Les films vus en salle ou chez vous

Films, DVD, séries, petit ou grand écran... Que ce soit en lien ou non avec la musique.
bibabeuloula
Super contributeur
Super contributeur
Messages : 264
Enregistré le : dim. 4 août 2019 18:13
Localisation : Sud

Re: Les films vus en salle

Message par bibabeuloula » mer. 19 févr. 2020 13:28

Dans les Alpes chez des amis nous décidons d’al au cinéma, ce soir ils passent « les traducteurs ».
On y va, moi sans grande envie.
Bref, c’est la cata; Lambert Wilson qui joue le méchant en fait des tonnes, les acteurs étrangers parlent avec un accent on comprend mal, le scyest en bois.
Prenez le crime de l’orient express, ajoutez une grosse rasade de « usual suspect « mélangez bien le tout et vous aurez un enieme film français en bois.

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 550
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: Les films vus en salle

Message par Cooltrane » mer. 19 févr. 2020 17:04

bon, un grosse rasade de films sur l'état de droits des femmes dans les pays muslim

Les films vus récemment avec les collègues


Papicha : (Algérie) Encore un film qui dénonce le manque de droits de la femme arabe, mais ici, on remonte au tout début des 90’s avec ma montée du FIS et du GIA à Alger. A l’université, Nedjma (surnom Papicha) et ses copines sont surtout obnubilées par des question s de modes, et elles font régulièrement le mur du dortoir féminin, pour s’éclater en boite. La plupart des conversations du film tournent autour de chiffons, paillettes, fards et vernis, ce qui semble surtout trop superficiel pour les autorités et trop pour les intégristes. Toute prises dans son envie d’indépendance, l’héroïne tente d’organiser son défilé de mode autour d’une toile de base (le haïk) sur le site de l’unif, mais ne tient pas suffisamment compte de la montée de l’intégrisme. Son aveuglement finira en catastrophe quand intégristes les prennent de plus en plus pour cibles. Certains dialogues sont très bien tapés, et si la plupart des hommes sont ouverts, ils ont tendance à courber l’échine sous la pression des intolérances religieuses, en l’absence de réactions crédibles de l’état. Bref, on assiste à une démission générale, que seules quelques étudiantes combattraient, ce qui ne les empêchent pas d’aller s’éclater sur la plage en maillot sans être inquiétées le moins du monde. Bref, mettez les voiles ou porter le, quoi!!

Les dialogues sont assez difficiles à digérer, car tout le monde commence ses phrases en arabe et la termine en français ou l’inverse, du coup, suivre les s/t efficacement devient une gageure, donc mieux vaut prendre le parti de lire le film plutôt que de l’écouter. Si l’histoire serait inspirée de faits réels (ce dont on ne doute pas un instant), la réalisatrice se perd dans son militantisme au point de rendre le combat mené à l’écran relativement peu crédible. Malgré tout, il est difficile de rester insensible aux évènements, même si cela remonte (déjà) à 30 ans. 6/10


Widows of Silence : (Cachemire) Dans la province septentrionale de l’Inde, à majorité musulmane, il y a des villages perdus dans les montagnes arides (mais superbes) qui ne sont plus habités que par des femmes et leur progéniture. Seul un sympathique chauffeur de taxi relie ses hameaux vers la ville et pour que l’une d’entre elle entreprenne les démarches auprès d’une administration inefficace et corrompue (pour ne pas dire complice) pour officialiser son statut de veuve, pour hériter des biens et continuer à survivre tant bien que mal (surtout le 2è). Certaines dénoncent les forces gouvernementales qui viennent arrêter les hommes pour les interroger, mais l’ennemi invisible rôde aussi (des gardiens de poste de garde sont tués).

Si les paysages sont souvent grandioses (pourtant Srinagar et autres clichés touristiques sont loin, et pas de Jonathan Cosey en vue) et l’histoire (car, si j’ai bien lu, c’en est une) relativement poignante, le film nous ennuie avec des longueurs et répétitions de scènes, souvent faites de caméra et plans fixes. Le point de vue choisi (clairement anti-gouvernemental) pour cette dénonciation et le contexte politique sans fin, votre serviteur se demande si la situation des hommes (morts, souvent) n’est pas encore plus pénible que celles des veuves; du coup, le militantisme féministe dénonciateur se trouve un peu à côté de ses pompes sur ce cas-ci. 6/10



Et zou, encore deux films sur les conditions des femmes arabes, vus le w–e dernier avec ma compagne.

Adam : Comme quasi-toute la société Casablancaise, une boulangère veuve rejette par deux fois une fille-mère visiblement très enceinte. C’est la fille de la première qui lui fera changer d’avis en ouvrant la porte, mais pas son humeur acariâtre. La future maman recherchant autant du boulot qu’un toit, à bien l’intention d’abandonner le bébé à sa naissance : mais pour l’instant, elle se révèle particulièrement utile en cuisine avec ses recettes familiales qui apporte foule de l’autre côté du comptoir. Aussi bien l’une que l’autre sont assez taiseuse, et il faudra du temps pour que les deux héroïnes se racontent à l’autre. Ce qui donnera d’ailleurs des scènes intimes magistrales, autant pour la Belga Azabal, que pour la beaucoup moins connue Nisrin Erradi. Ah oui, avant que je n’oublie, Adam, c’est le nom du futur nouveau-né.

Deuxième film de Myriam Touzani, après son rôle dans l’excellent Razzia, elle passe derrière la caméra dans ce drame très intimiste avec l’aide de l’expérimenté Ayouch (auteur de Razzia et de bien d’autres) et le résultat est assez magistral…. Même si c’est un film qui réussirait haut la main le test Delbeck, où les hommes tiennent des rôles mineurs, ne se parlent pas entre eux, et seulement à propos des deux dames en question; mais il reste poignant et donne du grain à torréfier, pour accompagner les quelques délices présentés à l’écran. Mais je suppose que rien que de le signaler (le test Delbeck) fait de moi un machiavélico-manichéen obscurantiste qui rêve de garder les femmes enceintes et à la cuisine (et c’est le cas dans ce film, puisque le huis-est-clos). Certes, la réalité de la société marocaine étant ce qu’elle est, il n’y a pas de rôles masculin méchant – ou même vraiment mesquin (les femmes rejetteuses valant bien leurs hommes) -, tout juste une mentalité générale induite par le « religiarcat » (et non le patriarcat). Amateurs de blockbusters superslipards s’abstenir. 8/10


Un Divan à Tunis (Tunisie) : Une jeune beurette psychiatre fraichement diplômée à Paris revient au bled pour installer son cabinet sur le toit de la maison de sa tante. Parmi les clients, y passent : la très caricaturale esthéticienne (une ex-paysanne qui se la pette), l’homo refoulé de service, le névrosé des micros et services secrets, et biens d’autres. Autres clichés abordés : la corruption et l’incompétence administrative, les pressions de toutes parts, les vautours sentant le beau coup à jouer, l’incompréhension d’un retour vers le bled, etc. Sans compter la police locale parfois plus parfois moins pourrie, le portrait de Freud surmonté du chapeau turc, etc.

Bien que les 2/3 du film soit traité en comédie (parfois très drôle), il joue aussi sur les clichés bilatéraux (trop) faciles (une « française » qui reçoit avec un divan est forcément une pute et d’autre part l’héroïne qui s’installe sans demander permission à l’administration), le dernier tiers prends un tour plus sentimental et grave. Il faut dire que le film se déroule entièrement ou presque en français, ceci n’aidant pas le côté plus sérieux du film (le chronique sociale). La délicieuse iranienne Golshifteh Farahani illumine cette comédie qui en oublierait presque d’être romantique, ce que la dernière scène rattrapera in extrémis. 7/10

Avatar du membre
Witchy
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 351
Enregistré le : sam. 27 juil. 2019 15:42

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Witchy » dim. 23 févr. 2020 21:43

Image

Je me suis permis de modifier le titre du sujet en ajoutant "ou chez vous".

Film vu à l'instant, mais pas en salle : Juliet Naked. Adaptation cinématographique du roman de Nick Hornby portant le même titre.

Je m'attendais à être déçue, et ça n'a pas loupé. J'ai adoré le livre de Nick Hornby, je l'ai dévoré. Les personnages y sont succulents, c'est drôle, passionné, passionnant. D'ailleurs, si vous ne l'avez pas lu, je vous le conseille fortement. Il y est question d'une communauté de passionnés de musique qui communique par le biais d'un site (ou d'un forum). Ça nous démontre entre autres à quel point on peut être à côté de la plaque concernant l'oeuvre d'un musicien, ce qu'on en imagine et ce qu'il en est vraiment.

L'adaptation de ce roman au cinéma ? D'abord, le film n'est pas fidèle au roman, il y a de grandes différences. Le réalisateur nous embarque dans une comédie sentimentale dépouillée de tout ce qui fait le charme du livre. D'une part, si on n'a pas lu le livre, on ne peut pas vraiment comprendre l'histoire en regardant le film tant il est vidé de sa substance la plus importante. Et quand on a lu le livre, on ne peut être que déçu par ce que le réalisateur en a fait. Un grand gâchis.

Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 391
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par The lad » dim. 23 févr. 2020 23:52

Les Misérables de Ladj Ly : une énorme baffe. J'en suis ressorti complètement secoué.
En revanche, je suis ensuite allé voir "The Gentlemen", catastrophique…
#rampalsound

Avatar du membre
Monsieur-Hulot
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 615
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 06:40
Localisation : Third Stone From The Sun

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Monsieur-Hulot » lun. 24 févr. 2020 07:26

Dans un jardin qu'on dirait éternel en avant première, sortie prévue le 1er avril ...un film CALME et SILENCIEUX sur la cérémonie du thé au Japon, avec Kirin Kiki (la vieille dame des "Délices de Tokyo" de N.Kawase) en sortant on nous a distribué une pochette hermétique de thé avec la recette et l'affiche du film. Puis je suis sorti et là, c'était La Canebière, le choc culturel, sonore, temporel ....
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS.

Avatar du membre
gabuzomeuzomeu
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 1386
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36
Localisation : Dans les rades
Contact :

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par gabuzomeuzomeu » lun. 24 févr. 2020 08:01

Monsieur-Hulot a écrit :
lun. 24 févr. 2020 07:26
Dans un jardin qu'on dirait éternel en avant première, sortie prévue le 1er avril ...un film CALME et SILENCIEUX sur la cérémonie du thé au Japon, avec Kirin Kiki (la vieille dame des "Délices de Tokyo" de N.Kawase) en sortant on nous a distribué une pochette hermétique de thé avec la recette et l'affiche du film. Puis je suis sorti et là, c'était La Canebière, le choc culturel, sonore, temporel ....
Passer de la cérémonie du thé des japonais à celle du pastaga ou de l'anisette ça c'est de l'éclectisme !
Dans ce style, alterner le théâtre du Nô et une représentation de la scène de la partie de cartes sur la Canebière ... Un autre choc culturel explosif :cookzzz: :hello:
Je ne veux conseiller à personne de faire quoi que ce soit, mis à part essayer de rester en vie. C’est mon conseil : ne meurs pas

En ligne
Avatar du membre
Roulie
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 680
Enregistré le : lun. 5 août 2019 11:02
Localisation : Rijsel (Lille)

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Roulie » lun. 24 févr. 2020 08:58

The lad a écrit :
dim. 23 févr. 2020 23:52
Les Misérables de Ladj Ly : une énorme baffe. J'en suis ressorti complètement secoué.
Tu m'étonnes !
Esthétiquement réussi aussi.
Y'a de très jolis plans, notamment certains au drone. :)
Le 106 mars, le millième doudou vivant a été certifié par l'Office informel des enfants crédibles.
Alain Damasio

bibabeuloula
Super contributeur
Super contributeur
Messages : 264
Enregistré le : dim. 4 août 2019 18:13
Localisation : Sud

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par bibabeuloula » lun. 24 févr. 2020 17:25

Vu sur Netflix " Soni"

une jeune policière de Delhi et son directeur général, Kalpana, doivent faire face à une montée croissante de crimes violents contre les femmes.
C'est surtout un film qui montre les grandes difficultés des femmes dans ce pays par rapport au machisme, le harcèlement sexuel et les inégalités entre les sexes.
Ensuite on à affaire à un milieu qu'on connait peu, l'Inde, la police indienne, c'est assez dépaysant, et les actrices sont bonnes.
Un film que je trouve mélancolique et ça va bien.

Image

Image

Avatar du membre
Pilgrim
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 90
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 09:18
Localisation : Val d'Oise
Contact :

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Pilgrim » lun. 24 févr. 2020 18:54

The lighthouse..C'était prometteur mais je me suis bien fait chier.Deux gardiens de phare qui deviennent barjots sans que l'on sache si c'est dans leur tête ou si ils sont en train de rejouer une scène primitive.
Mais le symbolisme est lourdingue (les sirènes ,les dieux dieux antiques,Neptune etc.. jusqu'à la dernière scène bien pompée sur le Malpertuis de Jean Ray qui avait été adapté au cinéma dans les années 70.

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2403
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par nunu » lun. 24 févr. 2020 19:14

Pilgrim a écrit :
lun. 24 févr. 2020 18:54
The lighthouse..C'était prometteur mais je me suis bien fait chier.Deux gardiens de phare qui deviennent barjots sans que l'on sache si c'est dans leur tête ou si ils sont en train de rejouer une scène primitive.
Mais le symbolisme est lourdingue (les sirènes ,les dieux dieux antiques,Neptune etc.. jusqu'à la dernière scène bien pompée sur le Malpertuis de Jean Ray qui avait été adapté au cinéma dans les années 70.
Moi j'ai adoré vu dans une petite salle de cinema. Dafoe m'a fait flippé ce salaud (deja qu'il est inquietant dans des roles normaux)

Avatar du membre
Monsieur-Hulot
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 615
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 06:40
Localisation : Third Stone From The Sun

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Monsieur-Hulot » mar. 25 févr. 2020 08:38

Ah ben comme il y a marqué "ou chez vous" du coup hier soir sur Arte je me suis régalé avec ALMANYA sur l'histoire d'une famille Turque qui emmigre en Allemagne et sinon, l'aut' soir j'ai ENFIN vu ...Rain Man ! Voui, j'ai des lacunes, toujours pas vu Apocalypse Now non plus...Rain Man, la muzak et les brushings houlala par contre Dustin au top, j'ai bien aimé mais ça a vieilli à cause de la mode qui se démode. Faut pas mettre de musique dans les films SAUF des trucs improbables : Nino Rota, Ennio, le danube bleu et basta !
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS.

Avatar du membre
Pills
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 319
Enregistré le : mar. 3 sept. 2019 19:16

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Pills » mar. 25 févr. 2020 10:29

Que des films vus à la maison ces derniers jours :

Ready player one de Spielberg : Le mec a plus de 70 ans et parviens à réaliser des films frais et actuels, chapeau. Je n'ai pas cherché à trouver toutes les références du films et je ne me suis pas focalisé dessus mais il y a l'air d'en avoir un paquet. Le scénario n'est pas incroyable d'originalité mais ça fonctionne bien, il y a de très belles images, les acteurs sont bons et les effets spéciaux bien travaillés. J'ai passé un bon moment, c'est du beau spectacle :

99 Francs de Jan Kounen : Je l'avais déjà vu il y a longtemps et j'avais envie de le revoir comme je me suis passé Dobermann. Dujardin est vraiment bon dans le film. C'est cynique avec des moments humoristiques bien sentis. Il y a des plans et des effets de caméras vraiment intéressant et c'est toujours un peu décalé avec Jan Kounen, expérience de l'ayahuasca oblige. Avec la fin alternative ça tire trop sur la longueur ce qui est un peu dommage.

Love de Gaspar Noé : Bon je suis amoureux du cinéma de Noé et je ne vais donc pas être très objectif. Love était le dernier film de Noé que je n'avais pas vu, le côté film de boule ne me chauffait pas trop. Comme toujours avec Noé il y a un travail de la caméra que je trouve hallucinant. Au niveau de la photographie il est toujours accompagné de Benoît Debie c'est donc magnifique. Je ne trouve finalement pas que ça fasse film de boule, les scènes d'amour sont humaines et réalistes. Le scénario et les dialogues sont assez basiques comme bien souvent chez Noé mais ce n'est vraiment pas ce qu'il faut chercher quand on regarde un de ses films. Il y a des moments que je trouve touchants notamment à la fin quand le père prend son enfant dans ses bras dans la baignoire et fond en larme en s'excusant presque de l'avoir mis au monde parce que la vie est violente et c'est au final l'enfant qui va réconforter son père. Je n'ai pas pu voir le film en 3D mais il paraît qu'il y a un réel travail la dessus et que c'est un vrai apport technique et cinématographique. Il reste dans le bas du tableau des films de Noé.

Les Affranchis de Scorcese : Depuis le temps qu'on me vend ce film je suis enfin passé à l'action (après je ne suis pas forcément fan de film de mafieux et de Scorcese). J'ai passé un bon moment même si au final je dois dire que ça ne m'a pas transcendé. Je trouve le film trop long et les thèmes assez classiques, c'est même un peu cliché par moment, la narration avec la voix off sur un plan arrêté ça va une fois après ça commence à devenir lourd. Si j'avais vu le film en 1990 je n'aurai certainement pas le même discours. Cependant, il y a des moments drôles avec de bons dialogues, une bonne BO et les acteurs sont vraiment bons, c'est un film de gangster donc c’est divertissant.

Doctor Sleep de Mike Flanagan : Film qui se veut la suite du Shining de Kubrick. J'ai plutôt passé un bon moment même s'il y a quelques longueurs. Il y a également beaucoup de références et de fan service ce qui va faire plaisir à certains et en ennuyer d'autres. J'ai eu un peu de mal avec le jeu des acteurs de la bande de hippie et aussi avec le choix visuel qui a été fait pour représenter l'absorption du Shining. Le film ne fait pas vraiment peur mais il y a une BO plutôt bien travaillé qui ajoute un côté angoissant. Il y a de beaux plans même si c'est très tourné vers Kubrick, donc manque d'originalité. Les scènes qui représentent le déplacement de l'esprit des personnages sont réussies. Plutôt agréablement surpris.

En ligne
Avatar du membre
Roulie
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 680
Enregistré le : lun. 5 août 2019 11:02
Localisation : Rijsel (Lille)

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Roulie » mar. 25 févr. 2020 10:47

Pills a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:29
Love de Gaspar Noé : Bon je suis amoureux du cinéma de Noé et je ne vais donc pas être très objectif. Love était le dernier film de Noé que je n'avais pas vu, le côté film de boule ne me chauffait pas trop. Comme toujours avec Noé il y a un travail de la caméra que je trouve hallucinant. Au niveau de la photographie il est toujours accompagné de Benoît Debie c'est donc magnifique. Je ne trouve finalement pas que ça fasse film de boule, les scènes d'amour sont humaines et réalistes. Le scénario et les dialogues sont assez basiques comme bien souvent chez Noé mais ce n'est vraiment pas ce qu'il faut chercher quand on regarde un de ses films. Il y a des moments que je trouve touchants notamment à la fin quand le père prend son enfant dans ses bras dans la baignoire et fond en larme en s'excusant presque de l'avoir mis au monde parce que la vie est violente et c'est au final l'enfant qui va réconforter son père. Je n'ai pas pu voir le film en 3D mais il paraît qu'il y a un réel travail la dessus et que c'est un vrai apport technique et cinématographique. Il reste dans le bas du tableau des films de Noé.
Je l'avais vu au cinéma à sa sortie (en 3D d'ailleurs), j'avais pas aimé (c'est un euphémisme).
Je l'avais trouvé incroyablement chiant (désolé j'ai pas d'autre mot). Les scènes de sexe ne m'ont pas du tout passionné, et il n'y a que ça (sans ça le film dure 20 minutes). Et c'est également la fin la plus interminable que je me souvienne : pendant 10 minutes, chaque fin de plan semble sonner la fin du film, mais nan, ça reprend à chaque fois.

C'est avec "Jacky au Royaume des Filles" l'un des deux films où j'ai le plus hésité à me barrer de la salle (ce que je ne fais jamais, j'aime pas arrêter une histoire en cours de route). Dès la scène d'ouverture je n'attendais qu'une chose : le générique de fin. :hehe:
Je pense que je n'ai juste pas compris l'intérêt du film.
C'est aussi le seul Noé que j'ai vu (ou alors je n'en ai aucun souvenir). Son cinéma ne me parle peut-être tout simplement pas.
Je n'étais d'ailleurs pas allé voir son suivant au cinéma non plus, Climax - qui me paraissait pourtant plus intriguant, mais l'expérience du précédent ne m'avait pas donné une envie de reviens-y. :cote:
Le 106 mars, le millième doudou vivant a été certifié par l'Office informel des enfants crédibles.
Alain Damasio

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2403
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par nunu » mar. 25 févr. 2020 10:52

Doctor sleep ne se veut pas la suite de shining de Kubrick mais bien l'adaptation du livre doctor sleep qui est la suite du livre de king

Avatar du membre
Pills
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 319
Enregistré le : mar. 3 sept. 2019 19:16

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Pills » mar. 25 févr. 2020 10:59

Roulie a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:47
Pills a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:29
Love de Gaspar Noé : Bon je suis amoureux du cinéma de Noé et je ne vais donc pas être très objectif. Love était le dernier film de Noé que je n'avais pas vu, le côté film de boule ne me chauffait pas trop. Comme toujours avec Noé il y a un travail de la caméra que je trouve hallucinant. Au niveau de la photographie il est toujours accompagné de Benoît Debie c'est donc magnifique. Je ne trouve finalement pas que ça fasse film de boule, les scènes d'amour sont humaines et réalistes. Le scénario et les dialogues sont assez basiques comme bien souvent chez Noé mais ce n'est vraiment pas ce qu'il faut chercher quand on regarde un de ses films. Il y a des moments que je trouve touchants notamment à la fin quand le père prend son enfant dans ses bras dans la baignoire et fond en larme en s'excusant presque de l'avoir mis au monde parce que la vie est violente et c'est au final l'enfant qui va réconforter son père. Je n'ai pas pu voir le film en 3D mais il paraît qu'il y a un réel travail la dessus et que c'est un vrai apport technique et cinématographique. Il reste dans le bas du tableau des films de Noé.
Je l'avais vu au cinéma à sa sortie (en 3D d'ailleurs), j'avais pas aimé (c'est un euphémisme).
Je l'avais trouvé incroyablement chiant (désolé j'ai pas d'autre mot). Les scènes de sexe ne m'ont pas du tout passionné, et il n'y a que ça (sans ça le film dure 20 minutes). Et c'est également la fin la plus interminable que je me souvienne : pendant 10 minutes, chaque fin de plan semble sonner la fin du film, mais nan, ça reprend à chaque fois.

C'est avec "Jacky au Royaume des Filles" l'un des deux films où j'ai le plus hésité à me barrer de la salle (ce que je ne fais jamais, j'aime pas arrêter une histoire en cours de route). Dès la scène d'ouverture je n'attendais qu'une chose : le générique de fin. :hehe:
Je pense que je n'ai juste pas compris l'intérêt du film.
C'est aussi le seul Noé que j'ai vu (ou alors je n'en ai aucun souvenir). Son cinéma ne me parle peut-être tout simplement pas.
Je n'étais d'ailleurs pas allé voir son suivant au cinéma non plus, Climax - qui me paraissait pourtant plus intriguant, mais l'expérience du précédent ne m'avait pas donné une envie de reviens-y. :cote:
Je comprends que l'on puisse trouver le film chiant et c'est d'ailleurs le cas de pas mal de personnes. Après comme je l'ai écrit il est dans le bas du tableau de Noé et il y a plus une recherche de la contemplation et de l'esthétique chez Noé ce qui ne plait pas forcément à tous... les dialogues et les scénarios sont souvent assez anecdotiques... Pour Climax il s'agit certainement de ma plus grosse claque au cinéma, je suis sorti du film complétement retourné. J'avais la même sensation qu'après des soirées sous acides mais en ayant rien pris donc c'est assez perturbant.
nunu a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:52
Doctor sleep ne se veut pas la suite de shining de Kubrick mais bien l'adaptation du livre doctor sleep qui est la suite du livre de king
Je n'y connais rien à King mais tel que le film est présenté dans sa scène d'ouverture et à différents moments du films, les nombreuses reprises des techniques et des plans de Kubrick, tout cela donne l'impression d'être une suite de Shining. Il y a justement un manque d'autonomie de cette oeuvre.

En ligne
Avatar du membre
Roulie
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 680
Enregistré le : lun. 5 août 2019 11:02
Localisation : Rijsel (Lille)

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Roulie » mar. 25 févr. 2020 11:51

Pills a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:59
et il y a plus une recherche de la contemplation et de l'esthétique chez Noé ce qui ne plait pas forcément à tous...
Ça je veux bien le croire, j'ai des souvenirs de très jolis plans parfois, y compris de nus.
Le 106 mars, le millième doudou vivant a été certifié par l'Office informel des enfants crédibles.
Alain Damasio

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2403
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par nunu » mar. 25 févr. 2020 11:57

Pills a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:59

nunu a écrit :
mar. 25 févr. 2020 10:52
Doctor sleep ne se veut pas la suite de shining de Kubrick mais bien l'adaptation du livre doctor sleep qui est la suite du livre de king
Je n'y connais rien à King mais tel que le film est présenté dans sa scène d'ouverture et à différents moments du films, les nombreuses reprises des techniques et des plans de Kubrick, tout cela donne l'impression d'être une suite de Shining. Il y a justement un manque d'autonomie de cette oeuvre.
Au début du bouquin si je me souviens bien il y a des références a Shining. Et au tout début je crois qu'il se remémore DIck Halloran le cuisinier de l'Overlook. Apres il vaut mieux avoir lu Shining pour bien comprendre Dr Sleep .

Avatar du membre
gabuzomeuzomeu
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 1386
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36
Localisation : Dans les rades
Contact :

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par gabuzomeuzomeu » mar. 25 févr. 2020 13:26

Noé est le cinéaste qui a fait sortir le plus grand nombre de spectateurs de la salle et ceci pendant la projection d' Irréversible. Ce qui n'était pas mon cas lors de la séance .... Le cinéma derangeant ne me dérange pas comme tout les arts qui choquent d'ailleurs ... par contre la démarche pompière à outrance ça ça me dégoûte :confusezzz: :ghee: :rollin: va falloir que je rapatrie le smiley "Raoul la gerbe"
Je ne veux conseiller à personne de faire quoi que ce soit, mis à part essayer de rester en vie. C’est mon conseil : ne meurs pas

Avatar du membre
Pills
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 319
Enregistré le : mar. 3 sept. 2019 19:16

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par Pills » mar. 25 févr. 2020 13:39

gabuzomeuzomeu a écrit :
mar. 25 févr. 2020 13:26
Noé est le cinéaste qui a fait sortir le plus grand nombre de spectateurs de la salle et ceci pendant la projection d' Irréversible. Ce qui n'était pas mon cas lors de la séance .... Le cinéma derangeant ne me dérange pas comme tout les arts qui choquent d'ailleurs ... par contre la démarche pompière à outrance ça ça me dégoûte :confusezzz: :ghee: :rollin: va falloir que je rapatrie le smiley "Raoul la gerbe"
J'ai attendu des années avant de me lancer sur le visionnage d'Irréversible...je regrette un peu de l'avoir vu dans mon salon, je guette une nouvelle projection au ciné. Je ne sais pas si tu as vu mais le film a été remonté dans le bon ordre l'année dernière par Noé ce qui change grandement le film à priori. Pour la sortie de la version de 2002 il y a une vidéo sur youtube qui montre les réactions à la sortie de Cannes, il y a notamment un réalisateur qui est sorti plus tôt énervé et qui gueulait : "C'est une merde, espèce de grosse merde Noé, on va se retrouver tu vas voir !".

Avatar du membre
gabuzomeuzomeu
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 1386
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36
Localisation : Dans les rades
Contact :

Re: Les films vus en salle ou chez vous

Message par gabuzomeuzomeu » mar. 25 févr. 2020 14:03

Pills a écrit :
mar. 25 févr. 2020 13:39
gabuzomeuzomeu a écrit :
mar. 25 févr. 2020 13:26
Noé est le cinéaste qui a fait sortir le plus grand nombre de spectateurs de la salle et ceci pendant la projection d' Irréversible. Ce qui n'était pas mon cas lors de la séance .... Le cinéma derangeant ne me dérange pas comme tout les arts qui choquent d'ailleurs ... par contre la démarche pompière à outrance ça ça me dégoûte :confusezzz: :ghee: :rollin: va falloir que je rapatrie le smiley "Raoul la gerbe"
J'ai attendu des années avant de me lancer sur le visionnage d'Irréversible...je regrette un peu de l'avoir vu dans mon salon, je guette une nouvelle projection au ciné. Je ne sais pas si tu as vu mais le film a été remonté dans le bon ordre l'année dernière par Noé ce qui change grandement le film à priori. Pour la sortie de la version de 2002 il y a une vidéo sur youtube qui montre les réactions à la sortie de Cannes, il y a notamment un réalisateur qui est sorti plus tôt énervé et qui gueulait : "C'est une merde, espèce de grosse merde Noé, on va se retrouver tu vas voir !".
Merci pour l'info Pills, non je n'ai pas vu le nouveau montage d'Irréversible.
Les critiques et la profession ils sont corporate et tellement soucieux de leur carrière que leurs réactions sont pathétiques. Jean Vigo ou John Waters ne leur doivent rien et dans un autre art Gustave Courbet de même ! :hurt3:
Je ne veux conseiller à personne de faire quoi que ce soit, mis à part essayer de rester en vie. C’est mon conseil : ne meurs pas

Répondre