William Sheller - "Stylus" (2015)

De France, du Québec ou de n'importe quel pays tant que c'est chanté en français

William Sheller - "Stylus" (2015)

Messagepar Algernon » 30 Oct 2015, 15:07

Image

Stylus : "l'instrument d'écriture"
Le nouveau cahier à spirales de William Sheller est arrivé, "poussé par on ne sait quel vent" (à la manière de), livraison aux notes et au verbe d'une élégance folle. "C’est surtout le disque d’un artiste qui a été obligé d’en faire un !" dixit l'artiste
Une poignée de chansons courtes, délicatement canevassées par son piano et un quatuor à cordes, avec en guise de courte respiration deux instrus piano.
C'est de la pop musique de chambre qui ouvre Stylus avec "Youpiland" et "Une belle journée", parée de nuances maccartneisiennes. On est quand même en terrain familier. Chansons guillerettes et lumineuses, surtout à l'aune des titres suivants, qui sont au mieux mélancoliques.
Avec "Bus Stop", l'ambiance change notablement. Pas grand chose à voir avec le hit des Hollies, il s'agit d'un texte tout bonnement bouleversant. Sheller exprime des sentiments de séparation, douleur retenue, avec les mots les plus simples, et les plus justes qui se puissent trouver. Pour moi, la chanson la plus poignante de Sheller avec "Nicolas".
Même ressenti avec "Petit Pimpon" qui, par sa conclusion, illustre les regrets qu'éprouve un homme, une fois sa vie bâtie. Un peu le ton des "Passantes" de Antoine Pol, avec au bout du chemin UN bonheur. Magnifique aussi.
Donc, deux pièces au piano, intermèdes apaisants, dont un risque de vous faire penser à Chopin, comme le chantait Bécaud.
La tristesse de l'absence illustrée par "Les Enfants du Week end", ou avec une reprise d'un titre du premier album (1975) "Comme je m’ennuie de toi"
"Walpurgis" et "Les Souris Noires" deux presque contes sombres, aux atmosphères et décors intemporels, dans des contrées non définies, jamais atteintes par quelque industrialisation. Des compos et textes qui rappellent les ambiances de "l' Empire de Toholl" et autres excalibureries. Ailleurs.
Au cul de "Walpurgis" un titre caché, dans un style qu'il disait pourtant ne pas aimer.

Le temps a passé vite depuis Avatars, qui m'avait séduit mais pas assez en profondeur. Je retrouve avec "Stylus" le Sheller le plus attachant, le plus sensible, avec ce qu'il faut de surprenant. William Sheller donne une leçon. Une belle !
40 ans émerveillé.

Et meilleure santé Monsieur Sheller

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/ ... etier.html
Dernière édition par Algernon le 30 Oct 2015, 15:47, édité 1 fois.
Keep on schtroumpfing - Il faut survivre avec son temps.
Avatar de l’utilisateur
Algernon
♪♪♪♪♪
 
Messages: 20352
Inscription: 03 Fév 2013, 21:43

Re: William Sheller - "Stylus" (2015)

Messagepar Jo Bolais » 30 Oct 2015, 15:42

Je l'ai écouté il y a quelques jours. C'est le Sheller des 80s. Celui que j'aime. Même si les vignettes pop des débuts sont toujours aussi agréables.
L'album est court, mais c'est préférable à un long avec une moitié de titres dispensables.
La voix ne bouge pas, et les mélodies sont raffinées. Peut-être ai-je ressenti un manque de surprises, mais Sheller a joué la sécurité en utilisant une recette qu'il maitrise à merveille. Et vu son état de santé, ça peut se comprendre.
http://leboncraignos.blogspot.fr/
Le rendez-vous du microsillon inouï.
Avatar de l’utilisateur
Jo Bolais
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3409
Inscription: 17 Jan 2015, 21:25

Re: William Sheller - "Stylus" (2015)

Messagepar zuma » 31 Oct 2015, 15:34

Je l'ai écouté. Plusieurs fois. D'accord avec vous, c'est la même voix, le même souci des orchestrations, les cordes à l'infini, les textes intimistes qui collent toujours aussi étrangement aux airs néo-classiques.

Et... je passe à travers sans être ému. Les souris noires peut-être...(*) Il y a quand même deux titres qui me plaisent, le premier Youpilong et le dernier Walpurgis (la première partie, pas le bonus caché).

(*) Sur un thème presque similaire, je vous conseille le bouleversant Azincourt de Cabrel (album In Extremis, 2015), un poème musical sur la névrose traumatique à propos d'une bataille de la guerre de cent ans où périrent 6000 chevaliers français.
Love is all you need.
Avatar de l’utilisateur
zuma
♪♪♪♪♪
 
Messages: 3433
Inscription: 09 Aoû 2014, 10:39
Localisation: Lyon


Retourner vers Rock français / Chanson francophone

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron