50 ans, 50 albums

Pour discuter du bon gros rock lourd qui déchire.
Avatar du membre
Slade
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1424
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 21:34
Localisation : Entre ici et là bas

Re: 50 ans, 50 albums

Message par Slade » mer. 30 déc. 2020 12:36

Legend : je ne connaissais que de nom . C'est pas mal du tout .Un potentiel énorme mais inexploité c'est dommage .

Witchfynde : un vrai groupe culte qui a eu la mauvaise idée de sortir ses albums en plein boum de la NWBHM alors qu'il était largement au dessus de la majorité des groupes de l'époque . Il leur a manqué ce petit quelques chose en plus qui attire l'oeil du public que Venom bien moins talentueux a su exploiter . Rien à jeter dans leur discographie et le groupe tourne encore en Angleterre avec deux membres originaux .

Trouble : je suis moins enthousiaste . J'aime bien mais c'est loin d'être un groupe indispensable en ce qui me concerne bien sûr .

Sortilège : Que dire ? A part Vulcain , Trust et dans une moindre mesure Speed Queen les groupes de hard/heavy français des 80' m'ont toujours fait sourire . Un look souvent ridicule , des chanteurs qui imitent (mal) les chanteurs anglais en oubliant que la langue n'est pas la même et que les tics musicaux des uns ne va pas nécessairement aux autres et puis souvent mais là c'est pas leurs fautes des productions médiocres. Ceci dit je vais réécouter Sortilège vu que l'excellent site metal-tracker propose l'intégrale plus un bootleg live du groupe en téléchargement ...
I'm a dude, dad

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » mer. 30 déc. 2020 15:18

6. Candlemass : Epicus Doomicus Metallicus


Image


Sortie : 1986
Genre : Doom Metal
Pays : Suède



Les premiers Suédois qui sortent sont donc Candlemass. Mais ça sera pas les derniers vu que c'est un pays qui a produit et qui produit toujours un nombre incalculable de groupe de metal de qualité. Donc Candlemass, les pères du doom suédois dans leur cas on peut qualifier leur musique d'epic doom metal. Tout est dit dans l’appellation. Candlemass c'est le projet d'un homme Leif Edling, bassiste-compositeur du groupe et seul membre du groupe présent depuis le départ. Le disque commence tranquillement avec de la guitare acoustique avant l'entrée de riffs très lourd. Les morceaux sont oppressants, lourds, hypnotique. La voix de Johan Langquist (à l'époque il est chanteur de session et n'est pas membre à part entière du groupe) est parfaitement adapté au groupe et elle sait se faire inquiètante et lourde. Mais le groupe sait aussi évoluer et passer d'un style a l'autre dans le même morceau. Et puis la pochette nous met directement dans l'ambiance, noire, sombre, pessimiste. Doom en sorte.



La avec les 6 premiers on vient de finir les hors d'eouvre, à partir du suivant on rentre dans le metal extreme pour la première fois. Merci à ceux qui suivent ce fil, vous êtes prévenus à partir de maintenant

Avatar du membre
boosty
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 476
Enregistré le : dim. 22 mars 2020 16:33
Localisation : au sud de nulle part

Re: 50 ans, 50 albums

Message par boosty » mer. 30 déc. 2020 18:56

Slade a écrit :
mer. 30 déc. 2020 12:36
Sortilège : Que dire ? A part Vulcain , Trust et dans une moindre mesure Speed Queen les groupes de hard/heavy français des 80' m'ont toujours fait sourire .

essaye une écoute de H-Bomb. le EP "Coup de Metal" de 1983 et l'album "Attaque" de 1984 tiennent bien la route dans le style French Heavy :hurt3:

en tout cas, merci Nunu pour les albums proposés :super:

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » jeu. 31 déc. 2020 12:50

7. Bathory : Under the Sign of the Black mark


Image

Sortie : 1987
Genre : Black Metal
Pays : Suede



Black metal, le mot est lâché. Mais pas n'importe quel Black Metal, celui des origines. Quorthon, le leader de Bathory est celui a qui posé les bases du genre. Cet album sorti en 1987 est le 3 ° du groupe et conclu "la trilogie black metal" du combo. Apres le groupe évoluera dans un nouveau style qu'il aura crée : le Viking Metal. Le mec a crée deux des courants les plus épiques et extrême du metal. C'est pas trop mal. Bathory c'est l'artisanat, enregistré au studio Heavenshore a Stockholm, enfin studio, le terme garage s’appliquerait plus je pense vu l'endroit. Quorthon a enregistré cet album tout seul, assurant tous les instruments. Il nous livre un album violent, sans trop de production avec une voix sombre et caverneuse (qu'il abandonnera par la suite), ce disque est selon Fenriz du groupe Darkthrone "la quintessence du black metal". C'est l'album ultime de la première vague du black metal mais qui par la même occasion y met fin vu que c'est le dernier album purement black du groupe .Et c'est aussi l'album qui a ouvert la voix à ce que l'on a appelé "la seconde vague du black metal" né en Norvège (Mayhem et tout le reste).



Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 753
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: 50 ans, 50 albums

Message par Harvest » jeu. 31 déc. 2020 17:06

J’apprends plein de choses...plus qu’à écouter.

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » jeu. 31 déc. 2020 17:29

Un petit Bathory pour le reveillon ca fait toujours son effet si tu veux faire partir quelques recalcitrants :hehe:

Avatar du membre
Punker paname
Membre prestige
Membre prestige
Messages : 1676
Enregistré le : dim. 6 sept. 2020 21:53
Localisation : Planete terre

Re: 50 ans, 50 albums

Message par Punker paname » ven. 1 janv. 2021 00:59

Superbes tes chronique Nunu visiblement on partage les mêmes gouts en Metal :cote:

le Metal je m'y mis suis très sérieusement vers la fin 1983 grâce à un pote Hardos qui trainait avec nous dans notre petite bande de Painques et qui m'avait branché sur Witchfynde et Venom dont j'avais craqué sur leurs disques, au grand dam et désespoir de certains de mes potes Painques un brin sectaires :cote: :hehe:

Avant ça en Hard Rock j'etais un peu bloqué sur Black Sabbath, Blue Oyster Cult, Blue Cheers,Motorhead , sur quelque trucs Hard et Heavy Psych des 70's bien sur, et Girlschool en partie parce que j'avais appris que Gil Weston l'ancienne bassiste du groupe Punk Killjoys les avait rejoint a partir de leur troisième Lp de 1982 et aussi parce que c'était des copines de Lemmy ;) .

Et pour l'Australie sur ACDC et Rose Tattoo mais bon c'est parce que j'ai toujours adoré les groupes Australiens, fan des Saints et Radio Birdman oblige ;)
Sortilège : Que dire ? A part Vulcain , Trust et dans une moindre mesure Speed Queen les groupes de hard/heavy français des 80' m'ont toujours fait sourire . Un look souvent ridicule , des chanteurs qui imitent (mal) les chanteurs anglais en oubliant que la langue n'est pas la même et que les tics musicaux des uns ne va pas nécessairement aux autres et puis souvent mais là c'est pas leurs fautes des productions médiocres. Ceci dit je vais réécouter Sortilège vu que l'excellent site metal-tracker propose l'intégrale plus un bootleg live du groupe en téléchargement ...
Slade tu serait étonné du nombre de musiciens qui sont des pointures du Thrash et du Death Metal Americain et même du Brésil ou des pays de l'Est qui adorent nos groupes de Hard et Heavy Français des années 80 et même qui les citent comme faisant parti de leurs influences... :cote:
Amateur d'étrangetés Vinyliques tournant en 33 et 45 tours des quatre coins de la planète et de bacs de soldes les plus poussiéreux et les plus improbables.

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » ven. 1 janv. 2021 18:33

8.Helloween-Keeper of the Seven Keys, part I



Image

Sortie : 1987

Pays : Allemagne

Genre : Power Metal



Le Power Metal c'est grosso modo du heavy metal joué vite avec des mélodies mises en avant, des morceaux simples avec refrains accrocheurs, du clavier (surtout aujourd'hui ou c'est la surenchère) et des thèmes tournant autour de la fantasy et de la mythologie. Le Power est un genre surtout pratiquer dans les pays Européens : Allemagne, Pays Nordiques, Italie, Espagne, Grece, mais aussi en Amérique du Sud et au Japon

Cet album est le deuxieme du groupe, il devait être double à la base mais le label a refusé et le groupe a sorti deux albums, pour ca que celui la s'appelle Part I, la Part II sortira en 1988. Cet album et le premier du groupe avec Michael Kiske, 18 ans que le disque a été enregistré. Il a été embauché pour que Kai Hansen le fondateur du groupe puisse délaisser le chant et se concentrer sur la guitare. Kiske malgré son jeune age a apporté a Helloween énormément de chose dont sa voix, capable d'aller chercher des aigus comme peu de chanteur de son époque. La légere grandiloquence de son chant a influencé une génération entière de chanteurs de metal. La musique est donc tres simple, basé sur le coté fun et entrainant plutot que sur la compléxité, le groupe déroule sans musique de manière tres décontracté sur pas tout a fait 40 minutes. L'album comprend 8 morceaux (dont une outro et une intro) et est considéré comme le disque fondateur du Power Metal Européen. Le Power je m'en suis lassé sauf exceptions, la grandiloquence et les surenchère chez certains groupes (Rhapsody et DragonForce pour ne pas les citer) m'a fait m'éloigner du genre à la recherche d'un metal a la fois plus violent et plus complexe sauf exceptions



Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » sam. 2 janv. 2021 17:27

9. Celtic Frost Into the Pandemonium

Image


Sortie : 1987
Pays : Suisse
Genre : avant garde metal, extreme metal



Cet album est le deuxième du groupe Suisse Celtic Frost, la ou le précéent restait très metal et assez classique, celui la va beaucoup plus loin dans l'expérimentation. La pochette représente une partie du tryptique le Jardin des Délices du peintre Néérlandais Jerome Bosch.

Premier morceau de l'album une reprise du groupe de new Wave Wall of Voodoo et leur titre Mexican Radio. Ca situe d'entré ou va aller ce disque, la ou ne l'attend pas. Les fans purs et dus vont crier au scandale et à la trahison mais les plus ouverts d'esprits y verront ce qu'il est, à savoir un des disques majeurs de l'histoire du metal. Apres ce Mexican Radio d'ouverture on repart sur du metal pur et dur avec la voix lourde en plaintive de Tom Gabriel Fisher (ou Tom G Warrior) sur les deux morceaux suivants. Mais on arrive ensuite à tristesse de la Lune et la mes amis, c'est le drame, la trahison ultime un poème de Charles Baudelaire, mis en musique par Martin Eric Ain le bassiste du groupe. Le Morceau n'a rien de metal, le poème est récité par une chanteuse sur une musique joué au violon (il existe dans les bonus une version anglaise du titre, plus metal et chanté par Fisher). Donc on récapitule sur 4 morceaux pour l'instant, deux morceaux metal, un reprise d'un titre de New Wave et un poème de Baudelaire mis en musique, chante par une femme avec des violons. Vous imaginez le gueule des fans du groupe qui découvre ca en 87. mais le pire c'est que la c'est que les hors d'oeuvre.

Les deux morceaux d'apres reviennent aux racines metal avec un son plus black/doom. Par contre apres, la je pense que personne n'était prêt pour le morceau, un mélange de bidouillage indus, collage sonore avec une boite a rythme et des samples de son issus de communication du programme spatial Apollo XI. La suite comprend un morceau vaguement pop et tres dark, un titre qui mélange le metal gothique, le chant féminin et des violons et des cuivres.

Tout ca est posé sur ce disque, sans préavis, pour fomer un patchwork musical totalement improbable et qui a ouvert la voie a de très nombreux groupes a la fois par son coté avant gardistes et son coté plus mélodique avec violons et chant féminin.


andy
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 415
Enregistré le : jeu. 12 sept. 2019 17:15

Re: 50 ans, 50 albums

Message par andy » dim. 3 janv. 2021 10:21

sortilège vu au festival du bourget c était l un des premiers groupes a passer , tout ses groupes français de hard rock j ai pas accroche a l époque et toujours pas maintenant ! sauf stocks mais c était plutôt blues rock , helloween vu en première partie de iron maiden a bercy , excellent en live mais j avais pas achète l album

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » dim. 3 janv. 2021 15:55

10.Sodom-Agent orange


Image
Sortie : 1989

Pays : Allemagne

Genre : Thrash metal


Le petit Sodom du dimanche. Deuxième arrêt en Allemagne avec mon groupe de thrash favori : Sodom (et meilleur groupe thrash de tous les temps mais la c'est le fan qui parle).

Sorti en 1989 cet album est leur 3 °, le deuxième ou ils sont purement thrash. Le disque le plus vendu du l'histoire du thrash allemand, un des rares (voir même le seul je crois) qui a réussit l'exploit de rentrer dans les charts outre Rhin. Mais le thrash c'est quoi (et ca prend un h après le t), c'est grosso modo un style qui mélange la vitesse du punk avec l'agressivité du metal et qui traite souvent de themes politiques et sociétaux. On va dire qu'il y a deux énormes scènes de thrash dans le monde : les Etats Unis plus particulièrement la Bay de San Francisco et New York qui ont donné le Big Four of Thrash avec Slayer, Megadeth, Metallica et Anthrax et l'Allemagne qui a lui aussi son Big Four avec Kreator, Destruction, Sodom et Tankard.


Sodom leur fond de commerce c'est principalement la guerre, dans cet album plus particulièrement la Guerre de Vietnam. Sur la pochette on voit apparaitre le mascotte du groupe, un soldat pourvu d'un masque a gaz et le dont le nom chantonnant (en Allemand tu penses que c'est poétique) est Knarrenheinz (ne me demandez pas si ca veut dire quelque chose j'en sait rien)


9 morceaux et a part le dernier, une reprise poussive de Don't Walk Away de Tank, c'est du gros thrash qui envoie bien même si il y a des morceaux plus calmes comme Remember the Fallen qui nous prouve que Tom Angelripper peut chanter de façon tout a fait correcte quand il veut bien s'en donner la peine (c'est à dire pas souvent)..

Des le premier morceau, Agent Orange malgré son intro tranquille, on se prend un char d'assaut en pleine gueule (ca s'écoute très fort et au casque c'est encore mieux je pense). Batterie frénétique, gros riffs et solos de guitare de Frank Blackfire qui va quitter le groupe apres cet album pour aller rejoindre Kreatoret Tom qui gueule a s'en déchirer les tripes. Et ca continue sur le second morceau, Tired and Red, je pense un de mes 10 morceaux favoris du groupe. Un morceau d'une vitesse et d'une précision diabolique qui se permet meme le luxe de calmer le jeu le temps d'un break acoustique avant de renvoyer la sauce derrière avec une batterie qui redouble d'intensité. Mais si vous croyez que ce titre est rapide, attendez la suite avec le tryptique : Incest, Exhibition Bout et baptism on Fire. Entre ces morceau là on retrouve un titre d'inspiration plus heavy avec Magic Dragon et ses 6 minutes et Ausgebombt morceau que n'aurait pas renié Motorhead avec une basse plus mise en avant. Et comme je l'ai dit seule la reprise de Tank dépareille un peu là au milieu.

C'est le premier album de thrash que je présente mais pas le dernier vu que c'est devenu un de mes styles de metal favoris et que la scène actuelle regorge d'excellents disque du genre.


Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » mar. 5 janv. 2021 19:35

11. Godflesh-Streetcleaner


Image

Sortie : 1989

Pays : Angleterre

Genre : Metal Industriel


Il y a des albums comme ca qui marquent leur époque, Streetcleaner en fait partie. S'il n'est pas le premier disque de metal industriel de l'histoire il est en tout cas celui qui a posé les bases du genre et est réputé aujourd'hui dans le monde du métal comme l'une des oeuvres les plus essentielles et les plus radicales du genre. Derrière Godflesh on a un homme Justin Broadrick, ex guitariste de Napalm Death (il joue sur la première face de Scum le premier album du groupe) et son complice GC Green. Green est a la basse et Broadrick au chant et à la guitare. Et la batterie alors c'est pour le chien ? Non pas pour le chien mais pour la boite a rythme. Programmé par Broadrick. C'est la le coup de génie du groupe, sans cette boite a rythme le groupe ne sonnerait pas du tout pareil. Godflesh c'est meme le seul groupe ou quand ils sont remplacé la batterie électronique par un vrai mec c'était moins bien. La guitare est en retrait, des riffs mais c'est pas le gros du son. La boite a rythme est sauvage, lourde, elle donne le tempo de l'album. Considéré par certains comme le disque le plus lourd jamais réalisé (lourd dans le sens pesant, malsain), cet album qui finalement n'a pas grand chose de metal dans sa musique (les puristes vous diront que c'est pas du metal), ya pas de solos, les riffs sont la mais mis en retrait, les guitares sont aussi sales que la boite a rythme. Le rythme est monolithique, tout est au service de la machine. C'est martial, c'est dérangeant, c'est avant gardiste. Ecoutez le dans le noir, à fond et au casque et revenez en parler apres. Si vous êtes encore en vie. Ce disque est la définition de ce que devrais être le metal industriel. Je crois que je l'ai bien vendu celui-la. Franchement allez l'écouter.


Avatar du membre
Echoes
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 3463
Enregistré le : mer. 2 oct. 2019 13:16
Localisation : Suisssssse

Re: 50 ans, 50 albums

Message par Echoes » mer. 6 janv. 2021 08:28

nunu a écrit :
sam. 2 janv. 2021 17:27
9. Celtic Frost Into the Pandemonium

Image
Que de souvenirs!!

RIP Martin ....
"Les journalistes de rock sont des gens incapables d'écrire qui interviewent des gens incapables de parler pour des gens incapables de lire." Frank Zappa

Avatar du membre
dark pink
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1017
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 18:56
Localisation : Zombie Zoo

Re: 50 ans, 50 albums

Message par dark pink » mer. 6 janv. 2021 09:29

Ya pas mal de trucs que je ne connais pas et pourtant j'en connais plein, mes lardons m'ont abreuvé de ces disques à une époque. C'est intéressant, continue :super:

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » mer. 6 janv. 2021 13:00

12. Nocturnus-The Key


Image

Sortie :1990
Pays : Etats-Unis
Genre : Death metal-metal progressif



Nocturnus, premier album en 1990 et coup de maitre. Mais revenons dans le passé, au milieu des années 80 nait un nouveau style de metal : le death metal qui se caractérise par des guitares très distordues, du blast beat de batterie, du chant guttural et des mélodies complexes avec beaucoup de changement de tempo. Les années 90 vont voir le développement du genre et le voir atteindre son age d'or (on y reviendra j'ai pas mal de disques de death a proposer). Nocturnus vient d'un des endroits qui a donné le plus de groupe de death, la Floride. L'autre grosse scène est la scène scandinave et plus particulièrement Suédoise qui pratique un death metal plus mélodique.
Donc Nocturnus est formé par le batteur chanteur Mike Browning après son départ de morbid Angel (il est parti parce que Trey Azaghtoth le guitariste du groupe lui aurait piqué sa copine). Il recrute plusieurs musiciens dont le jeune et et excellent guitariste Mike Davis. Mais la particularité du groupe c'est que c'est le seul groupe de death de l'époque et l'un des rares groupes de death pur a avoir un clavier. Et surtout a avoir réussit a en faire quelque chose. Et c'est ca qui les a fait se démarquer de la scène de l'époque, un clavier très présent qui est la quasi tout le temps, sur les solos de guitare il y a le clavier, sur les couplets, les refrains il est partout. Il renforce le coté un peu malsain de ce disque. Qui est d'ailleurs un concept album sur un cyborg envoyé du futur en l'an 0 pour tuer le Christ et éviter que le christianisme ne s'implante dans le monde.
C'est hyper technique, ca solote dans tous les sens, sa change énormément de tempo, ca casse le rythme. En plus de la qualité musicale de l'album et même si Browning n'a jamais été le plus grand batteur de metal du monde et est un chanteur bon mais sans plus, le production est pas dégueu. L'album a été enregistré dans la mecque du death metal, au studios Morrisound a Tampa et est sorti sur le label de death : Earache records.


Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » jeu. 7 janv. 2021 13:11

13. Bathory-Hammerheart

Image

Sortie : 1990

Pays : Suède

Genre : metal


Et oui encore Bathory, c'est les seuls qui y seront deux fois pour l'album du basculement complet de Bathory qui quitte définitivement le Black Metal (le précédent album Blood Fire Death montrait déjà une évolution dans ce sens) pour un album Viking Metal. J'ai fait expres de ne pas mettre Viking dans le genre car le Viking Metal n'existe pas (oui je sais on va me dire que je fais mon tatillon) au sens de genre musical. Tout groupe qui parle des Vikings, de mythologie nordique dans ses paroles est qualifié de Viking Metal, donc on peut retrouve qualifié de Viking metal des groupes n'ayant que peu de rapport musicaux entre eux.

Après ce petit point on a droit a quoi dans ce disque ? A un voyage dans la Scandinavie protochrétienne illustré par la pochette de Sir Frank Dicksee intitulée "The Funeral of a Viking". Le voyage est épique, a grand coups de guitares acoustiques, de choeurs, et de riffs particulièrement bien senti et de bruitages fait maison qui nous emmènent tel un cheval au galop vers les Vikings. Les guitares sont moins saturé que d'habitude pour du metal, et si la voix de Quorthon n'est pas toujours juste (on peut même dire qu'il chante faux par moment) il est capable de très bien chanté et d'aller chercher parfois des notes sur lesquels on l'attend pas forcément. L'album ouvre sur Shore in Flames, époque morceau de 11 minutes qui combine toutes les qualités de l'album et aussi ses défauts a savoir un peu trop en faire parfois et être aussi un peu long par moment. Mais c'est un album incontournable dans l'histoire de l'évolution du metal.



Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » ven. 8 janv. 2021 12:55

14.Slayer- Decade of Agression

Image


Sortie : 1991 (enregistré en 90 et 91)
Pays : Etats Unis
Genre : thrash Metal



Tiens voila Slayer avec en plus un Live. Qui porte très bien son nom. C'est le best of Live des 5 premiers albums du groupe. un Live non retouché en studio et même si le premier disque (c'est un double) contient tous les classiques du groupe, le deuxième disque un peu un disque Bonus continue d'enfoncer le clou de la violence. C'est puissant comme jamais, Araya même s'il est parfois un peu limite hurle a s'en déchirer les tripes, le duo King/Hanneman même si c'est pas les plus grands solistes du monde arrache tout sur son passage. Et que dire de Dave Lombardo, the Godfather of Double Bass, le batteur de metal le plus influent de ces 40 dernières années, il envoie comme jamais un batteur n'a envoyé je pense. Devant ca tient la cadence parce que les mecs sont bons mais il contribue largement à la violence de ce disque. Si vous voulez pas écoutez les 5 premiers albums de Slayer, mettez vous ce Live à fond, en 1h30 vous avez tout ce que vous avez besoin de savoir sur le groupe. C'est la fin de la grande période du groupe, Lombardo se barre en 92. Il reviendra plus d'une decennie plus tard mais jamais Slayer ne retrouvera son alchimie comme à l'époque.


Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 753
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: 50 ans, 50 albums

Message par Harvest » sam. 9 janv. 2021 11:27

Houla pas trop vite je suis plus. Peu pas tout écouter sérieusement. Le Godflesh je connaissais et j’aime beaucoup. Les autres faut que je prenne du temps.

Avatar du membre
the Bauten
Membre
Membre
Messages : 34
Enregistré le : ven. 2 août 2019 09:06

Re: 50 ans, 50 albums

Message par the Bauten » sam. 9 janv. 2021 21:39

Intéressant ce sujet, je vais suivre le fil pour savoir si ma décision fut justifiée, au milieu des années 80 d'arrêter l'écoute du "Hard" avec l'arrivée de ces groupes (Venom, Anthrax … et consorts). Peut-être vais-je y découvrir quelques joyaux.

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4516
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: 50 ans, 50 albums

Message par nunu » mer. 13 janv. 2021 09:56

15. Dark Angel : Time does not Heal


Image
Sortie : 1991
Pays : Etats Unis
Genre : Thrash metal


Encore du thrash et dans les années 90 en plus, et oui yen a quelques uns qui ont réussit à survivre. Cet album de Dark Angel est leur 4 ° et dernier. Et c'est surtout leur meilleur. Le groupe se distingue des autres groupes de thrsah par une vitesse encore plus folle, des morceaux plus longs que la moyenne du thrash, des très longs passage instrumentaux et de nombreux changements de tempo. Ils ont gagné le surnom de LA Caffeine Machine.

Sur cet album, un sticker indiquait "9 songs, 67 minutes, 246 riffs!" (en fait selon ceux qui se sont amusé a compter il y en a 223). C'est du thrash qui envoie derrière un super duo de guitariste Eric Meyer et Brett Eriksen. Le premier est le seul membre du groupe a avoir joué sur les 4 albums et Eriksen lui n'a joué que sur ce disque avec le groupe. On ajoute à ça à la batterie et à la composition Gene Hoglan.

On va s'arrêter sur Hoglan quand meme. Avec Slayer je parlais de Dave Lombardo comme l'un des plus grands batteurs de metal, avec Hoglan c'est pareil. Lui a joué dans tellement de groupe hormis Dark Angel : Death, Strapping Young Lad, Fear Factory et aujourd'hui il est toujours dans Dark Angel et dans Testament également. Reconnu pour sa vitesse de jeu, sa vélocité et sa puissance il est surnommé "the Human Drum Machine" et "The Atomic Clock" dans le milieu. Vous avez la, à mon sens la crème de la batterie metal.

Ce disque est réservé a des amateurs, des gens qui aiment à la fois la violence et la complexité. Ce n'est pas un album facile à apprivoiser, peut etre un peu long, une technique de folie qui peut paraitre un peu lourde parfois. Et qui plombe un peu l'inspiration des fois mais les musiciens font le reste, Ron Rinehart est en plus un excellent chanteur. Seul bémol je trouve qu'on entend peut etre pas assez Hoglan.




La on vient de faire 15 albums, on a fini les hors d'oeuvre, on passe à des plus choses plus extremes (même s'il y en a deja eu) et des choses plus expérimentales, plus avant gardistes

Répondre