Derniers films que vous avez vus

Films, DVD, séries, petit ou grand écran... Que ce soit en lien ou non avec la musique.

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar nunu » 31 Mar 2019, 17:38

Je suis en train d'en regarder un autre la, moins nanard mais pas folichon non plus
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12013
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar nunu » 31 Mar 2019, 17:53



La martienne diabolique, la on sent un peu plus les moyens que dans l'autre film. Cest un huis clos un peu mélo avec un martienne. Ca casse pas trois pattes a un canard.

je vous met le résumé

Sur Mars où la technologie est très avancée, une meurtrière guerre des sexes a amené les femmes au pouvoir et entrainée la quasi élimination des hommes. La conséquence est l'infertilité de la planète rouge. Nyah, une dignitaire martienne de haut rang est donc envoyée sur Terre afin d'y ramener des hommes susceptibles de fertiliser la population. La soucoupe volante de Nyah devait atterrir sur Londres mais une collision avec un avion l'a obligé de reporter cet atterrissage dans la campagne écossaise.

Elle se pose près d'une petite auberge tenue par un couple dont le mari est alcoolique, l'unique cliente est un mannequin en rupture avec son amant, mais viendra s'y réfugier un prisonnier évadé qui se trouve être l'ex petit ami de la serveuse de l'auberge. Un professeur et un journaliste attiré par l'étrange lueur dans le ciel provoquée par la soucoupe les rejoindront.

Tout ce petit monde va devoir supporter les humiliations de la Martienne qui leur fait une démonstration de sa supériorité technologique, d'autant qu'elle ne cache nullement ses intentions : emmener un spécimen masculin à Londres pour la guider et tuer tous les autres. En attendant elle a ceint le site d'un champ de force rendant vaine toute tentative de communication où d'échappement. Le petit groupe ne sait comment s'en sortir, la solution passant probablement par le sacrifice de l'un d'entre eux…
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12013
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Algernon » 31 Mar 2019, 18:05

Y'a un robot qui peut être placé sur le podium des craignos robots :))
Dernière édition par Algernon le 31 Mar 2019, 20:41, édité 1 fois.
Keep on schtroumpfing - Il faut survivre avec son temps.
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 19624
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar nunu » 31 Mar 2019, 18:06

Faut reconnaitre qu'il est pas tres reussi :))
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12013
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar bratislava1 » 31 Mar 2019, 20:23

Génial ces deux films ! Merci !!
L'ennui en ce monde c'est que les imbéciles sont sûr d'eux et les gens sensés pleins de doutes. B. Russel.
bratislava1
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3903
Inscription: 21 Fév 2013, 17:30

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar nunu » 31 Mar 2019, 20:29

Génial j'irais pas jusque la non plus. Le deuxième je l'ai pris juste pour le titre francais, la Martienne Diabolique ca m'a intrigué :))
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12013
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar gillesmon » 10 Avr 2019, 14:58

Image

Vu hier soir, je le recommande à tous et toutes, 3 filles, paumées, ouvrières dans une usine de conserves de poisson dans le haut de France se retrouvent mêlées à des aventures de frics, mafia belge, petites frappes etc...

Des personnages hauts en couleur joués par cécile de France, Audrey Lamy et Yolande Moreau, qui rappellent Annie Girardot dans elle cause pas, elle flingue ou Thelma et Louise, ça pétarade dans tous les sens, ça jure, ça parle le Audiard, un film déjanté qui sort de la morosité actuelle !
Avatar de l’utilisateur
gillesmon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3721
Inscription: 04 Fév 2013, 12:59

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Cooltrane » 10 Avr 2019, 17:57

en vrac: (trop de retard pour me formaliser de l'ordre dans lequel j'ai vu mes 7 derniers films sur le grand écran)

Yao: une gentille comédie en forme de carte postale sponsorisée par l'Office du Tourisme Sénégalais, où tout est beau (ce l'est) et tout va bien (çà, c'est moins sûr). Un comique (Omar Sy) issu de la banlieue parisienne se retrouve au Sénégal pour une tournée promotionnelle et en dehors de son hôtel cinq étoiles et du centre de conférence, il se croit sur une autre planète, rencontre un gamin du fond de la brousse (nommé Yao) et finira par retrouver ses racines en le reconduisant a casa (sans jeu de mot avec la hute, svp). Un bon conte de fée un peu trop sucré, bien trop prévisible (sauf que Sy n'en fait pas des tonnes), mais qui reste agréable à regarder, because le dépaysement et une échelle temporelle ralentie sous le tropique du Cancer (certaines scènes sont ahurissante, mais dans le bon sens). Aucun cliché touristique ne nous sera épargné (et ce compris la 504 en panne, mais qui tombe jamais en rade), la vieille griotte, le baobab, le corruption, les black-bounty, la prière dans la rue, le bus qui ne démarre qu'une fois rempli etc…
La galerie de portrait croisée, qui inclut la femme au bord du divorce et le gamin perdu entre ses parents, une malienne musicienne, qui aurait pu faire partie de Tinariwen (clichéééééé, quand tu nous tiens) , une ancêtre "qui sait", le taxi-brousse et les autres sont tous bien campés. De quoi presque attendrir les copains à Marine et les tenter de ne pas cracher sur le premier black croisé dans la rue. Faut pas chercher loin et en attendre trop, mais c'est assez plaisant, sans plus. 7/10



Leto: Russie. Fins des 70's et débuts des 80's, derrière le rideau de fer, la scène rock s'agite s'agite dans la plupart des pays satellites, mais aussi à Moscou, même si c'est sous l'œil de la censure du parti. Peu d'occidentaux le savent, mais le rock a bien pris vie au milieu des 70's, avec des bonheurs divers selon les pays - par ex, le leader Tchèque des Plastic People Of The Universe a passé presque 10 ans derrière les barreaux pour ses concerts illégaux. Cette histoire est forcément romancée, mais les personnages principaux sont (en principe) réels. Le contexte historique de l'URSS d'un Brejnev mourant est présent, mais moins oppressant que l'on ne l'aurait imaginé à l'ouest du mur. Dans la seconde capitale russe (Leningrad), un groupe de rock se réclame "punk" (mais on est plutôt dans le Glam-Rock de Bowie et Lou Reed) et son charismatique leader sait ouvrir les portes des ministères, se faire enregistrer, faire la nouba de façon un peu hippie sur les plages de la Baltique, donner sa chance à un chanteur folk taciturne et manifestement d'origine sibérienne-altaïque-coréenne (l'acteur étant de nationalité allemande), se trouver des piaules dans les maisons bourgeoise pétrogradiennes (on ne voit pas une seule tour-cage à lapin communiste) où la vie bohème semble être de rigueur et le tout est parsemé d'un triangle amoureux entre la compagne du héros et le nouvel arrivant sur la scène. Bref un contexte plutôt relâche (Leto voulant dire "été" en Russe) et des jeunes assez au fait de ce qui passe sur les ondes occidentales et libres de leurs mouvements. On a droit bien sûr à des contrôles de gardien de la révolution, mais l'ensemble est moins sinistre, malgré le noir & blanc du long-métrage. On a droit à quelques bribes de couleurs, notamment dans des clips vidéos assez divertissants, mais dans les concerts aussi. C'est instructif, mais quand on en attendait monts et merveilles (surtout d'après les échos cannois) de ce vétéran du cinoche russe Serebrennikov, on ne peut qu'être un peu déçu par le manque de hargne de l'histoire et la vague d'espoir soulevé pour deux fois rien – ou si peu. 8/10

PS: il est intéressant de noter que les deux principaux artistes n'auront pas vécu longtemps dans la Russie d'Eltsine, tous deux trouvant la mort une décennie après les années décrites dans le film.
Ma collection de disque a décuplé en passant des musiciens drogués aux musiciens fou-toqués
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
♪♪♪♪
 
Messages: 566
Inscription: 07 Fév 2013, 18:00
Localisation: Chez les exilés fiscaux français

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Cooltrane » 11 Avr 2019, 17:54

Toujours en vrac:

Synonymes: Un ex-soldat israélien se réfugie en France attiré par la beauté de la langue et des nombreux mots pour désigner certaines choses et le sauver de la folie, ce qui il faut bien le reconnaître est déjà foutu dès la première scène du film. Arrivé en train, il se rend dans un appartement vide et se fait voler (sans raison apparente) …(Mal) Heureusement qu'un couple bourgeois (plus ou moins oisif, il ne travaille quasi pas, elle est musicienne) au-dessus vient à son aide et le dorlote sans recevoir grand-chose en retour. Celui)ci vivra de job minables, mais comme s'il le voulait précisément, plus que par la force des choses. Fuyant son pays, il travaille à des basses besognes pour les intérêts de son ex-pays. Allez comprendre.

Au risque de me faire injustement taxer d'antisémitisme, il est fort peu question de religion (à part dans une scène d'intégration citoyenne presque hallucinante), mais plutôt d'extrême sionisme: tous les juifs dans l'histoire le sont indubitablement y compris le héros fuyard et il n'y en a pas un pour sauver l'autre. Par ailleurs, même si l'on en parle (le film est très mal nommé), n'attendez pas un film qui ferait appel à du Votairien de la part du héros, car on est plutôt dans du pidgin français. Manifestement, le réalisateur est amoureux de ce sinistre personnage, au point de ne pas remarquer à quel point il est malsain et qu'il s'est probablement entiché du non moins sinistre acteur (qui aurait dû s'appeler Merdier plutôt que Mercier sur ce coup-là), au point de le foutre à poil pour un oui ou un peut-être (surtout la scène du doigt dans le fondement), sans pour autant en faire un film porno pour LBGTAZ non plus… Bref, du gros foutage de gueule.

Le pire dans cette histoire, c'est que le réalisateur a tellement de mépris pour le spectateur qu'il refuse de donner des clés pour une meilleure compréhension, sauf à faire une pauvre caricature d'un Goddard de la Nouvelle Vague (style…. Le Mépris, justement). En effet le film est sans queue (sauf celle que l'acteur principal nous balance sans raison dans la gueule à longueur de film), ni tête (car le héros ressemble à coq de basse-cour sans une). On en peut que comprendre que ce film est en grande partie autobiographique, Nadav Lapid ayant été militaire et ayant étudié à Paris, du coup, il en ressort un narcissisme glauque, malsain, méchant obscène, ignorant, hideux, sordide, grossier, abominable, fétide, lamentable, répugnant, bas d'esprit et détestable – c'est lui qui le dit sur son affiche (sisisisisi allez vérifier). Breeeeeffffff, de quoi apporter de l'eau au moulin des copains de Marine et les Djidjihaddistes… Heureusement pour les Sionistes, aucune de ces deux catégories d'exécrables individus ne sont en mesure culturelle d'aller voir une telle daube. Perso, Lapid en a oublié un de synonyme, et pourtant le plus adapté à son film: ABJECT. 3/10

High Life: de la Sci-Fi française, qui pour finir n'est qu'un prétexte pour à Claire Denis de nous développer un univers carcéral mixte à la sauce "Oh, dis, c'est de l'espace". Après une scène interminable (même si touchante) entre un bébé-fille et son père, on en revient au début pour nous expliquer comment ils sont les deux derniers survivants d'un vaisseau spatial devenu malsain rempli de volontaires condamnés à mort (zéro espoir de retour, c'est dans le contrat) en route vers l'horizon cosmique avec pour seule cheffe un médecin (Binoche) obsédée par la jouissance féminine et passant des heures à s'empaler sur un "fuck-box" (désolé, pas d'autre nom me vient à l'esprit.. Et oui, Juju ne vaut pas grand-chose de plus que la chiourme qu'elle est censée garder. Le coté univers clos est parfois rappelé (le potager).
Claire Denis laisse exploser son côté glauque (habituellement mieux contenu), et filme ses personnages livrés à eux-mêmes (violences de toutes sortes y compris les plus ignobles) sans pour autant totalement oublier le cosmos, notamment dans une scène de trou noir à la 2001, ce qui plutôt d'actualité lors de la première de l'un d'entre eux. C'est assez pauvre, mais c'est toujours moins débile qu' Alien 24 et Star Wars 17. Intéressant, sans plus, mais faut croire que la gravité terrestre fut plus forte que celle d'un trou noir, du coup je suis resté planté à Cap Canaveral, Kourou ou à Baïkonour. 6/10
Ma collection de disque a décuplé en passant des musiciens drogués aux musiciens fou-toqués
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
♪♪♪♪
 
Messages: 566
Inscription: 07 Fév 2013, 18:00
Localisation: Chez les exilés fiscaux français

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Cooltrane » 14 Avr 2019, 10:26

Double shot Poelvoordien hier soir :

Son choix :
Raoul Taburin : Poelvorde superstar dans cette fable presque-pagnolesque dans un village très pittoresque des Alpes du sud-ouest (la Drome et Alpes de Haute Provence) fort carte postale, surtout que le film évite de bien situer l’action qui se passe sur plusieurs décennies. Evidemment le Benoit est supporté par un casting assez crédible (dont Baer est le plus connu), mais qui ne lui fait pas d’ombre, et ce y compris pour les deux sublimes brunes (il les tombe toutes les deux), mais pour finir, il oublie de transformer l’essai et pour finir loupe un peu le coche. Mention tout de même à la trouvaille d’un Tabourin à l’âge de 20 ans qui ressemble assez bien à son ainé.
Bien que connaissant Sempé via l’illustration et notamment Le Petit Nicolas avec Gosciny au scénario. Mais ici, apparemment le premier est en solo pour cette histoire plutôt sympa et charmante, mais qui manque de mordant qu’un Gosc aurait pu ajouter. Pourrait paraitre un peu ringard, mais c’est aussi une bulle de tendresse, et l’on en prend plein les mirettes de la nature environnante. Rien d’essentiel, pour finir, mais un truc familial agréable. 6/10


Mon choix :
Blanche Comme Neige : Anne Fontaine revisite les frères Grimm et le conte de Blanche Neige, et c’est +/- réussi, car on hésite entre le thriller et une espèce de comédie se foutant de l’original et pour en faire un anti-Disney. Une mère épouvantail (Huppert fardée comme pas possible) et sa fille se remettent de la mort du père et mari, mais l’amant de la première (Berling) à des vues sur la deuxième, ce qui pousse l’acariâtre mouman à supprimer sa progéniture. Celle-ci se retrouve en fuite dans un trou perdu dans les Alpes, chez des jumeaux taciturnes qui héberge un musicien (Macaigne) un peu balourd. S’ajoute un vétérinaire possessif, un libraire (Poelvoorde) lourd sur la drague et son fiston introverti, un prêtre/moine (le québécois Fréchette) dans l’abbaye du coin, et surtout une nature superbe (on en prend plein les rétines) alpestre qui volerait presque la vedette à la belle Lou.
Il ne faut pas beaucoup de temps à la belle Claire (et non Blanche, bien campée par Laâge) pour passer sur le corps de tout ce qui bouge qui n’est pas maqué, en se découvrant une liberté et des envies de vivre libre et peu farouche. On passe de la pomme rouge empoisonnée à la scène des sept prétendants autour du lit dans des contextes parfois presque hilarants, en se demandant qui est Atchoum et Grincheux. Si le coté comédie est assez réussi, le coté thriller l’est un peu moins, parfois forcé et téléphoné, mais dans l’ensemble, cela reste de bonne facture, malgré une première demi-heure (la mise en place, quoi) assez poussive. On peut aussi se demander de l’utilité de nous refaire un Blanche Neige version adulte, mais bon, quelle est l’utilité de nous refaire un 10ème Star Wars ou un 352ème Vendredi 13 ? 7/10
Ma collection de disque a décuplé en passant des musiciens drogués aux musiciens fou-toqués
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
♪♪♪♪
 
Messages: 566
Inscription: 07 Fév 2013, 18:00
Localisation: Chez les exilés fiscaux français

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar vox populi » 14 Avr 2019, 15:27

LA preuve que pour foutre les chocottes les effets spéciaux n'ont pas besoin d'être bluffant

Image

Un film terrifique qui porte bien son nom
1h20 ça carebure,
tu vas te pisser dessus ..
Découvrez l'univers de vox
https://www.youtube.com/user/TheVox67

La chanson Francaise qui ne ressemble pas à du Cali
Avatar de l’utilisateur
vox populi
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1417
Inscription: 10 Jan 2013, 08:32

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar vox populi » 16 Avr 2019, 07:39

Image

Conversation secrète de Coppola
Harry Caul, catholique introverti et secret, est un grand spécialiste de la filature. Il est engagé dans une mission pour suivre un couple et enregistrer leurs conversations. Une fois sa mission accomplie, il découvre en écoutant son enregistrement que le couple est en danger de mort. Se souvenant d'une précédente mission au cours de laquelle une famille avait été tuée, il est pris dans un dilemme moral qu'il ne parviendra pas à surmonter.

Quel film mes Aïeux quel film!

Moi qui ne suis pas vraiment porté sur les films d'auteurs j'avoue avoir été happé par ce film qui résonne salement avec notre époque.
Il y a tellement de grilles de lectures dans cette oeuvre qu'on pourrait écrire deux ou trois thèses dessus
- les prémices de la société de la transparence
- les conséquences sur la vie non seulement de celui qui est observé mais aussi de celui qui observe
- Le drame personnel qui se joue chez le personnage : je ne parle pas seulement de la tension morale mais aussi de son incapacité à s'insérer dans une société ouverte et transparente pour un homme secret et réservé.
-la recherche éperdue de l'amour pour le personnage : il devient obsédé par les conversations d'un couple qui s'aime, lui qui n'arrive à aimer personne

Et puis ces plans magnifiques qui prennent leur temps pour s'installer, à l’opposé exact du cinéma moderne où les films sont montés avec 10 plans à la seconde..
Là c'est vraiment tout le contraire chaque image est pensée, presque comme une peinture...
Et puis cette fin..terrible !
Non franchement quel film, quel film!
Découvrez l'univers de vox
https://www.youtube.com/user/TheVox67

La chanson Francaise qui ne ressemble pas à du Cali
Avatar de l’utilisateur
vox populi
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1417
Inscription: 10 Jan 2013, 08:32

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Cooltrane » 20 Avr 2019, 10:54

en vrac:


Das schweigende Klassenzimmer (All) - La Classe Silencieuse. En RDA en 56, les nouvelles filtrent à propos du soulèvement de Budapest, porteuse d'espoir pour un changement, surtout chez les jeunes. L'écrasement de celui-ci et la mort du légendaire footballeur Puskas consternent certains élèves d'une classe d'une école secondaire privilégiée (un comble dans un état communiste), poussant certains à convaincre toute la classe à deux minutes de silence en signe de protestation. Leur prof signale l'incident à sa hiérarchie, ce qui déclenche une répression (certains diront une enquête) impitoyable, avec à sa tête une chienne blonde commissaire impitoyable, ui fouillera dans les moindres détails les antécédants des parents proches.
Si le rideaux de fer est déjà installé, nous sommes encore à cinq de la construction du mur, et si le passage vers Berlin Ouest est encore possible, il est fortement contrôlé par la Stasi, et une grosse partie de la classe en question s'exilera, laissant derrière elle leur famille, sans doute livrée à l'acharnement de l'apparatchik (le film ne nous le dira pas)

Si la réalisation est somme toute dans une rigueur très rigide (pour le pas dire "germanique"), l'histoire (réelle) n'en est pas moins touchante, même poignante, et l'on tremble pour les collégiens, même les moins sympathiques de la bande. Pasla moindre fantaisie dans ce monde gris (ni dans sa mise en image, d'ailleurs), et l'on a pas l"impression que le soleil a brillé sur le pays durant presque les 40 ans de l'occupation soviétique. Ce qui est d'autant plus déconcertant vu que le réalisateur allemand est né au pays du soleil transalpin.
30 ans après la chute du mur (et du rideau), les films allemands semblent abonder pour dénoncer (enfin) ce qui s'est passé durant la guerre froide. Après l'excellent Das Leben Der Anderen il y a 15 ans, le même réalisateur nous a enchanté avec l' étourdissant Werke Ohne Autor plus tôt cette année, et le Ballon (Vent des Libertés) nous arrive, bien que ce dernier m'inquiète un peu, vu soit réalisé par un beauf (Herbig) qui fait des films pour beaufs. Nul doute que des petits frères nous arriveront plus tard dans l"année. 7/10



Mon Inconnue: une comédie romantique française avec un twist de fantastique, bien que ce dernier soit surtout l’utilisation d'ellipses temporelles. Un couple de lycéens (spécialisations artistiques, lui littérature, elle musique) tombent éperdument amoureux et finit par se marier très jeune. Quant il (François Civil, vu récemment à tomber la Binoche dans Celle Que Vous Croyez) devient ultra-connu pour sa série Harry Potter du Futur (avec des contrats d'adaptations télévisuelles en devenir), pris dans le tourbillon, il tend à oublier sa moitié - qui n'est pas encore devenue maman (la délicieuse Joséphine Japy). Après la grosse dispute devenue inévitable, l'écrivain se réveille dans une ellipse ou il est toujours le sans-grade et sa moitié (qui ne le connais pas) est devenue une star internationale des concerts philharmoniques. Du coup, les rôles sont inversés (encore que lui en est conscient) et la reconquête s'annonce bien difficile, et essayer de résoudre l'ellipse temporelle devient plus (ou aussi) prioritaire pour lui. Avec le pote de toujours en prime dans l'ellipse, mais que l'on ne connaissait pas dans la vraie vie, comme joker en renfort.

Après une entrée en matière surprenante (mais indissssssspensable par après, sisisisi), la comédie romantique prends des accents ricains dans son coté romantisme et trouve une certaine forme de professionnalisme assez rare dans le cinoche français. En effet, rien ne nous est épargné dans le coté romantique, mais cela reste frais, léger et assez bien foutu, car l'approche temporelle (c'est là que le tout se jouera) évite que le tout sombre dans le déjà-fait-mille-fois. 6.5/10
Ma collection de disque a décuplé en passant des musiciens drogués aux musiciens fou-toqués
Avatar de l’utilisateur
Cooltrane
♪♪♪♪
 
Messages: 566
Inscription: 07 Fév 2013, 18:00
Localisation: Chez les exilés fiscaux français

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar Bebeto » 20 Avr 2019, 20:43

vox populi a écrit:Image

Conversation secrète de Coppola
Harry Caul, catholique introverti et secret, est un grand spécialiste de la filature. Il est engagé dans une mission pour suivre un couple et enregistrer leurs conversations. Une fois sa mission accomplie, il découvre en écoutant son enregistrement que le couple est en danger de mort. Se souvenant d'une précédente mission au cours de laquelle une famille avait été tuée, il est pris dans un dilemme moral qu'il ne parviendra pas à surmonter.

Quel film mes Aïeux quel film!

Moi qui ne suis pas vraiment porté sur les films d'auteurs j'avoue avoir été happé par ce film qui résonne salement avec notre époque.
Il y a tellement de grilles de lectures dans cette oeuvre qu'on pourrait écrire deux ou trois thèses dessus
- les prémices de la société de la transparence
- les conséquences sur la vie non seulement de celui qui est observé mais aussi de celui qui observe
- Le drame personnel qui se joue chez le personnage : je ne parle pas seulement de la tension morale mais aussi de son incapacité à s'insérer dans une société ouverte et transparente pour un homme secret et réservé.
-la recherche éperdue de l'amour pour le personnage : il devient obsédé par les conversations d'un couple qui s'aime, lui qui n'arrive à aimer personne

Et puis ces plans magnifiques qui prennent leur temps pour s'installer, à l’opposé exact du cinéma moderne où les films sont montés avec 10 plans à la seconde..
Là c'est vraiment tout le contraire chaque image est pensée, presque comme une peinture...
Et puis cette fin..terrible !
Non franchement quel film, quel film!


Bien d'accord avec toi. Coppola était considéré comme le maître de tous les jeunes loups du Nouvel Hollywood . Et ce n'est pas pour rien. Esthétiquement, c'est superbe.
"I took a dead man's Gibson, gonna write the world's last great song
But my muse was out fucking in gutters all night long"
Avatar de l’utilisateur
Bebeto
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5770
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25

Re: Derniers films que vous avez vus

Messagepar nunu » 20 Avr 2019, 20:50

Avec le regretté John Cazale, une poignée de film mais que des chef d'oeuvre : Un apres midi de chien, le Parrain 1 et 2 , Voyage au bout de l'enfer, et donc ce film
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12013
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

PrécédenteSuivante

Retourner vers Cinéma / Télévision / Séries télé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bebeto et 1 invité