Les pépites de la soul

Blues traditionnel ou blues blanc, jazz, soul, funk, c'est ici.
Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 227
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Les pépites de la soul

Message par The lad » lun. 2 mars 2020 12:16

Memphis, 1970. On reconnaît la touche Hi-Records, je ne sais pas si ça a été produit par Willie Mitchell (qui était né un premier Mars) mais ça pourrait. Ce sont les Melodics avec un superbe flipside cinématrographique, 'I'd Never Thought I'd Lose You'. Une mention spéciale pour le falsetto incroyable, des arrangements divin et un refrain qui est un véritable earworm.

Image
Image
#rampalsound

lienard
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 342
Enregistré le : ven. 2 août 2019 18:28

Re: Les pépites de la soul

Message par lienard » lun. 2 mars 2020 21:38

Dios, ça pulse a donf et j'adore .. depuis 54 ans .. :)

Avatar du membre
alcat01
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1741
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:51
Localisation : campagne

Re: Les pépites de la soul

Message par alcat01 » jeu. 5 mars 2020 19:21

The Bar-Kays "Soul Finger"

La police est sur les dents, celles des autres, évidemment!

Boris Vian

Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 227
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Les pépites de la soul

Message par The lad » ven. 6 mars 2020 14:18

Dimas c'était pas Julio Iglesias : Le texan fait ses armes à un moment où le Doo wop est une chasse gardée des italiens et des afro-américains de la côte Est, dirige ensuite les Royal Jesters, ennemis de Sunny Ozuna et des Sunliners et devient le roi de San Antonio venéré par les pachucos. La chicano soul possède la particularité d'être un genre très localisé (la frontière US-Mexicaine) qui intègre autant d'éléments musicaux provenant du doo-wop, de la soul, du ryhtmn & blues, des tejanos (les ballades d'amérique centrale) ou des boleros servant une thématique romantique quasi-exclusive. Au-delà d'arrangements ambitieux et sophistiqués réalisés avec les moyens du bord on retrouve énormément de cuivres latins, une forte propension à utiliser les tape-echos ou la reverb, le mellotron, farfisa, vox etc.

Image
Image


Celui-ci c'est Dimas en solo, je n'ai pas trouvé une photo de la face A, donc je colle celle de la face B. Si vous voulez en savoir plus, Numero Group a sorti une excellente compilation il y a quelques années sur ce groupe. Et puis il y a toujours le livre de Ruben Molina, Chicano Soul, véritable bible rédigée par une légende.

Image
#rampalsound

lienard
Grand contributeur
Grand contributeur
Messages : 342
Enregistré le : ven. 2 août 2019 18:28

Re: Les pépites de la soul

Message par lienard » dim. 22 mars 2020 19:25

Un tout grand qui est passé presque totalement inaperçu .. Clarence Carter .. années de gloire entre "68 & 70" .. à classer directement à la droite de OTIS REDDING .. :chapozzz:

Avatar du membre
Algernon
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1960
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36

Re: Les pépites de la soul

Message par Algernon » lun. 23 mars 2020 10:26

Jimmy Miller ‎- "On A Back Street" (1965)
(Key Rogers - Charlie Singleton)
Arrangements and Conductor – Bert de Coteaux

Image <<< Toi cliquer

Jimmy Miller - David James Miller - est bien sûr surtout connu comme producteur pour les Stones, son bâton de maréchal, ou pas loin.
Pour Traffic, le Spencer Davis Group, Jimmy Cliff, Spooky Tooth, Motörhead, Blind Faith... son nom étant lié au label Island
Percussionniste à l'origine, Miller a aussi été un grand pourvoyeur en arrangements et plus d'une fois co-auteur
À ses débuts artistiques, vocalement, il semble qu'il n'ait enregistré que trois "petits" cygnegueules dans les sixtizes.
J'ai flashé sur ce souly taiilleteul, sur lequel il se la joue pas mal Roy Orbison.

J'ai ajouté le guy qui a assuré l'orchestration : Bert 'Supercharts' de Coteaux, surtout parce que j'ai assimilé son blase récemment,
en tant que producteur du premier LP de Sister Sledge "Circle Of Love", co-produit avec Tony 'Champagne' Silvester (^^)
Miller was the son of Anne Wingate and Bill Miller, a Las Vegas entertainment director and the man who booked Elvis Presley into the International Hotel for his 1969 return to live performance.[3]
Modifié en dernier par Algernon le sam. 4 avr. 2020 12:07, modifié 1 fois.

Avatar du membre
The lad
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 227
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Les pépites de la soul

Message par The lad » ven. 3 avr. 2020 09:36

Super Algernon !

Pour continuer avec la blue-eyed soul, j'ai envie de proposer ce disque des Classmen, un groupe d'adolescents du Missouri. À première vue, ils n'ont rien de particulier et ressemblent à une multitude d'autre petits orchestres de quartier qui fleurissaient à l'époque là-bas : Une petite dizaine de singles qui parle d'Alice la voisine, les friday stroll en voiture, Batman ou les hamburgers, tout ça sorti sur des state label (ici, chez Pearce — le label sur lequel on retrouve le "Remember Me" des Trinikas !). Et pourtant, bien planqué, se niche un petit bijou : Ne serait-ce que cette virgule de guitare et ce break de batterie en guise d'introduction il est bien question ici d'une belle ballad au carrefour du doo wop, de la soul et de la pop. Cuivres solennels et pudiques, harmonies chères aux group soul on pense évidemment aux Impressions de Philadelphie. Drew Dimmel n'a pas le falsetto de Curtis, et tant mieux : il excelle dans l'exercice de crooner à la Dean Parrish ou Tom Jones.

Sorti en 1969 en face B de The Things We Did Last Summer (5818), Doin' Me Right est peut être trop grossier pour être reperé par le commun des mortels mais assez précieux pour quelques disc-jockeys anglais assez téméraire pour travailler ce disque : C'est un type de titre idéal à jouer en ender de soirée northern soul. Je leur doit évidemment cette découverte, comme beaucoup d'autres.

Image
Image
#rampalsound

Avatar du membre
Susan Ballion
Contributeur
Contributeur
Messages : 116
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 08:23
Localisation : Paname

Re: Les pépites de la soul

Message par Susan Ballion » ven. 3 avr. 2020 17:38

Brenda George - What You See Is What Your Gonna Get (1971)


:sorcierzzz:
"There are two ways of disliking art. One is to dislike it. The other, to like it rationally."

Avatar du membre
Kowalski
Membre
Membre
Messages : 41
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:37

Re: Les pépites de la soul

Message par Kowalski » sam. 4 avr. 2020 11:01

Susan Ballion a écrit :
ven. 3 avr. 2020 17:38
Brenda George - What You See Is What Your Gonna Get (1971)


:sorcierzzz:
Merci ! J'écoute ça en boucle ce matin.
We know we shouldn't do it, but we do it anyway ("Wild Young Hearts" - Noisettes)

Répondre