SAVOY BROWN (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar alcat01 » 05 Fév 2013, 22:53

Image
Image

Légendaire... une véritable institution!... innovateurs du Blues Rock...
Ce ne sont là que quelques-unes des façons dont Savoy Brown a été décrit au cours des quarante dernières années par les critiques et les fans de musique.
L'un des premiers groupes de British Blues, Savoy Brown a permis de lancer le Blues Rock au Royaume-Uni qui a ouvert la voie à des groupes tels que Led Zeppelin.

Groupe Anglais de Blues Rock, Savoy Brown se forme en 1966 autour du guitariste Kim Simmonds (né le 5 Décembre1947, à Newbridge, en Galles du Sud).
Le groupe est dirigé d’une main de fer par celui-ci: Sa volonté de domination entraînera à maintes reprises des modifications de line up tout au long de la très longue carrière du groupe.

Dans la nébuleuse du British Blues Boom, certains groupes, bien que jouant une musique d’excellente qualité, sont tombés dans un relatif oubli et Savoy Brown est un de ceux là. Et pourtant!
La musique de Savoy Brown n'a jamais vraiment été éloignée du Blues...

Image

Au début de sa vie, Kim Simmonds fut fortement influencé par son frère aîné Harry (baptisé Henry).
Harry Simmonds avait commencé à écouter de la musique quand il avait environ treize ans, en particulier Bill Haley.
Plus tard, il s'est intéressé à la R & B et au Blues, en particulier la musique de James Brown, Ike et Tina Turner, Jimmy Reed, Otis Rush et Muddy Waters.
Il s'achetait souvent des importations Américaines dans un petit magasin de disques situé à Streatham, 'The Swing Shop', au Sud-Ouest de Londres, qui était aussi un endroit où on pouvait aussi trouver Jo Ann Kelly.
Kim est devenu accroc de la collection des enregistrements de Blues de son frère aîné.
Parmi les influences de Kim, on trouve Howlin 'Wolf (et son guitariste Hubert Sumlin), Earl Hooker, Freddy King, Matt Murphy, Otis Rush et surtout Muddy Waters.

À l'âge de 13 ans, Kim achète sa première guitare et il appris seul à jouer les riffs de Chuck Berry.
Dès l'âge de 15 ans, il joue toujours et encore de la guitare, même si, depuis, il a abandonné l'école et il a pris un emploi de bureau au ministère de la Défense à Whitehall.

En attendant à l'extérieur de Transat Imports, un magasin de disques situé dans le quartier de Chinatown à Londres, Kim rencontre un autre amateur de Blues, le joueur d'harmonica et voisin John O'Leary.
O'Leary travaille pour une entreprise chimique Américaine et prend l'harmonica après avoir vu Cyril Davies jouer avec Alexis Korner's Blues Incorporated. O'Leary et Kim deviennent rapidement des amis et O'Leary invite Kim et son frère Harry à une jam session.
Et c'est véritablement à ce moment-là que Kim s'est révélé.

Harry a encouragé son frère à former un groupe et ils ont tous deux convenu que Harry serait leur manager.
Le premier line up se compose alors de Kim Simmonds à la guitare, O'Leary à l'harmonica, Leo Manning à la batterie, Brice Portius au chant, et enfin Ray Chappell à la basse.
Portius et Manning étant noirs, tandis que les autres membres sont blancs, Savoy Brown est l'un des premiers groupes racialement intégré à jouer dans les clubs Britanniques.

Image

Leur premier pianiste, Trevor Jeavons, a été rapidement remplacé par Bob Hall (qui est devenu l'un des membres de Savoy Brown à être resté le plus longtemps dans le groupe).
Auparavant, Hall a été membre de John Lee's Groundhogs (plus tard the Groundhogs), qui avait accompagné John Lee Hooker pour sa tournée Britannique en 1964. Il avait également accompagné Jimmy Reed et Little Walter.
Au moment des premiers enregistrements de the Groundhogs, cependant, Hall était parti en raison de conflits avec son temps de travail quotidien.

Le nouveau groupe décide alors de s'appeler the Savoy Brown Blues Band pour souligner leur répertoire dans le style du Chicago Blues.
Ils ont pris 'Savoy' d'un label de Blues des États-Unis, Savoy Records, qui leur semblait élégant, et "Brown", car ils l'ont perçu comme étant à peu près aussi simple que vous pouvez l'imaginer.
Mélangés ensemble, les mots créent un équilibre des contraires.

Comme beaucoup de groupes à cette époque, ils ont trouvé difficile d'obtenir des réservations dans un premier temps, mais contrairement à d'autres, les frères Simmonds ont tout simplement décidé d'ouvrir leur propre club de Blues, Kilroy's, en Mai 1966.
Kilroy était situé dans une chambre en haut de Nag's Head Tavern sur York Road, à Battersea.

Dans un premier temps, ils ont distribué des tracts autour de Londres et grâce à cela, le club a vu le jour.
Au début, seul un petit nombre de gens est venu et puis The Savoy Brown Blues Band a joué là chaque semaine et cela a marché, et finalement c'est devenu un 'Blues Club' réputé.
Fleetwood Mac y a joué, ainsi que Freddie King et bien d'autres.

Image

Le Nag's Head est devenu le foyer du Blue Horizon Club, un lieu où les talents futurs du British Blues comme Fleetwood Mac's Danny Kirwan (puis avec son premier groupe, Boilerhouse) ont été découverts.
Kilroy's est devenu un succès local et a rapidement attiré l'attention de Mike Vernon.
Avec son ami d'enfance Neil Slaven, Vernon publiait le magazine de Blues et Soul 'Musis R & B Monthly', et il était à l'époque producteur chez Decca. Vernon a également créé le label Blue Horizon avec son frère, Richard, dont deux filiales, les labels Purdah et Outa-Site.
Vernon a demandé à Harry Simmonds de le laisser enregistrer le groupe pour un single à sortir sur son label Purdah.
Savoy Brown a alors enregistré quatre titres en Août 1966 au Wessex Studios de Londres, avec la production de Vernon.

Vernon a publié deux de ces morceaux, le "I Can't Quit You Baby" de Willie Dixon et "I Tried", comme single sur Purdah pour être distribué par mail. Les deux autres, "True Blue" (ou "True Story") et "Cold Blooded Woman" ont été affectés sur le catalogue de Purdah, mais pas édités.
Ils l'ont été par le label Immédiate sur les séries Blues Anytime.

Depuis que Cream a fait ses débuts officiels au sixième National Jazz and Blues Festival le 31 Juillet, c'est leur premier engagement en club en dehors d'un concert, cet évènement a eu lieu le 29 Juillet à the Twisted Wheel à Manchester.
Les attentes étaient élevées pour Cream qui a fait deux concerts, mais Savoy Brown a déclanché une telle tempête au cours de leur passage qu'ils ont accumulé suffisamment d'offres de concert afin de leur permettre de tourner à plein temps.
Pour plusieurs spectacles, ils ont même accompagné Champion Jack Dupree.

Au total, le line up est resté stable, sauf avec Hall, le pianiste qui a encore une fois eu des conflits avec son emploi du temps qui l'a obligé à partir pendant un certain temps, mais vite de retour à temps partiel lorsque son remplacement n'a pas fonctionné.

Demos et acétates ont été enregistrés avant les sessions de leur premier album.

Image

L'ancien guitariste de Stone's Masonry, Martin Stone, a été ajouté quand O'Leary quitta le navire pour devenir un membre du John Dummer's Blues Band.
Graham "Shakey Vick" Vickery et Steve Hackett avaient auditionné pour jouer de l'harmonica au cours de cette période, mais O'Leary n'avait pas été remplacé.

Decca signe le groupe sur recommandation de Slaven et Vernon, et à la mi-1967, le groupe rentre aux West Hampstead Studios, à Londres, pour l'enregistrement de son premier album avec Mike Vernon comme producteur.

Le groupe enregistre alors son premier album historique "Shakedown".
Initialement appelé le Savoy Brown Blues Band, ce groupe peut à juste titre être qualifié de créateur en faisant un hymne aux adieux du British Blues Boom des années 1960, sous la forme d'un Blues moderne, justement intitulé "Train to Nowhere".
Historiquement, la chanson est un triste rappel que, au moment de sa sortie en 1969 en single, les Blues les plus originaux ne sont plus viables sur le plan commercial en Grande-Bretagne, car il se trouve de plus en plus de clubs de Blues qui ferment leurs portes pour de bon.

Dans les quatre années qui suivent la formation du groupe, cependant, ils sont devenus un grand groupe performant en Amérique.
Chez eux, en Grande-Bretagne, ils ne sont pas aussi chanceux, et jamais vraiment, ils n'éclatent sur la scène des clubs, malgré la persistance du groupe du fondateur et guitariste Kim Simmonds.

Ils obtiennent également une résidence pour jouer en Eté à Charlottenlund, au nord de Copenhague, au Danemark.

Image

http://www71.zippyshare.com/v/70379541/file.html
muro

L'album "Shake Down" parait en Septembre 1967, mais pour des raisons inconnues, le LP n'apparait pas du tout aux États-Unis.
Ce premier LP chez Decca a été enregistré en seulement trente heures, s'étalant sur trois jours consécutifs.
"Shake Down" est composé en majeure partie de standards du Blues avec un seul original, "Doormouse Rides the Rails" de Stone.
Bien que le groupe soit tourmenté par des changements personnels quasi-constants, en partie dus à la volonté de domination de Simmond, Savoy Brown devient assez connu en Amérique, où ils tournent presque sans interruption.
À peu près au moment de la sortie de "Shake Down", avec une drôle de coïncidence le groupe connait un véritable "shake down" lié à la drogue à Barnstaple, une ville dans le Devon, en Angleterre, au cours d'une brève tournée à West Country.

Cet incident conduit Harry à radier son frère Kim du groupe après les dates au Danemark.
D'autres changements suivent quand Chappell et Portius partent et sont remplacés par Bob Brunning à la basse et Chris Youlden au chant.

Brunning avait déjà été le bassiste de Fleetwood Mac pendant quelques semaines en Août 1967, et Youlden avait chanté dans divers combos, même un groupe qui s'appelait the Down Home Blues Band and Shakey Vick's Big City Blues Band, et un autre appelé le Cross Ties Blues Band.

Ensuite, Manning part, remplacé à la batterie par Hughie Flint, ancien des John Mayall's Bluesbreakers et du groupe de Alexis Korner, Free at Last Band.

Enfin, Stone s'en va et Kim demande à O'Leary de rejoindre le groupe.
Celui-ci accepte dans un premier temps, puis change d'avis en raison de "conditions déraisonnables".
Stone est alors remplacé par un certain "Lonesome" Dave Peverett.

Dave Peverett (né le 16 Avril 1943; mort le 7 Février 2000) est né à Dulwich, mais il a grandi à Brixton, au Sud-Ouest de Londres.
Il s'est tout d'abord plongé dans la musique après avoir entendu "Rock Around the Clock" de Bill Haley and the Comets.
Il a ensuite écouté Jerry Lee Lewis, Little Richard, Fats Domino, Chuck Berry et Elvis Presley avant de se tourner vers les musiciens de Blues tels que Bo Diddley, Muddy Waters, Lightnin 'Hopkins et John Lee Hooker.
À 16 ans, il s'achète sa première guitare, et, avec son frère à la batterie, ils réunissent d'autres musiciens et forment un groupe qui joue pour la première fois en 1963.

Après avoir subi une série de changements de nom, le groupe (qui comprenait Chris Youlden) s'est finalement installé sois le nom de the Cross Ties Blues Band.
En 1966, ils deviennent the Lonesome Jax Blues Band, du nom du premier nom de scène de Dave Peverett. Le groupe fait le circuit des clubs et des collèges de Londres.
Plus tard, Peverett rejoint le groupe Suisse de Blues Les Questions, avec qui il joue jusqu'en Octobre 1967, date à laquelle il retourne au Royaume-Uni pour monter un groupe avec Youlden.
Au lieu de cela, il rejoint finalement le Savoy Brown.

The Savoy Brown Blues Band continue ses shows, après la sortie de "Shake Down" en effectuant 24 concerts en seulement 21 jours, comme groupe d'accompagnement de John Lee Hooker.

Savoy Brown se trouve alors un line up de rêve en 1968 avec, outre Simmonds, Roger Earl à la batterie, Tony Stevens à la basse, Dave “Lonesome “ Peverett à la guitare et au chant, et Chris Youlden au chant.
A l’occasion Bob Hall, le pianiste, s’invitera en guest.
Avec le chanteur Chris Youlden, de nombreux disques classiques apparaissent avec des chansons telles que "I'm Tired" et "Louisiana Blues" devenant des bases de la radio.

S’ensuit alors la production d’une série d’albums de Blues Rock tout à fait imparables.

Image

http://www49.zippyshare.com/v/94264958/file.html
muro

Celle-ci commence avec “Getting To The Point” paru en 1968.
"Getting To The Point", sorti en Juillet 1968 est probablement l'album le plus négligé et le plus sous-estimé.
Pourtant enregistré avec le légendaire producteur Mike Vernon, l'album n'est qu'un intense moment de Blues: il s'ouvre et se ferme sur des purs Blues joués en un mélange éclectique de Rock, de Boogie, et bien sûr de Blues.
Lorsque Chris Youlden commence à chanter, vous savez où vous allez.
Le piano de Bob Hall respire la joie de vivre, et bien sûr, il y a l'intrépide Kim Simmonds qui se déchaine sur sa guitare, et avec la guitare rythmique de "Lonesome" Dave Peveret.
L'un des meilleurs morceaux de l'album est certainement "The Incredible Gnome Meets Jaxman" qui nous étale une super démonstration de guitare par Simmonds et "Lonesome" Dave.

Image

http://www44.zippyshare.com/v/44704798/file.html
muro

Mais le point d’orgue sera “Blue Matter” considéré comme le tout meilleur du band.
D’abord par sa qualité musicale, mais aussi parce qu’il est représentatif de sa ligne de conduite.
En effet, la plupart des galettes de Savoy Brown comportent un titre, voire une face en concert, et c’est ici bien le cas, avec la face deux enregistrée au City Of Leicester College Of Education, le 6 décembre 1968.
A noter deux les reprises; une de John Lee Hooker “Don’t Turn Me From Your Door”, Boogie et lourd à souhait, et “ Louisiana Blues” de Muddy Waters, qui se transforme en une orgie de guitares.
Et, on retrouve sur ce disque quelques bonnes compositions du groupe dont "Train To Nowhere", devenu un classique et "Vicksbug Blues", où Youlden chante étonnamment comme un chanteur noir des années 50.

Image

http://www69.zippyshare.com/v/68607183/file.html
muro

"A Step Further" de 1969 est tout à fait unique:
Sur le vinyle, la face 1 est un enregistrement en studio, et la face 2 a été enregistré en live.
Musicalement, il ne date pas, et la voix particulière de Chris Youlden se marie éléguament avec la guitare de Simmons.
Le premier morceau "Made Up My Mind" est une superbe entrée en matière: c'est un magnifique Boogie Woogie sur lequel on ne peut pas s'empêcher de taper du pieds.
"Waiting In the Bamboo Grove" est un bon instrumental, avec une excellente rythmique et la merveilleuse guitare de Kim.

Le Blues Rock et la Boogie Music a toujours été la marque de fabrique du groupe et ils ont capturé, à jamais, l'esprit de la musique sur le côté live de "A Step Further" sorti en 1969 avec un Boogie d'une vingtaine de minute "The Savoy Brown Boogie" dédié aux fans de Detroit.
A savourer!

Leur simple de 1969 "Train to Nowhere" (avec le chanteur Chris Youlden), est considéré par beaucoup comme le dernier souffle de la scène Blues en Grande-Bretagne.

Savoy Brown est alors véritablement à l'apogée de sa créativité dès la fin des années 1960 et au début des années 1970.

Image

http://www31.zippyshare.com/v/80610145/file.html
muro

"Raw Sienna", paru en 1969 est l'un de leurs meilleurs albums pour la variété des styles abordés et pour son originalité.
Même si l'on reste évidemment dans le registre 'British Blues', le groupe s'aventure également vers des sonorités un peu plus Jazzy sur certains titres qui sont du plus bel effet: c'est toujours grâce au duo kim simmonds pour les parties de guitare et chris youlden pour les vocaux.
Le groupe expérimente totalement des choses nouvelles sans aucun calcul.

Sans conteste, Savoy Brown fut et reste un immense groupe et sa période dorée s’éteindra pourtant avec “Looking In” en 1970.

Image

http://www38.zippyshare.com/v/8409135/file.html
muro

"Looking In" édité en 1970 est certainement le meilleur album de Savoy Brown!...
et certainement un must pour tout fan de Savoy Brown qui se respecte..
La guitare y est titanesque et la section rythmique, grandiose.
Les chansons sont joliment écrites avec des grandes parties de lead guitare et la production est parfaite.
Enfin, les vocaux de Lonesome Dave sont exceptionnels. Il suffit d'écouter, par exemple, "Take It Easy"!
Bref, le disque parfait!

En 1971 Youlden ayant quitté le groupe pour une carrière solo, tandis que Dave Peverett, Roger Earle et Tony Stevens s’en vont fonder le groupe Foghat, Simmonds se retrouve seul et reforme un nouveau Savoy Brown avec des anciens membres de Chicken Shack (Paul Raymond et le chanteur Dave Walker).
Le groupe se tourne alors vers un son Boogie Hard Blues alors très en vogue aux USA (Humble Pie, Cactus, Allman Brothers Band…).
Sa carrière va alors se faire Outre-Atlantique, contribuant à l’effacer des mémoires Européennes.

Parmi leurs albums les plus remarquables de cette époque, on trouve "Street Corner Talking" (1971), "Make Me Sweat" (1988) et "You Should Have Been There! (Live)" (2005).

Image

http://www15.zippyshare.com/v/43559258/file.html
muro

En 1971, "Street Corner Talking" amène le groupe à son meilleur succès dans les Charts à cette date.
"Tell Mama", "Street Comer Talking", "All I Can Do Is Cry" et la reprise funky du groupe d'un classique de la Motown, "I Can't Get Next To You", installent le groupe au statut de Platine et les placent en face d'un public Rock follement enthousiaste dans les arènes du monde entier.

Cet album est véritablement un des grands succès du Savoy Brown, contribuant à son succès en Amérique où il va tourner presque sans interruption.

Image

http://www57.zippyshare.com/v/16162802/file.html
muro

En 1972, sort l'album "Hellbound Train", et ce train ne mène pas en enfer, mais en Angleterre au début de l'année 1970 et montre un certain retour à la nature, avec un puissant Blue Rock toujours omniprésent.
Le morceau titre est une chanson délicatement jouée. Par contre, deux morceaux sont un peu plus faiblards, mais le fait ne nuit pas à l'ensemble.
L'album "Hellbound Train" a, malgré tout, du jus à revendre...

Image

http://www48.zippyshare.com/v/18249648/file.html
muro

Au moment où "Lion's Share" est publié en Novembre 1972, Walker part pour rejoindre Fleetwood Mac, surtout pour ce que sera un séjour court et malheureux. Savoy Brown le remplace par le vétèran Jackie Lynton.
"Lion's Share" contient quelques morceaux mémorables, notamment "Shot in the Head", écrit par les anciens membres des Easybeats Harry Vanda et George Young, et "Second Try", un excellent Rock de Kim.

"Lions Share" n'est cependant parvenu qu'au numéro 151 dans les charts US.

Image

http://www10.zippyshare.com/v/40656944/file.html
muro

Après le départ du chanteur principal Dave Walker, Savoy Brown, au Printemps de 1973, prépare une nouvel enregistrement pour leur légion de fans du monde entier.

Un nouveau chanteur plus que capable de s'acquitter de son rôle, le vétéran du Rock Britannique Jackie Lynton, qui en se joignant au lead guitariste et membre fondateur Kim Simmonds, au batteur Dave Bidwell, au bassiste Andy Pyle et au claviériste guitariste et deuxième chanteur Paul Raymond, assure la relève pour conserver leur statut privilégié de quintette.
Toutefois, il a atteint beaucoup plus que cela, car c'est aussi un compositeur émmérite qui colle parfaitement au style musical de Kim Simmonds et Paul Raymond.

Les ressources sont donc mises en commun, et pour leur LP suivant, nommé affectueusement "Jack The Toad", Lynton contribue à la composition de pas moins de quatre morceaux et il rejoint tous les autres membres du groupe pour l'écriture d'un cinquième.
L'inspiration est vraiment élevé, et, en dehors de Lynton, quelques autres innovations sont introduites: Kim chante exceptionnellement sa propre chanson "Ride On Babe", Paul Raymond découvre le mellotron, ce clavier spécial, marque de fabrique de groupes comme the Moody Blues, le saxophoniste soprano de Stan Saltzman est incorporé, ainsi que les percussions de Frank Ricotti, Ron Berg et Barry Murray (ce dernier assurant de surcroit la production), et le soutien des harmonies vocales du duo de femmes venu à la demande, Sue Glover et Sunny Leslie.
Le produit fini promet beaucoup.

Alors que son vieil ami Webb guérit de son alcoolisme, Bidwell n'aura pas autant de chance. Il part après une contribution sur cinq morceaux de "Jack The Toad" et, malheureusement, il décéde; une autre victime des excès du style de vie dans le Rock en 1977.

Ron Berg accélére alors pour finir le travail, tout comme Andy Pyle, un homme dont le CV montre sa participation dans la carrière de Blodwyn Pig et Juicy Lucy.

Image

http://www70.zippyshare.com/v/53918391/file.html
muro

Outre la section rythmique, composée de Eric Dillon, à la batterie et Jim Leverton, à la basse, Kim Simmonds se voit rejoindre par deux très célèbres guitaristes de renommée pour constituer l'album de 1974 "Boogie Brothers": Stan Webb de Chicken Shack et Miller Anderson du Keef Hartley Band, qui reviendra plus tard vers Keef Hartley et son groupe Dog Soldier.

Nous avons là pratiquement ce qui se faisait de mieux dans le Blues Rock.
Les musiciens mettent leurs compétences au service du groupe:
On découvre ainsi des merveilleux moments calmes comme, par exemple, le petit Blues acoustique "Always the Same" ou "Threegy Blues" mais aussi des choses beaucoup plus violentes comme le morceau d'ouverture "Highway Blues" ou "Rock'N'Roll Star".

Ce mélange de Hard et de Soft ne peut que satisfaire les fans. Bref, certainement encore l'un des meilleurs disques de Savoy Brown!

Image

http://www15.zippyshare.com/v/12580391/file.html
muro

Bien que l'on ne pourra jamais comparer "Wire Fire", sorti en 1975, à des classiques tels que "Raw Sienna" ou encore "Jack The Toad", c'est encore et malgré tout un excellent album.
"Put Your Hands Together" est une belle chanson dans le style du classique de Marvin Gaye "Can I Get A Witness", tandis que la caractéristique première de "Deep Water" est la batterie en avant.
"Zero To Hero", est un excellent effort collectif entre le clavier de Paul Raymond et la guitare de Simmonds, et "Born Into Pain", une composition de Simmonds disposant d'un remarquable riff d'ouverture au clavier.

En somme, pas un classique, mais un superbe album, surtout pour les collectionneurs.

Image

http://www48.zippyshare.com/v/55438632/file.html
muro

Sur les quatre premiers morceaux de "Skin N Bone", paru en 1976, seulement "This Day Is Gonna Be Our Last" est véritablement de bonne qualité, un Blues lent avec de beaux chants et un superbe jeu de guitare.

Heureusement, les choses finissent mieux vers la fin avec deux morceaux de construction éprouvée de la technique de Simmonds: le studio et le live jam boogie.
Le morceau titre est un Rock mid-tempo de passionnés de sept minutes et demie, avec Simmonds et un maître des claviers. Paul Raymond se transforme en effet en une magnifique virtuose, tandis que la section rythmique composée de Ian Ellis à la basse et de Tommy Farnell à la batterie joue de façon magistrale.
Enfin, Savoy Brown est et a toujours été un très formidable groupe de scène, et "Walkin ' And Talkin'" est un charmant Blues de plus de treize minutes joué devant un auditoire complètement conquis.
Kim et Paul se partagent les voix sur ce morceau, la preuve que le groupe continue à faire une excellente musique en live.

Le résultat est un album louable, alors que Kim poursuit sa recherche de l'insaisissable muse, qui ne reviendra en force qu'avec le néo-classique de 1981 "Rock 'N Roll Warriors".

Image

http://www77.zippyshare.com/v/60329363/file.html
muro

Dans "Savage Return", édité en 1978, Savoy Brown devient tout simplement un Power Trio de Rock, avec Ian Ellis, à la basse et au chant, Tom Farnell à la batterie et aux percussions et bien sûr, Kim Simmonds à la guitare, à l'harmonica, mais aussi au chant, où Kim prend de plus en plus d'assurance!
Le résultat, très bon au demeurant, sonne beaucoup plus Hard que le précèdent...

Image

http://www6.zippyshare.com/v/34840644/file.html
muro

"Rock 'n' Roll Warriors" est le premier album de Savoy Brown en quatre ans et Kim Simmonds réinvente le groupe comme un groupe de Metal Rock...?!!
Ou, tout au moins de Hard Rock!

En cette année 1981, fini le Blues et le Boogie que Savoy Brown maitrisait a la perfection depuis quinze ans, et place à cette musique qui sonne un peu comme un croisement entre Def Leppard et Whitesnake.
Mais ici, la plus grande surprise est le fait que cela marche! Ralph Mormon (ancien membre du Joe Perry project) fournit suffisamment de voix Rock sur un disque comportant aussi un super bassiste en la personne de John Humphrey.

Chaque chanson est un véritable rugissement sauvage, sauf la ballade Rod Stewartesque "Lay Back in the Arms of Someone", qui offre une pause nécessaire et bienvenue au milieu du disque.
"Cold Hearted Woman" est certainement le meilleur morceau de l'album, avec Kim coupant et découpant le son avec sa guitare sur un beat absolument fabuleux..
A jouer le plus fort possible car le son semble un peu faiblard!

S'en suivent trois albums live où le groupe donnent toujours le meilleurs de lui-même!

Image

http://www62.zippyshare.com/v/46846841/file.html
muro

"Greatest Hits Live in Concert" paru en 1981

Image

"Just Live", édité en 1981

Image

http://www78.zippyshare.com/v/42432401/file.html
muro

Et "Live in Central Park", sorti en 1985 qui montre que Savoy Brown est d'abord et surtout un groupe scènique!

Image

http://www72.zippyshare.com/v/70022337/file.html
muro

Tout d'abord, Kim Simmonds est impressionnant sur le nouvel album intitulé "Slow Train"!
On ne peut pas nier sa maîtrise de la guitare, en virtuose du Blues qu'il est!
Si vous aimez la guitare très ancrée dans le Blues, alors vous pouvez foncer!.

Simmonds s'expose seul dans un set acoustique, dans un style proche de Robert Johnson.
La première moitié de l'album a été fait en studio avec Kim virtuellement tout seul avec sa guitare.
La seconde moitié est un set live acoustique accompagné d'un groupe de soutien, et le choix des morceaux joués est excellent!

Kim chante de mieux en mieux et son chant compléte parfaitement son jeu plus que ne pourrait le faire un autre chanteur.
Ecoutez "Meet me at the bottom" et "Come back baby" et vous serez conquis.
En fin de compte, tout ce travail, c'est du Blues.
Si vous aimez le côté bluesy du leader de Savoy Brown, alors ce disque est un must pour votre collection.

Quel contraste! En 1981, Savoy Brown sortait "Rock 'N Roll Warriors", un album d'énergie pure, digne de Whitesnake.
A peine cinq ans plus tard, en 1986, Kim Simmonds redécouvre ses racines Blues avec "Slow Train".

Il s'agit pourtant d'un simple set acoustique rudimentaire, avec cinq morceaux mettant en vedette Kim à la guitare solo et cinq autres avec Kim et un groupe complètement acoustique jouant en public.
On pense plus à Sonny Terry et Brownie McGee plutôt qu'à Muddy Waters, et le voix de Kim est magnifique, très proche de Blind Willie McTell.

"Meet Me at the Bottom" et "Slow Train" sont des morceaux faits pour être joué en solo, alors que "Ramblin on My Mind" de Robert Johnson et "I'm Ready" sont les meilleurs morceaux joués par le groupe.

Si vous aimez le Blues acoustique, vous devez absolument possèder ce must!

Image

http://www78.zippyshare.com/v/82451815/file.html
muro

"Make Me Sweat" de 1988 est un mélange des standards de Savoy Brown, c'est-à-dire du Pop Blues, du Boogie, du Blues Rock, et aussi un instrumental, avec une narration par le batteur ("On The Prowl").
Cela semble être un album de transition menant à l'album suivant "Kings Of Boogie".

On y trouve des remakes de "Hard Way To Go" et de "Tell Mama" qui n'amènent pas grand chose de nouveau!.
Par contre, "Limousine Boogie" est une très bonne chanson, et "Just For Kicks" pourrait être le meilleur Blues Rock du groupe.
Les autres morceaux sont essentiellement de la très bonne variété Pop Blues.

Le son est étrange car ils utilisent beaucoup la reverb, et la voix semble un peu déformée.
Cette approche surprenante détruit un peu l'excellente voix de Dave Walker et Kim Simmonds le seconde au chant.

"Make Me Sweat" n'est donc pas exactement l'album type de Savoy Brown, mais il a le mérite de servir de tremplin pour l'album suivant!

Image

http://www32.zippyshare.com/v/80232635/file.html
muro

"Kings of Boogie" paru en 1989 est tellement inhabituel, car différent de tous les autres albums de Blues Rock.
Ceci est un concept album qui, apparemment, n'était pas censé être un, car c'est au départ une chronique des différentes étapes d'une histoire d'amour.

Entre le début idéaliste de la relation et sa fin amère, le chanteur Dave Walker nous emmène à travers les différentes étapes du chagrin par le partage des sentiments.
Cet album est donc très personnel, et Dave nous dit exactement comment il se sent.
L'intimité est à la fois attrayante quoiqu'un peu choquante.
Mais avant que la relation ne tourne à l'aigre, il y a beaucoup d'émotion.

Et pendant ce temps-là, la guitare de Simmonds se lamente bien sûr, et nous faire savoir comment Dave ressent véritablement toutes ces émotions.
Kim joue beaucoup de guitare slide sur le morceau titre, ainsi que sur "All Burned Out," tirant des épais tons graisseux de sa vieille Gibson Les Paul.
Son jeu sur les autres chansons est toujours de bon goût, émotionnel et de ce point de vue, un hybride mélange de Blues et de Rock, mais jamais complètement l'un ou l'autre.

Une des raisons pour lesquelles Dave a du mal à accepter son échec est dû au fait que son amour est parti sans même lui dire pourquoi.
Il est perdu et confus et lorsque vous entendez la douleur dans sa voix, vous savez très bien qu'il a tort.
C'est la raison pour laquelle les chansons ont des titres comme "No Win Love", "Mean Business", "Bad State of Mind" et "Burned Out".
Néanmoins, lorsqu'il est assis seul dans sa chambre en contemplant son "No Win Love", nous découvrons dans la profondeur du conflit ce qu'il ressent.
D'une part "Je suis tellement heureux que tu sois parti ...Je suis mieux sans toi..."
Mais d'autre part, il chante,"...Tu me manque tous les temps, j'ai besoin de toi à mes côtés... Je sais que je me sens toujours de cette façon ...jusqu'à ce que le ciel s'estompe".
Le conflit entre "Heartbreaks Make You Strong", et "Heartbreaks Can Sometimes Destroy Even the Strongest Man", est ce qui donne à ce disque sa tension nerveuse.
Nous ne sommes jamais sûrs d'une chanson à l'autre si il va succomber à sa propre souffrance, ou en triompher.
Quant à la manière dont cela va finir, je vous laisse le soin d'écouter le disque pour le savoir!

Encore un must!

Image

http://www28.zippyshare.com/v/60639760/file.html
muro

L'album "Live and Kickin' " édité en 1990 est un véritable album "Tueur".
Encore un nouveau disque live où le Dieu de la guitare Kim Simmonds joue pour nous, les hommes!

Cet album Live se trouve parfaitement enregistré alors que, après de si nombreux autres Albums, bien sûr, cela aurait pu être une toute autre affaire!

The Savoy Brown en live que l'on découvre ici est tout simplement merveilleux! Son Boogie Blues Rock déchaine le public.
Dave Walker en est le maitre de cérémonie...

Image

http://www59.zippyshare.com/v/65324274/file.html
muro

Il arrive un moment dans la vie et la carrière de chaque artiste où la grande Muse de la Création ne réussit pas à allumer le feu.
Pour Kim Simmonds, fondateur et directeur du Savoy Brown, et architecte derrière beaucoup de leurs albums à succès que beaucoup de groupes du Rock And Roll Hall of Fame leur envie, cette fois, c'est l'album intitulé "Let It Ride" de 1992.

Le grand chanteur Dave Walker ayant quitté le groupe pour la deuxième (et sans doute dernière) fois, Kim a été une nouvelle fois laissé à ses propres affaires.

Comme toujours, Simmonds donne le meilleur de lui-même, mais la plupart des morceaux sonnent comme des outtakes des sessions de The Black Crows, plutôt que de la musique de l'un des plus influents groupes de Blues Rock de tous les temps.
Heureusement, le bilan n'est pas un bide total car la reprise instrumentale du classique de Bill Wither "Ain't No Sunshine" scintille comme un joyau poli à la lumière du soleil.

Pour le reste de l'album, ce n'est pas la même chose.
Dans quelques années, Kim retrouvera sa créativité et recommencera à écrire et enregistrer de la musique digne du nom de Savoy Brown.
Ce disque est plutôt réservé aux fans absolus du groupe...

Image

http://www46.zippyshare.com/v/51790677/file.html
muro

Le groupe Savoy Brown présente son vingt quatrième album intitulé "Bring It Home" en 1994.
Ce disque marque le retour de Kim Simmonds vers ses racines Blues: La guitare est magistrale, les chansons excellentes.
Le chant rappelle irrémèdiablement Chris Youlden.

Toujours dans le même registre Boogie Blues Rock, des reprises de bon aloi comme "Shake For Me" de Willie Dixon avec une apparition en invité de Hubert Sumlinen ou le très réussi "Little Whell" de John Lee Hooker, se glissent au milieu de compositions originales.

La guitare slide se retrouve dans quelques morceaux comme "Mr. Brown's Boogie" ou "Worried Man", et la guitare s'épanche dans des effets sonores de wha-wha bien inspirés dans "Pack It Up" ou le très Bluesy "You're In For A Big Surprise".

A noter que Kim, en temps que chanteur-harmoniciste assure de bien bel manière et que la section rhytmique soutient le tout de manière irréprochable.
Sans crier au miracle, cet album de près d'une heure est bien agréable à écouter.

Image

http://www8.zippyshare.com/v/94134482/file.html
muro

Le concert "Live at the Record Plant" a été enregistré en live par le "Fire Wire" Band au Studio The Record Plant à New York à la fin de 1975 devant un certain public.
Il n'est publié qu'en 1998 et on n'y retrouve le fondateur et guitariste Kim Simmonds et le claviériste chanteur Paul Raymond, et une solide base rythmique avec le bassiste Andy Rae et le batteur Tommy Farnell.

Le résultat est un des meilleurs albums live de Kim and Co en quarante ans d'existence, avec une excellente qualité sonore qui fait souvent défaut à la plupart des autres albums live: n'oublions^pas que The Record Plant est un célèbre studio d'enregistrement avec une excellente acoustique.

Savoy Brown présente un spectacle brillant en jouant "Hellbound Train" et "Savoy Brown Boogie", mais aussi "Tell Mama" et leur reprise d'un vieux standard du Blues "You Don't Have To Go".
Simmons met l'accent sur son jeu de guitare et il y réussit pleinement.

Ce disque est à conseiller fortement!

Image

http://www62.zippyshare.com/v/76062302/file.html
muro

Le disque "The Blues Keep Me Holding On" de 1999 est certainement le meilleur de leur production récente, aprés notamment quelques égarements vers le Hard Rock.

A 62 ans, Kim Simmonds, entouré de Nathaniel Peterson à la basse et au chant, de Tom Compton à la batterie et de quelques invités prestigieux comme Duke Robillard de Roomfull of Blues à la guitare et Paul Oscher (qui a joué avec Muddy Waters) à l'harmonica, nous délivre un excellent disque plus Blues que Blues Rock avec quelques morceaux dignes des grands titres de Savoy Brown des années 70.

Un disque qui ravira les nostalgiques du groupe, et tous les amateurs de Blues en général..

Image

http://www78.zippyshare.com/v/79728662/file.html
muro

"Looking from the Outside - Live '69 & '70" est un album live enregistré aux Etats-Unis pendant deux tournées, et les enregistrements sont tirés de la propre collection privée de Simmonds et les quatre premiers morceaux ne sont pas tout à fait aussi bien que le reste du disque!

L'album, sorti en 2000 nous donne surtout droit à un fantastique Blues de plus de vingt minutes intitulé "Louisiana Blues".
Pour les collectionneurs!

Image

L'album "Jack the Toad - Live 70/72" a dû dormir quelque part dans les archives, mais de toute évidence quelqu'un a voulu en faire de l'argent en 2000!.

Tout d'abord, le son est en mono et bien en dessous de la moyenne même suivant les normes des bootlegs.
Deuxièmement, les vocaux de Jackie Lynton sont tournés de telle façon au mixage (plusieurs crans au dessus de la musique) et ils sont presque inaudible.
Enfin, il n'y aurait qu'une seule raison d'écouter ce disque de Savoy Brown, c'est le jeu de guitare de Kim.
Malheureusement la guitare de Simmonds est si faible et si lointaine dans le mixage qu'il est presque impossible de la retrouver.

Plaisanterie mise à part, même les plus irréductibles fans de Savoy Brown auront du mal à écouter cet album du début à la fin.

Image

http://www35.zippyshare.com/v/78536590/file.html
muro

En 2001, Kim prend ses responsabilités en devenant chanteur lui-même et en ajoutant Gerry Sorrentino à la basse et Mario Staiano à la batterie.
Il enregistre "Strange Dreams" avec sa propre société de production et Blind Pig Records publie le disque.

Image

http://www23.zippyshare.com/v/85794146/file.html
muro

En 2005 sort un album intitulé "You Should Have Been There" qui est bien dans la tradition du groupe, c'est è dire, Blues, Blues Rock!
A découvrir...

Image

http://www11.zippyshare.com/v/40688281/file.html
muro

Depuis 2005, Kim a changé de son une fois de plus, en continuant vers 2006 en Power Trio avec Sorrentino et Staiano.
Le groupe a même sorti un autre enregistrement intitulé "Steel" en 2007.

N.B.: Savoy Brown a contribué à la chanson "A Man Alone" pour la bande originale du film Kickboxer 2.

Image

http://www31.zippyshare.com/v/17981867/file.html
muro

Leur plus récent album, "Voodoo Moon", est sorti sur le label Ruf Records en 2011...

Discographie:

Shake Down – 1967
Getting to the Point – 1968
Blue Matter – 1969
A Step Further – 1969
Raw Sienna – 1969
Looking In – 1970
Street Corner Talking – 1971
Hellbound Train – 1972
Lion's Share – 1973
Jack the Toad – 1973
Boogie Brothers – 1974
Wire Fire – 1975
Skin 'n' Bone – 1976
Savage Return – 1978
Rock 'n' Roll Warriors – 1981
Greatest Hits - Live in Concert – 1981
Just Live – 1981
Live in Central Park – 1985 (Relix Records RRLP 2014)
Slow Train – 1986 (Relix Records RRLP 2023)
Make Me Sweat – 1988
Kings of Boogie – 1989
Live and Kickin' – 1990
Let It Ride – 1992
Bring It Home – 1994
Live at the Record Plant (recorded 1975) – 1998
The Bottom Line Encore Collection (live) – 1999
The Blues Keep Me Holding On – 1999
Looking from the Outside - Live '69 & '70 – 2000
Jack the Toad - Live 70/72 – 2000
Strange Dreams – 2003
You Should Have Been There – 2005
Steel – 2007

sources: wikipedia, Martin "Jet" Celmins et Jeff Wat
Dernière édition par alcat01 le 30 Mar 2014, 17:45, édité 23 fois.
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar Dixie Rock » 28 Juin 2013, 13:14

Savoy brown,

Alors là, j'ai du pointillé question albums et pas du tout la même appréciation sur les disques :

J'ai en horreur "Rock 'n' Roll Warriors".

Par contre, j'aime beaucoup le boogie blues rock accrocheur de "Make Me Sweat" avec un superbe Dave Walker au micro. J'avais acheté les suivants ("Kings Of Boogie", "Live And Kickin'" et "Let It Ride") mais ils se sont révélés pour moi décevants par rapport à "Make Me Sweat".

Savoy Brown est maintenant chez Ruf avec un autre excellent vocaliste, Joe Withing (ex Jukin' Bone). "Voodoo Moon" est un bon album et "Songs From The Road" un concert fort agréable avec un Simmonds qui est aussi impliqué que s'il débutait. Il fait plaisir à voir.

Pour revenir à Joe Withing, avec son partenaire de Jukin' Bone, le guitariste Mark Doyle, ils avaient monté blackbone Slip pour 2 albums à ma connaissance dont l'excellent "Swamp Water" en 1991 dans un style blues rock swampy et poisseux.

Image
Avatar de l’utilisateur
Dixie Rock
♪♪
 
Messages: 263
Inscription: 24 Mai 2013, 19:22
Localisation: Auvergne

Re: SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar alcat01 » 28 Juin 2013, 19:32

Pour moi, Kim Simmonds est guitariste hors pair et quelle carrière!
N'oublions pas qu'il a aussi sorti d'autres albums sous son nom!

Je ne connais pas Blackbone Slip, merci pour le tuyau!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar EL34 » 29 Juin 2013, 18:56

Oui, un des précurseurs du british blues boom, et un super gratteux, Kim Simmonds.
Stan Webb et ses Chicken Shack, ainsi que Tony Mc Phee et les Groundhogs n'ont pas eu la même notoriété, malgré un blues de très grande qualité également.
Merci pour la bio ! :)
Avatar de l’utilisateur
EL34
♪♪♪♪
 
Messages: 546
Inscription: 15 Fév 2013, 14:27
Localisation: Toulouse

Re: SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar Alzur » 21 Aoû 2013, 03:18

Great bio, thank you.

I didn't realize it but most of the Savoy Brown that I have heard was from the mid 70s and earlier. All great stuff even though the band changed greatly over that time period.

I did do something of a spot check of their albums that were more recent than the mid 70s and found it to be hit and miss as far as my personal taste is concerned. Some was pretty decent and some was just not to my taste.

As a whole I think they have been a great band.
Alzur
 
Messages: 6
Inscription: 06 Aoû 2013, 21:10

Re: SAVOY BROWN (Bio)

Messagepar alcat01 » 30 Mar 2014, 17:45

Bio mise à jour!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron