Bob Dylan

Beatles, Rolling Stones, Led Zeppelin, Pink Floyd, The Who, The Doors...
Répondre
Avatar du membre
Winsterhand
Top contributeur
Top contributeur
Messages : 244
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:55
Localisation : Aggliæ
Contact :

Bob Dylan

Message par Winsterhand » sam. 9 mai 2020 09:27

Vous l'avez sans doute vu passer, Bobby a décidé d'arrêter de faire le con avec ses albums de reprises. Son prochain disque va s'appeller Rough and Rowdy Ways, y aura que des nouvelles compositions dessus et il va notamment inclure son interminable chanson sur l'assassinat de Kennedy qui était sortie y a quelques mois. D'autres extraits ont été publiés depuis, je n'ai pas encore eu l'occasion de les écouter. Quelqu'un pour nous en parler ? (Vox ?)




Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 977
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: Bob Dylan

Message par Harvest » ven. 19 juin 2020 09:10

En écoute. L‘album va être détesté par la plupart. Tant mieux.

Pas la peine d’être nombreux.... :ange:

Avatar du membre
Pablitta
Modérateur
Modérateur
Messages : 2653
Enregistré le : jeu. 15 août 2019 10:03

Re: Bob Dylan

Message par Pablitta » ven. 19 juin 2020 16:34

Harvest a écrit :
ven. 19 juin 2020 09:10
Pas la peine d’être nombreux.... :ange:
Ah bon, mais pourquoi ? :gratzzz:

J'en ai entendu un bout ce matin, sur France Inter. Ca semble bien se tenir.

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1428
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: Bob Dylan

Message par vox populi » ven. 19 juin 2020 21:23

Evidemment ce disque c'est un des événement culturel de l'année.
Je l'ai écouté sans avoir lu aucune critique.
je voulais le découvrir sans à priori
le plus vierge possible
Vous vous imaginez ..8 ans après Tempest, qui était un album formidable !!!
Alors, verdict?
eh bien je suis ressortie de l'écoute avec une demie molle
Non pas que le disque soit mauvais. Il est merveilleusement produit et DYlan chante comme un Dieu, ni plus, ni moins
Mais l'ensemble manque quand même, à la première écoute, de jus.
Ca m'a vraiment déçu malgré un ou deux classique immédiat : Murder bien sûr, mais aussi Key West et My Own Version of you..
Alors quoi? ???
Pourquoi cette demie molle?
Trop de pression?
En fait on m'a donné la réponse sur un autre forum aujourd'hui
Dylan lorsqu'il voulait se réinventer est toujours passé par l'enregistrement d'albums de reprises
C'est à travers ses albums qu'il a trouvé le filon pour se réinventer

Et là je m'imagine découvrir ce disque 8 ans après Tempest sans être passé par ses disques de sinatra.
Mon regard aurait été complètement différent!
Je me serais dit que Tempest était, pour moi, la dernière mutation du zim et en fait non..8 ans après il revient et il est devenu un chanteur de ballade absolument exceptionnel!!
C'est exactement ça que je me serais dit!
Finalement les disques de Sinatra n'auraient pas dû être publiés, ou alors plus tard dans le cadre d'un volume des BS, car ses albums étaient davantage des albums de travail qu'autre chose ...et là oui, mille fois OUI quelle claque cela aurait été ce disque !!!

Cela étant dit je ne désespère pas de l’apprivoiser et de finalement l'aimer..mais quelle frustration quand même d'avoir attendu 8 ans et de ne pas être complètement rassasié

Avatar du membre
DaFrog
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1611
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 15:16

Re: Bob Dylan

Message par DaFrog » sam. 20 juin 2020 07:57

Pablitta a écrit :
ven. 19 juin 2020 16:34
Harvest a écrit :
ven. 19 juin 2020 09:10
Pas la peine d’être nombreux.... :ange:
Ah bon, mais pourquoi ? :gratzzz:
Le syndrome happy few ?
Dynamiteur d’aqueducs :modo:

Avatar du membre
Echoes
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 4382
Enregistré le : mer. 2 oct. 2019 13:16
Localisation : Suisssssse

Re: Bob Dylan

Message par Echoes » sam. 20 juin 2020 08:21

Personnellement je suis surpris en bien, j'avais quelques craintes avant cette première écoute, craintes évanouies rapidement car j'ai déjà envie de me le repasser illico :)
"Jamais de technique dans ma façon de jouer : juste du fun de la sincérité, du Rock& Roll et une bonne bouteille de whisky"
Bon Scott

Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 977
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: Bob Dylan

Message par Harvest » sam. 20 juin 2020 08:46

DaFrog a écrit :
sam. 20 juin 2020 07:57
Pablitta a écrit :
ven. 19 juin 2020 16:34
Harvest a écrit :
ven. 19 juin 2020 09:10
Pas la peine d’être nombreux.... :ange:
Ah bon, mais pourquoi ? :gratzzz:
Le syndrome happy few ?
J’aime pas la foule :hehe: ..

Plus sérieusement. Le nombre ne fait pas la qualité. Si nous ne sommes pas nombreux à aimer le dernier Dylan, il n’en reste pas moins qu’il est très bon. Et puis les textes... et la pochette... pas la peine d’être nombreux... quelques uns suffiront. :ange:

Avatar du membre
The lad
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1038
Enregistré le : lun. 5 août 2019 15:06

Re: Bob Dylan

Message par The lad » sam. 20 juin 2020 09:05

On est pas mal à avoir tiqué sur cette couvrante : la photo signée Ian Berry (recolorisée sur le disque de Dylan) est déjà apparue sur la pochette d'une compilation Chess consacrée à la northern soul il y a une quinzaine d'années.


Image
Affreux, sale et méchant.

Avatar du membre
Pablitta
Modérateur
Modérateur
Messages : 2653
Enregistré le : jeu. 15 août 2019 10:03

Re: Bob Dylan

Message par Pablitta » dim. 21 juin 2020 16:51

DaFrog a écrit :
sam. 20 juin 2020 07:57
Pablitta a écrit :
ven. 19 juin 2020 16:34
Harvest a écrit :
ven. 19 juin 2020 09:10
Pas la peine d’être nombreux.... :ange:
Ah bon, mais pourquoi ? :gratzzz:
Le syndrome happy few ?
Vue la réponse d'Harvest, oui, je crois bien ! :hehe: :hehe:

Avatar du membre
Algernon
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 8036
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 17:36

Re: Bob Dylan

Message par Algernon » mar. 15 juin 2021 08:29

En remontant plus dans le temps, déjà.
Une reprise d'un titre de Dylan par Thunderclap Newman "Open The Door, Homer" sur leur album produit par Pete Townshend (1970).
On peut pas dire que ce soit une chanson parmi les plus connues du Zim, présente sur Basement Tapes.
Mais ce qui m'a intrigué tout de suite : il est chanté "Open the door, Richard". Warum ?


"Open the Door, Homer"
Dylan – vocal, guitar; Robertson – electric guitar; Hudson – organ; Manuel – piano, backing vocal; Danko – bass, backing vocal.

The refrain of this song is lifted from a 1947 number one hit by Count Basie, "Open the Door, Richard"—which is what Dylan actually sings in his chorus. That song was based on a 1919 vaudeville skit by Harlem comic John Mason, so, as Griffin puts it, "this is a nonsense song based on a nonsense song". According to Heylin, Homer was "apparently" a nickname for the late novelist and musician Richard Fariña, a friend of Dylan's. Fariña died in a motorcycle crash on April 30, 1966, on his way home from a launch party for his debut novel, Been Down So Long It Looks Like Up to Me, so the song may be an homage to a departed friend. Danko thought Dylan changed the title from Richard to Homer because Richard was already there—in the shape of Richard Manuel.
https://en.wikipedia.org/wiki/Open_the_Door,_Richard!
Je suis pas trop vieux pour ces conneries.

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1428
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: Bob Dylan

Message par vox populi » sam. 11 sept. 2021 08:51

Je me décide a un peu alimenter ce topic, dans l'optique de peut être faire découvrir à quelques personnes oh combien l'art de Dylan est une synthèse de toute la culture Américaine aussi bien au niveau de sa musique que de sa voix.
Dylan avait dit un jour qu'il faudrait 100 ans pour comprendre son travail. Ca peut sembler un peu prétentieux, et lorsqu'on lit les interviews de Dylan ca ne ressemble pas vraiment à son caractère. Si Dylan dit cela ce n'est sans doute pas pour se vanter mais bel et bien parce qu'il existe une multitude de références dans son travail qui restent pour beaucoup encore à découvrir.
Je vous proposerai quelques exemples parmi tant d'autres et je vais commencer par une chanson qui est loin, très loin, d'être une de ses plus connue : Long Time Gone



Long Time Gone est une chanson écrite en 1962, une de ses premières donc, alors qu'il était encore un chanteur à la recherche de son public (avant l'explosion Freewheelin).
A l'époque Dylan gagnait essentiellement sa vie en composant des chansons pour les autres. Il enregistrait les chansons sur un petit magnétophone qu'il envoyait à son éditeur M. Witmark & Son.
Cette époque qui s'étale de 1962 à 1964 à été édité sur le volume 9 des bootlegs series en 2010.
La sortie de ce disque a permis de découvrir les premières versions de certains classiques comme le fameux blowin in the wind, ou bien Hard Rain mais également de nombreux titres restés inédits comme par exemple long time gone, notre chanson du jour.
Les fans de Dylan connaissaient déjà cette chanson qui avait été interprété deux fois en live en 1962 et 1963 avant de disparaitre à jamais de son répertoire.

voici les paroles

My parents raised me tenderly
I was their only son
My mind got mixed with ramblin’
When I was all so young
And I left my home the first time

When I was twelve and one
I’m a long time a-comin’, Maw
An’ I’ll be a long time gone
On the western side of Texas
On the Texas plains

I tried to find a job o’ work
But they said l’s young of age
My eyes they burned when I heard
“Go home where you belong!”
I’m a long time a-comin’
An’ I’ll be a long time gone

I remember when I’s ramblin’
Around with the carnival trains
Different towns, different people
Somehow they’re all the same
I remember children’s faces best
I remember travelin’ on
I’m a long time a-comin’
I’ll be a long time gone


I once loved a fair young maid
An’ I ain’t too big to tell
If she broke my heart a single time
She broke it ten or twelve
I walked and talked all by myself
I did not tell no one
I’m a long time a-comin’, babe
An’ I’ll be a long time gone

Many times by the highwayside
I tried to flag a ride
With bloodshot eyes and gritting teeth
I’d watch the cars roll by
The empty air hung in my head
I’s thinkin’ all day long
I’m a long time a-comin’
I’ll be a long time gone

You might see me on your crossroads
When I’m a-passin’ through
Remember me how you wished to
As I’m a-driftin’ from your view
I ain’t got the time to think about it
I got too much to get done
Well, I’m a long time comin’
An’ I’ll be a long time gone

If I can’t help somebody
With a word or song
If I can’t show somebody
They are travelin’ wrong
But I know I ain’t no prophet
An’ I ain’t no prophet’s son
I’m just a long time a-comin’
An’ I’ll be a long time gone

So you can have your beauty
It’s skin deep and it only lies
And you can have your youth
It’ll rot before your eyes
Just give to me my gravestone
With it clearly carved upon:
“I’s a long time a-comin’
An’ I’ll be a long time gone”

Lorsqu'on se penche sur la mélodie de la chanson on retrouve exactement la même sur la chanson "my name is john johanna" qui est un vieux trad Américain. La chanson date très probablement de la fin du 19eme siècle, elle est une variante d'un autre air traditionnel nommé the state of arkansas.
My name is john johanna a été enregistré pour la première fois en 1927 par un chanteur folk très populaire à cette époque, du nom de Kelly Harrel.
Sa version se retrouvera sur l'anthologie de la folk américaine édité dans les années 50 par Harry smith



On sait que Dylan avait appris les chansons de cette anthologie par coeur et il est donc plus que probable que la mélodie trouve sa source dans cette chanson folklorique.
Mais d'autres recherches ont permis de se rendre compte que de nombreuses chansons traditionnelles utilisaient exactement la même mélodie, comme par exemple Maggie Walker Blues

Dans cette version enregistrée par deux légendes de la folk Doc Watson and Clarence Tom Ashley, il faut se pencher sur le texte

Voici comment la chanson débute

My parents raised me tenderly,
They had no child but me.
My mind being placed on rambling,
With them I couldn’t agree
Just to leave my aged parents
And them no more to see.

Et voici le texte de bob dylan

My parents raised me tenderly
I was their only son
My mind got mixed with ramblin’
When I was all so young
And I left my home the first time
When I was twelve and one
I’m a long time a-comin’, Maw
An’ I’ll be a long time gone

La parenté est évidente!
Par la suite la chanson Maggie Walker part dans une autre direction mais on sait maintenant que My name is john johanna n'était pas la seule inspiration de Dylan pour sa chanson

Il y a aussi régulièrement dans les paroles de Dylan des strophes prophétiques et dans cette chanson, écrite en 1962 il y a un verset resté célèbre

If I can’t help somebody
With a word or song
If I can’t show somebody
They are travelin’ wrong
But I know I ain’t no prophet
An’ I ain’t no prophet’s son
I’m just a long time a-comin’
An’ I’ll be a long time gone

Dans ces vers écrits plusieurs mois avant que Dylan n'accède à un statut d'icône et de prophète il rejette déjà cette position.

"je ne peux aider personne avec un mot ou une chanson
si je ne peux pas lui montrer qu'il prend le mauvais chemin
Or je ne suis ni un prophète, ni un fils de prophète "

Si la chanson a disparue, en apparence, de l'univers de Dylan elle continuera de traverser le temps en sous jacent et la mélodie réapparaitra bien des années plus tard en ayant subie plusieurs mutations sous la forme du classique Shelter from the storm


Si la chanson long time gone n'a plus été interprété par Dylan depuis 1963 d'autres artistes vont la reprendre.

Une cover que j'aime bien de peter Case


La chanson a également été reprise par Odetta sur son magnifique album consacré aux chansons de Bob


Cette chanson pourtant secondaire dans la grande oeuvre de Bob Dylan permet de mieux comprendre pourquoi cet artiste est tellement important pour les Américains. En puisant son inspiration dans le répertoire originel de l'Amérique, celui des ancêtres, il est le trait d'union entre le présent et le passé. Dylan contrairement à ce que l'on pense n'a jamais cessé de faire de la folk music, c'est à dire de travailler le répertoire folk. Il le fera jusqu'à aujourd'hui.
Il dira lui même
"Ne pensez pas que j'ai arrêté de chanter de la folk music -
ce n'est pas du tout le cas -
Les chansons folk m'ont montré la voie
Elles m'ont montré que les chansons peuvent dire quelque chose d'humain
Sans "Barbara Allen " il n'y aurait pas de " Girl from the North Country " -
Sans " Lone Green Valley " il n'y aurait pas de " Don Think Twice " -
Sans " Jesse James " il n'y aurait pas de " Davy Moore " -
Sans " Twenty one Years " il n'y aurait pas de " Walls a red wing "

Le folk n'est pas une question d'instrument, c'est une question de répertoire et de la manière dont on le travaille. Dylan a montré que l'on peut faire de la folk music avec une guitare électrique, mais pour le comprendre il faut prendre le temps de se pencher sur ses chansons et c'est pourquoi il faudra au moins 100 ans pour saisir toute la portée de son travail. Il faudra un siècle pour comprendre à quel point il a transformé le vieux répertoire en quelque chose de nouveau.
Dylan n'écrit pas des chansons, il les remet simplement au goût du jour.
Il n'a jamais cessé de le faire
Sources
https://bob-dylan.org.uk/archives/6101
http://www.bobdylanroots.com/lyric.html

Avatar du membre
Harvest
Modérateur
Modérateur
Messages : 977
Enregistré le : mer. 31 juil. 2019 18:58

Re: Bob Dylan

Message par Harvest » sam. 11 sept. 2021 16:59

Tu n’as pas choisi la chanson la mieux connue, mais tu as bien fait. Ça constitue une bonne introduction au sujet. Et ça permet de saisir à quel point Dylan est le chantre de l’Amérique, de son histoire culturelle. Et pourquoi par tous les artistes américains il est tant admiré. :chapozzz:

Avatar du membre
Douglas
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 2035
Enregistré le : mer. 11 sept. 2019 06:12

Re: Bob Dylan

Message par Douglas » lun. 13 sept. 2021 04:06

Merci Vox! juste passionnant!
:chapozzz:

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1428
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: Bob Dylan

Message par vox populi » mar. 14 sept. 2021 11:36

Merci beaucoup :chapozzz:
Je vais essayer de raconter régulièrement l'histoire des chansons de Dylan ;)

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1428
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: Bob Dylan

Message par vox populi » sam. 18 sept. 2021 07:44

Image
Hier est sortie le 16eme chapitre des Bootleg Series de Bob Dylan

Il s'agit d'une discographie parallèle qui revient sur différentes périodes de l'œuvre de Dylan en proposant des chansons inédites ou des versions alternatives de morceaux déjà publiés.
Ce travail a permis de donner un éclairage tout à fait différent à certaines périodes de sa carrière. je pense par exemple au volume 10 qui était consacré à Self Portrait, disque très critiqué au moment de sa sortie.
Il existait jusqu'à la parution de "Anuiter self portrait" deux théories.
La première qui disait que Dylan était très fier de ce disque et qu'il correspondait exactement à ce qu'il aimait, et une autre qui affirmait que cet album était un sabotage volontaire et que le Zim avait laissé de côté les meilleures chansons dans le but de déboulonner sa propre statut.
La parution de ce disque a clairement confirmé que la seconde hypothèse était la bonne et le volume 10 des BS reste, à ce jour, un des plus beau de la série.

Pour ceux qui veulent découvrir ce pan de l'œuvre je conseille de commencer dans l'ordre par les 5 premiers.
Nous en sommes donc au volume 16 consacré aux début des années 80, souvent considéré comme les pires de sa carrière.

J'écoute depuis deux jours le CD 1 disponible sur spotify.
J'ai envie de faire un track by track mais si je devais publier l'ensemble je le ferai à Noel
Je vais donc évoquer les chansons qui me touchent le plus sur ce CD 1 et commencer par Angelina, un outtake de l'album shot of love.



Shot of love est mon album préféré des années 80. Oh mercy est supérieur en termes de compositions mais j'ai plus souvent besoin d'un shoot d'énergie dans ma vie que d'un disque sombre et introspectif.
Dylan lui même considère cet album comme étant très sous estimé.
C'est donc avec impatience que j'attendais la parution de ce BS consacré, entre autres, à ce disque.
Le sampler s'ouvre avec Angelina

Angelina est à mes yeux une des plus belle chanson écrite par Dylan, toutes époques confondues, et son absence de l’album Shot Of Love m’est tout aussi mystérieuse que celle de Blind Wille Mctell sur le disque suivant.

Les paroles de cette chanson sont mystérieuses. Dylan parle d’une femme qui vit à la frontière entre le mythe et la réalité.

Angelina est une ombre qui s’est glissée dans le train du réel alors que les portes étaient en train de se refermer. Elle prend différentes formes tout au long de la chanson. Parfois elle a les yeux d’un serpent, parfois elle a le corps d’une femme superbe avec la tête d’une hyène. Ses intentions sont aussi obscures que les contours de son corps. Elle cherche un Homme dont on ne sait rien et sa recherche se déroule dans un cadre apocalyptique. Les références à la bible s’enchaînent tout au long de la chanson et chacune d’entre elle évoque la fin des temps.

Dylan parle d’un ange à 4 faces que l’on retrouve dans le livre d’Ezekiel , il fait également référence au cavalier pâle qui a eu, de Dieu, le pouvoir sur un quart de la terre, de tuer par l’épée, la famine et la peste. Angelina ère dans ce monde apocalyptique et Dylan la suit comme son ombre.
Il la suit à son corps défendant, il la suit comme une dépendance (alcool ? Drogue?)

Il dit

je vais de rivage en rivage
et je sais ce qui m’a emmené à ta porte
et quoi que cela soit,
tu a eu su en me voyant
que tu m’avais déjà vu avant


Dylan est attirée par cette femme comme par le feu, comme par une lumière qui le brûle, qui le consume totalement
Il écrit

J’ai fait ce que j’ai pu pour t’aimer
mais je ne peux plus jouer à ce jeu
car ton meilleur ami
est aussi mon pire ennemi


On peut dès lors interpréter l’ensemble des tableaux apocalyptiques qui couvrent les murs de cette chanson comme un monde intérieur. Lorsque Dylan évoque le chaos du monde il pourrait aussi bien parler d’un chaos intérieur dont il connaît la cause.
Est ce l’alcool ? La drogue ? Une femme ? Le doute sur ses propres croyances (shot of love marquant la fin de sa période Born Again).
Tout est possible et seule Angelina connaît le secret.

Un mot sur la mélodie qui est aussi pure que les paroles sont brumeuses.
Comme souvent Dylan fait confiance à la mélodie pour entrainer les mots dans le coeur de l'auditeur.
Il chante comme s'il s'agissait d'une chanson douce et sensée, comme si on avait rien à craindre d'Angelina, comme si la fin n'était pas toute proche.
On entend plus qu'à peine le courant inquiétant sous jacent de la chanson..

La voix de Dylan est une tombe, elle ne dit rien de vrai sur ce texte. Elle chante mais son air est trompeur. Elle dit tout ce qui a disparu dans les mots de la chanson : la beauté, la douceur et la rédemption. Elle est le dernier vestige d'une humanité perdue.


Je voudrais finir par le début.

Quatre vers qui à mes yeux résument toute la vie de Dylan. Ces mots ouvrent la chanson, et ce sont sans doute les seuls réellement transparents

Ca a toujours été dans ma nature
de tenter ma chance
pendant que ma main droite recule
ma main gauche, elle, avance

vox populi
Membre VIP
Membre VIP
Messages : 1428
Enregistré le : mar. 30 juil. 2019 20:36

Re: Bob Dylan

Message par vox populi » sam. 25 sept. 2021 22:17

Puisqu'avec la sortie du BS 16 on replonge dans les années 80 du zim...
Il y a une chanson qui date de 1985 et que j'aime bien
Trust yourself
Les paroles de cette chanson marquent, à priori, un virage philosophique qui, en 5 ans, a conduit Dylan de l'église à un retour sur lui même.

Il écrit
"Si tu as besoin de croire en quelqu'un, crois en toi."
On est loin des paroles de la trilogie chrétienne

Il ajoute
"Compte sur toi pour trouver le chemin et t'éloigner du doute."

Dieu est mort
Tu es seul et tu l'as toujours été
Dans un pays de loups et de voleurs.

Cette position nihiliste est extrêmement rare chez Dylan. On peut, à la rigueur, en trouver une trace dans the Drifter's Escape quand il disait
"Et pendant que tout le monde s'agenouillait pour prier
Le vagabond lui, s'est échappé "

Dylan n'a jamais été un nihiliste, les références à Dieu et à la religion seront légions dans son oeuvre y compris après sa période chrétienne.

Trust yourself est une parenthèse, un moment où Dylan n'était plus complètement lui même, une chanson qui ne lui ressemble pas vraiment. C'est sans doute la raison pour laquelle elle n'a été joué qu'une vingtaine de fois en Live entre 1985 et 1987




Source
http://bob-dylan.org.uk/archives/3205

Répondre