UNIVERSE (Bio)

Venez lire ou déposer ici vos biographies de musiciens ou de groupes, vos chroniques d'albums ou votre album de la semaine.
Répondre
Avatar du membre
alcat01
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:51
Localisation : campagne

UNIVERSE (Bio)

Message par alcat01 » jeu. 4 mars 2021 16:41

Image

Universe a été un obscure groupe Gallois de Prog Rock des années 70 formé à Cardiff et composé de John Healan (basse, chant), de Steve Keeley (batterie, percussions, chant), de Steve Finn (guitare, harmonica, chant), de Mike Jones (Chant, guitare rythmique), et de Mike Blance (claviers, chant).

Ses débuts s'étaient faits en 1968 lorsque cinq jeunes musiciens influencés par le Blues Rock avaient fondé une formation du nom de Spoonful.
Ils avaient ensuite, en 1970, décidé de transformer leur nom en Universe après avoir écouté des groupes Prog comme Jethro Tull, Man, Eyes Of Blue ou encore Family.

Image

Leur histoire est quelque peu originale, c'est pourquoi je vais la raconter telle que l'on peut la découvrir en cherchant un peu...
Pour eux, tout avait commencé lors qu'une minoscule tournéé en Scandinavie:
Malgré le début de l'après-midi, le temps était devenu gris assez rapidement. Ici, dans le nord de la Norvège, l'hiver a ses droits, et en plus de cela, de fortes chutes de neige ont recommencé à tomber abondamment. Les essuie-glaces des voitures ont du mal à suivre les énormes flocons blancs.
Et puis il y a le givre agaçant et lancinant qui se glisse à l'intérieur de la voiture comme un traître. Moins vingt, ce n'est pas rien, et surtout pas une blague! La camionnette, remplie des cinq jeunes Gallois et de leur matériel de concert, "tousse" et "éternue" dangereusement depuis plusieurs minutes. À part le batteur, Steve Keeley qui, en conduisant la voiture, tapote sur le volant au rythme d'une chanson doucement chantée, personne n'y prête véritablement attention.
Leur destination était encore à plus de quatre heures. En fin de compte, comme des gens civilisés, alors qu'ils se couchaient, les deux dernières nuits, ils avaient dormi sur les bancs durs des gares, car des clochards leur avaient auparavant volé leurs bagages avec les sacs de couchage et tous les bénéfices des représentations...

Le paysage rude, mais merveilleusement charmant, se déplaçait paresseusement derrière les vitres. Il n'y avait presque pas de villes, de villages, ou quoi que ce soit, sur le chemin; parfois, quelque part au loin, on pouvait voir la petite lumière d'un bâtiment unique et solitaire.
Ce n'est pas étonnant car la Norvège est un pays très peu peuplé, 14 personnes au kilomètre carré)... Leur tournée pouvait difficilement être qualifiée de "tournée européenne"; ils sont paetis faire quelques concerts dans ce pays froid pour gagner un peu d'argent et finalement enregistrer leur album de rêve. L'agent Norvégien Regnar Hagen avait promis de dépenser de l'argent pour eux, même si le nom du groupe, Universe, était totalement inconnu ici.

Ce qui n'est pas surprenant, puisque cela ne voulait rien dire non plus dans leur pays de Galles natal...Ils avaient commencé leur carrière musicale en 1968 dans un groupe de Blues Rock appelé Spoonful. Au début, ils avaient interprété des standards de Blues Américains. Avec le temps, ils avaient commencé à créer leur propre répertoire en étant impressionnés par des groupes comme Jethro Tull, Man, Eyes Of Blue ou Family.
À cette époque, ils avaient changé de nom pour devenir Universe... Ils s'était produits principalement sur le continent Européen: à Amsterdam, à Cologne ou à Munich. À Hambourg, ils s"étaient impliqués dans le Top Ten Club. le même club où les Beatles avaient débuté une décennie plus tôt. À Copenhague, ils avaient joué avec Johnny Winter et Iron Butterfly. Au Royaume-Uni, ils apparaissaient sporadiquement, bien que dans le Marquee Club de Londres, ils avaient fait la première partie de Fleetwood Mac, Chicken Shack, Black Sabbath et Rory Gallagher.
Ils avaient très rarement eu l'occasion de jouer à Cardiff...

Au milieu de l'obscurité presque soudaine et de la neige qui tombait encore du ciel, le bon vieux Van avait refusé à un moment donné d'avancer plus loin. Les tentatives de redémarrage avec la clé n'ont rien donné, pas plus que les malédictions, les menaces et les supplications.
Le véhicule s'était arrêté et il n'était plus question de poursuivre le voyage.
Il faisait alors très froid à l'intérieur, et pourtant personne ne s'était donné la peine de sortir et même de jeter un coup d'œil sous le capot. À ce stade-là, seuls des loups hurlant à l'extérieur manquaient dans le décor, comme dans un mauvais film d'horreur.
Cependant, des coups frappés sur la vitre latérale les avaient effrayés à mort. Par la fenêtre entrouverte, le visage barbu d'un troll avait regardé à l'intérieur et avait parlé dans une langue viking incompréhensible pour eux. "...Eh bien, nous sommes... morts...", avait grogné le guitariste Mike Jones dans son souffle...

Cette histoire s'est réellement déroulée en Mars 1971. Les musiciens de Universe avaint eu une chance incroyable que leur camionnette se soit retrouvée coincée au milieu de nulle part, juste devant une maison isolée.
N'ayant pas la possibilité de réparer la voiture rapidement, l'hôte de la maison avait invité tout le monde chez lui pour boire un thé bien chaud.
Il s'était avéré être un poète local, un peintre, un sculpteur et un photographe de la région, le tout en une seule personne.
"...La moitié de la nuit, nous avons dû écouter sa poésie, regarder ses photos, admirer ses peintures, mais dans l'ensemble, c'était un gars sympa...", confia plus tard le bassiste John Healan. Il a ajouté : "...Et puis il nous a demandé de jouer quelque chose pour lui. Aucun de nous ne savait qu'il l'enregistrait...".

Le Norvégien serviable avait emporté l'enregistrement de la jam session nocturne à son ami Nils Oybakken, propriétaire du studio d'enregistrement local Experience à Mosjoen, non loin de là.
Nils les avait rangés dans le sous-sol de la boutique de son père, où enregistraient principalement des artistes locaux, et les disques étaient distribués dans... des stations-service.
Ravi d'avoir obtenu un morceau sous la forme d'un groupe Gallois, il avait invité les musiciens chez lui.
Steve Finn s'en souviendra des années plus tard : "...Nils et ses parents ont été fantastiques. Ils nous ont nourris, nous ont donné accès à une auberge de jeunesse qui était fermée à cette période de l'année, et Nils et nous avons fait quelques enregistrements en vue d'un single. Nous en avons fait un grand disque...".

Image

L'album "Universe" édité en 1971 est considéré par certains comme le titre progressif le plus rare de l'histoire du Rock Britannique. Sorti dans un tirage de ... 200 exemplaires, il est maintenant si rare qu'il n'y a même pas de prix.

Stylistiquement, c'est un disque de très bonne guitare au son professionnel, parfois du Rock bluesy avec des orgues, jouée par Mike Blance avec des éléments progressifs.

L'album est agréable et varié, et quelque peu original. La collection de ses chansons est une grande tranche de Hard Blues Rock avec quelques belles interventions à la guitare électrique, et avec un peu d'harmonica, de piano et d'orgue.
C'est surtout un mélange intéressant et séduisant de Hard Rock, de Blues, de Prog, de Flamenco, de Country, quelques moments psychédéliques, de bonnes mélodies, de rythmes groovy et de voix chaleureuses et bien livrées. Un album très cohérent également, presque comme deux suites (une pour chaque face du LP), avec une bonne musicalité et une bonne production.

Le matériel étant un peu inégal, la plupart de celui-ci est simplement bon. Il y a cependant quelques moments assez impressionnants.
La chanson "Universe" est très bonne, la section plus heavy de "Cocaine" divertit et "The Annexe" est tout simplement fantastique.

On y trouve quelques bonnes jams, surtout vers la fin de l'album, mais dans l'ensemble, ce n'est pas un disque exceptionnel. L'écriture de chansons n'est pas vraiment leur point fort.
Mais, bien que ce ne soit pas le plus inventif des groupes, le son général est sérieux et parfaitement écoutable, rappelant même un peu Leaf Hound ou Orang-Utan.
Le chant est prenant, les riffs sont solides, la production amateur de l'époque convient parfaitement à la musique et l'ensemble du LP est très cohérent.

"Universe" est composé de huit enregistrements dans l'ambiance de groupes comme Wishbone Ash, Man, Hard Meat et Thin Lizzy sont un régal pour les oreilles:

L'album commence par un Blues Rock tueur, "Twilight Winter", de sept minutes avec une entrée forte de la section rythmique (super basse façon Black Sabbath) et une guitare fuzz. Des touches plus douces donnent un répit momentané, et l'instant d'après, comme une lourde machine à vapeur alimentée par le vide, cela repart.
Juste après, vient un "Cocaine" presque acoustique et tout aussi long (le titre coïncide avec la composition de JJ Cale par accident). Dans sa première partie, une guitare acoustique bluesy est soutenue par des applaudissements et des chants communs. Au milieu de la chanson, des sons doux du thème classique de Beethoven "For Eliza" joués à l'orgue ont émergé, autour desquels une guitare électrique avec de fortes percussions s'enroule comme du lierre sur un arbre. Ce n'est que maintenant que la course folle et improvisée commence ... des riffs à la Black Sabbath, Jethro Tull, ou Bert Jansch dans les moments acoustiques.
La chanson-titre, "Universe", rappelle incontestablement Free, mais avec un harmonica.
Et "Rolling" qui dure environ quatre minutes est un morceau atmosphérique avec de l'harmonica venant tout droit du sud des États-Unis. Une sorte de version Galloise de The Allman Brothers Band.
Le sentiment envers les standards Américains du Blues bouillonnait-t-il toujours autant dans le sang des musiciens?
Pas forcément, car le plus long de l'album (11 minutes), "Spanish Feeling", apparaît comme un Prog Rock typique avec de nombreux changements de rythme et d'ambiance, des ornements musicaux Espagnols, un travail de guitare Heavy et un travail d'équipe parfait.
"The Annexe" est plus dans le ton du riff Rock de l'époque, avec un orgue rendant coup pour coup. C'est comme du magma incandescent, mais dans le bon sens du terme. Quels Grands solos de guitare, ainsi que des parties d'orgue et c'est parfois similaire aux Doors, puis à de nouveau climats 'purpleiens'...
"Bleak House"est un beau morceau en guise de remerciement musical à Anton Solberg qui a aidé le groupe à traverser les moments difficiles en Norvège en leur offrant des repas chauds et gratuits et une nuit. Les harmonies vocales à la Simon & Garfunkel, la guitare acoustique et la guitare slide ont la magie des ballades de Pink Floyd.
L'album se termine par une blague musicale à la Monty Python d'une minute "Track Four".

Mais ce n'est pas la fin de la fête car pour la réédition en CD de 2014, le label Flawed Gems a joint la chanson "A Woman's Shep", qui n'était pas sur le disque original.
L'enregistrement provenait de la même session que l'album et il est même sorti en single.
De plus, deux enregistrements d'acétate ultra rares enregistrés en 1970 sont inclus: "Shadows Of The Sun" et surtout "Waiting For The Summer", un morceau à la Wishbone Ash première période avec un super jeu progressif digne des maîtres du genre. Joué par deux guitares, soutenu par une merveilleuse section rythmique, un excellent chant et un pilotage d'orgue au plus haut niveau, il est impossible de s'en détacher!
Et c'est là que la question éternelle se pose, pourquoi ce groupe n'a-t-il pas fini par percer...!?

Image

En 1993 est paru un autre disque du groupe intitulé "The Wheel". Ce n'est qu'un mélange d'enregistrements live et studio enregistrés entre 1970 et 1972. D'une part, un simple jeu glamour et Rock, et d'autre part, parfois, un départ en fanfare.

Étrange album en vérité, il a été pressé en 548 copies.

La première face présente un matériel de studio de style plutôt Rock relativement boiteux avec un bon son, enregistré en 1971-1972, tandis que la seconde face, composée de morceaux live de Heavy Prog de 1970, est bien meilleure, mais avec un son bien moyen.

Il y a également un single en bonus qui contient un acétate inédit de leurs pistes de studio de 1970.
Et comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi un livret.

Il n'y a hélas rien d'autre sur cet opus, ni sur le groupe, d'ailleurs...

Discographie:

1971 Universe
1993 The Wheel

Sources: ZIBI, wikipedia
“Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.” Robespierre.

Répondre