THE COSMIC JOKERS (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

THE COSMIC JOKERS (Bio)

Messagepar alcat01 » 04 Fév 2013, 23:03

Image

Fondés par Rolf-Ulrich Kaiser en 1973, the Cosmic Jokers se sont révèlés les plus représentatifs du Kosmiche Rock Allemand, caractérisé par l'utilisation de sons futuristes de science-fiction, psychédélisme, et autre atmosphère galactique.
The Cosmic Jokers furent certainement le plus grand 'super groupe' de Krautrock qui n'ait jamais existé, une blague cosmique en qielque sorte, même sur la plupart des musiciens ayant joué sur les sessions, à l'insu des 'membres' de ce nouveau 'groupe'.

En effet, les origines de the Cosmic Jokers tournent autour de Rolf-Ulrich Kaiser, un journaliste musical Allemand qui avait écrit un certain nombre de livres sur la musique psychédélique des années 60, comme, par exemple une biographie de Frank Zappa et "De Nieuwe Pop Muziek" (The New Musique Pop) en 1970.
Kaiser avait remplacé Jurgen Schmeisser en tant que manager du label de 'Psychédélic et Folk Rock' Allemand, Pilz, qui était une filiale de BASF.
Au cours de la gestion de Rolf-Ulrich Kaiser, le label avait publié les œuvres de nouveaux groupes Allemands tels que Popol Vuh, Hoelderlin, Emtidi et Bröselmaschine.

Après l'expérience de Pilz, Rolf-Ulrich Kaiser avait décidé de lancer un nouveau label à Berlin appelé Ohr, qui était détenu par Metronome Records, et il avait lancé sa carrière comme producteur de musique.
Kaiser fut donc décisif pour l'existence d'une production autonome de la musique Allemande, et il était conscient de ce fait comme il l'explique dans le magazine Mojo d'Avril 2003: "En 1970, il n'y avait pas les maisons de disques Allemandes qui s'intéressent à la musique Allemande. Nous avons montré au peuple Allemand qu'il peut faire confiance à leur propre musique".

Le label Ohr Records est devenu une plateforme importante pour la Rock Music Allemande, en publiant quelques-uns des premiers travaux de groupes Allemands comme Tangerine Dream, Guru Guru, Ash Ra Tempel, Embryo, Birth Control, Emtidi, Wallenstein, Amon Duul ou encore Mythos. Les débuts de Ohr furent difficiles car ils devaient faire face à la situation complexe dans le pays depuis que la bourse du travail avait été autorisé à organiser le travail pour d'autres personnes.

Kaiser se souvient de la maigre situation de l'industrie musicale en Allemagne à l'époque: "Quand nous avons commencé, il n'y avait pas de public pour les groupes Allemands en Allemagne. Le business était contrôlé par des groupes Britanniques et Américains. En Allemagne, il est illégal d'être manager d'un groupe. Trois semaines après le début de Ohr, on m'a demandé d'aller au bureau du gouvernement et ils ont dit, "Vous faites quelque chose qui n'est pas autorisé. Si vous continuez, vous devrez payer 30.000 marks". (magazine Mojo d'Avril 2003)

Image

En 1971, le paroxysme de ces situations complexes a été atteint lorsque la friction entre les gens de l'industrie a atteint les médias et Rolf-Ulrich Kaiser a été l'un des protagonistes de l'un des moments les plus choquants et hilarants dans l'histoire de la musique Allemande. C'était lors d'un débat en direct à la télévision allemande WDR à propos de l'industrie musicale Allemande avec Nikel Pallat (gestionnaire de Ton Steine Scherben), Conny Veit (Gila), Bodo Albes (manager de Frumpy), Wolfgang Hamm, Hans G. Helms et Heinz Klaus-Metzger.
Après une altercation entre Kaiser et Pallat au sujet du capitalisme dans l'industrie Allemande, Pallat prit une hache qu'il avait caché sous sa veste et commença à frapper la table provoquant la débandade chez les participants, puis il garda quelques micros dans sa poche. À ce moment-là, la chaîne de télévision arrêta la diffusion de l'émission.

En 1971, Rolf-Ulrich Kaiser fut l'architecte de l'une des expériences les plus curieuse de l'histoire de la musique Allemande quand il réunit dans la même équipe Ash Ra Tempel et le psychologue et écrivain Américain Timothy Leary, dont les idées sur les bénéfices spirituels du LSD choquaient les universités et le mettait dans l'oeil de la tempête du mouvement contre l'Amérique de la fin des années soixante. Leary fut très populaire pour avoir inventé la phrase classique hippy "Activer, accordez, abandonnez" et pour son apparition au bed-in de John Lennon et Yoko Ono à New York chantant "Give Peace A Chance". Il eut également une influence importante sur les artistes Rock tels que les Moody Blues et les Who, et il fut préalablement en contact avec Brian Barritt, avec qui il avait expérimenté l'héroïne affirmant qu'ils pouvaient communiquer par télépathie.

Timothy Leary avait commencé à avoir des problèmes avec la loi en 1965 quand il s'était déclaré lui-même responsable d'une accusation sur sa fille pour la traversée du Mexique aux États-Unis avec de la marijuana. En conséquence, il avait été reconnu coupable de possession en vertu de la loi sur la marijuana et condamné à 30 ans de prison.
En 1969, cette loi ayant été déclarée inconstitutionnelle, la condamnation de Leary a été reconsidérée, mais plus tard, en 1970, il fut de nouveau condamné pour les mêmes accusations et condamné à la prison, étant assigné à travailler comme jardinier dans un petit établissement pénitencier.
En prison, Leary se créa un profil psychologique pour que les autorités pensent qu'il était incapable de représenter un risque en simulant les tests psychologiques qu'il avait écrit lui-même plusieurs années auparavant. Dans la nuit du 12 Septembre 1970, Leary s'échappa de prison, soutenu par le groupe militant Yippie 'The Weatherman' et Richard Nixon l'avait décrit comme "l'homme le plus dangereux au monde".
Leary et sa femme s'exilèrent en Algérie avec un faux passeport au nom de McNellis et déguisé avec une tête chauve. Ils déménagèrent ensuite en Suisse, le berceau du LSD, où il prit contact avec la scène de cosmic music, après cela, Rolf-Ulrich Kaiser, de Ohr, chercha à rencontrer l'homme.

Image

Kaiser avait en fait tenté de contacter pendant un certain temps le poète beatnik Allen Ginsberg pour essayer de l'impliquer dans ses projets, mais sans résultat.
Plus tard, Hartmut Enke de Ash Ra Tempel fit le même voyage pour rencontrer Leary avec l'idée de travailler sur un concept basé sur une carte des étapes de la conscience de l'esprit que Leary et Barritt avait tracé sous le nom de "les sept étapes pour un meilleur karma de la conscience". Ce fut la source d'inspiration pour l'album "Seven Up".
Finalement, le reste du groupe s'installe en Suisse pour enregistrer le nouvel album avec Leary aux Sinus Studios à Münstergasse, à Berne.
L'histoire raconte comment, tout comme un ami des Beatles l'avait fait dans leur thé, le beau-fils de Timothy Leary, Dennis Martino, avait fait tomber du LSD sur une bouteille de boisson 7 Up et l'avait fait passer au groupe, sans le dire.
Leary avait aussi contribué à l'album avec quelques vocaux et ils dirent qu'il pouvait chanter mieux que quiconque dans le groupe.

Pendant leur séjour en Suisse, tout l'équipe s'était installé dans une ferme dans les montagnes près de Berne où ils passèrent quelques jours à prendre de l'acide et aurait improviser une sorte d'orgies sexuelles, mais il n'y a pas de disques des membres de Ash Ra Tempel impliqués dedans. Leary sera également impliqué plus tard dans d'autres projets pour le président d'Ohr Records, Rolf-Ulrich Kaiser, comme des albums de Cosmic Jokers.

En 1974, Timothy Leary fut arrêté par des agents d'Interpol dans un aéroport de Kaboul, en Afghanistan et il fut extradé vers les États-Unis, où il fut de nouveau emprisonné et libéré plus tard en 1976. Il est décédé le 31 mai 1996 d'un cancer de la prostate.

Image

Après l'expérience "Seven Up", Rolf-Ulrich Kaiser avait donné naissance à un nouveau label, Kosmiche Musik.
Pour certaines personnes Kosmiche Musik était un sorte de génie qui avait élargi les frontières de la musique moderne et fit quelques pas en avance sur son temps, pour d'autres personnes, il fut seulement le résultat d'avoir une bande de hippies en pleine improvisation, et quelqu'un a fait remarquer que c'était juste la façon d'élever son ego pour Rolf-Ulrich Kaiser et de retrouver l'adoration de sa femme que Timothy Leary avait volé.
Le plan de Kaiser était simple et original en même temps. Il avait réuni un collectif d'artistes sous le nom de Kosmiche Kuriere (courriers cosmiques) et les avait invité pour une série de jams improvisées, également appelé "acid parties" par certains, qui furent enregistrées entre Février et Mai 1973 au studio de Dieter Dierk dans Stommeln en échange d'une somme modique et de tous les hallucinogènes qu'ils pouvaient ingérer.
Ce collectif comprenait Manuel Göttsching de Ash Ra Tempel et sa petite amie Rosi Müller, Klaus Schulze, Dieter Dierks, Jürgen Dollase, Harald Grokopf, et la femme de Kaiser, la créatrice de mode ancienne et co-productrice, Gille Lettmann. Timothy Leary s'était également joint à eux pour chanter. Le résultat fut une fusion libre de Rock Psychédélique, Space Rock et Musique électronique.

Image

The Cosmic Couriers, un groupe informel, avait soutenu musicalement des disques produit par Kaiser de l'artiste Suisse Serge Golowin, poète, de Walter Wegmüller, lecteur de Tarot tzigane, et même Timothy Leary l'année précédente.

Le guitariste d'Ash Ra Tempel, Manuel Göttsching, dont le début de la discographie avait été publié sur les labels de Kaiser, a une mémoire différente de ces enregistrements: "Les drogues ont actuellement peu à voir avec la musique (ni avec le label), mais elles étaient présentes, elles étaient présentes à cette époque en général. Je parle de la marihuana ou de haschisch, qui étaient très populaires à cette époque. Tout le monde de moins de 30 ans fumait ceci et cela, les anciens l'avaient fait tant d'années auparavant, et les rivières continuent à couler...Les drogues ont été et seront une partie de la vie, pas nécessairement parce qu'on est un musicien, un peintre, un architecte, ou un psylocybinien? Elles étaient toutes autour et avaient pris une grande partie de mon temps, mais il y avait une autre drogue dont je suis tombé amoureux: "LA MUSIQUE".

De ces sessions de 1973, sont nés, 'sans le savoir', The Cosmic Jokers, car Kaiser et Dierks éditèrent et mixèrent le matériel et le publièrent sur vinyle un an plus tard sur le label Kosmiche Musik de Kaiser sans que les autres musiciens ne connaissent rien à ce sujet jusqu'à ce que les disques n'apparaissent dans les magasins, même si leurs photos étaient mises en évidence sur les couvertures. Tous les morceaux présentaient leurs auteurs correspondants, mais les musiciens n'avaient rien remarqué au sujet de ces publications et n'avaient obtenu aucun paiement ou avantage d'aucune des productions.

C'est ainsi que, un beau jour de l'année 1974, Manuel Göttsching entra par hasard dans un magasin de disques de Berlin et entendit un peu de sons de guitare follement cosmiques débité par des haut-parleurs. Il fut choqué de découvrir qu'il écoutait un nouveau super groupe de Krautrock, et qu'il en était, en fait, le guitariste.

Image

Image

http://www10.zippyshare.com/v/5154199/file.html
muro

Le premier album "The Cosmic Jokers" est suivi rapidement par:

Image

http://www8.zippyshare.com/v/41147175/file.html
muro

"Galactic Supermarket" (qui en réalité n'étaient pas crédité aux Cosmic Jokers à sa sortie à l'origine)

Image

http://www27.zippyshare.com/v/97360313/file.html
muro

et "Planeten sit-in", tous publiés en 1974.

Image

http://www70.zippyshare.com/v/65194421/file.html
muro

Dans la même année est sorti deux disques, plus tard portés au crédit de The Cosmic Jokers, la compilation "Sci-Fi Party" du label Kosmische Musik,

Image

http://www41.zippyshare.com/v/64370639/file.html
muro

et "Gilles Zeitschiff" (ou "Timeship Jill").
Ce dernier album met, en fait, en vedette Gille Lettmann, la petite amie de Kaiser à l'époque, également connu sous le nom Sternenmadchen, récitant sur la musique pillée des divers premiers disques de Musik Kosmische.

Après cela, de nombreux groupes du label comme Popol Vuh quittèrent l'entreprise, et Tangerine Dream refusa de sortir son prochain album "Atem" sur Kosmiche Musik en sachant que Kaiser avait déjà donné son accord à Polydor au Royaume-Uni à leur insu. Klaus Schulze, qui avait participé aux sessions "Kosmiche Kourier", avait pris des mesures juridiques contre Kaiser, provoquant le retrait de tous les albums de Cosmic Jokers du marché.
Rolf-Ulrich Kaiser avait perdu sa cause en cour et, finalement, les musiciens avaient obtenu leurs droits en retour. Ensuite, les labels Ohr et Kosmische Musik fermèrent et Rolf-Ulrich Kaiser apparemment disparut du pays et quitta l'industrie de la musique pour le reste de sa vie.

Manuel Göttsching, qui fut l'un des musiciens les plus impliqués dans les projets de Kaiser, a une version différente de l'histoire: "C'est probablement l'un des mythes de Klaus D. Mueller (le manager de Klaus Schulze) au sujet de cette histoire des sessions des Cosmic Jokers. Bien sûr, j'étais au courant des publications, bien sûr, j'avais eu les contrats avant, et j'avais reçu des redevances, même une avance. Tout cela faisait très peu d'argent, mais cela ne devrait jamais être un argument à répandre autour de rumeurs de ce genre. Vous pouvez dire beaucoup de choses sur le producteur Rolf-Ulrich Kaiser, mais je n'ai aucune raison de lui dire qu'il a mal agi jusqu'à présent".

Lorsqu'on demanda à Stephan Kaske, du groupe Allemand Mythos, s'il avait des nouvelles de Rolf-Ulrich Kaiser et Gille Lettmann il avait dit: "Pas vraiment. Après s'être âbimé le cerveau avec la drogue, ils ont perdu leur crédibilité, leur réputation et à la fin leur musique et leur 'imperium'. Dieter Dierks avait obtenu tout cela en 78 ou 79 pour autant que je sache. Maintenant, ses organisations (Venus Records) managent les labels et me paye mes licences. En 1980, "Starmaiden" (Gille Lettmann) m'avait écrit une lettre avec une extrême confusion "cosmique" des choses. J'avais répondu à sa lettre un peu pour lui souhaiter bonne chance (honnêtement), mais ma lettre est revenue non décachetée. "Désolé, monsieur Kaske. Je ne peux pas ouvrir cette lettre adressée à Gilles Lettmann. S'il vous plaît envoyez la à nouveau à 'Starmaiden', avait-elle écrit sur l'enveloppe. Tout reste à dire ?!?."

Bien que certaines personnes aient parfois décrié les disques de The Cosmic Jokers comme un mauvais gadget et l'un des pires exemples d'artistes préfabriqués, Schulze les prend à contre-courant en affirmant que ce sont quelques-uns des meilleurs disques de space rock cosmique Allemands jamais faits.

Discographie:

The Cosmic Jokers (1974)
Galactic Supermarket (1974)
The Cosmic Jokers & Sternenmädchen: Planeten Sit-In (1974)
Gille Lettman & Rolf-Ulrich Kaiser: Sci Fi Party (1974; actually a Kosmische Musik label sampler)
Sternenmädchen Gille: Gilles Zeitschiff (1974)


Sources: Intuitive Music, Rolf Semprebon
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: THE COSMIC JOKERS (Bio)

Messagepar alcat01 » 09 Fév 2014, 15:46

bio mise à jour!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron