalité a tellement dépassé la fiction dans toutes les optiques,
dans toutes les voies, que c'est même plus la peine d'essayer de penser à un avenir ou un devenir de l'humanité. »

Je suis loin d'être d'accord...
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar Pablitta » 08 Mai 2018, 19:58

Aldaran a écrit:Comme j'ai repris l'écoute des conférences des Utopiales de l'an passé,
je me suis dit que celle-ci pourrait intéresser quelques uns et unes ici.
Il s'agit plus d'un dialogue entre Richard Pinhas et Norman Spinrad que d'une conférence tentant de présenter le sujet...


Yesssss !
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 4027
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: ::: S - F :::

Messagepar Pablitta » 10 Mai 2018, 10:53

Aldaran a écrit:Comme j'ai repris l'écoute des conférences des Utopiales de l'an passé,
je me suis dit que celle-ci pourrait intéresser quelques uns et unes ici.
Il s'agit plus d'un dialogue entre Richard Pinhas et Norman Spinrad que d'une conférence tentant de présenter le sujet..

Comme tu dis ...
il y a un côté "entre soi" assez pénible.
J'ai tenu une trentaine de minutes sur les 55, dont une bonne partie en anglais, ce qui n'a rien arrangé.
Il y a du gros enfonçage de portes ouvertes ("le pouvoir est entre les mains des médias et des multinationales" ben ouais c'est bon, on n'a pas besoin d'écouter la sainte parole de Pinhas pour s'en rendre compte). D'ailleurs, je l'ai trouvé assez boursouflé, le Pinhas ... "Ma musique est politique" Pfffff ...
Au bout d'une demi heure je me suis demandé ce que j'avais appris ; la réponse ayant été "rien", j'ai lâché l'affaire pour me consacrer à l'expression de pensées plus nourrissantes.
Si tu peux me dire quel était le point, le pitch, de cet entretien, je prends.
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 4027
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 10 Mai 2018, 11:28

Je ne peux pas.
Si, pour ma part, je suis allé au bout, (j'aime bien « être sûr »), cette « conférence » m'a agacé plus qu'autre chose.
Spinrad gagne à être lu plutôt qu'écouté, ce n'est pas nouveau. En revanche, c'est une bonne chose qu'il ait parlé en anglais.
Lorsqu'il le fait en français, c'est carrément inintelligible...
Quant à Pinhas, comme je sais que pas mal de monde l'aime par ici, je n'ai pas osé dire ce que je pensais de son intervention.

Maintenant, j'ai un alibi. Dont acte :
Je l'ai trouvé prétentieux au possible et on ne peut plus autocentré. Outre sa connerie monumentale au sujet de la SF,
il descend en flamme No One Is Innocent en sous-entendant que ce groupe a eu un succès illégitime et que,
alors qu'on lui disait que le groupe n'a jamais cessé, « oui, peut-être qu'ils reviennent en ce moment... », pour conclure qu'il
ne sait absolument pas comment le groupe s'est retrouvé à bosser avec Maurice Dantec.

Il m'a semblé que Pinhas ne connaissait absolument pas le groupe, voire ne l'a jamais vraiment écouté.
Il dit d'ailleurs qu'il ne le connaissait pas à l'époque des Racines du mal et de La Sirène rouge (respectivement second et premier romans de Dantec).
Je ne cours pas après No One Is Innocent, personnellement. Ceci dit, Utopia, l'album sur lequel on peut entendre l'auteur
lire des extraits de ses propres romans (principalement Les Racines du mal, donc), est à mon avis une pure merveille d'énergie,
de celles qui sont rares et dont je ne me suis jamais lassé. Ma réaction après la conférence a été de coller l'album à donf chez moi.
Avis inchangé, ce disque est une bombe. Mais je peux me tromper...

J'aime bien Pinhas et Spinrad. Mais je ne suis pas toujours d'accord avec les personnes que j'aime.
Ça n'aide pas à se faire des potes...
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar whereisbrian » 10 Mai 2018, 14:46

Je trouve que Pinhas a une certaine légitimité à raconter des conneries, d'ailleurs qui n'en raconte pas ?
Ce serait supposer que son caractère de musicien culte lui donnerait automatiquement la sagesse
et une auréole lumineuse et automatique derrière la tête.

Bref, Pinhas a le droit de penser ce qu'il veut.
Et de dire que la musique est politique. C'est inscrit dans la sienne du reste.
Quand il sort Hommage à la RAF ou Ballade pour Puig Antich, c'est clair. On ne peut pas à la fois l'écouter
et laisser de côté cet aspect. Il n'est pas un musicien consensuel.

Et ce n'est pas simplement le fait de Pinhas.
D'autres célébrités: Freud se droguait, Marx trompait sa femme avec la bonne, et Einstein pétait au lit,
Kerouac était alcoolique etc etc. Est-ce que pour autant leur oeuvre est discréditée ou sans valeur ?

Pour Spinrad, j'ai lu Bug Jack Barron et Rêve de Fer. Pour Maurice G. Dantec, je connais beaucoup moins,
il a finalement pas mal tapé dans les gamelles, à ce que j'en sais, vers la dernière partie de sa vie.
Avatar de l’utilisateur
whereisbrian
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5310
Inscription: 03 Fév 2013, 21:28
Localisation: BzH Sud

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 10 Mai 2018, 16:22

(J'ai bien fait d'être prudent en disant que j'aimais bien Pinhas.)
Je ne pense pas qu'il y ait une quelconque légitimité à dire des conneries.
Que l'on s'appelle Pinhas ou Untel-le.
Ça ne réduit en rien Pinhas. Ça indique juste que personne n'est à l'abri de dire des « conneries »
et qu'il est important de vérifier ce que l'on dit... avant de le faire.
D'ailleurs, je peux très bien me tromper. :)


J'adore tes exemples de personnes illustres.
De manière certaine, je suis comparable à Freud, Einstein et Kerouac (mais pas à Marx, du coup).

De Spinrad, je ne peux que te pousser très fortement à lire Le Printemps russe.
Mon préféré de cet auteur (mais je n'ai pas tout lu.)
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar whereisbrian » 10 Mai 2018, 19:17

Merci pour la suggestion pour Spinrad.

Je lis peu de science-fiction, à part Christopher Priest. Ou Philip José Farmer.
Avatar de l’utilisateur
whereisbrian
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5310
Inscription: 03 Fév 2013, 21:28
Localisation: BzH Sud

Re: ::: S - F :::

Messagepar mike2000 » 14 Mai 2018, 20:10

S'il n'en reste qu'un, ce sera Philip K Dick !
Avatar de l’utilisateur
mike2000
♪♪
 
Messages: 126
Inscription: 19 Sep 2016, 12:33

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 14 Mai 2018, 21:26

Ce serait néanmoins dommage de se priver des autres.
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar Pablitta » 14 Mai 2018, 21:39

Certes, mais si l'on devait n'en lire qu'un seul, ce serait bien K. Dick.
Avatar de l’utilisateur
Pablitta
Modérateur
 
Messages: 4027
Inscription: 04 Fév 2013, 14:14

Re: ::: S - F :::

Messagepar Aldaran » 15 Mai 2018, 00:14

Pas de mon point de vue.

Depuis,
il y a eu Ken Liu.
En l'état actuel de mes connaissances, c'est Liu (à défaut, ses bouquins...) que j'embarquerais sur mon île.

Mais il faut aussi compter avec James Morrow, Iain M. Banks, Octavia Butler, Greg Egan, Peter Watts,
Robert Charles Wilson et Catherine Dufour (rock punk ! ce dernier, pour le moins...) pour ne citer que ceux-là.
(Tous les liens renvoient à mon blog, z'avez le droit de botter en touche...)

À mon sens, tous ceux-là, au moins, valent d'être écoutés.
Pas lus seulement, ce n'est pas suffisant, mais compris, écoutés.
En dernier choix, à cette heure, Liu quand même.

Cela dit, James Tiptree ne jurait également que par Dick. « Tout le monde à genoux ! », disait-elle.
(Mon esprit tortueux me fait voir là un bon mot, mais je pense que c'était sincère.)
Et j'adore Tiptree, comme je le disais plus haut :

Aldaran a écrit:Image
Le Livre d'or de la SF - James Tiptree

La présentation :
« La signature de James Tiptree, jr. apparaît en 1968. Quelques années plus tard, alors qu'il était devenu célèbre, on apprit que Tiptree était le pseudonyme d'Alice Sheldon, née en 1915. Un auteur moderne ? Certes ses récits sont d'une grande hardiesse sexuelle. Mais il y a beaucoup plus. Un petit bonhomme qui fait un petit boulot bien gris — mais qui un jour rejette tout et s'embarque pour les étoiles. Un enfant rêveur et solitaire qui vit au-delà de toute limite. Une rencontre avec l'extraterrestre, l'alien, si différent qu'on ne peut ni communiquer avec lui ni même jouir de lui. Une nostalgie du home perdu et une aspiration au retour d'exil impossible à satisfaire. Les rêves se réalisent, mais à quel prix ! Tiptree entre en contact avec cette voix au fond de nous qui se fait entendre au milieu de la nuit, chantant tour à tour le cauchemar, la quête d'un ailleurs immatériel et le repos de l'âme. »

Du rire et de l'horreur.
Une autrice captivante, pouvant passer du registre hilarant à celui de la plus profonde noirceur.
Une femme dont la vie semble avoir été peu simple. Étonnante en tout cas.
(La longue préface la présente.)
Bon, c'est loin d'être une nouveauté (mon exemplaire date de 1986) et je ne crois pas que ce soit disponible facilement (de manière légale tout du moins).
Si vous tombez sur ce truc, il peut vous réjouir comme vous mettre mal à l'aise. Incontournable.
(Comme le sont tous les volumes de cette collection, d'ailleurs.)


Et, oui, pour ceux qui se poseraient la question,
trois mojitos et deux Caipirinhas, si c'est bu dans l'heure, ça le fait.
Grave ! :copains:
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1796
Inscription: 07 Fév 2013, 21:01

Re: ::: S - F :::

Messagepar Algernon » 15 Mai 2018, 17:12

mike2000 a écrit:S'il n'en reste qu'un, ce sera Philip K Dick !

« La porte de Tannhäuser »
Une fiction écrite par Philippe Alkemade et réalisée par Michel Sidoroff. Voici l’histoire et la vie d’un auteur maître de la science-fiction, un homme aussi instable que perspicace, fasciné par la notion de réel et les limites de l’humain: Philip K.Dick. Notre invité, Ariel Kyrou, lui a consacré un documentaire.


https://www.franceinter.fr/emissions/af ... 1-mai-2018

Dommage que, pour la "vulgarisation" auprès du grand public, le nom de Philip K. Dick soit associé régulièrement et surtout à Blade Runner
Il est parfaitement superflu de connaître les choses dont on parle. Je dirais même que la sincérité en général dénote un certain manque d'imagination.
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 18243
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

PrécédenteSuivante

Retourner vers Livres / Magazines / BD

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité