WARREN ZEVON (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums autres que l'album de la semaine.

WARREN ZEVON (Bio)

Messagepar alcat01 » 06 Fév 2013, 18:52

Image

Warren William Zevon est né le 24 Janvier 1947 à Chicago, dans l'Illinois, d’un père Russe William "Stumpy" Zevon (anciennement "Zivotovsky" parent du chanteur de folk/ blues, Jedaiah Zivotovsky), qui était un joueur de cartes professionnel , ce qui l’obligea, très jeune, à voyager en Arizona et en Californie, et de Beverly Cope Simmons, une mormone de Salt Lake City, dans l'Utah. Pendant sa jeunesse, il rendit même visite à la maison de Igor Stravinski où il étudia brièvement la musique classique moderne à l’âge de 12-13 ans, aux côtés de Robert Craft.

Les parents de Zevon divorcèrent quand il avait seize ans et il a rapidement quitté l'école secondaire et a déménagé de Los Angeles à New York pour devenir un chanteur de folk.

Image

Warren se tourna alors vers un début de carrière musicale comprenant un duo avec une amie de college, Violet Santangelo dans une sorte de duo de type masculin / féminin (comme Sonny et Cher) appelé "Lyme and Cybelle" dont un titre apparait sur la compilation "Nuggets". Il passa aussi beaucoup de temps comme musicien de session (notamment comme pianiste et chef d'orchestre pour The Everly Brothers) et compositeur de jingle.

Il a notament écrit plusieurs chansons pour the Turtles, sur le label White Whale ("Like the Seasons" et "Outside Chance"), bien que sa participation éventuelle à leur enregistrement soit véritablement inconnue.

Dans les années 1960, Zevon a également fait des tournées et enregistré avec Manfred Mann.
On peut retrouver une de ses composition ("She Quit Me") dans la musique du film "Midnight Cowboy" (1969).
Il fut surtout remarqué pour son humour décalé, sa vue sardonique de la vie qui se reflète dans une certaine noirceur, parfois, de chansons humoristiques, et qui incorporent souvent des thémes politiques ou historiques.

Image

La première tentative de Zevon d'un album en solo s'appelle "Wanted Dead or Alive" (1969), produit par Kim Fowley, figure culte des années 1960, mais cela a moins bien réussi sur le marché, et son second album, "Leaf in the Wind" ne fut pas distribué (il en a été question à sa mort, mais, pour l'instant, toujours aucune sortie n'est prévue).
Au début des années 1970 il fit des tournées avec les Everly Brothers comme joueur de claviers et chef d'orchestre (coordinateur musical), mais ce n’était pas très satisfaisant pour lui.

Son insatisfaction par rapport à sa carrière l'amena à se déplacer en Espagne au cours de l'été 1975, où il joua à Sitges près de Barcelone, dans un petit bar appartenant à David Lindell, un ancien mercenaire. Ensemble, ils ont écrit le morceau "Roland the Headless Thompson Gunner", qui deviendra un classique pour Zevon.

Au milieu des années 1970, Warren Zevon retourna à Los Angeles, où il joua alors avec de parfaits inconnus qui avaient pour nom Stevie Nicks et Lindsey Buckingham et s'associa à la scène musicale de la Côte Ouest qui était alors en plein essor.

En 1976, il partit en Californie et s’associa avec Jackson Browne qui produisit son premier véritable album "Warren Zevon", avec les membres des Eagles, et avec Linda Ronstadt, qui figurent sur les albums de Zevon. Plusieurs morceaux furent repris par la suite par ces mêmes Eagles et Linda Ronstadt.

Linda Ronstadt choisit d'ailleurs d'enregistrer plusieurs de ses chansons, dont "Hasten Down the Wind", "Carmelita", "Poor Poor Pitiful Me" et "Mohammed Radio".

La première tournée de Zevon en 1977 incluait des apparitions en invité dans le milieu des concerts de Jackson Browne, dont l'une se trouve sur un bootleg largement diffusé d'un enregistrement d'une émission de radio Néerlandais sous le titre "The Offender meets the Pretender".

Image

Bien que seulement un modeste succès commercial à sa sortie, l'album "Warren Zevon" (1976), produit par Browne sera plus tard qualifié de chef-d'œuvre dans la première édition du Rolling Stone Record guide et est cité dans la version de ce livre le plus récemment révisé.

Les morceaux représentatifs comprennent la plainte du junkie "Carmelita", la 'Coplandesque' ballade de hors-la-loi "Frank And Jesse James", "The French Inhaler", un coup d'oeil cinglant vu de l'intèrieur de la vie et la soif sur la scène musicale de Los Angelès et "Desperadoes Under the Eaves", une chronique de l'alcoolisme croissant chez Zevon.

Image

Le premier véritable succès commercial de Warren Zevon fut "Excitable Boy" en 1978. Plusieurs chansons passèrent régulièrement à la radio, dont "Werewolves of London" qui fut un Hit au Top Ten. Succès critique et succès populaire.

Pendant les vingt années suivantes, Zevon enregistra plusieurs albums de manière sporadique et avec plus ou moins de succès. Dans le même temps il devait combattre ses démons, l’alcoolisme et les drogues. C'est au cours de cette période que l'apport excessif de vodka lui a valu le surnom de "F. Scott Fitzevon," une référence au romancier Américain F. Scott Fitzgerald, mort par l'abus d'alcool.

Le titre de l'album à propos du meurtre une nuit de fête d'une mineure sociopathe dénommée "Little Susie", l'héroïne de ses anciens employeurs The Everly Brothers était dans le ton de "Wake Up Little Susie", tandis que des chansons comme "Roland the Headless Thompson Gunner" et "Lawyers, Guns and Money" étaient utilisées avec l'humour pince-sans-rire qui lui allait si bien.

Les morceaux de cet album de style Heavy FM et la sortie du simple "Werewolves of London", où figurent Mick Fleetwood et John McVie, était une version relativement légère de l'empreinte macabre de Zevon et fut un hit au Top 30. Rolling Stone appela l'album l'une plus importantes sorties des années 1970 et Zevon se plaça séfinitivement aux côtés de Neil Young, Jackson Browne, et Bruce Springsteen comme un des quatre plus importants nouveaux artistes à émerger au cours de la décennie.

Image

"Excitable Boy" fut suivi en 1980 par "Bad Luck Streak in Dancing School". Cet album a été dédié à Ken Millar, plus connu sous son nom-de-plume comme le romancier détective Ross Macdonald. Millar a été un véritable héros littéraire pour Zevon et il rencontra le chanteur pour la première fois en participant à une intervention organisée par le journaliste de Rolling Stone Paul Nelson pour aider Zevon temporairement à donner un coup de pied à la toxicomanie.

Avec un modeste nouveau Hit avec le simple "A Certain Girl" (la reprise d'un vieux R & B de Ernie K-Doe qui atteignit le numéro 45 au Billboard Singles Chart), la vente de l'album fut rapide mais inégale, et nous montra plutôt un déclin plutôt qu'une étape vers la cohérence commercial et critique.

Il contenait pourtant une collaboration avec Bruce Springsteen appelé "Jeannie Needs a Shooter", et la ballade "Empty-Handed Heart" traitant du divorce de Zevon de sa deuxième épouse Crystal ( avec Linda Ronstadt au chant).

Image

En 1980, il publia l'album live "Stand in the Fire" (dédié à Martin Scorsese), enregistré en quelques cinq nuits au Roxy Theatre de Los Angeles.

Image

Le LP "The Envoy" de Zevon, sorti en 1982, fut peut-être le moins connu de tous ses albums studio sur Asylum, un tout erratique, mais caractéristique qui comprenait des compositions comme "Charlie's Medecine" et "Jesus Mentioned", la première des deux était une réaction musicale de Zevon à la mort d'Elvis Presley (l'autre est la chanson "Porcelain Monkey" 2000 sur la Life'll Kill Ya). Le titre du LP a été dédié à Philip Habib, envoyé spécial des Etats-Unis au Moyen-Orient au début des années 1980.

Dans les notes de son anthologie de 1996 "I'll Sleep When I'm Dead", Zevon a déclaré que, après la sortie de cette chanson, Habib lui a envoyé "une très belle lettre de remerciements au Département d'État de la papeterie".

Les paroles d'un autre morceau, "The Hula Hula Boys" furent extraites du livre de Hunter S. Thompson de 1983 "The Curse of Lono".

Après la sortie décevante de "The Envoy", Zevon fut abandonné par Asylum Records, ce que Zevon ne découvrit que par hasard lorsqu'il put lire des rumeurs à ce sujet dans les colonnes de Rolling Stone.

Le traumatisme engendré causa alors une rechute grave dans l'alcoolisme, et il le vérifia lui-même volontairement dans une clinique de réadaptation dans le Minnesota dont le nom n'a pas été mentionné.
Zevon avait en fait mis un terme à sa carrière en 1982 après la sortie de son album "The Envoy", et par la suite il n’avait fait que quelques rares apparitions, le plus souvent en solo.

Zevon se retira donc de la musique pendant plusieurs années, au cours de laquelle il surmonta finalement ses graves problèmes d'alcool et de toxicomanie.

En cette période intermèdiaire, Warren Zevon collabora avec Bill Berry, Peter Buck et Mike Mills (tous musiciens de REM), et le chanteur Bryan Cook pour former un nouveau groupe appelé 'Hindu Love Gods'. Le groupe publia le simple "Narrator" sur le label IRS en 1984 qui n'atteignit pas les Charts, puis s'éclipsa pendant plusieurs années.

Image

En 1986, sortit une compilation intitulée "A Quiet Normal Life: The Best of Warren Zevon" qui repremait tous les principaux succès de Zevon.

Image

Zevon fit un retour en 1987 avec "Sentimental Hygiene", grâce à la contribution de Neil Young, Bob Dylan, Flea, Brian Setzer, George Clinton, ainsi, bien sûr, que Berry, Buck, et Mills. Il était, pour l'occasion, épaulé aussi par ses collaborateurs de longue date Jorge Calderón et Waddy Wachtel.

Berry, Buck et Mills servirent de groupe de studio pour Zevon quand il réapparut en 1987 en signant avec Virgin Records et pour l'enregistrement de l'album "Sentimental Hygiene". La publication, salué comme son meilleur depuis "Excitable Boy", présenta un rock épais et tendu, souvent humoristique avec des chansons comme "Detox Mansion", "Bad Karma" (avec le chanteur de REM Michael Stipe en backup vocals), et "Reconsider Me".

Au cours des sessions de l'album, Zevon participa également à toute une nuit de jam-session avec Berry, Buck et Mills, alors qu'ils travaillaient leur propre style à travers le rock et le blues façon Bo Diddley, Muddy Waters, Robert Johnson et Prince.

Bien que les sessions ne soient pas initialement destinées à une sortie, elles finiront par voir le jour comme un album de Hindou Love Gods.

Image

Son album suivant, "Transverse City" (1989) était un concept album futuriste inspiré par l'intérêt de Zevon pour le travail de cyberpunk par l'auteur de science-fiction William Gibson. Il met en vedette des hôtes de marque comme Richie Hayward, batteur de Little Feat, Jack Casady, le bassiste du Jefferson Airplane, le claviériste Chick Corea et les guitaristes Jerry Garcia,guitariste leader de Grateful Dead, David Gilmour du Pink Floyd et Neil Young.

Les principaux morceaux comprennent la chanson-titre, "Splendid Isolation", "Run Straight Down" (qui avait une vidéo promotionnelle qui comprenait Zevon chantant dans une usine tandis que Gilmour jouait de la guitare) et "They Moved the Moon", celle-ci compte parmi les ballades les plus bizarres de Warren Zevon.

"Transverse City" fut encore une autre déception commerciale, et Virgin Records laissa aussi tomber Zevon peu de temps après la sortie de cet album.

Warren, cependant, signa presque immédiatement avec Giant Records, et la première conséquence du contrat de Zevon avec son nouveau label a été la parution de l'album "Hindu Love Gods" enregistré, bien sûr, au cours des sessions de "Sentimental Hygiene". L'album comprenait une reprise du "Raspberry Beret", de Prince qui est devenu un numéro 23 au Modern Rock Hit aux États-Unis.

Image

En 1991, Zevon, encore une fois de plus en solo, sortit "Mr Bad Example". Cet album contenaitt le modeste pop hit "Searching for a Heart" et le rock "Things to Do in Denver When You're Dead", plus tard utilisé pour le titre du film néo-noir du même nom, réalisé par Gary Fleder, après certains accrochages à propos de l'utilisation non autorisée par Zevon de la chanson titre (le morceau de Zevon étant finalement autorisé sur la bande des crédits à la fin du film).

Zevon tourna principalement aux États-Unis (avec the Odds), mais aussi en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande au cours de cette période.

Image

En raison de toutes ces circonstances, ses performances furent souvent de vrais efforts solo (avec un minimum d'accompagnement au piano et à la guitare); comme le live "Learning to Flinch" de 1993. Le disque reçut un certain temps d'antenne à la radio et fut considéré comme l''album Unplugged' de Zevon.

Zevon supervisa la musique de l'éphémère renaissance de la série de la NBC, Route 66 (1993), contribuant ainsi au thème du titre principal de cette série, "If You Won't Leave Me I'll Find Somebody Who Will".

Warren Zevon avait souvent joué au Colorado ce qui lui avait donné l'occasion de rendre visite à son ami de longue date Hunter S. Thompson.
Zevon comptait beaucoup d’amis écrivains, parmi eux, surtout Hunter S. Thompson, Stephen King et Carl Hiaasen.

Warren était proche de plusieurs écrivains qui avaient également collaboré à l'écriture de ses chansons au cours de cette période, comme Thompson, Carl Hiaasen et Mitch Albom.

Zevon avait aussi été coordonnateur musical pour un groupe de rock appelé les ''Rock Bottom Remainders, une réunion d'écrivains jouant des standards du rock and roll dans les foires du livre et autres manifestations. Ce groupe comprenait, entre autres, Stephen King, Dave Barry, Matt Groening et Amy Tan, tous écrivains populaires, et ils ont continué à effectuer un benefit concert par année depuis la mort de Zevon.

Image

Un projet affilié de Zevon, à la fois joué et écrit d'après ses notes, fut l'album décalé de 1998 intitulé "Stranger Than Fiction", un double CD attribué aux 'Wrockers' contenant des reprises de rock et des originaux par de nombreux écrivains plus notables tels que Norman Mailer et Maya Angelou.

De temps en temps, entre 1982 et 2001, Zevon remplit le rôle de leader pour Paul Shaffer sur Late Night with David Letterman et, plus tard, Late Show with David Letterman.

Image

En 1995, Zevon publia un album auto produit "Mutineer". Le morceau titre fut souvent repris par Bob Dylan en live en tournée dans les années 2000, et la reprise de l'artiste culte Judee Sill "Jesus Was a Crossmaker" de Zevon est antérieure à la plus large redécouverte de son travail une décennie plus tard.

Image

Cet album, cependant, a subi les pires ventes de la carrière de Zevon, en partie parce que son label, l'éphémère Giant Records du superagent Irving Azoff, était en train de couler. Rhino Records publia alors une compilation ("best-of" de Zevon) cette même année, "I'll Sleep When I'm Dead (An Anthology)".

Warren Zevon est également apparu dans le Larry Sanders Show sur HBO, en jouant son propre rôle comme invité de l'émission.
Après une autre période de cinq ans de mise à pied, Zevon signa avec le vétéran de l'industrie Danny Goldberg d'Artemis Records et de nouveau rebondit avec le thème de mortalité.

Image

En 2000 sort l'album "Life'll Kill Ya", contenant l'hymne "Don't Let Us Get Sick" et une austère version de Steve Winwood, Hit des années 80 " Back in the High Life Again". Avec des ventes de disques raisonnablement rapide et les critiques musicales donnant à Zevon ses meilleures notes depuis "Excitable Boy", "Life'll Kill Ya" fut considéré comme son deuxième grand retour.

Image

Il fut suivi en 2002 par "My Ride's Here" (avec une morbide prescience des choses à venir, Zevon est montré assis dans un corbillard sur la couverture), dont le morceau "Hit Somebody! (The Hockey Song)" (qui a été co-écrit par l'auteur de "Tuesdays with Morrie", Mitch Albom, et avec une voix parlée parun invité, hôte de la télévision, David Letterman) et la ballade "Genius", plus tard considéré comme le titre pour une anthologie de Zevon 2002, et une chanson dont la section cordes illustre l'influence durable de Stravinsky sur le travail de Zevon.

Image

À ce moment-là, lui et l'acteur Billy Bob Thornton entretinrent une amitié étroite, comparant leurs expériences communes avec trouble obsessionnel-compulsif.
Dans les entrevues, Zevon décrit sa phobie des médecins et il dit 'avoir rarement reçu des soins médicaux'.

En 2002, après une longue période de maladie non traitée et la douleur, Zevon fut encouragé par son dentiste à voir un médecin, et quand il le fit, le diagnostique fut un mésothéliome (une forme de cancer du poumon associé à l'exposition à l'amiante, et aussi le même cancer qui a tué Steve McQueen).

Refusant les traitements qu'il pensait pouvoir être incapacitant pour lui, Zevon commenca alors à enregistrer son dernier album "The Wind", aidé par des amis proches comme Bruce Springsteen, Don Henley, Jackson Browne, Timothy B. Schmit (du groupe The Eagles), Joe Walsh, David Lindley, Billy Bob Thornton, Emmylou Harris, Tom Petty et bien d'autres. L’album fut diffusé en août 2003, peu de temps avant sa mort.

À la demande de la chaîne de télévision musicale VH1, le documentaliste Nick Read a eu accès aux sessions, et ses caméras ont montré un homme qui conservait tout son sens de l'humour mordant, alors même que sa santé se détériorait au fil du temps.

Le 30 Octobre 2002, Zevon figura sur le 'Late Show with David Letterman', étant le seul invité pendant une heure entière.
Le groupe joua "I'll Sleep When I'm Dead" comme introduction. Zevon chanta plusieurs chansons et parla longuement de sa maladie.

Zevon avait souvent été invité et, à l'occasion, avait remplacé le maitre de cérémonie sur le show depuis la première diffusion de 'Late Night' en 1982. Il fit remarqué qu'il avait fait une 'erreur tactique' en n'étant pas allé voir un médecin pendant vingt ans. C'est au cours de cette émission que Zevon avait offert son 'slogan' souvent cité face à la mort: "Enjoy every sandwich". Il avait également pris le temps de remercier Letterman pour ces années de soutien, l'appelant "le meilleur ami que ma musique n'ait jamais eu". Pour sa dernière chanson de la soirée, et sa dernière exécution publique, Zevon effectua "Roland the Headless Thompson Gunner" à la demande de Letterman. Zevon avait précédemment déclaré que sa maladie devait être en phase terminale quelques mois après le diagnostic, à l'automne de 2002, mais il vécut suffisamment pour voir la naissance de ses petits-fils jumeaux en Juin 2003 et la publication de "The Wind" le 26 août 2003.

Grâce en partie aux premières émissions de VH1, le documentaire "Warren Zevon: Keep Me In Your Heart" de Nick Read (qui a porté une attention renouvelée à la maladie de Zevon), l'album entra dans le National Record Charts au numéro 16, le meilleur classement depuis "Excitable Boy".

Quand le diagnostic fut rendu public, Zevon déclara aux médias qu'il espèrait vivre assez longtemps pour voir le prochain film de James Bond, un objectif qu'il accomplit parfaitement; ironiquement, le film était intitulé 'Die Another Day'.

Warren Zevon est mort le 7 Septembre 2003, à 56 ans, à son domicile de Los Angeles, en Californie. "The Wind" était alors certifié disque d'or par la RIAA en Décembre 2003 et Zevon, à titre posthume reçut cinq nominations aux Grammy, y compris pour la chanson de l'année avec la ballade "Conserver Me In Your Heart".

Image

"The Wind" remporta finalement deux Grammy, avec l'album lui-même qui recevait le prix du meilleur album folk contemporain, tandis que"Disorder in the House", le duo de Zevon avec Bruce Springsteen, recevait le "Best Rock Performance by a Duo or Group With Vocal".
Ces prix décernés à titre posthume étaient les premiers Grammys de Zevon en plus de 30 ans de carrière.

Warren Zevon a été incinéré, et ses cendres furent dispersées dans l'océan Pacifique près de Los Angeles.

Image

Un album hommage intitulé "Enjoy every sandwich: Songs of Warren Zevon" est sorti le 19 Octobre 2004. et Jordan Zevon, le fils de Warren, fit une grande partie du travail sur l'album et enregistra "Studebaker", une composition inédite de son père.

Un deuxième album hommage, intitulé "Hurry Home Early: the Songs of Warren Zevon" (la ligne musicale de "hurry home early" est tirée de la chanson "Boom Boom Mancini", sur "Sentimental Hygiene") a été publié par Wampus Multimédia le 8 Juillet 2005.

Image

Le 14 Février 2006, VH1 Classic édite une video musicale tirée d'une nouvelle compilation, "Reconsider Me: The Love Songs". La vidéo, intitulée "She's Too Good For Me", a été diffusée toutes les heures pendant toute la journée.

Image

Le 1er Mai 2007, le nouveau label Ammal Records a commencé par un partenariat avec New West Records, par l'ancien patron de Zevon chez Artemis, Danny Goldberg, en publiant "Preludes - Rare and Unreleased Recordings", un double album d'anthologie de Zevon fait de démos et d'autres versions parmi les 126 enregistrements d'avant 1976 retrouvés après la mort de Warren Zevon.

L'album contient déjà cinq chansons inédites: "Empty Hearted Town", "Going All the Way", "Steady Rain", "Stop Rainin` Lord" and "The Rosarita Beach Cafe", avec la demo initiale de Zevon pour "Studebaker", la chanson interprétée par Jordan Zevon sur "Enjoy Every Sandwich".

Des sélections d'un entretien entre Zevon et Jody Denberg, une personnalité de la radio à Austin sont mélangées avec environ quarante minutes de musique sur le deuxième disque.

Si vous ne connaissez pas du tout Warren Zevon, je vous encourage vivement à le découvrir, car son oeuvre musicale ne peut pas vous laisser indifférents...

A déguster sans modération!!

Discographie

Wanted Dead or Alive - 1969
Warren Zevon - 1976
Excitable Boy - 1978
Bad Luck Streak in Dancing School - 1980
Stand in the Fire - 1981
The Envoy - 1982
A Quiet Normal Life: The Best of Warren Zevon - 1986
Sentimental Hygiene - 1987
Transverse City - 1989
Hindu Love Gods - 1990
Mr. Bad Example - 1991
Learning to Flinch - 1993
Mutineer - 1995
I'll Sleep When I'm Dead (An Anthology) - 1996
Life'll Kill Ya - 2000
My Ride's Here - 2002
Genius: The Best of Warren Zevon - 2002
The Wind - 2003
The First Sessions 2003
Enjoy every sandwich: Songs of Warren Zevon 2004
Hurry Home Early: the Songs of Warren Zevon 2005
Reconsider Me : The Love Songs - 2006
Preludes (Rare And Unreleased Recordings) - 2007

Sources: Wikipedia
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise

Re: WARREN ZEVON (Bio)

Messagepar alcat01 » 09 Mar 2014, 22:53

Bio mise à jour!
Avatar de l’utilisateur
alcat01
♪♪♪♪♪
 
Messages: 5420
Inscription: 03 Fév 2013, 18:25
Localisation: région Lyonnaise


Retourner vers Chroniques d’albums – Biographies

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron