WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

De France, du Québec ou de n'importe quel pays tant que c'est chanté en français

WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar Algernon » 28 Aoû 2018, 17:06

Quand on aime un disque...

Image

01 - Darjeeling (William Sheller)
02 - Basket-ball (William Sheller)
03 - Encore une heure, encore une fois (William Sheller)
04 - Les Miroirs dans la boue (William Sheller)
05 - Chamber music (William Sheller)
06 - Le Nouveau Monde (William Sheller)
07 - Cuir de Russie (William Sheller)
08 - Guernesey (Bernard Lavilliers / William Sheller)
09 - L'Empire de Toholl
1 - Ouverture et rhapsodie (William Sheller)
2 - 1er chant de Toholl (William Sheller - B. de Tolbiac / William Sheller)
3 - L’impératorium (William Sheller)
4 - Hymne de Toholl (Jean Guidoni / William Sheller)
5 - 2eme chant de Toholl (William Sheller - B. de Tolbiac / William Sheller)

Réalisation : William Sheller et Mick Lanaro
Orchestrations : William Sheller
Direction d’orchestre : Raymond Lefèvre sauf “Chamber music et “L’impératorium” : Roger Bertier
Enregistrements : Mick Lanaro assisté de Cyril Noton au Studio du Palais des Congrès

Laurent Roubach : guitares (1, 3)
Claude Salmieri : batterie (1, 3, 4, 7), guitare (6)
Renaud Hantson : batterie (2, 6)
Jannick Top : basse (4)
Christian Padovan : basse (7)
William Sheller : piano (1, 2, 7, 8) sitar (1), claviers (4, 6)
Pierre Gossez : saxophone alto (2)
Geoges Grenu : saxophones (2)
Marcel Hrasko : saxophone baryton (2)
Gilbert Viatge : saxophone baryton (2)
Francis Cournet : sax-basse (2)
Quatuor (7) : Benoît Paquay : 1er violon, Jean-Pierre Catoul : 2eme violon, Eric Gertmans : alto, J.P. Emyle Dessy : cello
Orchestre Impérial de la Grande Armée (9)
Tolbiac Toads (9) : batterie, guitare, voix
Choeurs de l’Opéra de Paris (6) :
Choeurs des Hautes Tensions

Image

Pour cet album, William Sheller s'est beaucoup inspiré de monde utopistes, fantasy, BD. Il a mis plusieurs années pour l'écrire sous la lumière artificielle de son bureau aux volets toujours fermés, intercalant le tout avec la composition de pièces pour orchestres.
Univers est le premier album que William a pu revendiquer entièrement : en effet pour la première fois de sa carrière, il fut complètement libre au niveau de la technique, du temps et du budget, en assumant l'écriture des chansons et des orchestrations, mais aussi le choix du matériel, la co-réalisation de l'ensemble avec Mick Lanaro... et la part de risque en cas d'échec. Les enregistrements ont duré plus de six mois, à raison de deux jours par semaine au Studio de la Grande Armée. C'est aussi son premier album écrit et conçu prioritairement pour l'écoute « en profondeur » sur un support CD : « Le compact disc, le laser nous donne une possibilité d'écriture différente. C'est-à-dire qu'on peut écrire vraiment la petite flûte qui est au loin et qu'on entend sur la colline. »
A partir de cet album, William est surtout sorti définitivement du système « variétoche et promo avec tube annuel ». En étant tout à fait maître de sa création, le compositeur a enfin pu écrire et enregistrer ce qu'il voulait en essayant de mêler les musiques savantes et populaires : « C'est la jonction dont je rêvais entre la variété, le rock et la musique... pas classique, le mot m'ennuie...disons plutôt musique d'instruments. Des espèces de métissages de genres, de superpositions. C'est une tendance qui se retrouve un peu partout : dans l'architecture, dans les décors, dans la mode, dans la littérature. Il y a comme ça un jeu avec le passé, avec la culture, et c'est intéressant ! J'ai essayé de trouver une synthèse entre les rythmes du rock et les images mentales favorisées par le "classique". Et à partir de là, c'est comme un palier. J'ai trouvé où poser mes pieds et maintenant je vais pouvoir avancer plus loin. C'est pour ça qu'il y a comme une sérénité qui se dégage de l'album. »
Un premier tour du monde rêvé allant des montagnes indiennes (Darjeeling), aux forêts du Poitou (Les miroirs dans la boue), en passant par l'Amérique (Le Nouveau Monde), l'île de Guernesey ou la Russie de carte postale (Cuir de Russie), sans oublier l'empire imaginaire de Toholl, que certains ont scrupuleusement recherché dans des atlas de géographie ! Il y en a pour tous les goûts musicaux dans cet album : rythmes de punk-rock, cuivres, piano, percussions, chœurs de l'Opéra... A ceux qui ont lourdement insisté sur les apparences classiques de cet album, voici ce que William répondait à ce propos : « Le terme de musique classique me gêne. Si j'avais utilisé les synthétiseurs, on ne parlerait pas de musique classique. Ce sont simplement des images que j'ai empruntées, des fois, à des époques différentes, pour simplement donner un climat. Mais dans cet album, les musiques sont moins des musiques d'accompagnement d'une chanson, pour suivre l'artiste ou la vedette, que presque des musiques de film, qui font un paysage derrière les images. »
La chanson Guernesey a été écrite par Bernard Lavilliers. Et le dernier morceau du disque, L'Empire de Toholl, est un opéra-cantate « tendance pompier » composé en collaboration avec Jean Guidoni et Bruno de Tolbiac. L'orchestre qui jouait sur les morceaux était dirigé par Raymond Lefèvre, le chef d'orchestre préféré de Guy Lux : « Il peut diriger aussi bien du Mozart qu'un big-band de jazz, affirmait William à l'époque. Là, il s'est amusé, il regardait la partition, il commentait : "Ah oui, c'est amusant, tiens, il manque un bémol !" J'avais besoin de quelqu'un comme lui, qui se situe entre plusieurs courants musicaux. Je suis très content de cette collaboration ». Un contraste détonant « à la Sheller » avec les rythmes sauvages des Tolbiac toads, des musiciens skinheads que William avait découvert au cours de virées dans des lieux spécialisés en musique underground et autres squats improbables.
Cet album ne comprenait qu'un seul morceau instrumental, Chamber Music : « A l'origine, c'est un thème qu'on m'avait commandé pour un film sur l'enfance, qui ne s'est pas fait. J'avais le thème, j'ai eu envie de l'orchestrer. J'ai essayé d'y mettre des paroles mais ça ne collait pas. Or j'aime bien les instrumentaux, alors je l'ai gardé tel quel. »

Avec "Univers", William Sheller passe à un stade bien supérieur et brosse une fresque musicale néoromantique en plein dans une décennie qui n'a plus grand chose de romantique, en dehors de tous les repères de l’époque. Un projet artistique ambitieux mûrement pensé, élaboré avec perfection, et qui, bien que sans concessions, va rencontrer le succès. L’auteur compositeur interprète propose en 1987 une musique qui tire l’auditeur vers des hauteurs, vers des cimes. La beauté édifiante des textes et des musiques de "Univers" n’en finit pas de résonner, longtemps après l’écoute.

Quand j'ai le cœur en guenilles
Je dors dans tes yeux qui brillent
Et c'est parce qu'il y a là dedans
Des oiseaux de feu qui scintillent
Comme de l'or en brindilles
Dans la chaleur du bon vent
De Darjeeling


Pour Mister Sheller, il s’agit de faire cohabiter des styles musicaux, sans tenter de les fusionner ; il parle de superpositions. Cette formule n’occasionne aucune schizophrénie artistique, mais au contraire installe un équilibre réussi, séduisant et fructueux. Il se dégage de l’ensemble une majesté que je rapproche des meilleurs albums de Procol Harum. Là aussi, le format chanson n’est pas étouffé par une forme ambitieuse. On est en présence d’une alternative de création qui n’est pas calquée sur la musique anglo-saxonne progressive. "Univers" est un carrefour magnifique entre les routes de la chanson, du rock et du classique, quoi que l’auteur ne se rangera pas sous cette dernière bannière facilement. Sheller va désormais emprunter ces voies une à une au gré de son inspiration, de ses collaborations nouvelles, à la recherche de nouvelles terres musicales fertiles : "Fumées en marche tout le pousse". L’artiste s’est débarrassé d'une grande partie des caractéristiques de ses productions jusqu’à lors. Ce n’est plus un monde urbain, drugstore et juke box pour gimmick boy, mais un univers de palais, de cathédrales et de paysages grandioses, invoqués par l'album. Quelques années plus tard, le musicien procèdera de façon inverse en épurant sa création au maximum.
Françoise Hardy a curieusement repris « Darjeeling » sur son album "Décalages" en 1988, réintitulée "La vraie vie c’est où ?". Curieusement, parce qu’elle a écrit d’autres paroles, et que la musique comporte quelques différences, ce qui est vraiment peu courant pour un morceau chanté dans la même langue.


Posté initialement le 31 janvier 2011. Pitites corrections apportées.
http://www.rock6070.com/forumarchives/v ... f=9&t=9566
Dernière édition par Algernon le 28 Aoû 2018, 18:05, édité 1 fois.
abscons
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 18537
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar coltan » 28 Aoû 2018, 17:55

Merci pour ton article, je penserai à me l'acheter lorsque je le croiserai :coucouz:
Avatar de l’utilisateur
coltan
♪♪♪♪♪
 
Messages: 2471
Inscription: 15 Fév 2013, 19:24

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar 33rpm » 28 Aoû 2018, 20:26

Un disque qui méritait un coup de projo. Beaucoup écouté à sa sortie, un chouchou de Miss 33, et là, à la réécoute, le plaisir est intact.

Dommage que la pochette ne soit pas au même niveau.

Dans une autre veine, plus rock, j’ai découvert récemment son Albion sous forme de double cd chiné pour moins d’un neuro, ce qui ne va pas arranger mon ratio :rieur:

Agréable mais pas magique, j’ai trouvé. Par contre, la jaquette est Top (bien que Jannick ne soit pas de cette partie).
there ain't no alligators in Berkeley California, boys
Avatar de l’utilisateur
33rpm
♪♪♪♪♪
 
Messages: 2360
Inscription: 08 Sep 2016, 18:50

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar Algernon » 29 Aoû 2018, 10:18

"Plus rock"... beaucoup plus !
Avec un ex-Atomic Rooster (au départ) Steve "Boltz" Bolton, Gary Tibbs (Roxy Music) et David Ruffy des... Ruts ! (band highlighted currently on ze forum)

https://mytaratata.com/taratata/41/will ... vages-1994

'Albion' m'avait pas mal surpris à sa sortie. Il ne compte pas parmi mes préférés de Sheller, bien que haut en gamme pour le pays. Mais c'est tout relatif.
abscons
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 18537
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar Monsieur-Hulot » 30 Aoû 2018, 08:30

Surtout s'il manque un bémol, sacré Raymond ! Un sacré bon disque, à la pochette ignoble !
FILLES & MOTEURS, JOIES & DOULEURS !
Avatar de l’utilisateur
Monsieur-Hulot
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5703
Inscription: 03 Fév 2013, 19:14
Localisation: Third Stone From The Sun of Marseille

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar RRRouliane » 31 Aoû 2018, 08:52

C'est un album qui reste cher à mon cœur, mon père l'avait acheté à sa sortie et son écoute m'avait immédiatement marqué. Tout d'abord pour la fraîcheur que ses sonorités offraient dans un paysage musical français de l'époque, pour la qualité de l'écriture et l'inspiration pop. J'avais neuf ans, j'étais déjà à fond dans les Beatles mais je me souviens très clairement que ce n'est qu'avec ce disque que je me suis rendu compte que la musique rock ou pop pouvait être agrémentée d'arrangements faisant appel à des instruments typiques de la musique classique. C'est amusant, je le réécoutais il y a quelques jours et j'expliquais à mes enfants que dans les années de sa parution, c'est-à-dire coincé entre un Partenaire Particulier, un Goldman et un Licence IV, c'était assez incroyable d'entendre sur un 33-tours français ce mélange de format chanson, d'arrangements à la Buckmaster, une pièce de musique de chambre, pour finir sur une mini-cantate ! Et le tout passant comme une lettre à la poste.

Clou que Sheller enfonça avec l'album suivant, "Ailleurs", plus abouti et avec des compositions remarquables, mais moins immédiatement séduisant à mon goût dans le registre chanson pop. "Albion" est très intéressant également, avec son changement radical de direction, le recours à des requins on-ne-peut-plus rock, ainsi que "Les Machines Absurdes" et "Avatars" dans lesquels il polisse son art avec patience. Pour moi, à compter de cet album, chez Sheller, il n'y a rien à jeter, et si je mets ça en perspective avec son autre chef d’œuvre "Lux Aeterna", plus toutes ses prods magiques fin 60s / début 70s, ainsi qu'en général le parcours du mec et tout ce qu'il représente dans le domaine pop français, je me dis que c'est un véritable pilier.

J'ai eu la chance de le voir en concert à l'époque de sa tournée "Les Machines Absurdes" ou même en fait un peu avant, le disque n'était si je me souviens bien pas encore sorti, et c'était un spectacle d'une qualité époustouflante, tant dans l'exécution que le soin apporté à la clarté du son, et une humilité désarmante : le mec envoie en rappel un inédit, "Parade : Le Bel Adieu", son quatuor à cordes se plante, il arrête tout et dit "on va la refaire", le quatuor reprend un pain, il se ré-arrête et redit, "on va la refaire", toujours avec le sourire et une classe unique.
Avatar de l’utilisateur
RRRouliane
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1118
Inscription: 04 Mar 2013, 22:43

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar Algernon » 31 Aoû 2018, 09:35

Tes commentaires sont toujours riches à tout point de vue. ;)
abscons
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 18537
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: WILLIAM SHELLER - Univers (1987)

Messagepar RRRouliane » 31 Aoû 2018, 09:41

Un disque pareil mérite bien ça. :cool:
Avatar de l’utilisateur
RRRouliane
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1118
Inscription: 04 Mar 2013, 22:43


Retourner vers Rock français / Chanson francophone

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron