J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Blues traditionnel ou blues blanc, jazz, soul, funk, c'est ici.
Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » jeu. 21 mai 2020 09:40

Image

Voici un album, sorti en 68, assez particulier dans sa forme. Tout d’abord il possède deux noms, « Hamba Khale! » son nom original, qui est moins connu que son nom d’emprunt « Confluence », il existe également sous le nom d’« Alone Together », mais c’est plus confidentiel. Ensuite c’est également la valse des pochettes, il en existe au moins une dizaine, toutes différentes, selon les éditions et les époques.

Ceci étant dit l’album est somptueux, il célèbre la rencontre entre le saxophoniste Argentin d’origine italienne Gato Barbieri, et le pianiste Sud-Africain Dollar Brand qui deviendra Abdullah Ibrahim, on le voit, rien n’est simple. Pourtant, il y a une certitude, cette musique est évidente, forte et puissante. On y trouve ce qui fera de Gato Barbieri l’un des plus grands saxophonistes de la période, très expressif, viscéral, puisant à la source de Coltrane.

Cet enregistrement témoigne de cette facette-là. « The Aloe and the Wildrose » est un pur déchirement, une sorte de lamentation qui s’étale, béante. Dollar Brand, qui souffre hélas d’une prise de son un peu trop éloignée, réussit par son jeu à maintenir une tension palpable. Il joue également du violoncelle dont le son concourt grandement à la gravité de la pièce. Le très court « Hamba Khale! » d’inspiration Sud-Africaine termine cette première face composée par le pianiste.

La seconde face est dévolue aux compos du saxophoniste qui se composent d’une suite de deux mouvements, le premier se nomme « To Elsa ». Il est dévolu dans un premier au piano de Dollar Brand, puis, au seul saxophone qui improvise une longue introduction, prélude à « Eighty First Street ».

Ce dernier titre est à nouveau renversant, Dollar Brand joue une sorte de psalmodie qui évolue avec une infinie grâce au fil du morceau, tandis que Gato fait gémir et pleurer son saxophone, le tandem nous donne à entendre des sonorités venues des quatre coins du monde, on connaît le goût de Barbieri pour le registre le plus aigu de son instrument et la splendeur des motifs créés par le piano de Dollar Brand, les deux se conjuguent avec une très grande complicité et nous offrent un album référence.

Gato Barbieri / Dollar Brand Jazz Duo – Hamba Khale!

00:00 A1 The Aloe And The Wild Rose
14:24 A2 Hamba Khale
16:39 B To Elsa / 81st Street

Recorded in Milano 16 March 1968

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » ven. 22 mai 2020 04:30

Image

Un album dont il n’est pas aisé de trouver, sur le net, une pochette de taille convenable, seul Discogs est à la rescousse avec cette couverture format timbre, il me faudrait faire une photo de mon LP, mais le courage me manque. Pas grave, la qualité de cet album est inversement proportionnelle à la taille de la pochette. C’est du grand Steve Lacy, en pleine maturité artistique, avec une dimension immense, un jour, dans le futur, les gens s’en rendront compte, quand l’heure sera venue…

« Eh ! Dis t’as écouté Shots ?
- Ben oui, un grand album, c’est bien celui avec Masa Kwate aux percussions ?
- Oui, c’est ça, il y a également Irene Aebi, sa compagne, sur un titre « The Kiss », elle joue du violon et elle chante.
- J’ai eu un peu de mal au début avec sa voix, mais maintenant j’en redemande, finalement cette musique est assez intemporelle, un jour on trouvera l’album au supermarché !
- Sûr, c’est très Zen cette musique, pure et cristalline, l’écouter me fait un bien fou, ils avaient de la chance ceux des années 70, côtoyer un tel génie !
- Oui, mais comme souvent, les génies restent incompris, même si un tel aveuglement c’est quasiment de l’hérésie, la beauté des sons, la force poétique, un monde unique, si personnel, peu d’artistes auront réussi à créer un univers musical aussi fort. L’accompagnement de Masa Kwate, tellement fin et discret, raffiné et classieux, cet album possède quelque chose de sacré, il est habité…
- Je vois que l’on se comprend, mais fait gaffe à l’addiction, une fois je suis rentré dans ce tunnel et j’en suis sorti deux mois après, son œuvre est immense et tu n’es pas près d’en avoir fait le tour !
- Oui, immense, mais déjà, avec ce « Shots » un grand voile se lève et son monde se révèle avec la force tranquille de l’évidence.
- Bon, on se l’écoute ? Il y a un extrait sur le tube! »

Steve Lacy Moms

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 558
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Cooltrane » ven. 22 mai 2020 14:10

pour nos gelbes, un spécial sur le label Blue Note (sous titré de Miles à Trane), ce vendredi sur RTBF 3, même si je trouve que l'accroche (slogan du reportage) est un peu trompeur: "jamais un label n'aura donné autant de liberté à ses musiciens"

ha bon!! :rollin: :siffle:

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » ven. 22 mai 2020 16:04

Image

Gunter Hampel joue du vibraphone, de la flûte de la clarinette et de la clarinette basse, c'est le compagnon de Jeanne Lee, chanteuse. Cet album « Oasis » est paru sur le label Italien Horo en 79 et a été enregistré à Rome en juillet 78.

La première fois que j'ai écouté Jeanne Lee c'était sur l'album The Newest Sound Around, en duo avec le pianiste Ran Blake. Grand choc musical... Ce LP fait le bonheur des mélomanes qui écoutent les standards et les perles s'égrener au sortir des sillons du vinyle, un « must have ».

Des chefs d’œuvres elle en a illuminé pas mal avec sa voix sans vibrato : « Escalator over the Hill » de Carla Bley, « Blase » d'Archie Shepp ou « Afternoon of a Georgia Faun » de Marion Brown. Elle a également chanté aux côtés d'Anthony Braxton, de Mal Waldron, d'Andrew Cyrille... pour n'en citer que quelques-uns.

Gunter Hampel est son compagnon, c'est donc tout naturellement qu'elle deviendra l'une de ses partenaires musicales les plus régulières. Sur ce double LP on peut entendre une magnifique série de duos, mais j'ai presque envie de dire trios tant les espaces, les creux et les silences sculptent le chant pour qu'il n'en subsiste que sa forme la plus pure. Ici, beaucoup d'improvisations lors des interprétations qu'ils prennent le temps de fouiller, d'étendre jusqu'à en extraire le suc...

La voix de Jeanne Lee, souvent dialoguant avec le vibraphone sur le premier album, joue des intensités, des chuchotements, murmures ou voix parlée, chantée ou scat, rien n’échappe à son spectre vocal si ce n’est le cri. Ici la voix est souvent chaude, elle suggère la douceur du velours et semble venir des profondeurs. La complicité avec Gunter Hample est mutine, ils se cherchent, se croisent, se rencontrent, s’en vont chacun suivre leur quête et se retrouvent à nouveau.

Gunter Hampel & Jeanne Lee - One Excerpt From "The Jamaican Suit" By Jeanne Lee

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 23 mai 2020 08:10

Image

Voici un album dont l’original est paru en Turquie à mille exemplaires en 1976. Pas si facile à dénicher, mais heureusement il y a eu des rééditions ces derniers temps. L’album souffre d’une prise de son peu dynamique et peu précise, brouillonne, mais la rencontre est de qualité, principalement entre le batteur percussionniste Okay Temiz et le bassiste Sud-Africain Johnny Dyani qui chante également et joue du piano.

Chacun compose sa face, la première est occupée essentiellement par des compositions traditionnelles turques arrangées par Okay Temiz, il a également composé le titre d’ouverture. C’est un musicien très expérimenté qui a participé à l’éclosion du post-bop en Europe, il a également joué avec Don Cherry dont les conceptions musicales sont à l’œuvre ici.

Johnny Dyani est un musicien très estimé sur la scène musicale, lui aussi a joué aux côtés de Don Cherry à l’époque de l’extraordinaire « Orient » sorti au japon en 1973. D’ailleurs le trio de base était formé par Okay, Johnny et Don, d’une certaine façon cette trinité fonctionne encore sur cet album ou le titre de Don « Elhamdülillah Marimba » est repris par le duo, un des sommets ici.

Deux autres musiciens turcs participent à l’album, Saffet Gündeger joue de la clarinette et du violon, Odüz Durukan de la basse électrique, et, pour finir les présentations, un homme venu du froid, le suédois Gunnar Bergsten au saxophone.

Les deux faces sont d’inspiration très différente, la première, turque consiste essentiellement en une relecture extrêmement modernisée, à l’énergie presque rock, de traditionnels, elle est épatante et sent bon les parfums du Moyen-Orient. La seconde est plus africaine, plus funk et rythmée, elle suscite la danse et respire la sueur, elle s’ouvre au balancement des corps autour d’un feu imaginaire. Regrettons à nouveau ce low-fi, même s’il se fait oublier au fil de l’écoute

Okay Temiz / Johnny Dyani - Elhamdulillah Marimba


Okay Temiz & Johnny Dyani - Witchdoctor's Son - Black Sea Waves


Okay Temiz & Johnny Dyani - Witchdoctor's Son - Orient Trip


Okay Temiz & Johnny Dyani - Witchdoctor's Son - I'm Green Lamp

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 558
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Cooltrane » sam. 23 mai 2020 09:44

^^^
Wow, je n'avais aucune idée du passé scandinave de Okay Temiz :confusezzz: :super:

J'avais écouté via la médiathèque durant les 90's des œuvres dispos (plus des trucs des 90's aussi) et je ne savais pas grand chose de son passé.
Merci pour ce cette avenue de découvertes à venir :hug: .


Cooltrane a écrit :
ven. 22 mai 2020 14:10
pour nos gelbes, un spécial sur le label Blue Note (sous titré de Miles à Trane), ce vendredi sur RTBF 3, même si je trouve que l'accroche (slogan du reportage) est un peu trompeur: "jamais un label n'aura donné autant de liberté à ses musiciens"

ha bon!! :rollin: :siffle:
En fait, le comm qui me faisait douter était un comm de la chaine TV, et pas un sous-titre. le véritable sous-titre s’appelle: "Beyond The Notes"

Bon, c'est pas mal, mais des gros trous et lacunes (par ex, pas un mot sur Out To Lunch de Dolphy, même si on voit défiler la pochette), et terriblement incomplet: on se limite aux nouveaux artistes signés qui montent en déifuication certains maitres et la période bop du catalogue, mais pas un mot sur les 70's.

Mais c'est le genre de rockumentaire (ou jazzumentaire ::d ) que l'on pourrait faire à propos de plus d'un label si pas presque tous (Atlantic/Atco, Impulse!, Columbia, etc... sauf Prestige - comme dit dans le docu :hehe: ) à propos de la liberté de créer données aux artistes.

Bref un truc très partisan, mais on en était certain avant même de le visionner.

Breeeeffff, content de l'avoir vu tout de même. :super:

Avatar du membre
Bebeto
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 818
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 15:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Bebeto » sam. 23 mai 2020 16:14

Douglas a écrit :
sam. 23 mai 2020 08:10
Image
Sacrée pioche, merci pour la découverte. Dès les premières syncopes du premier titre, je savais que ça allait me plaire...
Il faudrait presque un sujet à part entière du jazz et de l'orient.

Cela tombe bien, double hasard, j'écoutais Johnny Dyani, grand voyageur, sur une compile de spiritual cette semaine, Johnny Dyani With John Tchicai & Dudu Pukwana "Magwazacar", et une de mes écoutes de la semaine a été Herbie Mann, Impressions of the Middle East, chez la vénérable Atlantic.
D'habitude Herbie me passe un peu au-dessus de la tête, il me fallait un tropisme oriental pour qu'il me plaise, même si parfois on est dans l'orient vu de l'Occident.
L'album entier est écoutable, mais je préfère ne mettre que deux morceaux, "Incense" et "Odalisque".
***v***
Image
***v***

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 23 mai 2020 17:12

Bebeto a écrit :
sam. 23 mai 2020 16:14

Cela tombe bien, double hasard, j'écoutais Johnny Dyani, grand voyageur, sur une compile de spiritual cette semaine, Johnny Dyani With John Tchicai & Dudu Pukwana "Magwazacar", et une de mes écoutes de la semaine a été Herbie Mann, Impressions of the Middle East, chez la vénérable Atlantic.
D'habitude Herbie me passe un peu au-dessus de la tête, il me fallait un tropisme oriental pour qu'il me plaise, même si parfois on est dans l'orient vu de l'Occident.
L'album entier est écoutable, mais je préfère ne mettre que deux morceaux, "Incense" et "Odalisque".
***v***
Image
***v***
Très chouette les extraits du Herbie Mann, personnellement j'aime beaucoup la flûte et je n'ai aucun problème à écouter ses albums. L'oud, le vibraphone de Roy Ayers, les percus de folie, deux beaux extraits très plaisants, il s'agit plus de faire vivre une musique et des traditions musicales que de rechercher l'authenticité, il y a d'autres albums pour ça...
Merci pour ce retour vers 1967!

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 23 mai 2020 20:59

Image

Après avoir jeté la girafe à la mer en soixante et onze, voici le quatrième album de Jacques Thollot « Cinq Hops » sorti en soixante-dix-huit sur Free Bird. Je l’ai acheté à sa sortie celui-ci, et il m’a eu ! Il y a une forme de cousinage avec les albums de Steve Lacy de la même période, même si ça n'apparaît pas évident: la création d’une œuvre à part, un univers très personnel et très particulier, quand je l’écoute, je le récite, et il est toujours tout aussi beau, aussi magique, cette impression d’arrêter le temps...

L’écriture est tellement libre et hors des sentiers qu’elle est encore neuve, chaque pièce est une construction unique et fragile, un édifice qui se construit de bric et de broc et qui se maintient droit au fil du temps qui passe. Les artisans-musiciens représentent la fine fleur du renouveau du jazz français d’alors, Jean-Paul Céléa, Michel Graillier, François Jeanneau et François Couturier, rien moins que deux pianistes pour fondre le paysage, et puis Élise Ross dont la voix est ici une pièce essentielle, une flèche pointée vers les cieux.

Il se peut que l’on reste étranger ou de marbre face à cette invitation au voyage, le frisson est nouveau et la route inusitée, mais cela n’a pas vraiment d’importance, voyageur, si cette route n’est pas pour toi, choisis-en une autre et poursuis ton chemin…

Jacques Thollot - Cinq Hops


Jacques Thollot "Turning On My Mind"


JACQUES THOLLOT "On the Mountain (For Michèle)"


Jacques Thollot "Trois ans devant, trois ans au-delà, ouf, un an déjà"

Avatar du membre
Bebeto
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 818
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 15:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Bebeto » sam. 23 mai 2020 21:40

Je ne connais pas mais en écoutant les titres que tu proposes, je me dis qu'il a du prendre un petit déjeuner ou deux avec les gars de Soft Machine.

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » sam. 23 mai 2020 22:05

Bebeto a écrit :
sam. 23 mai 2020 21:40
Je ne connais pas mais en écoutant les titres que tu proposes, je me dis qu'il a du prendre un petit déjeuner ou deux avec les gars de Soft Machine.
Sans doute, mais il est né avec le jazz dans le sang, voici une vidéo assez célèbre où il joue de la batterie. J'ai copié les commentaires youtube qui précisent les circonstances.

« Night in Tunisia » avec le batteur Jacques Thollot (13 ans) (1959)


Dans la cave du club Saint Germain, le tout jeune batteur Jacques THOLLOT (13 ans) joue le célèbre thème de Dizzy GILLESPIE , "Night in Tunisia". Il est accompagné par Georges ARVANITAS au piano, Robert GARCIA au saxo ténor, Bernard VITET à la trompette, Luigi TRUSSARDI à la contrebasse.

Avatar du membre
Bebeto
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 818
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 15:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Bebeto » sam. 23 mai 2020 22:24

J'aime bien son univers que j'ai survolé sur YB. Je n'y reviendrai sans doute pas, mais il expérimente. Respect.

Avatar du membre
nunu
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2408
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par nunu » dim. 24 mai 2020 01:44

De Jacques Thollot je ne connais que quand le son devient aigu, il faut jeter la girafe a la mer qui est un excellent album. Je jetterais une oreille sur celui la

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » dim. 24 mai 2020 06:18

Les albums de Jacques Tholllot ont en point commun une sorte de poésie très attachante, mais ils sont assez différents, un album peut en cacher un autre... Sa discographie est assez courte mais passionnante!

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » dim. 24 mai 2020 08:23

Image

André Fertier ne jouit pas d’une très grande réputation, du moins il ne me semble pas. Il a cependant été l’organisateur de cette fabuleuse réunion de musiciens, devenant ainsi l’auteur d’un grand album. « Clivage » fait partie de ces disques que l’on aime écouter entre amis, à la façon d’un partage.

Cet album est une rencontre entre le monde Proche-Oriental et le jazz contemporain. Les percussions sont ici sublimes, elles portent l’album, le caractérisent, c’est Armand Lemal qui en est le maître d’œuvre, en compagnie de Patricio Villaruel aux tablas. La basse, toute en rondeur, vrombit entre les doigts de Claude Duhaut, la guitare, souvent rythmique est jouée par André Fertier qui s’exprime au piano également. D’autres couleurs, aux sonorités iraniennes, s’exhalent du violon ou du santour de Mahmoud Tabrizizadeh, tandis que Jean-Pierre Debarba et ses saxophones, porté et soulevé par ce torrent rythmique s’envole et bourdonne en vibrations puissantes et volontaires.

Pas d’électro ici, des sons acoustiques, de la matière brute et naturelle, pour une rencontre authentique entre voisins méditerranéens, une musique qui flotte et balance aux chaleurs du sud, un dépaysement bien agréable.

André Fertier ‎– Clivage (1976)

00:00 - 10:24 01 - moving waves
10:24 - 22:40 02 - regina astris
22:40 - 34:34 03 - mama swat
34:34 - 39:25 04 - tabarkha


Avatar du membre
DaFrog
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 411
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 15:16

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par DaFrog » dim. 24 mai 2020 08:50

De plus en plus pointu Mister Douglas :)

Ce Clivage m’est complètement inconnu... à découvrir donc !

Thollot, je l’ai découvert il y a longtemps avec sa Girafe, j’ai poursuivi avec celui que tu as présenté, c’est étrange, aventureux mais assez abscons aussi et je n’ai jamais vraiment accroché. À réévaluer mais il y a tant de choses à explorer. Comme le Mann proposé par Bebeto que je ne connaissais pas.
Dynamiteur d’aqueducs :modo:

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 558
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Cooltrane » dim. 24 mai 2020 09:26

^^^^

J'avais découvert cet album via la Médiathèque à Bxl au début des 90's, et j'ai trouvé un CD pirate russe à vil prix 10 ans plus tard, car jamais réédité (vynile ou CD), mais cela doit bien faire 15 ans que je ne l'avais plus écouté. Merci Doug. :chapozzz:

Avatar du membre
Cooltrane
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 558
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 14:18

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Cooltrane » dim. 24 mai 2020 09:33

DaFrog a écrit :
dim. 24 mai 2020 08:50
Thollot, je l’ai découvert il y a longtemps avec sa Girafe, j’ai poursuivi avec celui que tu as présenté, c’est étrange, aventureux mais assez abscons aussi et je n’ai jamais vraiment accroché. À réévaluer mais il y a tant de choses à explorer. Comme le Mann proposé par Bebeto que je ne connaissais pas.
Oui, le Girafe de Thollot aussi en Médiathèque (le seul qu'ils avaient en catalogue), mais sous forme de CD. Jamais acheté un de ses albums (j'aurais dû?)
Celui qui est samplé ne me botte qu'à moitié.

Pour Mann, je ne connaissais pas non plus çui-là (pourtant fin des 60's), mais qqes classiques durant les 70's (ya du bon et de l'exécrable >> disco), y compris le Push Push avec Duane Allman.

Avatar du membre
Bebeto
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 818
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 15:47

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Bebeto » dim. 24 mai 2020 15:32

Douglas a écrit :
dim. 24 mai 2020 08:23
Image
Désolé, je coupe ton texte pour faire court, alors que je trouve que tu écris formidablement et que, à chaque fois, tu prends le temps, chose rare, de présenter le disque. Respect, Douglas.
Bon, c'est pour dire que, un album dont un des titres est "tabarkha", ô mon pais, ô Tou...nisia !", je ne peux qu'écouter. En plus ça va parfaitement avec l'atmosphère des derniers posts.
Enfin, je connais cet hurluberlu (ne cherchez pas de sens, j'avais envie d'employer ce mot), avec un autre disque que j'aime beaucoup et que j'avais à un moment cherché en vinyle. Out of (my) price. Je ne l'ai qu'en misérable mp3.
Il s'agit de Mixtus Orbis, de '79), en terme d'étiquette (on s'en fiche un peu à vrai dire), on est à la croisée, kraut, prog, raga, d'orient, free jazz... Admirable et ambitieux voyage sens dessus-dessous.
Merci encore pour celui que tu proposes, je vais enchainer les deux écoutes, tiens !
***v***
Image
***v***

Avatar du membre
Douglas
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 604
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: J A Z Z - C'est ici qu'on en parle

Message par Douglas » dim. 24 mai 2020 18:26

DaFrog a écrit :
dim. 24 mai 2020 08:50
De plus en plus pointu Mister Douglas :)

Ce Clivage m’est complètement inconnu... à découvrir donc !

Thollot, je l’ai découvert il y a longtemps avec sa Girafe, j’ai poursuivi avec celui que tu as présenté, c’est étrange, aventureux mais assez abscons aussi et je n’ai jamais vraiment accroché. À réévaluer mais il y a tant de choses à explorer. Comme le Mann proposé par Bebeto que je ne connaissais pas.
Je t'engage à persévérer avec Jacques Thollot, d'autre albums valent le détour !

Cooltrane a écrit :
dim. 24 mai 2020 09:26
J'avais découvert cet album via la Médiathèque à Bxl au début des 90's, et j'ai trouvé un CD pirate russe à vil prix 10 ans plus tard, car jamais réédité (vynile ou CD), mais cela doit bien faire 15 ans que je ne l'avais plus écouté. Merci Doug. :chapozzz:
Attention aux pressages russes, surtout pour les rééditions de jazz, souvent la qualité est médiocre et les masters originaux ne sont pas sollicités pour faire de bons pressages, le départ est souvent un simple Cd voire un vinyle...
Bebeto a écrit :
dim. 24 mai 2020 15:32

Désolé, je coupe ton texte pour faire court, alors que je trouve que tu écris formidablement et que, à chaque fois, tu prends le temps, chose rare, de présenter le disque. Respect, Douglas.
Bon, c'est pour dire que, un album dont un des titres est "tabarkha", ô mon pais, ô Tou...nisia !", je ne peux qu'écouter. En plus ça va parfaitement avec l'atmosphère des derniers posts.
Enfin, je connais cet hurluberlu (ne cherchez pas de sens, j'avais envie d'employer ce mot), avec un autre disque que j'aime beaucoup et que j'avais à un moment cherché en vinyle. Out of (my) price. Je ne l'ai qu'en misérable mp3.
Il s'agit de Mixtus Orbis, de '79), en terme d'étiquette (on s'en fiche un peu à vrai dire), on est à la croisée, kraut, prog, raga, d'orient, free jazz... Admirable et ambitieux voyage sens dessus-dessous.
Merci encore pour celui que tu proposes, je vais enchainer les deux écoutes, tiens !
Je te remercie pour tes mots aimables, c'est tout simplement un petit exercice quotidien que je m'inflige pour rester en forme, j'écoute au moins un album et j'écris un petit texte/jour, ça entretient, donc motivation entre partage et égoïsme.

Je connais cet autre album de Fertier dont j'ai un petit fichier mp3. C'est d'ailleurs intéressant car j'ai une partie de mes amis qui préfèrent "Mixtus Orbis" et l'autre "Clivage". Is sont assez différents malgré qu'ils aient le thème de la musique orientale en commun.

Répondre