A la bibliothèque municipale

Pour y papoter de tout et de rien, parler de ce que vous écoutez en ce moment, délirer, s'amuser...

A la bibliothèque municipale

Messagepar RRRouliane » 17 Mai 2019, 16:30

A un stade avancé de vieillissement qui m'incite volontiers à donner dans un radotage récurrent, lequel n'évite hélas pas toujours l'écueil regrettable du "C'était mieux avant" (que je m'efforce de corriger autant que possible), il m'arrive régulièrement d'évoquer avec une émotion certaine mes aventures de jeune boutonneux dans les bacs de la Médiathèque Louis-Aragon au Mans, dans lesquels je fis, du temps de mon âge dit ingrat, de nombreuses et cruciales découvertes qui me conduisirent sur les chemins de la connaissance. Fort heureusement, près de trente ans plus tard, je constate non sans un certain plaisir, que ces découvertes continuent et que mieux encore, elles se transmettent à mes propres enfants.

Pour le collégien puis lycéen et enfin étudiant que j'étais, sans trop de pouvoir d'achat - en tous cas pas suffisant pour pouvoir jeter mon dévolu sur des disques que l'on ne trouvait de toutes façons pas dans les quelques boutiques du Mans qui en vendaient, et lorsque je les croisais par accident, ils m'étaient de toutes façons le plus souvent inaccessibles (je précise que je parle d'un temps très antérieur à la démocratisation d'internet) - la médiathèque offrait l'opportunité unique d'avoir accès à des œuvres déterminantes, via la lecture de revues ou d'ouvrages spécialisés (dont la plupart étaient d'ailleurs empruntés au même endroit), et de fil en aiguille (ou plus exactement de liner notes en liner notes) il était possible de naviguer au gré de discographies parfois complètes.

Chaque médiathèque se caractérise par les spécificités de son fond propre, celle du Mans avait, lorsque j'ai commencé à la fréquenter en 1988 (j'avais dix ans), l'immense avantage de proposer principalement trois supports, vinyle, cassette et CD. Le premier emprunt que j'ai fait (sur la carte d'abonnement de mon père) était "Disraeli Gears" de Cream, en CD, tandis que lui jetait son dévolu sur "Gems", compilation d'Aerosmith, "Genesis Live", "A Quiet Day In Spring" de Larry Coryell & Michael Urbaniak ainsi que - si ma mémoire ne me trompe pas - une bretonnerie chère à son cœur du genre Gilles Servat. L'idée de pouvoir emprunter gratuitement (enfin presque, au prix d'un abonnement) de façon illimitée, des disques de mon choix, me faisait l'impression d'avoir accédé nuitamment à un magasin de jouets façon open bar sans vigile, ou bien dans une confiserie, self-service à volonté.

Du temps du lycée, j'ai pu me goinfrer de tout ce qui me passait sous la main pourvu que ce soit disponible et pas réservé par un autre adhérent (source de quelques frustrations aiguës, accompagnées parfois de jurons et de mouvements d'humeur qui ne me faisaient pas honneur), à raison de deux à trois visites hebdomadaires, et muni de ma carte, je me lançais dans l'exploration de différents répertoires dont certains m'ont marqué jusqu'à aujourd'hui. Tout ce que je pouvais découvrir, je me jetais dessus, surtout si sur la pochette l'on voyait des chevelus-barbus-moustachus, si dans la liste des instruments utilisés il y avait flûte traversière et mellotron, et de préférence si cela avait été enregistré entre 1965 et 1975.

Le principe d'emprunter et non de posséder me posait question et me séduisait autant qu'il me frustrait, mais l'histoire me vit in fine acquérir lors des ventes-braderie de la médiathèque, quelques CD que j'avais par le passé emprunté un nombre incalculable de fois au point même que ceux-ci avaient gagné leur petit rond de serviette sur mes étagères. Et ceux-là devenaient ainsi légitimement et officiellement miens.

Quelle est votre expérience avec les bibliothèques et médiathèques municipales de par-chez vous, en fréquentez-vous toujours, quels sont vos usages, manies, rituels ? C'est un sujet qui me passionne, et je serais heureux de vous lire sur le sujet ! :coucouz:
Avatar de l’utilisateur
RRRouliane
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1615
Inscription: 04 Mar 2013, 22:43

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar nunu » 17 Mai 2019, 17:18

RRRouliane a écrit:Quelle est votre expérience avec les bibliothèques et médiathèques municipales de par-chez vous, en fréquentez-vous toujours, quels sont vos usages, manies, rituels ? C'est un sujet qui me passionne, et je serais heureux de vous lire sur le sujet ! :coucouz:

Celle de chez moi j'ai fait mieux qu'emprunter des documents, j'y ai travaillé pendant 2 ans. Je m'occupait de l'acquisition des CD (aujourd'hui les collegues me demandent toujours mon avis pour certains achats). Oui car c'est mon métier. Meme si aujourd'hui je cherche un poste n'étant pas titulaire et n'ayant pas encore le concours.
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12155
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar Bebeto » 17 Mai 2019, 18:29

Une anecdote qui me plait bien.
Alors que je fouine dans les bacs de l'immense étage dédié à la musique (cd, partoches, livres musicaux), muni de ma petite liste et de deux cartes de prêt, non loin, un duo d'étudiants d'une vingtaine d'années, cherchent vaguement dans les rayons des musiques actuelles je ne sais quel album, puis, n'y trouvant pas leur compte, de guerre lasse, l'un des deux lâche : " Viens, on s'tire, y a rien ici !"
"I took a dead man's Gibson, gonna write the world's last great song
But my muse was out fucking in gutters all night long"
Avatar de l’utilisateur
Bebeto
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5893
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar muskar » 17 Mai 2019, 18:37

Dans les années 80, 90 j'ai beaucoup fréquenté la médiathèque du CE de mon employeur. Je n'empruntais pas que du rock. Ça m'a permis de découvrir du jazz et du classique. Au début j'enregistrais sur un magnéto à bande Revox. Problème, pour trouver un passage précis il fallait s'armer de patience. Puis avec les ordinateurs il fut possible d'extraite les CD. Problème comment raccorder le PC sur la chaîne d'autant que le PC était dans une autre pièce. La solution un transmetteur sans fil Logitech. L'émetteur sur le PC, le récepteur sur la chaîne. Et puis Spotify est apparu. Et du coup besoin de me déplacer à la médiathèque. Tout disponible à la maison. Seul petit bémol, la qualité du son. Mais, ils vont bien finir par passer à la qualité CD.
Eih bennek, eih blavek - devise syldave: "Ici je suis, ici je reste."
Avatar de l’utilisateur
muskar
 
Messages: 67
Inscription: 16 Mar 2013, 16:17
Localisation: КЛОВ Klow Syldavie

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar whereisbrian » 17 Mai 2019, 19:49

Cela a démarré au début des 70's, pas de disques, que des livres.
C'était un cérémonial, aller alabibliothèque.

J'ai commencé par lire tous les Jules Verne (tous) dans une belle collection reliée, puis j'ai écumé toute la section fantastique et science-fiction, Opta, Présence du Futur etc etc, un des bibliothécaire était fan, il m'informait des nouveautés que je réservais. Je peux dire que tous les auteurs y sont passés, Heinlein, Asimov, Lovecraft, Machen, Delerth, ... Puis Romain Gary, Miller, Boris Vian, ...

C'est vraiment un lieu magique.

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.
Avatar de l’utilisateur
whereisbrian
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5848
Inscription: 03 Fév 2013, 21:28
Localisation: BzH Sud

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar nunu » 17 Mai 2019, 20:00

whereisbrian a écrit:

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.

Quand tu l'empruntes tu ne l'achete pas non plus , la bibliotheque l'achete, mais le met a disposition apres, donc l'artiste ne touche qu'une fois. Donc que tu le copies ou pas ca change rien, des que tu l'empruntes tu ne files pas d'argent a l'artiste.
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12155
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar bratislava1 » 17 Mai 2019, 20:13

nunu a écrit:
whereisbrian a écrit:

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.

Quand tu l'empruntes tu ne l'achete pas non plus , la bibliotheque l'achete, mais le met a disposition apres, donc l'artiste ne touche qu'une fois. Donc que tu le copies ou pas ca change rien, des que tu l'empruntes tu ne files pas d'argent a l'artiste.


C'est pertinent ! :chapeau:
L'ennui en ce monde c'est que les imbéciles sont sûr d'eux et les gens sensés pleins de doutes. B. Russel.
bratislava1
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3982
Inscription: 21 Fév 2013, 17:30

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar Bebeto » 17 Mai 2019, 20:21

bratislava1 a écrit:
nunu a écrit:
whereisbrian a écrit:

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.

Quand tu l'empruntes tu ne l'achete pas non plus , la bibliotheque l'achete, mais le met a disposition apres, donc l'artiste ne touche qu'une fois. Donc que tu le copies ou pas ca change rien, des que tu l'empruntes tu ne files pas d'argent a l'artiste.


C'est pertinent ! :chapeau:


Ben non ! Si tu ne le copies pas, tu t'offres la possibilité de l'acheter, alors que si tu le copies, tu diminues les chances de l'acheter. C'est ce que je fais quand un disque me plait, je ne copie pas afin de l'acheter.
C'est, je crois, le sens de l'intervention de Wh.
"I took a dead man's Gibson, gonna write the world's last great song
But my muse was out fucking in gutters all night long"
Avatar de l’utilisateur
Bebeto
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5893
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar nunu » 17 Mai 2019, 20:24

Bebeto a écrit:
bratislava1 a écrit:
nunu a écrit:
whereisbrian a écrit:

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.

Quand tu l'empruntes tu ne l'achete pas non plus , la bibliotheque l'achete, mais le met a disposition apres, donc l'artiste ne touche qu'une fois. Donc que tu le copies ou pas ca change rien, des que tu l'empruntes tu ne files pas d'argent a l'artiste.


C'est pertinent ! :chapeau:


Ben non ! Si tu ne le copies pas, tu t'offres la possibilité de l'acheter, alors que si tu le copies, tu diminues les chances de l'acheter. C'est ce que je fais quand un disque me plait, je ne copie pas afin de l'acheter.
C'est, je crois, le sens de l'intervention de Wh.

Oui mais les gens qui viennent en bibliotheque en grande majorité, ils empruntent des disques pour ne pas avoir a les acheter. Certains c'est meme la seule fois de leur vie ou il voient un disque. Surtout dans les bibliotheques ou il y a beaucoup de jeunes
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12155
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar bratislava1 » 17 Mai 2019, 20:25

Bebeto a écrit:
bratislava1 a écrit:
nunu a écrit:
whereisbrian a écrit:

Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.

Quand tu l'empruntes tu ne l'achete pas non plus , la bibliotheque l'achete, mais le met a disposition apres, donc l'artiste ne touche qu'une fois. Donc que tu le copies ou pas ca change rien, des que tu l'empruntes tu ne files pas d'argent a l'artiste.


C'est pertinent ! :chapeau:


Ben non ! Si tu ne le copies pas, tu t'offres la possibilité de l'acheter, alors que si tu le copies, tu diminues les chances de l'acheter. C'est ce que je fais quand un disque me plait, je ne copie pas afin de l'acheter.
C'est, je crois, le sens de l'intervention de Wh.


Evidemment, je suis d'accord. Emprunter des cd permet de découvrir, voir de copier, et si vraiment c'est ok, l'acheter.
L'ennui en ce monde c'est que les imbéciles sont sûr d'eux et les gens sensés pleins de doutes. B. Russel.
bratislava1
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3982
Inscription: 21 Fév 2013, 17:30

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar RRRouliane » 17 Mai 2019, 20:25

whereisbrian a écrit:Plus tard, pour les disques, j'ai toujours eu des scrupules à les copier (d'ailleurs je suis contre, clairement),
je préfère ne pas copier une nouveauté, car la copier prive l'artiste de ses droits, des quelques centimes d'euros
qu'il peut récupérer.
Sur ce point, je n'ai pas de quoi être fier, j'ai copié intensivement sur cassette tout ce que j'empruntais et qui me plaisait. Pour mon propre usage en premier lieu, bien entendu, mais aussi pour partager avec les copains. Par exemple, le jour où j'ai emprunté "In The Court Of The Crimson King" pour la première fois, je ne connaissais pas cet album, il me restait de la place sur ma carte, je me suis dit, tiens cette pochette n'est pas commune, elle me dit quelque chose, on va bien voir. La gifle a été telle qu'après une demi-douzaine d'écoute, j'ai dû en faire cinq copies sur des cassettes que j'ai distribué le lendemain au bahut en disant "Tu vas voir, c'est énorme, il faut ABSOLUMENT que tu écoutes ce truc". Mes cassettes de disques de la médiathèque témoignaient d'un certain hétéroclisme en termes de styles : je me souviens d'une où sur la face A il y avait Tangerine Dream et sur la face B, Black Sabbath, une autre avec Coltrane au Village Vanguard b/w les New York Dolls, une autre avec le premier live de Genesis b/w "Never Mind The Bollocks" !

Quelques pochettes de trucs sympa qui m'ont marqué dans mes emprunts :

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Enfin, à la médiathèque du Mans, ils ont l'intégrale - ou peu s'en faut - des CD de Jean-Luc Le Ténia, qui a bossé là-bas durant quelques années.
Avatar de l’utilisateur
RRRouliane
♪♪♪♪♪
 
Messages: 1615
Inscription: 04 Mar 2013, 22:43

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar nunu » 17 Mai 2019, 20:31

RRRouliane a écrit:Sur ce point, je n'ai pas de quoi être fier, j'ai copié intensivement sur cassette tout ce que j'empruntais et qui me plaisait.

C'est pas grave, on est pas duper, on sait que les gens qui viennent a la biliotheque copie les disques, même moi je le fais :))

Les seuls trucs qu'on ne voulait pas acheter pour que les gens puisse pas les copiers, c'est les trucs caritatifs, style le CD des Enfoirés qu'on nous demandait tous les ans.
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12155
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar lulujoy » 17 Mai 2019, 21:43

Vous me fendez le coeur, car ici, les médiathèques se meurent.

Je suis bibliothécaire en Belgique, et la fusion bibliothèque/médiathèque n'a jamais existé. Les médiathèques restaient rare - dans les grandes villes seulement! - et les bibliothèques ne proposaient pas vraiment de contenu audio-vidéo (à part des livres audio quand t'as de la chance et les C'est pas Sorcier quand t'as le gros lot)

De part cette absence de fusion, depuis la fin de la discothèque (j'ai encore un vinyl de chez eux et je ferais peut-être une vidéo à ce propos si mes supérieures me laissent filmer dans l'arrière boutique...), les gens n'ont pas pris l'habitude de venir en mediathèque, alors que les bibs se portent bien. Les bus ont cessé de rouler. Les prix ont augmentés de manière effrayantes. Elles ferment les unes après les autres. Il en reste, quoi? 5 pour toute la communautée française? et voilà, rideau.
On cesse les acquisitions cette années. Les médiathécaires voient leur travail bradé et orienté vers la diffusion de contenu via le site internet que personne ne consulte - pointculture.be
(Je le sais, j'ai écris des articles pour eux, car après tout ce sont mes collègues. Je sais donc que tout le monde s'en fou et que l'impact est minable.)

Adieu collection de CD impressionnante. Adieu médiathèque du passage 44 près de mon université ou j'ai enfin trouvé ces enregistrements de trouvères et troubadours. Adieu médiathèque de La Louvière, sans qui je n'aurais pu mener à bien mon travail de fin d'étude (grâce à une compilation de chansons française sous l'occupation).
Je ne vous ai presque pas fréquenté. J'aurais aimé vous connaître mieux. Puissiez-vous renaître dans nos bibliothèques... mais honnêtement, c'est pas gagné.
Avatar de l’utilisateur
lulujoy
 
Messages: 42
Inscription: 12 Avr 2019, 20:40

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar nunu » 17 Mai 2019, 21:50

lulujoy a écrit:Vous me fendez le coeur, car ici, les médiathèques se meurent.

Je suis bibliothécaire en Belgique, et la fusion bibliothèque/médiathèque n'a jamais existé. Les médiathèques restaient rare - dans les grandes villes seulement! - et les bibliothèques ne proposaient pas vraiment de contenu audio-vidéo (à part des livres audio quand t'as de la chance et les C'est pas Sorcier quand t'as le gros lot)

De part cette absence de fusion, depuis la fin de la discothèque (j'ai encore un vinyl de chez eux et je ferais peut-être une vidéo à ce propos si mes supérieures me laissent filmer dans l'arrière boutique...), les gens n'ont pas pris l'habitude de venir en mediathèque, alors que les bibs se portent bien. Les bus ont cessé de rouler. Les prix ont augmentés de manière effrayantes. Elles ferment les unes après les autres. Il en reste, quoi? 5 pour toute la communautée française? et voilà, rideau.
On cesse les acquisitions cette années. Les médiathécaires voient leur travail bradé et orienté vers la diffusion de contenu via le site internet que personne ne consulte - pointculture.be
(Je le sais, j'ai écris des articles pour eux, car après tout ce sont mes collègues. Je sais donc que tout le monde s'en fou et que l'impact est minable.)

Adieu collection de CD impressionnante. Adieu médiathèque du passage 44 près de mon université ou j'ai enfin trouvé ces enregistrements de trouvères et troubadours. Adieu médiathèque de La Louvière, sans qui je n'aurais pu mener à bien mon travail de fin d'étude (grâce à une compilation de chansons française sous l'occupation).
Je ne vous ai presque pas fréquenté. J'aurais aimé vous connaître mieux. Puissiez-vous renaître dans nos bibliothèques... mais honnêtement, c'est pas gagné.

Nous dans toute les villes qui ont un peu d'habitants (on va dire au dessus de 6000) c'est quasi que de la médiatheque. Aujourd'hui c'est la ludotheque qui arrive en plus
Bono se pointe vers moi et me dit « Ça va fiston ? » Je ne suis pas ton fiston, connard. Ce mec là a fait un ou deux bons disques, mais de là à m'appeler fiston... (Liam Gallagher, 1995)
Avatar de l’utilisateur
nunu
♪♪♪♪♪
 
Messages: 12155
Inscription: 03 Fév 2013, 18:12

Re: A la bibliothèque municipale

Messagepar lulujoy » 17 Mai 2019, 21:57

nunu a écrit:
lulujoy a écrit:Vous me fendez le coeur, car ici, les médiathèques se meurent.

Je suis bibliothécaire en Belgique, et la fusion bibliothèque/médiathèque n'a jamais existé. Les médiathèques restaient rare - dans les grandes villes seulement! - et les bibliothèques ne proposaient pas vraiment de contenu audio-vidéo (à part des livres audio quand t'as de la chance et les C'est pas Sorcier quand t'as le gros lot)

De part cette absence de fusion, depuis la fin de la discothèque (j'ai encore un vinyl de chez eux et je ferais peut-être une vidéo à ce propos si mes supérieures me laissent filmer dans l'arrière boutique...), les gens n'ont pas pris l'habitude de venir en mediathèque, alors que les bibs se portent bien. Les bus ont cessé de rouler. Les prix ont augmentés de manière effrayantes. Elles ferment les unes après les autres. Il en reste, quoi? 5 pour toute la communautée française? et voilà, rideau.
On cesse les acquisitions cette années. Les médiathécaires voient leur travail bradé et orienté vers la diffusion de contenu via le site internet que personne ne consulte - pointculture.be
(Je le sais, j'ai écris des articles pour eux, car après tout ce sont mes collègues. Je sais donc que tout le monde s'en fou et que l'impact est minable.)

Adieu collection de CD impressionnante. Adieu médiathèque du passage 44 près de mon université ou j'ai enfin trouvé ces enregistrements de trouvères et troubadours. Adieu médiathèque de La Louvière, sans qui je n'aurais pu mener à bien mon travail de fin d'étude (grâce à une compilation de chansons française sous l'occupation).
Je ne vous ai presque pas fréquenté. J'aurais aimé vous connaître mieux. Puissiez-vous renaître dans nos bibliothèques... mais honnêtement, c'est pas gagné.

Nous dans toute les villes qui ont un peu d'habitants (on va dire au dessus de 6000) c'est quasi que de la médiatheque. Aujourd'hui c'est la ludotheque qui arrive en plus


Vas-y, fait moi pleurer de jalousie ;)
On a quelques ludothèques, quand les bibs ont envie de les développer. Plic-ploc.
Avatar de l’utilisateur
lulujoy
 
Messages: 42
Inscription: 12 Avr 2019, 20:40

Suivante

Retourner vers Le bistro

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités